Y Télérama aime beaucoup
Le Rebelle
(1949)
un film de
Télérama aime beaucoup Y
Satisfaction communauté 89%
Le Rebelle

Le Rebelle

(1949)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 89%
  • 53 notes
  • 43 veulent le voir

Micro-critique star (bredele) :
bredele
(à propos de Le Rebelle)
Sa note :
Le Rebelle “ Le génie est intraitable, il ne cherche pas à plaire. Mais n'occultez pas sa puissance. ” — bredele 23 avril 2016
19 commentaires
  • bredele
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Le génie est intraitable, il ne cherche pas à plaire. Mais n'occultez pas sa puissance. ” — bredele 23 avril 2016
    19 commentaires
  • elge
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Servie par des géants, comme Neal et Cooper, La fragilité de l’excès lyrique Vidorien se transforme en une force étrange et démiurgique. ” — elge 23 février 2015
    Commenter
  • Limdebois
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Un chef-d’œuvre qui s’épuise à la revoyure face à la bêtise de l’auteur original. Le Rebelle ou le frère un peu trop bien caché de La Grève. ” — Limdebois 4 février 2018
    8 commentaires
    • Limdebois
      commentaire modéré La liberté des uns commence là où etc. Il y a deux choses souvent dans Le Rebelle qui choquent (voire plus), c'est le discours final que Rand aurait imposé dans sa longueur à Vidor (et c'est vrai que tel quel, il pourrait presque passer pour un tunnel final à la Capra), mais surtout la démolition de l'HLM. Quand on voit le film pour la première fois, on peut ne pas y prêter attention, c'était mon cas, on se dit "ah quand même..." et on passe à autre chose si on ne connaît pas le contexte philosophique (ou pseudo philosophique puisque Rand se considérait comme philosophe), or ce n'est pas du tout anodin. Ce n'est pas de simples valeurs d'un petit libéralisme gentil que la dame préconise, c'est de l'individualiste pur et dur. Autrement dit, peu importe que ce soit un HLM, il faudrait même dire "surtout si c'est un HLM" eh bien faisons-le exploser au nom du respect du travail personnel de l'architecte. Ce n'est qu'un aperçu de ce qu'on voit en permanence dépeint dans La Grève (je n'ai pas lu The Fountainhead en revanche dont est tiré Le Rebelle). Si tu as lu le résumé, je m'étonne que tu y adhères entièrement, parce qu'il fait quand même un peu frémir. L'individualisme d'accord, mais si c'est au détriment des plus démunis (de simples parasites pour Rand), non. Après... est-ce que c'est utile de remettre en question son avis sur un film qu'on aime tant ? Le cinéma étant de mon avis de toute façon très souvent une affaire de malentendu (et il y en a un grand, évident, avec ce film -- le talent de Vidor peut-être à arriver à atténuer l’extrémisme du propos de l'auteur), je ne vois aucun souci à ce qu'on préfère ne pas prendre le risque de tacher l'image qu'on se fait d'une œuvre qui nous a tant plu -- du reste, pour ma part, ç'a été un peu par hasard que j'ai dû revoir mon jugement, et ce n'est pas forcément bien agréable (en tout cas au début, parce qu'après, il y a aussi un certain plaisir à comprendre comment tout ce qui entoure une œuvre peut être amené à influencer notre jugement).
      4 février 2018 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré @Limdebois tu sembles juste oublier une chose, c'est que ce film est avant tout, le portrait d'un grand architecte Frank Lloyd Wright
      5 février 2018 Voir la discussion...
    • Limdebois
      commentaire modéré J'avais en effet oublié, et pour cause, c'est inexact (j'avais lu ces rumeurs à l'époque). D'ailleurs que Rand se soit inspirée ou non d'une personnalité réelle ou non, ça n'a non seulement en soi pas beaucoup d'importance compte tenu du fait que le film repose sur une "philosophie", non sur un "parcours", mais en plus, et on reste dans l'individualisme, je pense que Rand elle-même refuserait que la paternité du morceau soit laissée à quelqu'un d'autre. Howard Roark, c'est elle, pas un autre. Là où tu aurais un peu raison sans doute, c'est que l'une des obsessions de Rand a été toute sa vie de défendre l'idée que les seules personnes de valeur étaient celles qui inventaient quelque chose, et elle a un peu dû flairer l'imposture elle-même en avouant en quelque sorte qu'elle ne sentait pas assez légitime en tant que philosophe (ce qu'elle n'était pas) et qu'elle ferait ainsi un assez mauvais personnage de roman. Précisons que si Howard Roark ici est architecte, son personnage principal de La Grève est une "entrepeneuse". Elle ne met en scène en fait que des personnages qu'elle aurait souhaité être (on pourrait d'ailleurs s'amuser à voir en ces personnages toujours les mêmes petits défauts : ils sont impérialement parfaits -- présentés en tout cas comme tels -- tandis que les personnages secondaires ne sont qu'un ramassis d'ordures et de furoncles. Si dans un film ça peut très bien passer -- modèle à la Capra encore une fois, une sorte de dramaturgie basée sur la naïveté, la pureté, l'élégance, la noblesse populaire quoi, du héros -- dans un roman de mille pages, c'est à gerber.
      5 février 2018 Voir la discussion...
  • Mr_Tartiflette
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Le Non-conformisme a du bon et il est parfaitement mis en scène, voici une belle leçon d'architecture que nous propose Cooper. Admirable. ” — Mr_Tartiflette 30 juillet 2016
    Commenter
  • Jibi84
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Une puissance graphique incroyable, un Gary Cooper parfait et un discours final exaltant font de ce film un véritable chef d'oeuvre. ” — Jibi84 4 septembre 2015
    Commenter
  • Hadcinephile
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Du roman d'Ayn Rand hymne a un libéralisme radical et triomphant, King Vidor tire un hymne a l'indépendance et a la puissance de l'artiste. ” — Hadcinephile 24 septembre 2013
    1 commentaire
    • sadoldpunk
      commentaire modéré Ces deux notions ne sont pas nécessairement contradictoires: elles sont en tout cas déjà également présentes chez Rand.
      3 octobre 2017 Voir la discussion...
  • sullivan
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ P.Neal cravache à la main, indomptable. G.Cooper, incarnation de l'artiste au génie solitaire, individualiste, intransigeant. Très américain ” — sullivan 2 février 2015
    Commenter
  • Bcar
    (à propos de Le Rebelle)
    Sa note :
    Le Rebelle “ Un monument ! ” — Bcar 2 janvier 2012
    Commenter

Casting de Le Rebelle

Infos sur Le Rebelle

Réalisé par King Vidor
Écrit par Ayn Rand


États-Unis - 1h54 - Drame
Titre original : The Fountainhead
Sortie le 2 juillet 1949

Synopsis

Howard Roark, jeune architecte idéaliste et individualiste, est renvoyé de son université pour cause de divergences avec la norme architecturale environnante. Sa carrière est sauvée in extremis quand il est embauché par Henry Cameron, architecte aux mêmes vues que lui. Mais quelques années plus tard Cameron a sombré dans l'alcoolisme, non sans avoir averti Howard que la même chose l'attendait à moins qu'il n'accepte de mettre un peu d'eau dans ses idéaux. Mais Roark est décidé à conserver son intégrité à tout prix.

Films similaires à Le Rebelle

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -