L'auteur
Joseph Boinay
zephsk
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Joseph Boinay
Malick Universe

Thy Kingdom Come : un spin-off de À la merveille (?!) au SXSW Film Festival

Festival / Récompenses | Par Joseph Boinay | Le 20 février 2018 à 15h39

Eugene Richards, réalisateur seconde équipe d'À la merveille de Terrence Malick (2012), a remonté ses rushes pour livrer un spin-off du film, qui sortira au SXSW Film Festival d'Austin le mois prochain. 

Célèbre pour accumuler beaucoup de matériel sur le tournage et surtout pour couper sans vergogne au montage (jusqu’à faire disparaître n’importe quel interprète bankable de ses films), Terrence Malick a accepté de voir ses rushes orphelins exploités, mais pas par lui. Cela parait fou et à notre connaissance, il n’existe aucun projet similaire : le spin-off d’un film (et non un documentaire ou un making-of) réalisé par un autre à l’aide des épreuves originales, c'est totalement inédit. Mais ça n'est pas le seul aspect vertigineux de l'entreprise, loin de là, puisque les rushes en question ne ressemblent à rien de connu, entre docudrama et cinéma-vérité.

Cinéma-vérité

Thy Kingdom Come (ou en français « Que ton règne vienne » tiré du Notre Père des Evangiles), restitue les entretiens que Javier Bardem, attifé de sa robe de prêtre, a réellement passé avec de vraies personnes, et dont il ne reste presque rien dans À la merveille, hormis quelques atermoiements tournoyants. Le photojournaliste Eugene Richards, célèbre pour son travail sur la pauvreté, la maladie mentale et les junkies a dirigé l'acteur en ne lui faisant poser qu'une seule question : « Dites m'en un peu plus à propos de vous ». Ainsi, à Bartlesville en Oklahoma (où ont été tournées les images) une mère dit se souvenir de la nuit où son enfant s'est noyé, alors qu'elle dormait. Une autre femme raconte à Bardem son agression sexuelle, tandis qu'un ancien membre du Ku Klux Klan évoque sa décision de renoncer à son passé suprémaciste.

Qu'est-ce que c'est ? 

De fait, le projet a de quoi donner le tournis et on se prend à imaginer une sorte de travail très ambigu, manière religieuse de cinéma-vérité à la Jean Rouch, mais sans que le procédé soit interrogé : que filme Eugene Richards ? S'agit-il d'un documentaire ou d'une fiction ? Les personnes répondent-elles sous le sceau de la confession ? Savent-elles qu'il s'agit d'un acteur qui joue au prêtre ?  « La plupart des gens interrogés le connaissaient comme le meurtrier de No Country for Old Men, indique Richards au New Yorker. Quelques personnes l'ont connu comme le mari de Penélope Cruz. Certains ne savaient pas qui il était du tout. À la fin, personne ne se souciait de qui il était, sauf qu'il était là pour écouter. »

 

21 commentaires
  • LaKinopitheque
    commentaire modéré Cuadecuc le vampire ressemble à un tel projet.
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @LaKinopitheque Ça n'est tout à fait la même chose : les rushes de Cuadecuc n'étaient pas ceux des Nuits de Dracula et les prises de vue était délibérément destinées à un autre film, en //
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • LaKinopitheque
    commentaire modéré Non pas tout à fait, mais Franco ne savait pas à quoi il s'exposait en laissant faire Portabella. Ce ne sont par ailleurs pas seulement des rushes mais aussi des prises doublées (autre caméra, autre point de vue). Quoi qu'il en soit, dans les deux cas ce sont deux films faits à partir d'un même tournage par deux réalisateurs différents.
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @LaKinopitheque Oui c'est ce que je dis :)
    ==> ce ne sont pas les mêmes rushes : il y a ceux des Nuits de Dracula de Franco d'un côté et ceux de Cuadecuc de Portabella de l'autre. Il n'est jamais question que les seconds figurent dans les premiers, ce sont deux projets différents dans leur construction et deux œuvres créées indépendamment l'une de l'autre. Et par ailleurs, c'est encore différent, parce que Franco et Portabella filment la même chose d'une façon différente (de la même façon que deux peintres croqueraient en même temps le pont d'Avignon depuis axe différent) alors qu'Eugene Richards et Terrence Malick font un même film, de la même manière.
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • LaKinopitheque
    commentaire modéré Projet étrange en effet. Si le réalisateur de ce spin-off se place simplement dans les pas de Malick cela pourrait ne ressembler qu'à un gros bonus... Mais ce que tu sembles dire c'est qu'il y a réappropriation de la matière. Du coup, simplement à en lire la description, tout ça a l'air limite.
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @LaKinopitheque Oui du coup, je rejoins assez @alexandremathis : c'est à la fois problématique et passionnant (mais ça peut être totalement nul aussi)
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • alexandremathis
    commentaire modéré @zephsk @LaKinopitheque ça sera surement nul, sauf en objet théorique. Ce qui est déjà énorme.
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • viking
    commentaire modéré C'est quasiment ce que fait Herzog avec Grizzly Man justement non?
    21 février 2018 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @viking Pas vraiment, ce ne sont pas les rushes d'Herzog, ces derniers n'étaient pas destinés à créer une fiction et il n'y a pas d’ambiguïté sur l'aspect documentaire du projet, entre autres choses
    23 février 2018 Voir la discussion...
  • viking
    commentaire modéré @zephsk Je veux dire surtout que ce n'est pas plus répréhensible. Puisque vous trouvez ça problématique si j'ai bien compris.
    23 février 2018 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -