John Waters

Réalisateur, acteur, scénariste
Né à Baltimore, Maryland, USA le 22 avril 1946
Connu pour...

Biographie de John Waters

Il grandit à Lutherville (dans la banlieue de Baltimore), rentre dans une école catholique dont il ressort plus provocateur que jamais. Sa tante lui offre sa première caméra à l’âge de 16 ans. Parce qu’elles l’ennuient, il abandonne ses études de cinéma à l’université NYU. Il réalise deux films en 8 mm : Hag in a Black Leather Jacket et Roman Candles (1964) ; ses influences sont Jean-Luc Godard, Walt Disney, Andy Warhol, Russ Meyer, Kenneth Anger, Ingmar Bergman et Herschell Gordon Lewis. Tous les films de Waters se passent à Baltimore, où il fait jouer des acteurs aussi différents que Divine, David Lochary, Mary Vivian Pearce, Mink Stole et Edith Massey. Il a aussi noué des liens avec des personnes telles que le décorateur Vincent Eriano, le créateur de costumes Van Smith et le directeur de casting Pat Moran ; tous l’aideront à donner à ses films le « Waters Look ». Au début des années 1970, Waters signe ses deux pamphlets les plus violents : Pink Flamingos pour lequel il devra payer une amende pour obscénité, et Female Trouble dans lequel le travesti Divine réussit la performance de se violer lui-même ! Mais son œuvre commence à être reconnue, au point que le Musée d’Art Moderne inclut Pink Flamingos dans sa collection permanente ! Considéré comme un cinéaste culte, grand représentant du film underground (film expérimental, indépendant, produit sans l’aide des grands studios), Waters se fait connaître internationalement avec Polyester, le premier film en « odorama » (un sticker avec des pastilles à gratter était remis à l’entrée de la salle). ''Hairspray marque un tournant dans une filmographie se tournant vers un public plus large mais gardant un esprit indubitablement caustique. La disparition de son acteur-fétiche Divine afflige Waters. Vient ensuite Cry Baby dans lequel il révèle le talent de Johnny Depp. Mais c’est en 1994 que le réalisateur entre dans la fameuse « A-list » (film produit par une major) avec Serial Mother dans lequel Kathleen Turner tue à tour de bras, comédie noire qui sera présentée hors compétition à Cannes. Entre ce film et Pecker, Waters a introduit son cinéma dans l’art contemporain en accolant des images extraites de ses films et saisies sur un écran de télévision – comme un « story-board photographique ». Il a également rénové la copie de Pink Flamingos, ajoutant certaines scènes coupées au montage et présentant le film « neuf » au Festival du Film Américain de Deauville. Parallèlement à sa carrière cinématographique, John Waters a écrit plusieurs livres.

Filmographie de John Waters

Avis sur les films de John Waters

Vodkaster © 2007-2016 - Tous droits réservés - 2 
Qui sommes-nous ? - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Vodkaster recrute ! - Mentions légales -