Gravitas

Venise 2013 : Palmarès et bilan

festival recompenses | Par David Honnorat | le 7 Septembre 2013 à 18h52

La 70ème Mostra de Venise dévoile aujourd'hui le palmarès du jury présidé par Bernardo Bertolucci. L'occasion d'un retour en forme de bilan sur cette nouvelle édition du plus vieux festival du monde...

Après l'excitante sélection de Venise 2012 dominée par un beau cortège d'américains (Malick, De Palma, Paul Thomas Anderson, Harmony Korine), certains voyaient déjà la suprématie du festival de Cannes remise en cause. Entre temps l'excellent dernier cru cannois a remis les pendules à l'heure et, à la découverte de la sélection 2013 de la Mostra il était permis de s'inquiéter pour ce festival souffrant de la concurrence montante de Toronto et Telluride. Un peu légère en têtes d'affiches, la Mostra 2013 s'annonçait austère, mais tout ça n'était qu'histoire de noms sur le papier, car il restait à voir les films.

Le verdict n'aura pas trop tardé à tomber pour cette édition que nous avons pris en cours, et il est bon. En manquant les premiers jours du festival, nous devons nous remettre aux avis des critiques arrivés plus tôt qui pour la plupart s'accordent sur l'excellence du film d'ouverture signé Alfonso Cuaron et s'entendent sur les qualités des quelques films anglo-saxons qui ont lancé la compétition : Night Moves de Kelly Reichardt, Joe de David Gordon Green et Philomena de Stephen Frears.

Venise 2013 aura donc commencé pour nous avec la projection du Vent se lève d'Hayao Miyazaki sur lequel celui-ci a annoncé prendre sa retraite. Il s'agit là d'un beau dernier film, sérieux et appliqué, mais aussi en partie dépourvu du style poético-fantastique qui, jusque là caractérisait l'auteur. Ce film, sans doute le plus "adulte" du cinéaste, synthétisait alors nos craintes concernant cette nouvelle édition de la Mostra. Allait-on assister à une réunion d'auteurs vénérables livrant un énième avatar de leur oeuvre privé du souffle qui faisait jadis leur charme et leur force ? Si, à l'image de Miyazaki, Tsai Ming-liang, Frears, Garrel, Gilliam et Gitaï étaient venus faire leur âge, les projections promettaient d'être longues. Mais le salut est venu d'ailleurs. De la confirmation d'abord de jeunes auteurs comme Xavier Dolan et Jonathan Glazer qui signent, à mon goût les deux films les plus marquants de la compétition. Plus étonnant encore, cette 70ème Mostra nous a offert une très remarquable sélection hors-compétition, notamment documentaire.

Les deux films de 4h de l'américain Frederick Wiseman sur l'université de Berkeley et du chinois Wang Bing sur un asile de fous auront ainsi tenu le rôle de solides piliers filmiques. Toujours au rayon des bonnes surprises, Locke l'audacieux huis-clos autoroutier avec Tom Hardy aurait mérité une place en compétition comme le regrette d'ailleurs lui-même le sélectionneur Alberto Barbera. Le retour étonnant de Kim ki-Duk (Lion d'or en 2012) avec un sidérant pantomime ultra-gore à base d'émasculations constitue également une belle satisfaction tout comme le très tendre Gerontophilia de Bruce LaBruce dont le titre, et la réputation de l'auteur, auraient pu laisser craindre le pire.

On peut donc quitter Venise cette année complètement rassasié. Si le grand choc qu'a pu être La Vie d'Adèle à Cannes n'est jamais vraiment venu, la joie de revoir Sorcerer, le chef d'oeuvre de Friedkin, dans une copie restaurée absolument sublime compensait largement ce manque.

Le Palmarès de Venise 2013

Le Palmarès sera mis à jour en direct au fur et à mesure de la cérémonie

  • Lion d'or :
    Sacro Gra de Gianfranco Rosi
  • Lion d'argent du meilleur réalisateur :
    Alexandro Avranas pour Miss Violence
  • Grand Prix du Jury :
    Stray Dogs de Tsai Ming-liang
  • Coupe Volpi pour la meilleure interprétation féminine :
    Elena Cotta dans Via Castellana Bandiera
  • Coupe Volpi pour la meilleure interprétation masculine :
    Themis Panou dans Miss Violence
  • Prix Spécial du Jury :
    Die Frau des Polizisten de Philip Gröning
  • Prix Osella pour le meilleur scénario :
    Philomena de Stephen Frears (scénario de Steve Coogan et Jeff Pope)
  • Prix Marcello Mastroianni du meilleur jeune interprète :
    Tye Sheridan dans Joe
  • Prix Luigi de Laurentiis du 1er film :
    White Shadow de Noaz Deshe
  • Prix Orizzonti :
    Eastern Boys de Robin Canpillo

19 commentaires

  • zephsk
    Ah oui, ce n'est pas renseigné dans les dictionnaires.
    Ce doit être tiré du registre familier : vague, trouble.
    Mais sinistre, sordide, lugubre ?
  • zephsk
    Oui, c'est bien ce que je disais : "Ce sens, d'apparition récente, appartient au registre familier."
    http://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/glauque/37108/difficulte
    Par ailleurs, @hugo, je parle de dictionnaires, hein.:)
  • hugo
    C'est pas un dictionnaire le Larousse ? Et pour répondre à ton objection il me semble qu'il n'est pas rare qu'on s'exprime dans un registre familier par ici :)
  • hugo
    Bon sinon je suis content pour Steve Coogan, ce génie méconnu, même si j'ai pas vu son film.
  • zephsk
    @hugo Non, les seuls dictionnaires normatifs sont ceux de l'Académie Française et du Trésor, ainsi que le Littré, qui ne mentionnent pas ce sens.
    Le Larousse est un dictionnaire descriptif dont on peut penser que la version en ligne épouse encore davantage les soubresauts de la mode.
    En fait, c'était juste pour éduquer mes contemporains, qui pour la plupart ne savent pas que ce terme "glauque" -qu'ils utilisent à tort et à travers-, est d'abord une couleur, le vert blanchâtre ou bleuâtre, et parfois, celle du cœur des gens tristes.
    Un peu de culture ne fait pas de mal.
  • hugo
    mouais, si on ne devait s'exprimer qu'avec les mots du Littré ou de l'Académie la moitié de tes messages seraient fautifs. C'est le boulot des lexicographes du Larousse d'intégrer de nouvelles acceptions et de nouveaux mots, comme l'a fait Littré en son temps avec le terme "éduquer" par exemple que tu n'as aucun scrupule à utiliser alors que l'Académie l'a longtemps considéré comme un vilain néologisme.
  • hugo
    Moi aussi à une période trouble de ma vie j'ai eu une attitude assez réactionnaire à ce sujet, merci à @juliendg de m'avoir remis dans le droit chemin. Courage.
  • zephsk
    Longtemps oui, mais pas aujourd'hui. :)
    Je peux donc l'utiliser sans modération avec la bénédiction des immortels.
    Sinon, je m'en tape hein, c'était juste pour faire mon malin.
  • hugo
    Moi c'était juste pour faire chier, je m'ennuie un peu ce week-end.
  • zephsk
    J'aime quand tu me fais chier. Pourquoi ne vas-tu pas au cinéma, si tu t'ennuies ?
  • hugo
    Je pense qu'effectivement ça va se terminer comme ça mais rien ne me fait très envie.
Des choses à dire ? Réagissez à cet article !
Pour commenter, vous devez vous vous connecter ou vous inscrire

Que pensez-vous d'eux ?


Kelly Reichardt

Xavier Dolan

Rubriques hebdomadaires

Recommandé sur Facebook