Jean Vilar

Acteur
Né le 25 mars 1912, mort le 28 mai 1971
Connu pour...

Biographie de Jean Vilar

Jean Vilar quitte sa ville natale et « monte » à Paris en 1932 pour préparer une licence de lettres. Il suit par ailleurs les cours de philosophie d'Alain et l'enseignement théâtral de Charles Dullin.
Il apparaît pour la première fois sur scène en 1935 dans la figuration du Faiseur d'Honoré de Balzac au théâtre de l'Atelier.
En 1940, il rejoint le théâtre ambulant La Roulotte, d'André Clavé, qu'il codirige, et participe aux tournées de Jeune France. Après sa première mise en scène, celle de La Danse de mort d'August Strindberg en 1942, il fonde sa propre compagnie, la compagnie des Sept, en 1943.
Jean Vilar présente le premier spectacle, composé de trois pièces, du Théâtre de Poche Montparnasse : Orage d'August Strindberg, Césaire de Jean Schlumberger, Veuve d'Henry Becque.
Il gagne en notoriété en 1945 grâce au Meurtre dans la cathédrale de T.S. Eliot, créé au théâtre du Vieux-Colombier.
André Barsacq le met en scène dans Roméo et Jeanette de Jean Anouilh avec, pour la première fois, Maria Casarès au Théâtre de l'Atelier en 1946.
En 1947, il organise du 4 au 10 septembre dans la cour d'honneur du palais des Papes, à Avignon, la Semaine d'art dramatique en Avignon, qui devient le Festival d'Avignon. Il dirigera le festival jusqu'à sa mort en 1971.
Vilar est nommé à la tête du Théâtre national populaire (TNP) en 1951 à l'instigation de Jeanne Laurent, sous-directrice des Spectacles et de la Musique. Il cherche à rendre le théâtre accessible au plus grand nombre notamment en abaissant le prix des places.
Cette quête se conclut par une forme de politisation à partir de 1961 : les pièces proposées ne cessent de traiter du fascisme en pleine guerre d'Algérie.
Vilar ne demande pas le renouvellement de son mandat à la tête du TNP qui s'achève en 1963. Georges Wilson lui succède. Il se consacre dès lors entièrement au Festival d'Avignon. Celui-ci se développe et s'institutionnalise au point que le directeur devient la cible d'importantes critiques ; après Mai 68, il est conspué par des étudiants aux cris de « Vilar = Salazar ».
Sa proposition d'accorder 1 % du budget de l'État à la culture formulée à la fin des années 1970 est restée célèbre. Ce chiffre de 1 % était déjà celui demandé au financement d'oeuvres d'art pour toute réalisation de bâtiment.
Pour les décors et costumes de ses créations Jean Vilar aura notamment fait appel à Léon Gischia, Alfred Manessier, Mario Prassinos et Gustave Singier.
Jean Vilar est inhumé dans la partie basse du cimetière marin de Sète (34).
Plusieurs dizaines de bâtiments et de lieux publics portent son nom (dont en particulier l'ancien TNP de Suresnes dans les Hauts-de-Seine, et le Théâtre de la mer à Sète dans l'Hérault).

Filmographie de Jean Vilar

  • 1
    Raphaël ou le débauché
    Taux de satisfaction de la communauté
    69%
    un film de Michel Deville
    1830, c'est par une belle journée d'été qu'Aurore rend visite à ses cousines. Au cours d'une balade près du lac, les jeunes filles sont abordées par des cavaliers. Parmi eux se tro...
    1h40
    Ma note :
  • 2
    Le petit matin
    2h00
    Ma note :
  • 3
    Mourir à Madrid
    Taux de satisfaction de la communauté
    88%
    un film de Frédéric Rossif
    1936. Une guerre civile éclate en Espagne. Durant quatre années, Républicains et Nationalistes s'affrontent jusqu'à la dictature franquiste.
    1h25
    Ma note :
  • 4
    Les Aventures de Till l'espiegle
    Taux de satisfaction de la communauté
    74%
    Au XVIème siècle, alors que la Flandre est envahie par les Espagnols, Till l’Espiègle use de stratagèmes pour parvenir au service du Ferdinand Alvare de Tolède, duc d’Albe, et de c...
    1h42
    Ma note :
  • 5
    Le Theatre national populaire
    un film de Georges Franju
    Ma note :
  • 6
    Casabianca
    (1951)
    un film de Georges Péclet
    1h24
    Ma note :
  • 7
    Justice est faite
    un film de André Cayatte
    A Versailles, en 1950, le jury de la Cour d'assises doit se prononcer sur le cas du Dr Lundenstein, qui comparaît pour avoir pratiqué l'euthanasie.
    1h35
    Ma note :
  • 8
    La Soif des hommes
    un film de Serge de Poligny
    L'implantation d'une famille francaise venue cultiver la vigne en Algerie.
    1h33
    Ma note :
  • 9
    La Ferme des 7 Péchés
    un film de Jean Devaivre
    Le 10 avril 1825, Paul-Louis Courier, célèbre pamphlétaire, républicain fervent et adversaire acharné de la Restauration, est retrouvé assassiné dans un sentier forestier près de s...
    1h30
    Ma note :
  • 10
    Bagarres
    (1948)
    un film de Henri Calef
    Carmelle est une servante de ferme, mais aussi une femme magnifique, qui rêve d'une vie plus confortable. Sur les conseils de celui qu'elle aime, Jacques, un garçon sans le sou, el...
    1h35
    Ma note :

Avis sur les films de Jean Vilar

Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -