Conte des chrysanthèmes tardifs
(1939)
un film de
Satisfaction communauté 88%
Conte des chrysanthèmes tardifs

Conte des chrysanthèmes tardifs

(1939)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 88%
  • 32 notes
  • 59 veulent le voir

Micro-critique star (huitetdemi) :
huitetdemi
Sa note :
Conte des chrysanthèmes tardifs “ Étourdissante chorégraphie où chaque plan est pourvu d'une âme et donne le vertige. ” — huitetdemi 10 janvier 2014
2 commentaires
  • huitetdemi
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Étourdissante chorégraphie où chaque plan est pourvu d'une âme et donne le vertige. ” — huitetdemi 10 janvier 2014
    2 commentaires
    • huitetdemi
      commentaire modéré j'avais pas été aussi enflammé depuis les «Mystères de Lisbonne»…
      10 janvier 2014 Voir la discussion...
    • adieuauxfilms
      commentaire modéré bien dis donc , 5 étoiles c'est pas tous les jours que ça t'arrive .
      17 janvier 2014 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ L'Ere Meiji, période d'une pseudo-ouverture, alors même que l'évolution des mœurs n'est que pour certaines classes et cache juste une mue. ” — Torrebenn 16 mai 2018
    8 commentaires
    • Torrebenn
      commentaire modéré @Limdebois @Ochazuke @djobaka @cath44 @Nathanlemec @bredele
      Ce que je veux dire dans ma m-c, mais la place me manquait pour être plus clair, c'est que l'Ere Meiji, à mon avis n'a pas marqué une révolution radicale par rapport à l'Ere Edo précédente. Je pense que les mentalités, les mœurs, les relations sociales et inter-sexes n'ont pas changé d'un coup de baguette magique !
      Tout d'abord, si changement il y a eu, il n'a concerné qu'une infime frange de la population : la plus cultivée, la plus riche, la plus puissante. L'artisan, le commerçant ou le paysan de base du Japon d'en-bas (comme dirait l'autre !) n'a pas été affecté dans sa vie quotidienne. Il a j'imagine continué à vivre de la même manière, dans la même misère et ignorance crasses que même les Japonais ont admises.
      D'autre part, je dis "mue", car les fondements de la société nippone n'ont que changé d'apparence pour pouvoir se fondre dans un monde plus occidentalisé. Seule la forme a évolué, mais le fond : la violence, le sexisme, l'exclusion ont continué de plus belle.
      17 mai 2018 Voir la discussion...
    • Limdebois
      commentaire modéré C'est surtout parce que l'ouverture et la révolution ne s'est pas faite au niveau social, voire familiale. Pour cela, il faudra attendre la période suivante (d'ailleurs, concernant le féminisme, c'est un peu le cas même en Occident). On sort d'un isolationnisme à une ouverture au monde, donc ça paraît un peu évident que la cellule familiale, que les traditions, les coutumes, que tout ça ne disparaisse pas d'un coup de baguette magique. L'ouverture à l'Occident, il se fait d'abord au niveau scientifique, technique, industriel, commercial, architectural... c'est déjà une révolution qui serait comparable à ce que nous apporterait sur Terre l'arrivée des petits hommes verts, ou plus proche de nous (ou de vraisemblable), l'ouverture de la Corée du Nord (et encore, la Corée du Nord dispose de tout un "arsenal" technologique, scientifique, que le Japon ne disposait pas à l'époque de la fermeture). Ç'a déjà dû être un choc énorme à pas mal de niveau, demander qu'en plus certaines mœurs se rapproche de mœurs qui n'étaient pas pour autant bien plus évoluées en Occident, ça me paraît un peu injuste pour cette société japonaise. Il est également important de préciser qu'on aurait tort de penser, ou chercherait à croire, qu'une évolution "bonne" ne saurait aller que dans le sens de "notre histoire" ou de nos mœurs actuelles, ou encore que le sens de l'histoire, et de toutes les histoires, donc celle précisément de la société nipponne, serait d'aller toujours plus vers de libertés, d'égalité. Dans certains domaines nos propres sociétés sont moins libérales que la même mais dans les années 20 ou 70 par exemple. Donc la société japonaise évolue comme elle évolue, sans qu'il n'y ait réellement de jugement de valeur ou de comparaison possible : elle n'évolue pas vers un pseudo-idéal qui serait celui de la société occidentale, elle mue oui comme tu dis, influencée par l'Occident, mais le but de celle-ci n'est pas de coller le plus possible à la nôtre comme je n'espère pas qu'on ait vocation à venir leur donner des leçons quant à la manière de se conduire en famille ou entre hommes et femmes. La place de la femme encore aujourd'hui dans la société japonaise n'est pas tout à fait la même que celle de la femme en Europe, mais les Japonais ne sont-ils pas assez "mûrs" pour décider de la société qu'ils veulent pour eux ? On peut le constater. S'en émouvoir ou porter un jugement dessus, ça me semblerait un peu déplacé. Peut-être auras-tu l'occasion d'apprécier tout ça ces prochains mois lors de ton séjour ;) (Je ne vois pas forcément bien le lien avec le film, d'autant plus que ça me paraît moi une période tellement hybride qu'elle m'a toujours paru follement cinématographique.)
      18 mai 2018 Voir la discussion...
    • Torrebenn
      commentaire modéré @Limdebois Je suis entièrement d'accord avec toi. Il n'y avait aucun jugement de valeurs dans mes propos et je n'en ai pas concernant mon analyse d'un autre pays, d'une autre culture. Heureusement qu'il n'y a pas d'échelle de valeurs et que l'on ne peut pas calquer son filtre sur tout autre pays.
      Je vais effectivement y faire mon 2e séjour, mais seulement à Tokyo (mais tiens, comment le sais-tu ?!), donc c'est forcément un peu faussé ... Néanmoins, je deviens à vitesse grand V un amoureux inconditionnel de ce pays, "défauts" (à mes yeux d'Occidental) inclus !
      18 mai 2018 Voir la discussion...
  • Kronan
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Mizoguchi dessine une peinture lointaine profondément intime, un délicat mouvement des sentiments au service de ces corps meutris. ” — Kronan 5 juin 2014
    Commenter
  • georges.b1
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Une œuvre qui mêle l’élégance éblouissante à la rigueur formelle et se livre à une attaque en règle contre les structures sociales ! ” — georges.b1 21 avril 2015
    Commenter
  • Limdebois
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Mizo calligraphe : plans-séquences et mouvements de caméra dessinent les contours d'une histoire ciselée par strates de marbre successives. ” — Limdebois 11 février 2018
    2 commentaires
    • Limdebois
      commentaire modéré ... à croiser avec La Vie d’O’Haru femme galante, du même Mizoguchi, et qui use des mêmes procédés narratifs (une séquence, une ellipse, une nouvelle époque, par exemple).
      11 février 2018 Voir la discussion...
    • orloff
      commentaire modéré @Limdebois wishlist, merci d'avoir attiré mon attention sur ce film. Il a l'air vraiment bien
      11 février 2018 Voir la discussion...
  • Pompon
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Abnégation qui se transforme en sacrifice pour preuve d'un amour qui dépasse les conventions établies. Mise en scène vertigineuse. ” — Pompon 6 mars 2016
    Commenter
  • zackmo
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Mizoguchi filme la vie comme du théâtre et le théâtre comme la vie. ” — zackmo 14 octobre 2015
    Commenter
  • Mathrouzaud
    Sa note :
    Conte des chrysanthèmes tardifs “ Hommage au kabuki doté d'une âme à la complexité proprement humaine, d'émotions délivrées sans facilité ni complaisance. Subtilité incarnée ” — Mathrouzaud 18 mai 2015
    Commenter

Casting de Conte des chrysanthèmes tardifs

Infos sur Conte des chrysanthèmes tardifs

Réalisé par Kenji Mizoguchi
Écrit par Yoshikata Yoda et Matsutaro Kawaguchi


Japon - 2h23 -
Titre original : Zangiku monogatari
Sortie le 24 juin 1981

Synopsis

À la fin du 19ème siècle, le Japon hésite entre le respect des traditions et une certaine ouverture. Kikonosuke Onoe, acteur de théâtre, est issu d’une famille aisée. Lorsqu'il rencontre Otoku, une fille modeste qui s'occupe de son petit frère nourrisson, il doit affronter les critiques de sa famille qui refuse une telle fréquentation. Après bien des difficultés, Kikonosuke devient célèbre et rentre à Osaka, pour retrouver Otoku au bord de la mort…

Films similaires à Conte des chrysanthèmes tardifs

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -