L'auteur
Joseph Boinay
zephsk
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Joseph Boinay
The Festival de Cannes Don't Die

Festival de Cannes 2019 : une sélection officielle sous le signe de "l'amour et du politique"

Festival / Récompenses | Par Joseph Boinay | Le 18 avril 2019 à 13h50

La Sélection Officielle du Festival de Cannes 2019, qui aura lieu du 14 au 25 mai prochain, a été dévoilée ce matin par Thierry Frémaux et Pierre LescureJames Gray n'y sera pas mais la compétition s'annonce grandiose. 

La question qui revenait sur toutes les lèvres concernait la venue ou pas de Quentin Tarantino sur la Croisette (avec Once Upon a Time in Hollywood), mais le délégué général du festival a douché les espoirs les plus fébriles : le film ne sera pas prêt.* Pas plus Ad Astra de James Gray, également avec Brad Pitt, ni La Vérité de Kore-Eda ou Benedetta, de Paul Verhoeven, tous pour la même raison. La sélection officielle a tout de même livré un répertoire éblouissant, à même de raviver la flamme des spectateurs les plus aigris. Impossible de citer tous les grands noms, mais au moins pouvons-nous accueillir avec passion le grand retour d'Almodovar, Malick, Triet, Filho, Dolan, Bellocchio, Balagov ou encore Sciamma.

*[Edit du 2 mai 2019] : Once Upon a Time in Hollywood de Quentin Tarantino a finalement été ajouté à la compétition, ainsi que Mektoub, My Love : Intermezzo, d'Abdellatif Kechiche.

L'amour et la politique

Pierre Lescure a assuré la promotion en rappelant les effets vertueux d'une sélection dans le succès des films en salles (Une affaire de famille, BlackKklansman, Le Grand Bain). Thierry Frémaux, qui place la sélection sous l'égide de "l'amour et la politique", a de son côté rappelé la prédominance du cinéma de genre de cette édition : des films "sans grande visée historique", mais portée par "de petits groupes humains luttant contre l’adversité, dans une vision très populaire de la société et dans des zones que le cinéma ne touchait pas, ou plus." Un clin d'oeil aux Gilets Jaunes ? Le délégué général a également affirmé qu'il y aurait de "beaux portraits féminins" (sic). De cette manière, le festival s’est engagé à "genrer" les films, aux côtés du Collectif 50/50, afin de faire connaître et accroître la proportion de réalisatrices (treize cette année) et à rendre le comité de sélection paritaire. Les deux hommes ont évidemment rendu hommage à Agnès Vardarécemment disparue, et qui trône sur l'affiche du festival. 

Carioca

Côté Netflix, on a comme d'habitude un peu botté en touche (la fameuse loi des films devant être distribués en salles ne résistant pas très longtemps à l'examen — l'exemple du Livre d'image de Jean-Luc Godard, Palme d'or spéciale 2018 et actuellement en ligne sur le site d'Arte en étant la preuve la plus éclatante), mais Pierre Lescure a promis que "dans les deux ou trois ans, les choses évolueront".  L'autre question brûlante concernait une éventuelle reprise en live de la fameuse Carioca par Alain Chabat et Gérard Darmon pour l'anniversaire de La Cité de la peur (1994). Si le film sera bien projeté en copie restaurée (et en présence de l'équipe), le président du festival, intime du trublion, était très circonspect sur les chances d'un tel événement. Autre fait marquant : Shining (1980) sera présenté dans une nouvelle copie par Alfonso Cuarón. Enfin, la Palme d'or d'honneur sera remise à Alain Delon pour l'ensemble de sa (très longue) carrière. Le jury sera présidé par le cinéaste mexicain Alejandro Gonzalez Iñarritu.

La Sélection officielle :

Compétition

The Dead Don't Die, de Jim Jarmusch (Ouverture)
Parasite, de Bong Joon-Ho
Douleur et gloire, de Pedro Almodovar
Mektoub, My Love : Intermezzo, d'Abdellatif Kechiche
Once Upon a Time in Hollywood, de Quentin Tarantino
The Wild Goose Lake, de Diao Yinan
Le Traitre, de Marco Bellocchio
Le jeune Ahmed, de Jean-Pierre et luc Dardenne
Atlantique, de Mati Diop
Roubaix, une lumière, d'Arnaud Desplechin
Sybil, de Justine Triet
Mathias et Maxime, de Xavier Dolan
Little Joe, de Jessica Hausner
Pardon, tu nous a manqué, de Ken Loach
Les Misérables, de Ladj Ly
Une vie cachée, de Terrence Malick
Bacurau, de Kleber Mendonça Filho et Juliano Dornelles
La Gomera, de Corneliu Porumboiu
Frankie, d'Ira Sachs
Portrait de la jeune fille en feu, de Céline Sciamma
It must be heaven, d'Elia Suleiman

Hors compétition

Les Plus Belles Années d'une vie, de Claude Lelouch 
Rocketman, de Dexter Fletcher
Too Old to Die Young, de Nicolas Winding Refn et Ed Brubaker (série)
Diego Maradona, d'Asif Kapadia
La belle époque, de Nicolas Bedos


Séances spéciales

Share, de Pippa Bianco
Pour Sama, Walade kadeabe, edgar watts
Family Romance, LLC, de Werner Herzog 
Tommaso, d'Abel Ferrara
Etre vivant et le savoir, Alain Cavalier 
Lux Æterna, de Gaspar Noé (séance de minuit)
The Gangster, The Cop, The Devil, de Lee Won-Tae (séance de minuit)


Un certain regard

Invisible life, de Karim Aïnouz
The Beanpol, de Kantemir Balagov
Les hirondelles de Kaboul de Eléa Gobbé-Mévellec et Zabou Breitman
La Femme de mon frère, de Monia Chokri
The Climb, de Michael Covino
Jeanne, de Bruno Dumont
Viendra le feu, de Oliver Laxe
Chambre 212, de Christophe Honoré
Port Authority, de Danielle Lessovitz
Papicha, de Mounia Meddour
Adam, de Maryam Touzani
Zhuo Ren Mi Mi, de Midi Z
Liberté, d'Albert Serra
Bull, d'Annie Silverstein
Summer of Changsha, de Zu Feng
Evge, de Nariman Aliev
Que sea Ley, de Juan Solanas

Courts métrages 

The Van, de Erenik Beqiri (Albanie, France)
Anna, de Dekel Berenson (Ukraine, Royaume-uni, Israël)
Le Grand Saut, de Vanessa Dumont Et Nicolas Davenel (France)
La Distance entre nous et le ciel, de Vasilis Kekatos (Grèce, France)
All Inclusive, de Teemu Nikki (Finlande)
Who Talks, de Elin Övergaard (Suède)
L’heure de l’ours, d'Agnès Patron (France)
Butterflies, de Yona Rozenkier (Israël)
Monstre Dieu, d’Agustina San Martín (Argentine)
White Echo, de Chloë Sevigny (Etats-Unis)
La Siesta, de Federico Luis Tachella (Argentine)

Cinéfondation

Ambience, de Wisam Al Jafari (Dar Al-kalima University College of Arts and Culture, Palestine)
Mano a mano, de Louise Courvoisier (Cinéfabrique, France)
One Hundred and Twenty-eight Thousand, de Ondrej Erban (Famu, République Tchèque)
Jeremiah, de Kenya Gillespie (The University of Texas at Austin, États-Unis)
Pura Vida, de Martin Gonda (Ftf Všmu – Film And Television Faculty, Academy of Performing Arts, Slovaquie)
Adam, de Shoki Lin (Nanyang Technological University, Singapour)
Netek, de Yarden Lipshitz Louz (Sapir College, Israël)
Solar Plexus, de David Mcshane (Nfts, Royaume-Uni)
Rosso : a True Lie About a Fisherman, de Antonio Messana (La Fémis, France)
As Up To Now, de Katalin Moldovai (Budapest Metropolitan University, Hongrie)
Favourites, de Martin Monk (Filmakademie Wien, Autriche)
Roadkill, de Leszek Mozga (University of the Arts London, Royaume-Uni)
The Little Soul, de Barbara Rupik (Pwsftvit, Pologne)
Hieu, de Richard Van (Calarts, États-Unis)
Bamboe, de Flo Van Deuren (Ritcs, Belgique)
Complex Subject, de Olesya Yakovleva (St. Petersburg State University of Film and Television, Russie)
Alien, de Yeon Jegwang (Korea National University of Arts, Corée Du Sud)

La conférence en vidéo :

Comme chaque année, d'autres films seront sans doute ajoutés à la sélection. Nous mettrons la liste à jour le cas échéant. Le film de clôture n'a pas encore été annoncé. 

5 commentaires
  • Sanium
    commentaire modéré James Gray... Cette désillusion. Sinon, très belle sélection oui.
    18 avril 2019 Voir la discussion...
  • elge
    commentaire modéré Le Desplechin, "Roubaix, une lumière" est intriguant ...
    18 avril 2019 Voir la discussion...
  • Cladthom
    commentaire modéré ptet le kechiche si il est prêt ou le tarantino
    19 avril 2019 Voir la discussion...
  • OlivarDeLaCave
    commentaire modéré J'aurais bien aimé qu'ils sélectionnent le nouveau film de Brian De Palma. Etant donné que celui-ci va sortir aux USA au mois de mai, et vu comment la production a été compliquée, ça aurait été bien qu'il soit présent au festival.
    19 avril 2019 Voir la discussion...
  • dieussi
    commentaire modéré Sélection assez décevante, la palme d'or pour l’infâme xavier dolan semble déjà gravé dans le marbre.
    22 avril 2019 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2019 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -