L'auteur
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de
Le film d'Eastwood est en salles et en blu-ray dans une version restaurée

Vingt-cinq ans après, Impitoyable n'a pas pris une ride

Dossier | Par | Le 5 juillet 2017 à 15h05

Des cow-boys tourmentés, des femmes avilies, des armes à feu… Il y a vingt-cinq ans, Clint faisait déjà du grand Eastwood, et mettait à mal la mythologie du western dans Impitoyable. Le film est ressorti en salles dans une version restaurée, ainsi qu'en blu-ray 4K (avec en bonus, un documentaire instructif retraçant la curieuse genèse du film et de son excellent scénario, signé David Webb Peoples, qui a circulé de mains en mains à Hollywood durant vingt ans). Et même en ultra-haute définition, il n'a pas pris une ride, comme en témoigne Jacques Morice de Télérama.

A part la petite musique à la guitare, vraiment mielleuse, au début et à la fin, rien à redire. Tout est parfait, bien équilibré, entre le ton sec et l'action qui prend son temps, les plages de silence et les récits des canailles qui font et refont l'histoire (un plumitif bouffon est là, qui boit et retranscrit leurs paroles). Le casting est royal, dominé par un quatuor de luxe – Gene Hackman, Morgan Freeman, Richard Harris et Eastwood himself – où chacun joue habilement sa partition (au bord du grotesque, pour Hackman et Harris), a son moment fort, sans chercher à tirer la couverture à lui. La force de ce western, jalon incontestable dans l'histoire du genre, est de questionner directement la soif de violence, tant d'un point de vue individuel que politique (le rapport à la loi et à la communauté).

Personne n'est en paix

Dans une petite ville du Wyoming, une prostituée se fait sauvagement agresser par un cow-boy qui lui taillade le visage et les tétons parce qu'elle s'est un peu moquée de son « outil minuscule ». Ses consœurs, indignées par le jugement à leurs yeux bien trop clément du shérif (Gene Hackman), promettent alors une prime de mille dollars à quiconque tuera les deux coupables. Alléché par le magot, un blanc-bec morveux, inconscient et myope, surnommé le Kid, fait appel à Munny (Clint Eastwood), hier légende redoutée et sinistre du colt, devenue un éleveur de cochons usé et pauvre, père de deux enfants. Ce dernier, qui peine désormais à monter sur son cheval, accepte de rempiler à condition d'embarquer dans l'expédition punitive un vieil ami de la gâchette (Morgan Freeman), qui s'est rangé aussi mais qui semble, lui, plus heureux.

 

Le titre original, Unforgiven (« non pardonné »), convient mieux – il dit la rage, le mal, la souffrance qui reste incrustée. Aucun personnage n'est en paix, aucun n'est vraiment bon ni juste, chacun a un comportement répréhensible, une morale discutable. A commencer par le shérif, qui proscrit l'usage des armes à feu dans sa ville, mais qui, dans son maintien obsessionnel de l'ordre public, fait lui aussi preuve de violence, torture, outrepasse ce que lui autorise sa fonction. Quant aux prostituées, en promulguant l'autodéfense pour que justice soit rendue, elles alimentent la tuerie.

Western mort-vivant

Un homme qui n'arrive plus à tuer. Un autre qui ne s'en remet pas de l'avoir fait. Un troisième qui tire plus vite que son ombre parce qu'il est un fantôme. Voilà entre autres choses ce que raconte Eastwood, qui met à mal la mythologie du Far West (un monde plein de cruauté et de fureur, où la femme est avilie) tout en la réveillant provisoirement, comme si c'était la dernière fois, le dernier western, le dernier jour avant l'Apocalypse (pluie diluvienne, flambeaux dans la nuit). Ce baroud d'honneur, qui méritait bien un triomphe, a de fait couronné Eastwood et élargi son audience : quatre Oscars dont celui du meilleur film, des prix à la pelle et l'avènement d'autres succès à venir (Un monde parfait, Sur la route de Madison…).

22 commentaires
  • Flol
    commentaire modéré @zephsk Et donc Jacques Morice n'a pas de compte VK ? Quel scandale.
    Alors qu'on sait tous que Pierre Murat se cache sous l'identité de Joe Shelby.
    6 juillet 2017 Voir la discussion...
  • itachi
    commentaire modéré Leaule.
    6 juillet 2017 Voir la discussion...
  • itachi
    commentaire modéré Et tout me monde sait que @Cladthom, c'est en fait Durendal.
    6 juillet 2017 Voir la discussion...
  • Cladthom
    commentaire modéré Pourquoi vous êtes méchants..........
    6 juillet 2017 Voir la discussion...
  • MaxiPatate
    commentaire modéré Wow.
    6 juillet 2017 Voir la discussion...
  • ProfilSupprime
    commentaire modéré Ce titre humilie honteusement les personnes agées, prendre des rides n'est pas en soi un défaut, c'est ça vieillir. Un film qui prend des rides est un signe rassurant d'humanité.
    28 juillet 2017 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @Flol Pourtant Pierre Murat sait écrire
    6 juillet 2017 Voir la discussion...
  • MadDoct0r
    commentaire modéré Après ce film Hollywood avait pensé à la fin des années 90 à faire une adaptation de The Dark Knight Returns de Miller, avec Clint en Batman viellissant, dommage le résultat aurait pu être énorme...
    25 juillet 2017 Voir la discussion...
  • Metaju
    commentaire modéré @MadDoct0r Cette histoire m'a longtemps fait fantasmé. En plus, à ma première lecture des Miller, je m'étais dit que seul Clint pouvait incarner ce Batman comme il se devait.
    Puis, j'ai appris que ce devait être Schumacher à la réalisation... On l'a échappé belle.
    25 juillet 2017 Voir la discussion...
  • MadDoct0r
    commentaire modéré @Metaju Effectivement avec Schumacher c'était un gâchis annoncé ... J'aurais plus vu un Friedkin, McTiernan où même Clint se mettre en scène lui même pour avoir un résultat bien badass.
    25 juillet 2017 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -