Prenez garde à la sainte putain
(1971)
Satisfaction communauté 53%
Prenez garde à la sainte putain

Prenez garde à la sainte putain

(1971)
Ce qu'en pense la communauté
  • 53%
  • 41 notes
  • 17 veulent le voir

Micro-critique star (pierbf) :
pierbf
Sa note :
Prenez garde à la sainte putain “ Rapports de force et de mollesse dans une ratière glauque où l'on s'attribue des rôles qu'on est trop puéril pour assumer. Le cinéma, donc. ” — pierbf 23 avril 2018
Commenter
  • georges.b1
    Sa note :
    Prenez garde à la sainte putain “ RWF gère le stress psychologique d’une troupe d’acteurs qui va à la dérive‚ tableau d’une crise créative et de la dynamique du pouvoir ! ” — georges.b1 10 avril 2018
    Commenter
  • Limdebois
    Sa note :
    Prenez garde à la sainte putain “ Faire un film raté sur le tournage d’un film qui ne se fait pas… Wenders s’en tirera mieux avec L’État des choses. ” — Limdebois 25 avril 2018
    2 commentaires
    • bartol
      commentaire modéré Ta critique est très dure mais je suis totalement d'accord avec toi. Fassbinder a parfois une façon de gérer la temporalité de ses films assez mauvaise. Dans d'autres ça s'avère remarquable (Petra von Kant..)
      26 avril 2018 Voir la discussion...
    • Limdebois
      commentaire modéré Voire l'espace. Pour les deux, du coup Les Larmes amères s'affranchit de ces barrières et c'est peut-être pour ça aussi que ça doit être mon préféré avec les deux séries TV. Son côté théâtral peut nuire aussi parfois à cette gestion de l'espace, parce que je pense qu'il en a rien à carrer d'avoir des figurants pour faire tapisserie, seulement ça donne dans tous ses films une étrange impression d'espaces désincarnés. Parfois l'alchimie prend, et je pense même que dans celui-ci c'est plutôt bien géré parce qu'il y a une logique à ce qu'il y a pas mal de second rôle, beaucoup de personnages de l'équipe, et en dehors de ça un hôtel totalement vide, et puis donc parfois ça marche pas du tout. Ici c'est vrai que c'est le montage des séquences ou le rythme qu'il essaie de créer qui semble un peu vain. Je pense surtout qu'il n'avait pas de sujet assez intéressant dès le début et que c'est pas la forme qu'il arrive à appliquer au film ensuite qui rattrapera le coup. Quand je regarde Maman Kusters par exemple, le sujet de départ est fort et par la suite je trouve qu'il se perd un peu mais qu'il parvient à proposer un très bon film grâce à son talent de mise en scène, donc à sa gestion des espaces et de la temporalité (du rythme notamment). Il y a un élan qui sonne juste dès le départ ; alors qu'ici, on comprend le sujet (faire un film sur un film qui ne se fait pas) mais c'est une sorte de Nuit américaine un peu vaine, un peu forcée avec des personnages dont Fassbi ne semblent pas savoir quoi faire. Faut dire aussi que la présence de Lou Castel n'aide pas non plus à trouver une certaine harmonie dans le jeu. Ils se marchent d'ailleurs pas mal sur les pieds, les deux, Lou Castel et Fassbinder -- l'acteur. Et de manière générale, je préfère ses films avec des personnages féminins ou avec Gottfried John (qui possède une sorte de grâce féminine malgré un physique d'australopithèque). Lou Castel, il cabotine, comme Fassbinder, sans aucune grâce, et c'est assez pénible de le regarder (c'est con, mais cette grâce il l'avait dans Les Poings dans les poches, en étant plus jeune et plus... mince -- encore une histoire de bonne temporalité et... d'espace). Lou Castel + Fassbinder, les deux qui gueulent, j'ai l'impression de voir un film diabétique.
      27 avril 2018 Voir la discussion...
  • pierbf
    Sa note :
    Prenez garde à la sainte putain “ Rapports de force et de mollesse dans une ratière glauque où l'on s'attribue des rôles qu'on est trop puéril pour assumer. Le cinéma, donc. ” — pierbf 23 avril 2018
    Commenter
  • PharaonDeWinter
    Sa note :
    Prenez garde à la sainte putain “ Ces tableaux désaffectés d'un tournage avorté perdent vite leur peu de superbe: cinéma empaillé, discussions intenables, tunnel narcissique. ” — PharaonDeWinter 25 avril 2018
    Commenter
  • A_Nos_Amours
    Sa note :
    Prenez garde à la sainte putain “ La mise en scène engluée dans la pose, si tant est qu'on se l'approprie, laisse entrevoir une fascinante fin de règne, son furieux désespoir ” — A_Nos_Amours 15 avril 2018
    Commenter
  • Kikuchiyo
    Sa note :
    Prenez garde à la sainte putain “ RWF évoque sans fard la déliquescence de son propre groupe artistique sans laisser entrevoir l'utopie abandonnée. Ça manque donc de densité. ” — Kikuchiyo 4 mai 2013
    Commenter

Casting de Prenez garde à la sainte putain

Infos sur Prenez garde à la sainte putain

Réalisé par Rainer Werner Fassbinder
Écrit par Rainer Werner Fassbinder


Allemagne, Italie - 1h43 - Drame, Comédie
Titre original : Warnung vor einer heiligen Nutte
Sortie le 28 août 1971

Synopsis

En Espagne, le tournage d'un film provoque une succession de malentendus et de tensions. Il manque à la fois du matériel et...un réalisateur. Les deux principaux protagonistes du long métrage en préparation tentent alors de sauver ce qui peut encore l'être.

Films similaires à Prenez garde à la sainte putain

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -