Films surestimés

Films surestimés

Liste de 3 films par ForzaJuve
| 300 vues 

Grands classiques sans âme, films d'amour mièvres ou films de monstres ridicules, on a tous une liste de chefs-d'oeuvres qu'on adore écorner. Le moment est venu de déverser dégoût et joyeuse intolérance.

/block/list/vk_list_items?id=703851&from_url=/listes-de-films/films-surestimes/703851&gtm_page_category=listes+de+films&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
  • 1
    Fight Club
     (1999)
    Drame, Thriller | 2h15
    83%
    | Sa note :
    Synopsis : Le narrateur, sans identité précise, vit seul, travaille seul, dort seul, mange seul ses plateaux-repas pour une personne comme beaucoup d'autres personnes seules qui connaissent la misère humaine, morale et sexuelle. C'est pourquoi il va devenir membre du Fight Club, lieu clandestin où il va pouvoir retrouver sa virilité, l'échange et la communication. Ce club est dirigé par un personnage, Tyler Durden, sorte d'anarchiste entre gourou et philosophe qui prêche l'amour de son prochain.
  • 2
    Seven
     (1995)
    Drame, Thriller, Polar | 2h10
    90%
    | Sa note :
    Synopsis : Pour conclure sa carrière, l'inspecteur Somerset, vieux flic blasé, tombe à sept jours de la retraite sur un criminel peu ordinaire. John Doe, c'est ainsi que se fait appeler l'assassin, a décidé de nettoyer la société des maux qui la rongent en commettant sept meurtres basés sur les sept péchés capitaux : la gourmandise, l'avarice, la paresse, l'orgueil, la luxure, l'envie et la colère.
  • 3
    La Graine et le mulet
    Comédie, Drame | 2h31
    75%
    | Sa note :
    Synopsis : Sète, le port. Monsieur Beiji, la soixantaine fatiguée, se traîne sur le chantier naval du port dans un emploi devenu pénible au fil des années. Père de famille divorcé, s'attachant à rester proche des siens, malgré une histoire familiale de ruptures et de tensions que l'on sent prêtes à se raviver, et que les difficultés financières ne font qu'exacerber, il traverse une période délicate de sa vie où tout semble contribuer à lui faire éprouver un sentiment d'inutilité. Une impression d'échec qui lui pèse depuis quelque temps, et dont il ne songe qu'à sortir en créant sa propre affaire : un restaurant. Seulement, rien n'est moins sûr, car son salaire insuffisant et irrégulier, est loin de lui offrir les moyens de son ambition. Ce qui ne l'empêche pas d'en rêver, d'en parler, en famille notamment. Une famille qui va peu à peu se souder autour d'un projet, devenu pour tous le symbole d'une quête de vie meilleure.
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -