L'auteur
Magali Debuis
Magnight
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Magali Debuis
Elémentaire, mon cher Edgar

L’écrivain est-il un bon héros de cinéma ?

Dossier | Par Magali Debuis | Le 22 juin 2012 à 17h35

Dans L'Ombre du mal (aberrante traduction du titre anglais The Raven, référence au poème Le Corbeau), réalisé par James McTeigue, c'est le poète Edgar Allan Poe qui se retrouve sur le devant de la scène. Ses nouvelles ont été adaptées au cinéma plus d'une fois, notamment par Roger Corman, avec Vincent Price en vedette. Tim Burton à lui seul peut témoigner de l'influence de Poe sur des générations d'artistes. Mais faire de ce poète un personnage de fiction était-il une bonne idée ? Et plus largement, les poètes, écrivains, et auteurs de toutes sortes font-ils de bons héros de cinéma ?

Il est quasiment impossible actuellement de voir en salles un film original à cent pour cent. Que ce soient des adaptations de comics (Avengers, Spider-Man et autres), de séries de romans pour ados (Harry Potter, Twilight, Hunger Games), de bande-dessinées (Tintin) ou encore des biopics (de Cloclo à Liz Taylor), il semble qu'une base pré-existante soit nécessaire pour faire un film. Si la base en question a déjà fait ses preuves (dans le cas d'un livre, s'il s'est bien vendu) c'est encore mieux. En suivant cette logique, faire d'un auteur existant un personnage de cinéma est forcément un coup gagnant. Sa vie tout comme son oeuvre peuvent servir de matière au scénario. Si les biopics sont la plupart du temps très fidèles à la vie de leur sujet, ce n'est pas le cas avec L'Ombre du mal, qui n'est justement pas un film biographique. Le film exploite à fond toutes les zones d'ombres d'Edgar Allan Poe et en particulier le mystère qui plane sur sa mort. De ce point de vue, James McTeigue traite son sujet à la manière d'un Milos Forman avec Amadeus, comblant les mystères entourant sa vie en utilisant toutes les rumeurs existantes.

Une adaptation libre

Le film qui se rapprocherait le plus de L'Ombre du mal dans sa construction et son utilisation d'une oeuvre littéraire serait Shakespeare In Love, qui mélange la vie et les écrits. Le poète William Shakespeare devient le personnage principal du film, qui s'inspire de ce qu'il vit pour écrire son texte le plus célèbre, Romeo et Juliette. Certains ?vides historiques? sont également exploités : le fait qu'on n'ait pas de traces des premières années de Shakespeare à Londres, ou encore qu'on ait aucune indication sur la première représentation de Roméo et Juliette, a permis d'imaginer un dénouement extravagant, et de donner à Will Shakespeare l'étoffe d'un vrai héros romantique.

L'Ombre du mal est également une adaptation très libre de la vie de Poe : le film utilise allègrement son soi-disant penchant pour l'alcool et le mystère qui entoure les quelques jours précédant sa mort. Plusieurs nouvelles du poète sont exploitées dans le film, et d'autres font seulement l'objet de références. Citons Double Assassinat dans la rue Morgue, Le puits et le pendule ou encore Le Masque de la mort rouge. Sous les traits d'un John Cusack plutôt convaincant, Edgar Poe est un écrivain en manque d'inspiration, qui se raccroche à son seul grand succès, Le Corbeau. Jusqu'au jour où un tueur en série s'inspire de ses nouvelles pour assassiner des gens et ainsi impliquer Poe dans ses meurtres. Le poète se découvre alors une âme de détective et remontera la piste du tueur en s'aidant de ses propres textes.

Un polar réaliste

Les nouvelles de Poe choisies pour former la trame du film ne comptent pas parmi les plus fantastiques de son auteur. Deux d'entre elles font même partie de la trilogie mettant en scène le chevalier Dupin, qui résout des mystères de façon totalement rationnelle. L'Ombre du mal est bien un polar, dans lequel le fantastique ne rentre pas en compte : Poe collabore avec la police, remontant la piste de ses nouvelles une par une. A aucun moment on ne bascule dans le mystère ou dans l'impossible. Ce film est à l'opposé totale de Twixt, alors que le même Edgard Poe y tient une place importante.


Edgar, apprend-moi à écrire, extrait de Twixt

Chez Coppola, Poe est une inspiration pour le personnage principal de l'écrivain, un fantôme du passé qui se mèle au présent. L'univers surnaturel, fantastique et morbide de ses textes imprègne l'histoire dans laquelle se perdent le spectateur et Hall Baltimore. On peut aussi opposer le film de McTeigue à L'Antre de la folie, dans lequel l'univers fantasmagorique créé par l'auteur Sutter Kane se révèle en fait bien réel aux yeux du personnage joué par Sam Neill... ou deviendrait-il fou ? Si l'utilisation du personnage d'un écrivain permet de passer la frontière entre imagination et réalité, ce n'est pas l'utilisation qui en est faite dans L'Ombre du mal. On n'entre pas dans l'univers de Poe, on ne s'en inspire pas : on se contente d'utiliser ses idées au lieu d'en inventer de nouvelles. Les textes de Poe forment les étapes de l'intrigue, un fil conducteur qu'il faut suivre pour résoudre une énigme.

Un anti-héros classique

Que le héros soit l'écrivain lui-même permet d'introduire la part de faiblesse et d'humanité qui constitue un anti-héros attachant. Un poète n'est pas censé être un homme d'action... D'abord, Poe est porté sur la bouteille. Il y a un peu de certains personnages de Clint Eastwood chez le personnage de Cusack, incapable de refuser un verre même s'il sait qu'il le regrettera amèrement par la suite. On pense à Jugé Coupable, dans lequel un journaliste (tiens, un homme qui écrit !) a brisé sa réputation à cause de la boisson. Le film tourne autour de l'ambiguité entre les raisonnements du personnage et l'alcool qui obscurcit son esprit.

Chez McTeigue, même en tant qu'écrivain, Edgar Poe n'est pas au mieux de sa forme : il n'a plus d'inspiration. Une figure typique de l'écrivain au cinéma : dans Fenêtre secrète, le personnage de Johnny Depp n'arrive plus à écrire une ligne. C'est cette perte d'identité, car il est défini par son travail, qui provoque sa folie et l'empathie que le spectateur ressent pour lui. Dans Misery, c'est également son manque d'inspiration qui va causer tant de soucis à Paul Sheldon, et à contrario c'est sa capacité à écrire encore qui lui donnera un sursis. Dans le cas de Poe, c'est son imagination qui causera des morts et mettra en danger sa fiancée, mais également son talent à écrire qui résoudra l'affaire. Pourtant, la fragilité du personnage s'arrête là. John Cusack n'a pas l'occasion de se montrer réellement dépassé par les évènements ou par l'alcool, car son personnage est finalement un homme d'action. Les ambiguités de son caractère ne sont pas exploitées jusqu'au bout, sauf à l'occasion de quelques caricatures risibles, alors que les situations pourraient être bien plus effrayantes si l'on doutait de sa capacité à s'en sortir.


Cela fait parti de son jeu, extrait de L'Ombre du mal

Tout ce que l'on peut regretter, c'est justement que James McTeigue n'ait pas franchi le pas vers le fantastique et ne soit pas entré dans l'univers de Poe en nous montrant un personnage dépassé par des évènements mystérieux, aux prises avec quelque chose qu'il ne peut maîtriser. Mais il faut se faire à l'idée : L'Ombre du mal est un polar, pas un film d'horreur mélancolique et terrifiant. Il se rapprocherait plus des récents Sherlock Holmes tout en conservant une violence gothique et crue propre à l'imagination de Poe, totalement compatible avec l'univers visuel développé par le réalisateur de V pour Vendetta. L'Ombre du mal est plus proche d'une énumération que d'une adaptation des oeuvres de Poe, et le poète fait une entrée au cinéma en tant qu'enquêteur plus que comme auteur. En cela, l'utilisation de son oeuvre est assez originale, même si le film n'en retranscrit pas l'ambiance, qui a pourtant tant inspiré le cinéma. Mais un écrivain aussi doué pour écrire que pour coincer les meurtriers, ça, c'est plutôt rare...

Images : © Universal Pictures International France, © Miramax Films, © Warner Bros. France

Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -