Delmer Daves, mon Top 15 (N°18 / 50)

Delmer Daves, mon Top 15 (N°18 / 50)

Liste de 15 films par Torrebenn
| 460 vues  | 3 personnes ont aimé

54%

Tous ses westerns sont là : http://www.vodkaster...delmer-daves/1226067

Et les meilleurs de ses westerns (selon moi) : http://www.vodkaster...delmer-daves/1288729

Le Top Daves, vu par @elge : http://www.vodkaster...delmer-daves/1149999
Et par @cath44 : http://www.vodkaster...delmer-daves/1309203

/block/list/vk_list_items?id=996238&from_url=/listes-de-films/delmer-daves-mon-top-15-n-18-50/996238&gtm_page_category=listes+de+films&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
19 commentaires
  • Torrebenn
    commentaire modéré @Apocalypse12 @spider19 et les innombrables Vodkamis que j'oublie ...
    Si vous publiez un Top Daves et si vous voulez transmettre ici votre lien, je le citerai avec plaisir en intro' de ma propre liste :)
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • jenanaipa
    commentaire modéré Je n'en ai vu que deux, mais il y en a un paquet que je voudrais voir, un réal. important il me semble.
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré @jenanaipa Lesquels as-tu vus ? Pour moi, Daves est un réalisateur essentiel injustement méconnu et/ou négligé. Il excellait (comme tu peux le constater ci-dessus) dans le Western, mais aussi dans le Film Noir et même dans une moindre mesure dans le Peplum ou le film de guerre. Bref, il y en a vraiment pour tous les goûts dans sa filmo'.
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • jenanaipa
    commentaire modéré J'ai vu "La flèche brisée" et "Les passagers de la nuit", tout deux inoubliables.
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré @jenanaipa Mes 2 premiers ! Mais selon moi, son meilleur western est "La Colline des potences", il est immense et cela grâce à l'affrontement Gary Cooper-Karl Malden.
    Quant aux "Passagers de la nuit", rien à y redire, c'est tout simplement un sommet du Film Noir, l'un des tous meilleurs.
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • jenanaipa
    commentaire modéré @Torrebenn Tu sais si c'est une idée de Daves lui-même la caméra subjective dans la première partie des "Passagers de la nuit" ?
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré @jenanaipa Je ne sais pas mais je pense, oui ! Ou alors de son scénariste, car Jack Warner (le Boss des studios du même nom) n'avait pas été particulièrement ravi de découvrir que l'on ne voyait le visage de sa grande star, payée grassement, Humphrey Bogart, qu'à la 62e minute ! :D
    On peut imaginer ...
    29 juillet 2015 Voir la discussion...
  • jenanaipa
    commentaire modéré @Torrebenn J'imagine oui !
    30 juillet 2015 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré "Ses séjours de jeunesse auprès des Hopis ne l'ont pas moins marqué que ses études universitaires. Dans le cinéma, il a été accessoiriste, acteur, mais surtout scénariste : on ne discerne guère sa marque dans les films qu'il a écrits, pas même dans l'admirable "Elle et lui", mais il continuera à travailler sur les scénarios qu'il réalisera ; il sera même le producteur de bon nombre de ses ouvrages.

    L'inspiration de Daves est doublement généreuse. Par le crédit qu'il accorde à ses personnages, figures nobles, accessibles à la solidarité et capables de découvrir les exigences d'une morale simple et sincère. Par le crédit qu'il fait au spectateur, supposant qu'il saura découvrir, dans les beautés de l'illustration, les vertus même de la fable. Le premier acte de confiance a été plus souvent récompensé que le second, et, si l'on reconnaît volontiers le respect de l'auteur pour ses héros, son amitié pour les cultures indiennes, son sens de la liberté humaine, on oublie que ces mérites seraient insensibles s'ils ne s'exprimaient pas dans la mise en scène, car l'ambition d'instruire ne pousse pas Daves au bavardage. Or, les images savent toujours donner corps aux valeurs intellectuelles et sentimentales du récit. L'élargissement du champ par un plan à la grue ou la peinture de l'action en une série de fondus enchaînés ("La Colline des potences") épousent une découverte ou un élan ; la fameuse caméra subjective, au début des "Passagers de la nuit", obéit moins à un point de vue qu'à la nécessité de souligner l'étroitesse d'une vision, celle d'un homme qui cherche un masque et se dérobe à la sociabilité.

    Plus que dans ses autres ouvrages, et même si les drames de la jeunesse que l'amitié pour Jack Warner l'a poussé à tourner à la fin de sa carrière ne sont pas négligeables, c'est dans ses westerns que s'exprime l'originalité de Daves. Ils admettent une mise en oeuvre plus vigoureuse du paysage ; leur construction narrative se réduit plus facilement à une parabole, et "Jubal" reprend Joseph et ses frères comme "La Colline" joue sur les thèmes de l'Eden ; ils rêvent enfin plus librement sur la bonté des sauvages ("La Flèche brisée"), tout en se nourrissant de recherche historique ("Cow Boy")."

    Alain Masson in "Dictionnaire du Cinéma", 1986
    21 août 2015 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré @jenanaipa je t'invite à lire ci-dessus le court passage à propos de la caméra subjective des "Passagers de la nuit" ;)
    21 août 2015 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Autres listes de Torrebenn
Listes appréciées par Torrebenn
Listes populaires
Listes recommandées
Listes commentées récemment
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -