L'auteur
Nicolas Balazard
NicoBalazard
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Nicolas Balazard
charme d'antan

Dans les coulisses d'Oz : le générique décortiqué

Dossier | Par Nicolas Balazard | Le 15 mars 2013 à 15h48

Nous vous proposons de revenir sur une séquence ambitieuse du Monde Fantastique d'Oz : son générique.

Avant de commencer, soyez prévenus, cet article peut comporter quelques spoilers susceptibles de vous révéler des détails sur le film.

Peut-être venez-vous de voir le dernier Sam Raimi en salles. Que vous ayez aimé ou non, vous avez sans doute été interpellés par son générique d'introduction qui mélange de nombreuses références sur une période de temps extrêmement réduite. Toute cette séquence a été designée par Garson Yu et sa société Yu+Co qui lui ont donné l'apparence un peu démodée de la 3D anaglyphe (les fameuses lunettes en carton avec filtres rouge et cyan). Elle montre Oscar (James Franco) déboulant au pays de Oz, sa rencontra avec Theodora (Mila Kunis), sa danse avec elle et dévoile subrepticement la silhouette d'un chapeau de sorcière sur le mur derrière eux. « Cette image apparaît vraiment pendant 2s, mais nous avons dû obtenir l'autorisation pour la montrer » comme l'a expliqué Yu.

Comme le reste de l'équipe en charge du développement du Monde Fantastique d'Oz, Yu a du bannir une imagerie un peu trop proche de celle utilisée dans le classique de 1939 Le Magicien d'Oz, car les droits sont détenus par Warner Bros. et la MGM alors que cette nouvelle mouture est financée par Disney. Mais Yu s'est également retrouvé face à des choix artistiques difficiles pour raconter l'histoire d'Oz tout en prenant garde à préserver la surprise pour certaines séquences, afin de ne pas briser le suspens pour le spectateur. Le générique du début, qui est réalisé dans le même format et avec la même couleur sépia que l'introduction du film, ne présente pas simplement l'ambiance d'un carnaval au Kansas en 1905 où le spectateur rencontre Oscar, il suggère également le reste de l'histoire. L'effet 3D est de fait plus important que celui utilisé dans la seule introduction introduction, préfigurant l'arrivée au pays d'Oz.

« Notre séquence doit nécessairement mettre en place ce sensationnel voyage en 3D, de manière à ce que le public appréhende le film comme un grand film d'aventure fantastique. » Quand sa société a dû présenter à Sam Raimi et à son équipe de production la séquence, tout le monde a dû s'équiper de vieilles lunettes 3D rouge et cyan, bien que tout le film ait été développé avec les technologies 3D les plus pointues et récentes. « Nous avons décidé de présenter la scène de la manière la plus rétro possible, et Sam a vraiment apprécié, il a une approche très nostalgique dans sa manière de voir Oz. »

Et la nostalgie justement s'est retrouvée comme élément moteur pour Yu et son équipe, puisant leur inspiration dans George Mélies notamment - « le premier magicien de l'image » - en se basant par exemple sur de vieilles affiches de cirque, sur de vieux cartons de présentation de films muets et même de phénakistiscopes qui ont servi de base au look de cette séquence.

Les règles concernant les références au Magicien d'Oz étaient très strictes : même les nuages n'ont pas été gardés dans cette séquence parce qu'ils se trouvent dans l'original, obligeant Yu à créer son « interprétation graphique des nuages » en lieu et place. Toute la scène d'introduction préfigure le voyage d'Oscar à Oz, une spirale représentée métaphoriquement par la tornade du début du film, et part d'un point de vue fixe : celui d'un homme qui voyage dans un monde inconnu. Mais il y a aussi de plus petits moments, et plus précis, comme l'apparition de Finley (doublé par Zach Braff), ou la boîte à musique que Oscar donne à Théodora avec les conséquences désastreuses que cela entraîne. La boîte à musique, à l'image d'autres éléments de la scène, a exigé une proche collaboration entre Yu et le compositeur Danny Elfman. « Nous voulions introduire la boîte à musique. Danny Elfman a fait du très très bon boulot en utilisant cette petite mélodie presque comme une signature tout au long du film. Nous avons mis en place cette signature auditive dés le début, lorsqu'on voit Twinkle Twinkle Little Star, pour préparer le spectateur. Puis on revient en arrière et on se rend compte que l'on se trouve dans cet espèce de diorama en 3D, un théâtre en papier. Ensuite on zoom sur le château (le logo de Disney, ndlr). Donc chaque petite chose, en terme de son et d'image, préfigurent toute l'histoire du film. »

Yu+Co a également travaillé sur le générique de fin, qui trouve son inspiration dans une phrase du film original que l'équipe a eu l'autorisation d'exploiter : "Ne faites pas attention à l'homme derrière le rideau". Ils ont designé le lumineux "The End" qui clignote dans le ciel avant de passer à la scène qui suit et s'ouvre sur un rideau, mais pas celui d'un théâtre de papier cette fois. Vous pouvez retrouver ci-dessous quelques uns des concepts abandonnés, des références aux cartes phénakistiscopes antiques dans des couleurs pétaradantes.

« Nous avons crée 37 polices différentes spécialement pour Oz. » L'équipe a eu six mois pour travailler sur le film sans avoir encore vu certaines scènes. Imaginez apporter votre vision sur une séquence clé à laquelle même le réalisateur n'a pas encore réfléchi... « c'est vraiment fou, mais nous adorons ça. »

Dans la galerie ci-dessous, on trouve des concepts abandonnés du générique de début. Et si vous possédez de vieilles lunettes anaglyphes, les images sont en 3D ! Même si ce n'est finalement pas le travail retenu, il s'avère quand même très proche du résultat final.

Pour information Yu et son équipe ont également travaillé sur l'introduction de L'Odyssée de Pi.

Source : CinemaBlend

1 commentaire
  • ozinou
    commentaire modéré J'ai trouvé cette intro très réussie, mais je regrette profondément l'utilisation du noir et blanc.
    Très bel article cependant.
    14 mai 2013 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -