Tout Sokurov, ou en tout cas ses fictions et élégies (en cours)

Tout Sokurov, ou en tout cas ses fictions et élégies (en cours)

Liste de 29 films par petitCalimero
| 404 vues  | 4 personnes ont aimé

Pseudo intégrale (beaucoup de docu introuvables, ou de moyens que l'on me refuse à intégrer dans la base de données) d'un homme que je considère comme le plus grand formaliste actuel, et sans doute le cinéaste offrant l'idée la plus haute de ce que peut aujourd'hui etre le cinéma.

/block/list/vk_list_items?id=1152286&from_url=/listes-de-films/tout-sokurov-ou-en-tout-cas-ses-fictions-et-elegies-en-cours/1152286&gtm_page_category=listes+de+films&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
  • 1
  • 2
    Faust
    2
     (2009)
    61%
    | Sa note :
    Synopsis : «Faust», première partie de la pièce de Goethe, achève la tétralogie qui comprend «Molokh», «Tarius» et «Le Soleil». Le projet cinématographique de Sokourov relate les péripéties de personnages historiques qui ont laissé une funeste empreinte dans l'histoire du XXème siècle.
  • 3
  • 4
    La pierre
    4
     (1992)
    | Sa note :
    petitCalimero
    Sa note :
    “ "La Pierre est un film qui ne cherchera jamais les spectateurs: sa voix est trop douce. Mais ceux qui l’ont cherché le trouveront." Sokourov ” — petitCalimero 19 avril 2014
    1 commentaire
  • 5
    L'Arche russe
    5
     (2003)
    80%
    | Sa note :
    Synopsis : Accompagnant un visiteur étranger (l'écrivain français Astolphe de Custine, auteur de La Russie en 1839, ouvrage qui fera découvrir la Russie à de nombreux Européens au moment de sa publication en 1843), sans être vu des personnages, le narrateur visite le musée de l'Ermitage à Saint-Pétersbourg. Lors de sa visite, le narrateur et l'étranger rencontrent les héros de quatre cents ans d'histoire russe, comme le tsar Pierre le Grand ou le poète Alexandre Pouchkine.
  • 6
    Elegie orientale
    6
    43m
    Sa note :
  • 7
    La maison des coeurs brisés
    7
    Sa note :
    Synopsis : Le film se situe pendant la première guerre mondiale. La fille du vieux capitaine Shotover a rassemblé tous ses amis dans sa maison, tous sont persuadés que la guerre meurtrière ne peut pas les atteindra dans cette arche de Noé ... jusqu'à ce que la maison explose, sous l'effet conjugué des bombes et de l'indifférence des habitants.
  • 8
    Le Soleil
    8
     (2006)
    Drame | 1h50
    85%
    | Sa note :
    Synopsis : Le 15 août 1945 au Japon, suite aux bombardements d'Hiroshima et de Nagasaki, l'empereur Hirohito encourage son peuple à renoncer au combat contre les Américains. Il exhorte son armée et son peuple à mettre fin aux hostilités. Il permet aux Alliés de débarquer sans affrontements, sauvant ainsi des milliers de vies. Peu après, il renonce à ses origines divines et devient ainsi le symbole de la nation et de l'unité du peuple.
  • 9
  • 10
    Le Deuxième Cercle
    10
    | Sa note :
    Synopsis : A la mort de son père, un jeune homme rentre dans sa ville natale. Dans l'appartement exigu, il va lui falloir cohabiter avec le cadavre et veiller aux détails de l'enterrement.
  • 11
    Alexandra
    11
     (2007)
    Drame | 1h32
    48%
    | Sa note :
    petitCalimero
    Sa note :
    “ Alexandra témoigne d'une inquiétude douce et discrète, à l'image de son personnage principal et de ses expérimentations formelles. ” — petitCalimero 4 octobre 2013
    2 commentaires
  • 12
  • 13
    Taurus
    13
     (2001)
    82%
    | Sa note :
    Synopsis : Le film raconte les derniers jours de la vie de Lénine. Le film commence par une scène en huis-clos dans la chambre de Lénine dont les multiples portes s'ouvrent tour à tour; les proches du vieillard malade épient, interviennent dans les crises de sénilité, s'occupent de son corps impotent. La puissance du film provient de ce refus de la perspective historique par la description méticuleuse d'un vieillard, parfois dans ses aspects les plus triviaux. Les trois personnages qui fixent la caméra sont, en dehors de Lénine lui-même souvent en plan rapproché, son médecin qui introduit les thèmes de la maladie et de la mort au début du film et sa femme et sa fille qui l'invitent à faire le bilan de sa vie personnelle. L'apparition de Staline dans la deuxième partie montre que la décision politique a échappé à Lénine. Dans les dernières scènes, Lénine est laissé complètement seul, pour la première fois dans le film, dans le parc de sa résidence-hôpital.
  • 14
    Hubert robert, une vie heureuse
    14
  • 15
    Moloch
    15
     (1999)
    Drame | 1h42
    80%
    | Sa note :
    Synopsis : Allemagne, printemps 1942. Une forteresse inquiétante perchée au-delà des nuages. Une femme seule danse nue le long d'imposantes esplanades. Elle attend l'arrivée d'"Adi", son bien-aimé, le Führer. "Les chrétiens considèrent que l'amour nous sauve. Mais se sauve-t-on en aimant un monstre ? C'est la question centrale de ce projet. Selon les souvenirs de l'époque, Eva Braun était une femme capable de se sacrifier par amour. C'est ainsi qu'elle est devenue un pesonnage de tragédie. Elle est le personnage principal du film."
  • 16
    Père, fils
    16
     (2004)
    Drame | 1h24
    99%
    | Sa note :
    Synopsis : Depuis toujours, le père et le fils vivent ensemble. Ils vivent seuls. Parfois on dirait des frères. Suivant les traces de son père, Alexei est rentré à l'École militaire. Il a quelques problèmes avec sa petite amie. Elle est jalouse de sa relation trop exclusive avec son père. Alexei sait bien qu'il devra tôt ou tard abandonner son foyer. Mais il hésite. Mais qui apaiserait Alexei au sortir de ses cauchemars ? Jamais amour entre père et fils n'aura été aussi puissant.
  • 17
    Mere et fils
    17
     (1997)
    71%
    | Sa note :
    Synopsis : Un homme s'occupe de sa mère mourante.
  • 18
    Dolce
    18
     (2000)
    Sa note :
    Synopsis : La dolce vita est composé d'une série d'épisodes en apparence déconnectés. La structure du scénario n'est pas sans rappeler celle des films à sketches chers au cinéma italien et auxquels Fellini a lui-même eu recours plusieurs fois. Situé à Rome dans les années 1950, le film suit, sur ce mode apparemment décousu, les pérégrinations de Marcello Rubini ([Marcello Mastroianni|a:Marcello-Mastroianni]), un jeune provincial aux aspirations littéraires devenu chroniqueur dans un journal à sensations.La longueur du film (2 h 46) empêche souvent d'en percevoir, à la première vision, le caractère extrêmement structuré. À travers des tableaux connectés par la présence de Marcello et de quelques autres personnages-clés (Pierotto, Paparazzo), Fellini explore systématiquement, en faisant appel à sa propre biographie, les choix existentiels qui s'offrent à un jeune homme doué : le mariage et la famille, la foi, les exigences de l'intellect, la facilité de l'hédonisme. Sans porter de jugement, le film évoque la face obscure et la face claire de chacun des parcours possibles, laissant finalement Marcello devant le choix de l'innocence ou de la déchéance.Cette exploration se déroule en 12 étapes, précédées par un prologue et conclues par un codicille.Prologue -- Une statue du Christ destinée au Vatican est transportée par hélicoptère au-dessus de Rome.Codicille -- Chassés de la villa à l'aube, les noctambules se retrouvent sur la plage, où les pêcheurs hissent un filet où agonise un monstre marin. Après avoir contemplé longuement l'oeil glauque du monstre, Marcello entend une voix l'appeler. C'est la jeune fille du restaurant Arcobaleno qui l'interpelle. Séparé d'elle par l'embouchure d'une petite rivière, Marcello préfère prétendre ne pas la comprendre et lui tourne le dos pour rejoindre le groupe des noctambules. Le film se termine sur un gros plan du visage de la jeune fille.
  • 19
  • 20
    Ue Vie modeste
    20
     (1996)
    Sa note :
  • 21
    La voix solitaire de l'homme
    21
    1h27
    Sa note :
    Synopsis : Inspiré de deux récits de l'auteur soviétique Andrei Platonov, longtemps condamné, "la Voix solitaire de l'homme", le premier long métrage de Sokurov, a été interdit pendant dix ans. Ce film explore la relation manquée d'un jeune vétéran déséquilibré de la guerre civile des années vingt et d'une jeune femme peu orthodoxe.
  • 22
  • 23
    Elegie sovietique
    23
    30m
    Sa note :
  • 24
  • 25
  • 26
    Elegie
    26
     (1985)
    30m
  • 27
    Elegie de Petersbourg
    27
    40m
  • 28
    Elégie paysanne
    28
  • 29
    Elégie paysanne : Maria
    29
    Sa note :
8 commentaires
  • mos3n
    commentaire modéré Alors là, je dis bravo !
    27 novembre 2013 Voir la discussion...
  • petitCalimero
    commentaire modéré @Mos3n Je dois avouer que j'ai eu pas mal de chance sur ce coup-là. Lorsque j'ai voulu entamer cette intégrale, Sokourov venait justement à Bruxelles pour lancer un cycle lui étant consacré à la cinémathèque. Du coup j'ai pu quasi tous les voir au cinéma, ce qui pour certains se révèle être une quasi obligation tant un écran de télé ne peux rendre état du travail incroyable opéré sur les textures visuelles, la durée et le son. Ca a vraiment été une révélation incroyable. D'ailleurs la notation de ces films est un peu ingrate. Comme pour Tarkovski, on peut considérer que l'oeuvre en elle-meme vaut à mon sens le maximum, et que les notations particulières ne sont que les replis de ce maximum.
    Je vais essayer un jour de lui consacrer quelques micro critiques, meme si cet exercice me semble plutot ardu pour certains de ses films, au vu de l'évidence cinématographique de ceux-ci.
    Sinon, t'en as déjà testé des Sokurov?
    27 novembre 2013 Voir la discussion...
  • mos3n
    commentaire modéré @petitCalimero Effectivement, quelle chance ça devait être quelque chose !
    J'ai pour ma part découvert Sokurov par le biais de Tarkovski (sur lequel je partage ton sentiment d’œuvre totale 5 étoiles) mais n'avais jamais eu accès à ses films. Ce n'est qu'à la lumière de ma lecture de Fredric Jameson et de ses 'Fictions géopolitiques' que je me suis décidé à regarder 'Les Jours de l’Éclipse' (qu'il faut absolument que tu vois !)... et là, révélation. Je tiens ce film comme l'un des meilleurs de tous les temps.
    J'ai ensuite enchainé avec la quadrilogie sur le 20ème siècle ('Moloch', 'Taurus', 'Le Soleil', et 'Faust'), ce qui a achevé de me convaincre que Sokurov était l'un des plus grands cinéastes contemporains.
    J'ai plus récemment vu et travaillé sur sa trilogie japonaises que je tiens également en très haute estime... sans parler de visionnages connexes tels 'Mère et fils' (moins convaincu, mais cela tient peut-être à un visionnage dans de mauvaises conditions), 'L'Arche Russe', divers documentaires et sans oublier les 'Élégie'. Je te conseille aussi, si tu ne l'as pas encore lu, le bouquin de Diane Arnaud, 'Figures d'enfermement', qui est passionnant.
    Enfin, tout ça pour dire que oui, j'ai déjà un peu "testé" du Sokurov, et que c'est on ne peut plus stimulant !
    27 novembre 2013 Voir la discussion...
  • petitCalimero
    commentaire modéré Ah bah écoute, Le jour de l'éclipse je le regarde ce soir justement! Je l'ai loupé au cinéma, mais bon, mon cerveau fera comme d'habitude le travail nécessaire pour me mettre en "situation de salle obscure". Mère et fils, j'ai eu la chance de le voir en pellicule, ce qui a pas mal contribué à l'expérience (beaucoup était projeté en Betacam, ce qui pour Moloch fut vraiment dommageable). En tout cas je te conseille si tu as l'occasion de la voir au cinéma (ou de te procurer un bon projecteur) la trilogie "Second cercle"/"La Pierre"/"Pages Cachées", plutot radicale, mais dont chaque plan restera à jamais gravé dans ma mémoire.
    Et puisqu'on en est à l'échange de compléments, je ne peux que te conseiller ces quelques traductions d'entretiens avec Sokurov.

    http://fabienrothey..../sokourov-alexandre/

    Et également cette entretien sur France Culture mené par cette bête Laure Adler.

    http://www.francecul...urov-2010-10-26.html

    En tout cas ça fait plaisir de voir un connaisseur de ce grand monsieur sur ce site! Je me disais bien qu'on avait pas mal d'intéret en commun!
    27 novembre 2013 Voir la discussion...
  • mos3n
    commentaire modéré C'est de la folie le premier site avec toutes ces interviews, merci à toi !
    Oui, la trilogie ça doit clairement valoir le coup, c'était bien mon intention de regarder ça prochainement (en vue de l'acquisition d'un rétropro')...
    Et ouais c'est cool de voir qu'il y a certaines personnes sur vdk qui s'intéressent aussi à ce cinéma. Si jamais tu veux en voir un peu plus (liste en cours) :
    http://www.vodkaster...s-100-realisateurs-1
    28 novembre 2013 Voir la discussion...
  • adieuauxfilms
    commentaire modéré C'est ma cible ce bonhomme. mais bordel, ma bibli n'en propose que deux ou trois.
    9 mars 2014 Voir la discussion...
  • petitCalimero
    commentaire modéré @chaozu Héhé, à mon humble avis c'est la cible parfaite!
    Mais vraiment pas aisé à se procurer, j'en conviens. Surtout que certains se doivent d’être visionné impérativement au cinéma (Le Deuxième cercle, La Pierre, Pages cachées, Mère et fils,...).
    Mais si tu n'es pas trop réfractaire au téléchargement, il y a le site rutracker qui les propose tous, et dans les meilleures qualités disponibles (pour certains, comme Moloch et Taurus, ce sont même de bien meilleures copies que celles que j'ai vues au cinéma)
    9 mars 2014 Voir la discussion...
  • adieuauxfilms
    commentaire modéré Super merci de l'info. tu sais @petitcalimero flatte toi de m'avoir donner envie de découvrir Sokurov quand je suis aller voir ton profil. C'est vrai qu'en y pensant c'est totalement toi qui m'as donné envie de le découvrir. MERCI monsieur.
    J'aimerais tellement voir les peus connus connus comme pages cachés, ou les jours de l'éclipse. J'ai vu Faust aujourd'hui, stupéfiant !
    9 mars 2014 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Autres listes de petitCalimero
Listes appréciées par petitCalimero
Listes populaires
Listes recommandées
Listes commentées récemment
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -