L'auteur
François Barge-Prieur
bargeot
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de François Barge-Prieur
Tu veux sa photo ?

Le Bon Plan : Pulp Fiction et le mystérieux visage de Marsellus Wallace

Sur le web | Par François Barge-Prieur | Le 3 janvier 2013 à 12h53

On regarde aujourd'hui un extrait de Pulp Fiction, et on s'intéresse à la manière dont Tarantino introduit le personnage de Marsellus Wallace dans l'histoire.

Tout d'abord, on entend juste sa voix, alors qu'il arrange le match de boxe truqué avec Butch, le personnage joué par Bruce Willis. Puis, sa main rentre dans le champ : elle tient une enveloppe pleine de billets. Marsellus Wallace (Ving Rhames) est donc, dès le début, présenté comme le véritable chef d'orchestre de la plupart des histoires qui vont se croiser dans le film. Du coup, le spectateur a une véritable attente sur ce personnage : il attend de voir son visage. Mais Tarantino va retarder le plus longtemps possible l'apparition complète de Marsellus Wallace.

A ce stade, on vous conseille évidemment d'avoir vu Pulp Fiction avant de regarder cette émission pour éviter d'éventuels spoilers désagréables :


Le bon plan - Pulp Fiction par lebonplanlemission

D'abord de dos, puis en arrière plan, au fond de la salle, ensuite, flouté, et enfin, masqué par l'ombre : cette séquence d'introduction se termine donc sans qu'on sache qui est ce fameux Marcellus Wallace. Plus tard, une nouvelle chance de voir le mystérieux personnage semble s'offrir à nous... Et bien, c'est encore raté: on n'a le droit qu'à son dos massif, sa nuque bandée d'un sparadrap, et son crâne rasé... Le suspens est à son comble.

La délivrance viendra lors de cette scène où Butch, au volant de sa voiture, tombe nez à nez avec lui. Ca y est, on le voit enfin pour la première fois, de face, en plein soleil... Et là... Il se fait violemment renverser par la voiture.

Tarantino nous prend à contre-pied en se permettant, après avoir créé l'attente sur l'entrée en scène de son personnage, après l'avoir rendu attachant et mythique, de l'humilier totalement dès l'instant où il est livré à notre regard. En lieu et place du parrain serein et impassible qu'on nous avait annoncé, on assiste au calvaire d'une simple marionnette, d'abord projetée dans les airs par la voiture de Butch, puis, quelques minutes plus tard, violée par les deux psychopathes dans la fameuse scène du magasin.

Tarantino, en magicien sadique, fait apparaître et disparaître les personnage à sa guise, comme si de rien n'était. C'est cette liberté aussi nouvelle que jouissive qui a, à l'époque, fait en grande partie le succès du film.

Un bon plan, ça se partage... pensez à en faire profiter vos amis !

En partenariat avec Les fiches du cinéma.

Retrouvez tous les épisodes du Bon Plan

14 commentaires
  • Humanset
    commentaire modéré Pour les irréductibles voila un site de FANATIQUES, mais bien informés.
    => http://www.tarantinofiction.com/tarantino/
    3 janvier 2013 Voir la discussion...
  • thibaulthippert
    commentaire modéré En vrai il y a une ampoule dans la mallette! ^^
    2 juin 2013 Voir la discussion...
  • brule
    commentaire modéré Je me permets de proposer mon analyse peu courante de la scène de la descente à l'appartement :

    http://bruleparlesil...ms/pulp-fiction.html
    10 juillet 2013 Voir la discussion...
  • buffalo
    commentaire modéré @brule, j'ai envie de dire lol !
    11 août 2013 Voir la discussion...
  • brule
    commentaire modéré @buffalo C'est ton droit
    11 août 2013 Voir la discussion...
  • Bohemian
    commentaire modéré L'introduction du personnage de dos (...) prépare doucement la fameuse scène du viol.
    27 décembre 2013 Voir la discussion...
  • bargeot
    commentaire modéré @Bohemian : héhé... Pourquoi pas?
    27 décembre 2013 Voir la discussion...
  • ReznikAlabama
    commentaire modéré Petit détail sur la scène où Butch et Marcellus se font face-à-face dans la rue : Au moment précis où leurs regards se croisent, les Statler Brothers (groupe dont la musique passe dans la voiture de Butch) chantent "It's good to see you, I must go" je doute fort que de la part de Quentin, ce soit anodin.
    30 novembre 2014 Voir la discussion...
  • jean_pierre
    commentaire modéré A croire qu'avec son pansement sur la nuque (pourquoi ce pansemement ? Me souviens plus !) ce Marcellus (Morpheus ?) s'était préparé un branchement à la Matrix !
    14 mars 2015 Voir la discussion...
  • bargeot
    commentaire modéré Les amis, je vous invite à découvrir ma nouvelle vidéo, qui lance un très beau projet pour le journal Les Fiches du cinéma, dont je suis devenu président récemment. Pour les amateurs, il y a 30 extraits de films à reconnaître! J'offre un Dvd du Bon Plan aux 5 premiers qui les trouveront, et qui m'enverront leurs réponses par mail à lebonplanlemission@gmail.com : https://www.youtube.com/watch?v=2tAN_0WfKnk
    3 mai 2016 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -