Himizu
(2011)
un film de
Satisfaction communauté 88%
Himizu

Himizu

(2011)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 88%
  • 79 notes
  • 65 veulent le voir

Micro-critique star (blacktide) :
blacktide
(à propos de Himizu)
Sa note :
Himizu “ Dans l'aurore fuyante, disparaît un ordinaire, pétrifiant les jours d'après en une fleur sans vase, un séisme de peines, de boue et de cris. ” — blacktide 18 août 2018
1 commentaire
  • blacktide
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Dans l'aurore fuyante, disparaît un ordinaire, pétrifiant les jours d'après en une fleur sans vase, un séisme de peines, de boue et de cris. ” — blacktide 18 août 2018
    1 commentaire
    • blacktide
      commentaire modéré Himizu prend aux tripes. Dans la tourmente d'un Japon post-Fukushima, Sion Sono en délivre sa tragédie, de ces vivants/ morts qui errent, dans un monde qui n'est plus tout à fait le même. Telle cette cabane devenue étang, la vague a soufflé la vie pour en faire une décharge, de ruines qui hurlent et errent dans la dévastation. Le désespoir s'hérite de la catastrophe, les peines contaminent les âmes, et la mort obsède les survivants. De la violence quotidienne à un amour impossible, la jeunesse s'abandonne à la fatalité d'un futur de plaies, de gifles et de mises à mort (cette menace parentale de pendaison). Les visages sont désespérés. Futur impossible, comme cette pluie sans fin parsemant le film, sans aucune éclaircie ni échappatoire. Apocalyptique. Et pourtant, Sion Sono fleurit sa tragédie de multiples complicités, entraides, sourires et passions, à l'image de la relation entre ces deux jeunes: de la détresse à l'idéalisme, de l'abandon à la poésie ("Je connois le beau temps du laid"), de la mort à un semblant de vie. Sion Sono invite à la reconstruction des êtres; un Japon qui se relèvera seulement à travers l'optimisme de sa jeune génération. Et même si "Himizu" est ponctué de quelques longueurs et répétitions, il n'en reste pas moins une oeuvre forte, et nécessaire.
      18 août 2018 Voir la discussion...
  • zephsk
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Théorème post-apocalyptique d'une rare violence, Himizu écrase et broie, laissant pour seules fondations un tas de métal hurlant. ” — zephsk 17 janvier 2014
    9 commentaires
    • Cladthom
      commentaire modéré Evidemment.
      Faudrait aussi que je me décide de regarder les Paso qui me manquent comme Mamma Roma. Tellement de films, pas assez de temps.
      18 janvier 2014 Voir la discussion...
    • tomsias
      commentaire modéré Ça m'a un peu déçu. Manque de mordant manifeste. À tel point que je rechigne toujours à voir The Land of Hope.
      18 janvier 2014 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré Oui, je comprends ça.
      18 janvier 2014 Voir la discussion...
  • MaxiPatate
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Requiem pour une nation endeuillée, à travers la personnification de son adolescence en perdition. Cataclysme intime, puissamment percutant. ” — MaxiPatate 26 mars 2016
    Commenter
  • Apocalypse12
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ En rouge et bleu, un cinéma intensément radioactif, et dont les résidus pleurent le rêve d'un après. Je plains le temps de ma jeunesse. ” — Apocalypse12 12 juillet 2018
    1 commentaire
    • Apocalypse12
      commentaire modéré Je plains le temps de ma jeunesse,
      Auquel j'ai plus qu'autre gallé
      Jusqu'à l'entrée de vieillesse,
      Qui son partement m'a celé.
      Il ne s'en est à pied allé,
      N'à cheval ; hélas ! comment donc ?
      Soudainement s'en est volé,
      Et ne m'a laissé quelque don


      […]

      Mes jours s'en sont allés errant
      Comme, dit Job, d'une touaille
      Font les filets, quand tisserand
      En son poing tient ardente paille :
      Lors s'il y a nul bout qui saille,
      Soudainement il le ravit.
      Si ne crains plus que rien m'assaille,
      Car à la mort tout s'assouvit.

      - François Villon
      12 juillet 2018 Voir la discussion...
  • Gotrek
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Passé le choc, constat amer d'une société renfermée dans ses poncifs autodestructeurs. Bouleversante ébauche de cinéma post-moderne. ” — Gotrek 8 avril 2017
    2 commentaires
  • Truman
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Quand la nature détruit tout menant l'homme dans une spirale de violence et de larmes, Sono Sion filme le vrai Japon post séisme . ” — Truman 26 septembre 2013
    2 commentaires
  • Kiwinsky
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Le métal hurle, grisâtre et froid, apparait un nouveau visage, intense et défait, aux fondations broyées dans les confins de la violence. ” — Kiwinsky 10 septembre 2015
    Commenter
  • cancou
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Quand la douleur est trop aiguë, quand tout est dévasté, que tout devient enragé, l'amour est ce miracle qu'il est si dur de na pas rejeter ” — cancou 28 juin 2017
    Commenter
  • juliendg
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Himizu : viscéral et traumatisant. Un condensé de haine, de désespoir et de dérèglement généralisé chez un ado à l'impossible reconstruction ” — juliendg 14 mars 2012
    Commenter
  • Cladthom
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Il a suffit d'un hurlement, un cri du désespoir pour emporter toute la tragédie du monde avec lui. Inégal mais bouleversant sur la fin. ” — Cladthom 19 janvier 2014
    2 commentaires
  • Sanium
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Viscères et misère, rebut d'un Japon sur la voie de la périclitation. La Terre tremble, ébranlant corps et sentiments. Lueur de désespoir. ” — Sanium 3 mai 2016
    Commenter
  • Ju_
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Sans trop pouvoir expliquer pourquoi, chaque scène touche au cœur. Parfois en le réchauffant, souvent en le déchirant ! ” — Ju_ 10 février 2016
    Commenter
  • Yohanes
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Façonné dans la boue et les larmes, Himizu fait l'autopsie du désespoir, testament d'une jeunesse rongée par l'amertume et le dégoût. ” — Yohanes 3 juin 2015
    Commenter
  • ChrisBeney
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ "Himizu" montre un Japon post-tsunami livré à des adultes rendus fous par la douleur. Un film bipolaire, éœurant de colère, puis émouvant ” — ChrisBeney 5 septembre 2011
    Commenter
  • psobkow
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Himizu, c'est Pierrot le Fou adolescent, sur les rivages dévastés par le tsunami. Splendeur et gloire de la jeunesse. ” — psobkow 11 juin 2017
    Commenter
  • bott
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Quête identitaire fragile d'un Sumida égocentrique, négligeant les bonheurs à portée de main. Inéluctable parcours d'une jeunesse perdue ” — bott 8 décembre 2017
    Commenter
  • MarcFairbrother
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Débordant d'humanité, Sion évoque les traumatismes d'une jeunesse incapable d'exprimer sa colère autrement que par la violence et la haine. ” — MarcFairbrother 13 octobre 2013
    Commenter
  • tomsias
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Himizu traite l'après Fukushima avec un sens bienvenu de la parabole, mais Le message porté par Sono Sion manque un brin de subtilité. ” — tomsias 15 février 2013
    Commenter
  • rousseauant
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Himizu est plus qu'un film sur le désespoir, c'est un film désespéré. ” — rousseauant 14 août 2013
    Commenter
  • Pelliculart
    (à propos de Himizu)
    Himizu “ Sono Sion signe sans doute le film post Fukushima : Lire la suite sur : http://pelliculart.canalblog.com/archives/2012/03/19/23802210.html ” — Pelliculart 15 mai 2012
    1 commentaire
  • hendicaise
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Sur la fin "Himizu" propose de belles scènes de désœuvrement post-Fukushima. D'autant plus rageant que la 1ère heure soit d'une telle bêtise ” — hendicaise 8 septembre 2011
    Commenter
  • votcastor
    (à propos de Himizu)
    Sa note :
    Himizu “ Traumatisme, perte de repères, incompréhension, colère, reconquête de l'identité... De bien belles idées transmises de la pire des manières ” — votcastor 22 octobre 2017
    Commenter
Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -