TCM : Cycle Robert Ryan

TCM : Cycle Robert Ryan

Liste de 22 films par Torrebenn
| 42 vues  | 1 personne a aimé

Humaniste et plutôt libéral, il aimait jouer les salauds de celluloïd.

En juin, TCM Cinéma consacre son intégrale à Robert Ryan, une vraie sale gueule de cinoche, figure de proue de la RKO et incarnation parfaite du “good bad guy” comme Hollywood les aime tant.

Paradoxe numéro 1 : malgré son parcours d’instructeur militaire chez les Marines à l’issue du tournage de Marine Raiders, Ryan se range plutôt dans le camp des pacifistes. Militant anti-prolifération nucléaire, difficile d’imaginer l’acteur à ses débuts dans des films de propagande comme Bombardier, Gangway For Tomorrow ou Tender Comrade, réalisé par Edward Dmytryk. Et pourtant, comme tant d’autres jeunes acteurs en temps de guerre, Robert Ryan excelle d’abord dans des rôles 100% héroïques.

De grands réalisateurs comme Nicholas Ray font appel à lui, pour jouer par exemple un jeune capitaine plein de fougue face à John Wayne dans Les Diables de Guadalcanal.
Jacques Tourneur lui fait visiter les ruines de l’Allemagne dévastée dans le très noir Berlin Express et le cinéaste britannique controversé
Joseph Losey le place face à un véritable cas d’école : le Garçon aux cheveux verts, plaidoyer anti-guerre à ranger du côté du Tambour de Schlöndorff.
Avec son regard pénétrant et sa diction autoritaire, il n’est pas étonnant de voir Robert Ryan briller dans le clair-obscur du Film Noir. Pris dans les filets de femmes fatales (la séductrice communiste (!) de The Woman On Pier 13 ou celle plus “classique” de La Femme aux maléfices), prisonnier d’un triangle amoureux (La Femme sur la plage de Jean Renoir),

Robert Ryan est également surprenant de réalisme en boxeur intègre dans le dernier film de Robert Wise pour le compte de la RKO, Nous avons gagné ce soir.

Avec sa mine patibulaire, Robert Ryan se régale dans des rôles de durs-à-cuire : chef de gang dans Racket, flic violent et désabusé dans La Maison dans l’ombre de Nicholas Ray ou encore dans la peau du loser sadique et fascinant du Démon s’éveille la nuit de Fritz Lang, tourné en plein scandale des photos nues de Marilyn Monroe.

Pas étonnant qu’avec un pedigree pareil, John Sturges l’ait choisi pour tenir la ville de Black Rock sous sa coupe dans l’hybride film noir/western Un Homme est passé.

On le trouve également à l’affiche du dyptique Badmen dans le rôle du Sundance Kid (Far West 89 et Plus Fort que la loi). Il incarne un Ike Clanton (le célèbre outlaw aux prises avec Wyatt Earp et Doc Holliday) plus vrai que nature dans Sept Secondes en enfer et joue le rôle du tueur pourchassé par James Stewart dans L’Appât.

En 1947, avant d’opter pour le côté obscur du bad guy, Ryan joue les redresseurs de tort aux côtés de Randolph Scott dans Du Sang sur la piste.

L’acteur apparaît également dans La Chevauchée des bannis avec, cette fois, un rôle plus ambigu.

Plus tardivement, Robert Ryan joue les shérifs dépassés par les événements pour les besoins du redoutable L’Homme de la loi réalisé par Michael Winner en 1971, deux ans avant sa disparition.

Un requiem en bonne et due forme pour l’un des meilleurs salauds jamais enfantés par Hollywood !

/block/list/vk_list_items?id=1357005&from_url=/listes-de-films/tcm-cycle-robert-ryan/1357005&gtm_page_category=listes+de+films&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
5 commentaires
  • Torrebenn
    commentaire modéré Ca peut t'intéresser @elge ;)
    Même s'il manque encore 2 films, mais les fiches seront créées très prochainement.
    3 juin 2016 Voir la discussion...
  • elge
    commentaire modéré @Torrebenn Dommage qu'ils ne passent pas "Feux croisés", Ryan y est glaçant (comme d'hab tu vas dire). Je l'ai trouvé incroyable aussi dans le Nick Ray...
    3 juin 2016 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré @elge Oui, je suis d'accord, mais de toute manière l'ensemble de ce film est exceptionnel ...
    Je ne connaissais pas les opinions morales et politiques de Ryan, cet homme me semble de plus en plus intéressant et attachant tout compte fait !
    Sinon, de quel Ray parles-tu ? Car ils ont collaboré à plusieurs reprises.
    3 juin 2016 Voir la discussion...
  • elge
    commentaire modéré @Torrebenn ah oui, pardon ! dans "La maison dans l'ombre"
    3 juin 2016 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    commentaire modéré @elge Je ne le connais pas, hélas. J'espère parvenir à le voir un jour.
    3 juin 2016 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -