T Télérama aime un peu
Vacances à Venise
(1955)
un film de
Télérama aime un peu T
Satisfaction communauté 46%
Vacances à Venise Bande-annonce

Vacances à Venise

(1955)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 46%
  • 68 notes
  • 23 veulent le voir

Micro-critique star (blacktide) :
blacktide
(à propos de Vacances à Venise)
Sa note :
Vacances à Venise “ A l'idéal d'une fleur à la dérive, pétillent les couleurs de la mélancolie comme ces éphémères amours emportés dans le tourbillon de la vie. ” — blacktide 24 septembre 2017
10 commentaires
  • blacktide
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ A l'idéal d'une fleur à la dérive, pétillent les couleurs de la mélancolie comme ces éphémères amours emportés dans le tourbillon de la vie. ” — blacktide 24 septembre 2017
    10 commentaires
  • Torrebenn
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Carte postale colorée qui vous emporte sur les ailes de la romance. Se laisse voir avec attendrissement au fil des venelles médiévales. ” — Torrebenn 6 janvier 2016
    7 commentaires
    • Torrebenn
      commentaire modéré @TeddyDevisme Pour moi, ça n'est pas un problème. Comme je le disais, elle m'exaspère tellement en général, que là, le fait que je la supporte m'a soulagé et j'en ai profité !
      11 janvier 2016 Voir la discussion...
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré @Torrebenn @TeddyDevisme Je vous trouve durs avec K. Hepburn ET le film : pour moi, le filmage du décor vénitien va plus loin que la carte postale. C'est effectivement la ville "rêvée" par excellence, chargée de symboles romantiques, une ville de cinéma. Pas pour rien si pendant toute la première moitié, l'héroïne filme tout : réflexe touristique moderne, mais aussi, symboliquement, nécessité de passer le réel par le filtre du cinéma pour en faire une image, un artefact dans lequel se complaire.
      Quand il s'agit d'affronter la réalité, c'est comme si le personnage ne s'autorisait jamais à croire parce qu'elle ressemble trop à... un film. Le dernier acte, où elle fait le choix de ne pas prendre le risque du tragique abandon et écrit en quelque sorte "la fin de son propre film", est bouleversante.
      Bref, tout ça pour essayer d'aller un peu plus loin : carte postale, oui, mais RÉFLEXION sur la carte postale, ce qu'elle nous fait, comment on peut tenter de s'en extraire et finalement choisir de la découper selon son envie profonde.
      22 juillet 2016 Voir la discussion...
    • TeddyDevisme
      commentaire modéré @Kikuchiyo Je ne dis pas qu'il s'agit uniquement d'une carte postale (voir ma micro-critique), mais justement qu'il en fait le contexte. C'est la seule fois de sa carrière que David Lean met en scène la ville rêvée, elle n'est pas fantasmée ou hors-champ ou à l'horizon ou même fantastique, elle existe et bien présente dans chaque plan. Or, je trouve qu'il a du mal plusieurs fois à faire resurgir la tragédie, l'amertume de la protagoniste, justement parce qu'elle est plongée corps et âme dans cet ailleurs rêvé.
      Après, l'avantage d'avoir choisi un tel contexte, c'est que le film est la parfaite conclusion pour tous ses films précédents. La protagoniste est telle la somme de tous les personnages précédents, qui migrent enfin vers le rêve d'ailleurs, mais en étant toujours tiraillés par la tragédie personnelle. La narration pêche fortement dans SUMMERTIME, mais David Lean arrive à combler cela par son Technicolor.
      28 juillet 2016 Voir la discussion...
  • Anna_K
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ On frétille devant Venise, les belles robes et l'idylle annoncée, puis l'on s'ennuie ferme tant le jeu de K.Hepburn tourne au mime Marceau. ” — Anna_K 4 mars 2016
    5 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré @Anna_K Il y a bien ce côté oiseau mécanique (oeil accroché à la caméra) dans la belle vieille-fille légèrement Quaker, en tout cas gentille mais raide et nerveuse du début du film. Cependant ses angles fondent par la suite. Venise devient pour la quadragénaire Jane l'occasion d'un printemps indien. L'oiseau sans abandonner définitivement sa cage se reprend -au moins un temps- à voler. C'est toute l'histoire et David Lean amène cela très bien, me semble-t-il.
      1 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @Bosco Belle approche, et sans doute très juste. Je suis prête à accepter cette K. Hepburn très "protestante", mais le traitement réservé à Rossano Brazzi m'agace tellement que je serais (presque) tentée de mettre ce film dans ma liste "Effacement de l'homme ?"
      1 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @Anna_K Oui, Rossano Brazzi est un peu agaçant en élégant gondolier des coeurs. Tu as raison, le mâle latin est fatigué et Hepburn, toute maladroite et embarassée d'elle-même qu'elle soit, est bien plus énergique. C'est ce mélange de virilité et de féminitéqui fait tout le charme de cette actrice américaine en diable.
      1 octobre 2017 Voir la discussion...
  • nnb
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Artifices et pièges de l'amour dans la Sérénissime superbement filmée...et vogue le gardénia sur le canal sans retour ! ” — nnb 24 septembre 2017
    2 commentaires
  • Kikuchiyo
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Sinueuse et émouvante trajectoire de celle qui baisse sa caméra pour se laisser terrasser de beauté et réaliser son inadéquation au monde. ” — Kikuchiyo 22 juillet 2016
    Commenter
  • Bosco
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Traitement psychologique et filmage cousus main, Gavroche italien en surpiquage : subtil filage de conventions. Un joli film très agaçant. ” — Bosco 1 octobre 2017
    1 commentaire
    • Bosco
      commentaire modéré David Lean, William Wyler... Les vacances en Italie constituent presqu'un sous-genre du cinéma anglo-saxon. Rome, Venise, Florence, Naples... Il y aurait une longue liste de films où des anglaises et américaines, surtout victoriennes ou puritaines, vont se décorseter sous le soleil de miel transalpin.
      1 octobre 2017 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Brève rencontre entre une Américaine solitaire et un beau Vénitien sur lesquels les couleurs de Venise exercent une fascination hypnotique! ” — georges.b1 16 avril 2017
    Commenter
  • TeddyDevisme
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Par ses couleurs impressionnistes et sa B.O mélancolique, la volupté de Venise devient un opéra tragico-romantique. Quelques facilités. ” — TeddyDevisme 10 novembre 2014
    Commenter
  • Theus
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Emouvant portrait d’une femme vieillissante éprouvant le réveil de sa solitude. Charme, subtilité, élégance, un must qui explore les failles ” — Theus 2 janvier 2017
    Commenter
  • Hedgehog
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Aussi belle soit-elle, la Sérénissime est réduite à un dépliant touristique s'ouvrant sur un pâle roman-photo qu'on feuillette avec ennui. ” — Hedgehog 25 septembre 2017
    Commenter
  • jenanaipa
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Un triste baroud d'honneur amoureux, pour une Katharine Hepburn en proie au spleen dans une Venise estivale charmeuse qui invite au voyage. ” — jenanaipa 23 mai 2016
    Commenter
  • Cottonmouth
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Gentillette romance à Venise, mais vite insupportable, tant Hepburn joue et surjoue tout. A oublier. ” — Cottonmouth 25 septembre 2017
    Commenter
  • Piwi
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Romance enchantée entre une américaine solitaire et un charmeur italien au sein d'une Venise sublimée. Plutôt prévisible mais efficace‬ ! ” — Piwi 24 septembre 2017
    Commenter
  • nostra
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Venise : ses petites rues étroites, ses nombreux ponts, ses sottoportici, ses canaux, ses campi avec leurs puits et une histoire d'amour. ” — nostra 27 septembre 2017
    Commenter
  • votcastor
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Venise magnifiquement filmée, mais c'est à peu près tout. ” — votcastor 5 avril 2017
    Commenter
  • gaugamelle
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Un "je t'aime moi non plus" sans charme ni originalité dans la Cité des Doges, trop prévisible et vite agaçant. Du sous D. Lean... ” — gaugamelle 24 septembre 2012
    Commenter
  • Anaphor
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Chianti-ssime. ” — Anaphor 25 septembre 2017
    Commenter
  • Ironshirt
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Le surjeu constant de Miss Hepburn et la mise en scène traînarde de Lean rendent ces vacances plutôt mornes. So-sole Mio. ” — Ironshirt 12 juin 2013
    Commenter
  • themroc
    (à propos de Vacances à Venise)
    Sa note :
    Vacances à Venise “ Ne pas confondre avec "mort à Venise"; alternance de cartes postales colorisés, même la musique de Rossini est massacré par la fanfare. ” — themroc 24 juillet 2011
    Commenter

Casting de Vacances à Venise

Infos sur Vacances à Venise

Réalisé par David Lean
Écrit par David Lean et H. E. Bates


États-Unis - 1h39 -
Titre original : Summer Madness
Sortie le 1 janvier 1955

Synopsis

Jane, alerte quadragénaire américaine, mais toujours célibataire, arrive à Venise pour y passer ses vacances. Le romantisme de la ville lui fait davantage ressentir le poids de sa solitude jusqu'à ce que l'amour mette sur son chemin un séduisant antiquaire vénitien. Mais il y a un hic, le bel italien est marié...


Films similaires à Vacances à Venise

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -