Richard Nixon

Acteur
Né le 9 janvier 1913, mort le 22 avril 1994

Connu pour...

Biographie

Richard Milhous Nixon naît le 9 janvier 1913 à Yorba Linda. Son arrière-grand-père fut tué lors de la bataille de Gettysburg durant la guerre de Sécession. Ses parents, Francis Nixon et Annah Milhous, sont des quakers pratiquants et si son père gère l'épicerie et la station d'essence familiale, sa mère l'éduque dans l'esprit quaker (pas de boissons alcoolisées, pas de soirées dansantes et défense d'utiliser des jurons) et veut en faire un missionnaire. Fils cadet, Richard Nixon a eu quatre frères dont l'un, Arthur, mourut à l'âge de sept ans (tuberculose) : Harold (1909-1933), Donald (1914-1987), Arthur (1918-1925) et Edward Nixon (né en 1930).
Ses études secondaires brillantes lui permettent d'obtenir une bourse offerte par l'université Harvard mais ses parents n'ont pas les moyens d'assurer son entretien en dehors de la maison. Il fréquente donc le Whittier College (une école quaker) où il finit deuxième de sa promotion, puis reçoit une bourse qui lui permet de faire ses études de droit à l'université Duke en Caroline du Nord.
Pendant la Seconde Guerre mondiale, il s'engage dans la Marine alors que sa religion lui aurait permis d'être exempté. Il sert sur un navire de ravitaillement et termine la guerre avec le rang de commandant en second et l'estime de ses supérieurs qui le considèrent comme un bon officier et un meneur d'hommes. C'est aussi pendant son service militaire dans la Marine qu'il apprend à jouer au poker et qu'il devient rapidement un excellent joueur ; il y gagne près de 10 000 dollars, somme considérable à cette époque, ce qui lui permet de financer sa première campagne politique.
Un groupe d'hommes d'affaires californiens (The Committee of 100) lui demande de devenir candidat pour la Chambre des représentants à la fin de son service militaire.
Il est élu à la Chambre des représentants des États-Unis en 1946 comme député de l'État de Californie, au cours d'une première campagne très dure contre Jerry Voorhis.
Nixon grimpe rapidement les échelons politiques se faisant connaître comme un ferme anti-communiste. Il est membre du Comité de lutte contre les menées anti-patriotiques (House Un-American Activities Committee) et participe au procès d'Alger Hiss (accusé d'être un espion communiste, il fut condamné à cinq ans de prison pour faux témoignage).
En 1950, Nixon bat la candidate Helen Gahagan aux élections sénatoriales, en l'accusant d'avoir des sympathies pour le communisme. C'est durant cette dernière campagne électorale qu'un petit journal lui donne un surnom qu'il conservera toute sa vie, « Tricky Dick » (Richard le roublard).
Nixon est élu vice-président de Dwight Eisenhower en 1952. Il n'a alors que 39 ans. Il est réélu à la vice-présidence en 1956.
Un des points marquants de sa campagne est l'utilisation de la télévision, une nouveauté à ce moment. Richard Nixon est accusé d'avoir été financé par une caisse noire et il utilise la télévision pour assurer lui-même sa défense dans un discours destiné à émouvoir l'opinion publique (Checkers Speech). Il est alors submergé de soutiens ce qui permet à Eisenhower de le garder sur le ticket républicain.
En tant que vice-président, Richard Nixon voyage en Amérique du Sud et reçoit des éloges pour sa détermination, faisant face aux opposants de la politique étrangère des États-Unis.
Durant sa vice-présidence, il assume à trois reprises les fonctions de chef d'État, lors de trois crises cardiaques du président Eisenhower (24 septembre 1955, juin 1956 et novembre 1957).
Il prouve aussi qu'il est un fin penseur lors de sa confrontation avec Nikita Khrouchtchev lors de l'« American National Exhibition » à Moscou (le 24 juillet 1959).
Cette célèbre confrontation voit les deux leaders débattre des mérites respectifs des systèmes capitaliste et communiste dans un modèle de cuisine américaine aménagée présenté à l'exposition.
Lors de l'élection présidentielle de 1960, il est le candidat principal des Républicains, mais il perd de justesse face à John F. Kennedy. La plupart des observateurs s'accordent à dire que le facteur crucial qui a fait basculer la campagne est le premier débat télévisé de l'élection présidentielle.
Malgré une barbe naissante (le débat ayant lieu en fin d'après midi), Nixon refusa qu'on le maquille, de plus, il était malade et fatigué par de nombreux déplacements de campagne. Il espérait gagner des voix grâce à ses connaissances en politique étrangère, mais les Américains ont seulement vu un homme mal à l'aise, transpirant beaucoup et portant un costume gris qui se confondait avec le décor. D'ailleurs, les sondages ont montré que les auditeurs qui avaient suivi le débat à la radio considéraient que Nixon était le vainqueur alors que les téléspectateurs optaient pour Kennedy.
Le mardi 6 novembre 1962, il perd une nouvelle élection : celle pour le poste de gouverneur de Californie. Dans son discours de clôture, Nixon affirme que c'était sa « dernière conférence de presse ». Pendant sa « traversée du désert », de Gaulle le reçoit, geste que le futur président américain n'oubliera pas.
Son défaitisme ne dure pas. Il déménage à New York où il devient un éminent avocat.
En 1968, candidat des Républicains, il a sa revanche en remportant de justesse l'élection présidentielle devant le démocrate Hubert Humphrey et le candidat Dixiecrat George Wallace. Nixon obtient 43,4% des votes (301 grands électeurs) alors que H.H. Humphrey en obtient 42,7% (191 grands électeurs).
En janvier 1969, Richard Nixon devient le 37e président des États-Unis.
Parmi les faits marquants de sa présidence, notons :
  • le redémarrage des rapports avec la Chine communiste en février 1972, ce qui aboutira à l'établissement de relations diplomatiques avec la République populaire de Chine en 1979 sous la présidence de Jimmy Carter, et l'amélioration des relations avec l'Union soviétique. Son secrétaire d'État Henry Kissinger a joué un rôle majeur dans cette politique ;
  • la création de l'Agence de protection de l'environnement des États-Unis (EPA) ;
  • la création de la Drug Enforcement Administration (DEA);
  • la « vietnamisation » de la guerre du Viêt Nam : retrait progressif des troupes américaines de la république du Viêt Nam en les remplaçant par des combattants sud-vietnamiens ;
  • signature (avec le Nord Vietnam) d'un accord de paix le 27 janvier 1973 à Paris
  • dans le cadre de la guerre du Viêt Nam, les bombardements sur le territoire du Cambodge neutre, puis le renversement du régime en place ;
  • le lancement du programme de construction de la navette spatiale.

Pendant la campagne électorale, comme pendant sa présidence, Nixon s'appuie sur ceux qu'il appelle la « majorité silencieuse » : l'Amérique conservatrice qui n'aime pas les hippies, la contre-culture et les anti-guerre. Nixon promet une « paix avec l'honneur » au Viêt Nam sans expliquer comment il compte procéder. Son rival démocrate va alors ironiser sur un « plan secret » et il est couramment attribué à Nixon d'avoir prétendu en avoir un. Nixon confirmera dans ses mémoires qu'il n'en avait aucun.
L'administration Nixon commence secrètement une campagne de bombardements massifs contre le Cambodge en mars 1969 (nom de code : « Menu ») pour détruire ce qu'elle croyait être les quartiers généraux ainsi que les « sanctuaires » où se seraient trouvés de nombreux soldats du Front national de libération du Viêt Nam. La campagne de bombardements ne reste secrète que pour l'opinion publique américaine. L'efficacité militaire fut limité et n'empêche pas les forces communistes de s'implanter dans ce pays.
En ordonnant ces bombardements, Nixon réalisa qu'il allait étendre une guerre déjà impopulaire tout en violant la neutralité officielle du Cambodge. Quelques jours plus tard, des manifestations étudiantes contre la guerre font quatre morts. Les conseillers de Nixon puis l'opinion se retournent. Les détails de ces bombardements restèrent secrets même pour de hautes personnalités. L'usage peu orthodoxe des pouvoirs exécutifs à l'occasion des bombardements du Cambodge est l'une des raisons de la procédure d'impeachment lancée contre Nixon mais cette charge fut finalement retirée car il n'y avait pas violation des pouvoirs constitutionnels.
Le 30 juillet 1969, Nixon fait une visite surprise au Viêt Nam du Sud où il rencontre le président Nguyen Van Thieu et le commandant en chef des forces armées américaines. La guerre se termine pendant sa présidence, mais après quatre années de bombardements massifs, de piétinements sur le terrain et par le retrait des troupes du Viêt Nam du Sud.
Le 4 septembre 1970, alors que le président chilien, Salvador Allende est élu, le président Nixon n'envoie aucun message de félicitation et son ambassadeur à Santiago n'assiste pas à la cérémonie d'investiture. La victoire d'Allende menace de faire tache d'huile dans le continent tout entier. « Il faut écraser ce fils de p... le plus tôt possible », répétait Richard Nixon à qui voulait bien l'entendre. La commission Church n'a trouvé aucune preuve d'une implication directe des États-Unis dans le coup qui renverse Allende en 1973 ; néanmoins cette implication est fréquemment tenue pour hautement probable.
Le 5 janvier 1972, Nixon ordonne le développement du programme de construction de la navette spatiale américaine. Cette décision allait profondément modifier la manière d'explorer et d'utiliser l'espace dans les décennies qui suivirent.
Alors que la gauche est très hostile à Nixon quand il arrive au pouvoir, les politiques économiques et sociales de celui-ci apparaissent rétrospectivement centristes, voire de gauche : il impose un contrôle des salaires et des prix face à la crise, refuse les changes flottants et abolit l'étalon-or, intervient fréquemment en légiférant, crée des agences et administrations, augmente considérablement les salaires des fonctionnaires.
L'élection présidentielle de 1972 est la consécration de Richard Nixon. En effet, avec plus de 60% de suffrages populaires, il remporte 49 des 50 États contre le démocrate George McGovern (seul le Massachusetts lui échappe).
Il lance le Project Independence pour tenter de réduire la dépendance énergétique des États-Unis le 7 novembre 1973 et le 2 janvier 1974, Nixon signe une loi limitant la vitesse des automobiles à 55 miles par heure (environ 90 km/h) afin de réduire la consommation de pétrole pendant la crise pétrolière.
Nixon a été impliqué peut-être dans la préparation et certainement dans la dissimulation du cambriolage effectué au siège du Parti démocrate, dans l'immeuble du Watergate. Ce cambriolage est l'un des scandales impliquant le comité de réélection de Nixon. Ce sont les enregistrements secrets de la Maison Blanche qui révèlent des détails sur son implication dans l'affaire. Il perd tout soutien après le « massacre du samedi soir » (Saturday Night Massacre) pendant lequel il fait renvoyer Archibald Cox, défenseur du ministère public dans l'affaire, ainsi que ceux qui se sont exprimés contre ce renvoi dans sa propre équipe. La Chambre des représentants lance une procédure d'impeachment contre Richard Nixon le 9 mai 1974. Menacé de destitution, il préfère démissionner, le 9 août 1974.
Son successeur à la Maison Blanche, Gerald Ford, proclame un pardon, ce qui met fin aux enquêtes.

Filmographie

Micro-critiques

Vodkaster © 2007-2014 - Tous droits réservés - 2  - artist
Qui sommes-nous ? - Lire mes DVD à distance - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales