Yamina Benguigui

Réalisatrice, scénariste
Née à Lille, Nord le 9 avril 1957
Connue pour...

Biographie de Yamina Benguigui

De parents algériens, elle débute sa carrière comme assistante de réalisation, notamment auprès de Jean-Daniel Pollet, avant de fonder avec Rachid Bouchareb une société de production nommée « Raya Films ». Elle produit, entre 1990 et 1991, une émission hebdomadaire culturelle et musicale liée aux communautés immigrées en France, Rencontres, sur France 3. Elle réalise de nombreux documentaires : la série Femmes d'Islam, pour France 2, en 1994, puis La Maison de Kate, un lieu d'espoir (1995), sur un centre de traitement de la toxicomanie.
Son documentaire Mémoires d'Immigrés, réalisé en 1998 pour Canal+, a un fort impact lors de sa sortie en salles. Elle y retrace l'histoire de l'immigration maghrébine à travers des témoignages qui rendent compte de la quête d'identité et des effets du racisme. En 2000, elle réalise le court-métrage Pimprenelle, pour la collection Pas d'histoires ! 12 regards sur le racisme au quotidien (2001). En 2001, elle présente son premier long-métrage de fiction, Inch'Allah dimanche, qui recueille de nombreux prix.
Elle présente avec Gilles Schneider l'émission Place de la République sur France 2, puis D'une rive à l'autre de la Méditerranée en 2003. Elle est présidente du FIPA pour 3 ans. Son documentaire Aïcha, Mohamed, Chaïb... engagés pour la France, sur l'intégration dans l'armée, est diffusé sur France 3 en octobre de la même année, elle reçoit à Florence le prix « Il Sigillo delle Pace » pour l'ensemble de son travail. Elle est chevalier de la Légion d'honneur depuis 2003, et officier des Arts et des Lettres depuis 2002 ; elle est aussi décorée de l'Ordre national du mérite (chevalier en 1997, promue officier en 2007). Elle est membre depuis 2006 du Haut Conseil à l'intégration.
Elle crée au printemps 2006 une société de production « Elemiah » avec Marc Ladreit de Lacharrière (Fimalac). Il s'agit avec cette société de production de « favoriser la représentation des minorités à la télévision et au cinéma ». Elle emploiera des personnes issues de l'immigration et produira des fictions mettant en scène des héros de toutes les origines. Au programme sont d'emblée inscrits un documentaire pour Canal+, Le 9/3, mémoire d'un territoire, et Aïcha, une série de téléfilms sur le quotidien d'une jeune fille de banlieue, pour France 2 avec Sofia Essaïdi dans le rôle principal.
Depuis janvier 2007, elle est marraine de Bibliothèques sans frontières, une jeune ONG qui vise à faciliter l'accès au savoir dans les pays en développement.
Elle prépare un film sur le manque de carrés musulmans dans les cimetières en France, intitulé Le Paradis, c'est complet avec son inséparable et meilleure amie Isabelle Adjani dans le rôle principal, cette dernière y incarnerait le rôle d'une ministre d'origine maghrébine.
Toujours en 2007, elle écrit, réalise et produit « Aïcha », une fiction pour France 2, qui met en scène la vie d'une jeune française issue de l'immigration maghrébine dans une banlieue de Paris. Rêvant de liberté et d'indépendance, elle cherche à créer sa propre identité sans passer par la case mariage et sans rompre avec sa famille. Suivi par plus de 5 millions de téléspectateurs, ce film, véritable succès public, réalise la meilleure audience 2009 pour une fiction française diffusée sur France Télévisions..
Le documentaire 9/3. Mémoire d'un territoire diffusé le 29 septembre 2008 sur Canal+ a été acclamé par la presse et a reçu en 2009 le Globe de Cristal pour le meilleur documentaire. Le film retrace l'histoire du département de la Seine-Saint-Denis (le « 93 » ou « 9/3 ») du milieu du XIXe siècle à nos jours. Selon le documentaire, ce territoire aurait toujours été sacrifié par l'État : concentration des industries, relégation des populations les plus pauvres, grands ensembles déshumanisés et mal construits, sous-équipement chronique ; une des raisons des émeutes de banlieue, en 2005, serait cette discrimination territoriale et, aujourd'hui, ethnique. Cette thèse de la paupérisation organisée du nord-est de la banlieue de Paris soulève cependant la critique de plusieurs historiens interviewés pour le film et dont seuls les propos allant dans le sens de cette idée centrale ont été retenus au montage. Selon ses détracteurs, ce film doit être regardé comme une oeuvre militante, avec les qualités et les défauts du genre, mais non comme un travail de reconstitution du passé, qu'ils jugent souvent fort éloigné de la thèse qu'il entend défendre. Ces thèses et propos étant revus point par point sur un site où la réalisatrice répond à chaque accusation.
Depuis 2008, Yamina Benguigui est nommée adjointe à la Mairie de Paris, en charge des droits de l'Homme et de la lutte contre les Discriminations. A ce titre, elle a initié et poursuivi au sein de sa délégation depuis trois ans, l'organisation du « Forum pour l'emploi des jeunes », avec M. Christian Sautter, Adjoint au Maire de Paris.
En mars 2009, elle a initié le premier colloque intitulé « Décolonisons les Imaginaires » réunissant des sociologues, des professionnels, des artistes et des citoyens afin d'éveiller les consciences sur la problématique des discriminations raciales. La deuxième édition aura lieu en octobre 2010. Yamina Benguigui vient de réaliser le second volet de la série Aicha, « Aïcha, Job à tout prix », qui sera prochainement diffusé sur France 2.

Filmographie de Yamina Benguigui

Avis sur les films de Yamina Benguigui

Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -