Interviews, reportages, chroniques, palmarès...
Tout le Festival de Cannes 2016 raconté de l'intérieur !
  • C'est le site TMZ qui a annoncé en premier la triste nouvelle, confirmée ensuite par Variety : Bill Paxton est mort hier, samedi 25 février, des suites de complications chirurgicales. Il était âgé de 61 ans. L'acteur, également réalisateur de Emprise, était notamment un compagnon de longue date de James Cameron avec qui il a tourné quatre longs-métrages, dont Titanic. Il fut notamment salué pour ses performances au cinéma dans Apollo 13 et surtout Un Plan simple, ainsi qu'à la télévision dans la série Big Love. (Source : TMZ)

    Commenter
  • Commenter
  • Commenter
  • Ils font les derniers réglages avant d'entrer en hibernation et de s'enfoncer dans le cosmos : il l'ignore encore, mais l'équipage du Covenant n'est qu'à quelques années-lumières de sa rencontre avec un xénomorphe, dont le premier bébé naquit il y a 28 ans de cela, accouché par John Hurt en plein milieu d'un repas pourtant pas si mauvais... Pour la promotion d'Alien : Covenant, 20th Century Fox France a mis en ligne un extrait de 4 minutes du film, en VOST. On y voit à l'oeuvre son casting quasi-complet (Michael Fassbender, Katherine Waterstone, Danny McBride, Billy Crudup, James Franco) et on y passe à table, évidemment, pour un remake, ou presque, de LA scène fondatrice de la saga. Alléchant ou pas ?

    Commenter
  • Il était notamment le réalisateur en 1967 de La Marque du tueur, chef-d'oeuvre devenu culte, très apprécié sur Vodkaster : un film noir, en noir et blanc, construit autour d'un tueur à gage qui échoue à exécuter son contrat à cause d'un papillon ; une réalisation qui a inspiré Quentin Tarantino au moment de faire Reservoir Dogs et Jim Jarmusch quand il a imaginé Ghost Dog. Seijun Suzuki est décédé le 13 février dernier, à l'âge de 97 ans. Il laisse derrière lui une filmographie riche thématiquement et esthétiquement, où se croisent des yakuzas, des soldats, des prostituées et même des dieux ratons-laveurs, dans Princess Racoon, avec Zhang Ziyi, son ultime long-métrage pour le cinéma, inédit en France mais présenté hors-compétition au Festival de Cannes en 2005. (Source : Télérama qui revient, en extraits, sur l'oeuvre de Seijun Suzuki)

    Commenter
  • Le season premiere de cette saison 7 avait été quelque peu traumatisant. Au point que nous vous avions même posé cette question : Negan vous avait-il dégoûté de la série ? Sept épisodes plus tard, où en est-on ? Malheureux comme les pierres. Même en ayant fait le deuil de certaines morts, les téléspectateurs ont dû se rendre à l'évidence : Negan est partout et il est là pour rester. Seule subsistait une petite lueur entrevue à la fin de l'épisode 8, diffusé en décembre dernier, peut-être pas encore une révolte mais au moins une résistance. Sauf qu'entre-temps, la donne a changé. L'audience américaine est passée de 17 millions à 10 millions de téléspectateurs, ce qui influence forcément les scénaristes et showrunners, et un certain ennui s'est exprimé sur les réseaux sociaux, comme si toute cette première partie de saison 7 ne faisait que digérer, lentement, l'impact de son 1er épisode. Le mid season premiere, diffusé cette semaine sur OCS, pousse-t-il à l'optimisme quant à la qualité du programme, ou le chemin de croix semble-t-il devoir se poursuivre ? Pour avoir quelques éléments de réponses, rendez-vous ici-même, demain mardi 14 février à partir de 12h30, pour participer au Facebook Live entre Pierre Langlais et Sébastien Mauge. Les spécialistes séries de Télérama tenteront de reprendre les remarques et questions que vous formulerez en direct, en commentaires de cette news, pour éclairer au mieux les enjeux de cette seconde partie de saison 7 de The Walking Dead.

    122 commentaires
  • On appelle ça une douche écossaise. D'abord la joie pour celles et ceux qui l'attendent depuis Tree of Life ou pas loin : Voyage of Time sortira bien au cinéma, en France, le jeudi 11 mai 2017. Sélectionné à la dernière Mostra de Venise, le documentaire que Terrence Malick consacre à la naissance de l'univers, sera bien visible, et sur grand écran, dans notre contrée. Puis vient une précision inattendue de la part de son distributeur, Mars Films : Voyage of Time sera projeté une seule fois et partout en même temps, le jeudi 11 mai à 20h. C'est le principe de la séance unique, habituellement appliqué aux retransmissions de concerts ou d'opéras dans les circuits de cinéma. Pourquoi ce choix ? Pour créer l'événement autour du film. Bonne idée, qui permet de donner un caractère exceptionnel au film, ou choix discutable, plus frustrant que réjouissant ? La liste des salles participantes sera bientôt communiquée. Tout ce que l'on sait de plus pour le moment est qu'il s'agira de la version de 90 minutes montée avec la voix de Cate Blanchett, pas celle de 40 minutes commentée par Brad Pitt et destinée à l'IMAX.

    1 commentaire
  • Ce pourrait être la bande-annonce de la 89ème cérémonie des Oscars. Cineplex Movies a compilé dans un super cut les 47 longs-métrages cités cette année, même ceux qui ne le sont qu'une fois, même Suicide Squad, oui. L'occasion de voir Jackie croiser le héros de Moonlight, d'apercevoir Amy Adams contempler le ciel, puis Ryan Gosling et Emma Stone danser sur un fond étoilé... Avant de le faire sur la scène du Dolby Theatre, leurs Oscars en mains ? La La Land a obtenu cette année le nombre record de 14 nominations, ce qui en fait naturellement le grand favori. Rendez-vous sur Vodkaster le 26 février pour savoir combien de ces citations se concrétisent en statuettes.

    Commenter
  • Comme tous ceux qui sont précieux, Wong Kar-wai se fait rare. Le cinéaste hongkongais n'a plus sorti de long-métrage depuis The Grandmaster, en 2013. Il quitte ponctuellement sa réserve le temps d'une campagne publicitaire, mais ça ne suffit pas. Pour se consoler de cette absence qui dure, Glass Distortion a eu la bonne idée de réaliser un essai vidéo consacré à l'utilisation de la couleur chez le réalisateur des Anges déchus et de 2046. L'occasion de savourer le travail de son directeur de la photographie fétiche, Christopher Doyle, de recroiser les inoubiables Leslie Cheung et Maggie Cheung, et de se laisser porter pendant un peu plus de deux minutes par le thème musical emblématique de In The Mood for Love...

    Commenter
  • Quels meilleurs arbitres que vous, les Vodkastos, pour aider la rédaction de Télérama à trancher ? Le sujet de la discorde : Jackie, le film que consacre Pablo Larrain à la First Lady, veuve de JFK. Un biopic, d'accord, mais un biopic comment ? Une évocation anticonventionnelle, un peu retorse même, ou bien une hagiographie dans les règles de l'art, de celles dont on commence à se lasser ? La deuxième option assurément pour Louis Guichard, notamment à cause de Natalie Portman « qui garde toujours quelque chose d'une sainte , même quand son personnage livre des aveux supposés terribles, l'horizon du film demeure, banalement, l'idolâtrie ». « Invention d'une légende plus « vraie », plus grande que le réel » répond Cécile Mury. « Jackie n'est pas un « biopic », la petite histoire d'une première dame dans les tourments de la grande. C'est un trompe-l'oeil, une réflexion magistrale sur l'image ». Un avis que semble partager @Aeon - « Où s'arrête la représentation, où commence la vérité ? » - évoquant même un « anti-biopic » (comme Neruda, l'autre film récent de Larrain ?). Tout le contraire de @Altoy qui regrette le « traitement conventionnel » : « Jackie se marche sur les pieds en tentant d'élucider le conflit entre drame national et tragédie personnelle ». Une chose semble acquise en tous cas : comme l'affirme @epicot, « On s'ennuie moins quand y a Michel »... Si vous avez vu le film, de quel côté penchez-vous ? 

    Commenter
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -