L'auteur
Frédéric Renouf
FilmsdeLover
à lire aussi
Du même auteur
Tous les articles de Frédéric Renouf
L'amour se porte bien

Cabourg 2013 : Palmarès et compte-rendu

Festival / Récompenses | Par Frédéric Renouf | Le 18 juin 2013 à 12h00

Dans la myriade de festivals de cinéma qui se déroulent en France tout au long de l'année, celui de Cabourg est le seul dédié exclusivement aux films d'amour ce qui en fait un passage obligé pour tous les romantiques le temps de 5 jours en juin et ce depuis 27 ans.

Au programme cette année : plus de 25 longs-métrages répartis dans les diverses sélections, notamment la sélection officielle composée de 6 films et celle plus diverse du Panorama dans laquelle ce sont les spectateurs qui récompensent leur film préféré. Un seul mot d'ordre : l'amour encore et l'amour toujours. La particularité des films sélectionnés à Cabourg est qu'ils viennent des 4 coins du monde, mais rarement des Etats-Unis. Cette année donc, aucun film US n'était sélectionné. L'an dernier, un seul. Un manque peut-être, une occasion surtout de découvrir d'autres formats, d'autres façons de faire pour mieux prendre le pouls du genre romantique à travers les continents.

La moisson fut plutôt bonne cette année avec quelques gros chocs comme l'attendu Alabama Monroe qui a fait chavirer les coeurs et couler les larmes du public en musique et les petites surprises de My sweet pepper land, western kurde de Hiner Saleem et de "Soongava - Dance of the Orchids" de Subarna Thapa, premier film népalais sur l'homosexualité féminine. Ce sont d'ailleurs les trois films de la sélection dont l'influence de la culture américaine sur leurs héros est la plus visible, un comble dans ce festival. Le festival de Cabourg est également l'occasion de découvrir des films dont on se demandait bien ce qu'ils étaient devenus, comme le sympathique mais très inégal "Baïkonur" dans lequel joue Marie de Villepin (oui, la fille de...) et porté disparu depuis 2011.

Et les films français dans tous ça ? Ils étaient présents en force avec quelques-uns au romantisme parfois très light (12 ans d'âge ou Les Reines du ring qui a pourtant remporté le prix du public). Entre les grosses écuries comme le réussi Les beaux jours, le moyen Pour une femme et le beaucoup moins réussi Joséphine, ce fut l'occasion de découvrir des films plus confidentiels comme "Macadam Baby" qui m'a fait la même impression que J'aime regarder les filles sélectionné à Cabourg en 2011. Pour rappel, le film avait lancé la carrière de Pierre Niney. Plus à un signe près, François Civil, premier rôle dans "Macadam Baby", a même reçu le prix du Premier Rendez-vous. On mise une petite pièce sur lui à l'avenir tant il semble déjà à l'aise dans ce film, aux côtés de Camille Claris, autre espoir à surveiller. C'est d'ailleurs une des composantes du festival de Cabourg, à savoir qu'il est le terreau des jeunes pousses du cinéma français qui s'y renouvellent chaque année. Le prix du Jury est finalement revenu à Grand Central avec Léa Seydoux tout juste auréolée au festival de Cannes pour La Vie d'Adèle.

Enfin, il y a aussi les déceptions des films dont on pouvait espérer beaucoup plus, au premier rang desquels figure en bonne place Belle du Seigneur, adaptation navrante d'un livre supposé inadaptable. Force est de constater qu'en effet, c'est inadapté. L'autre déception du festival vient de Juliette de Pierre Godeau avec Astrid Bergès-Frisbey, variation franco-Sofia-Coppolesque de l'éloge du vide dans la vie d'une jeune femme qui se fout de tout et dont on se fiche également en retour. Une femme qui n'en fait qu'à sa tête au risque de blesser les gens qui l'entourent, voilà un point commun que partagent Juliette, Les Beaux Jours et Joséphine, trois films français très différents dans leur genre et qui débouleront sur les écrans français dans les semaines qui viennent.

Comme chaque année, il est cependant difficile de définir une tendance du film romantique en se limitant au Festival de Cabourg qui ne se cantonne d'ailleurs pas à un seul genre, mais tente d'embrasser la représentation de l'amour au cinéma sous toutes ses formes. Heureux, malheureux, transcendants, pathétiques, ces amours-là sont aussi divers et variés que le sentiment amoureux lui-même et c'est ce qui fait tout le sel des journées romantiques.

Le palmarès complet

Retrouvez toute l'actualité des films romantiques sur www.filmsdelover.com.

Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -