Ça n'éclaboussera plus

Oh nom de Dieu de bordel de merde : Jean-Pierre Marielle est mort

Actualité | Par Joseph Boinay | Le 25 avril 2019 à 19h20

Jean-Pierre Marielle est mort hier, à 16h24, et laisse de nombreux cinéphiles orphelins. Nous revenons sur son parcours et lui rendons hommage, aux côtés de Télérama. L'occasion de nous faire savoir quels rôles du "grand duc" vous ont marqués. 

Le communiqué est tombé comme un couperet : “Agathe Marielle a la tristesse d’annoncer que son mari, l’acteur Jean-Pierre Marielle, s’est éteint le 24 avril, à 16h24, à l’hôpital des Quatre-Villes, à Saint-Cloud, des suites d’une longue maladie. Les obsèques se dérouleront dans la plus stricte intimité.” 

"Le temps qui reste ?"

— J'en sais rien, on verra bien.

Jean-Pierre Marielle nous a quittés hier. Jean-Pierre Marielle dont la “peur des cons” était proverbiale (“Ah oui, ça fout les jetons, les cons”), mais qui adorait les jouer, sans doute pour en atténuer le tourment. Hédoniste aussi raffiné que vulgaire, il pouvait ainsi s’ébaubir d’un cul, le peindre (Les Galettes de Pont-Aven, 1975), jouer les représentants de commerce aussi pathétiques que flamboyants (L'Entourloupe, 1980) ou se glisser dans le peignoir fushia de quelque provincial outrancier (Comme la lune, 1976).

L’oeil frisé et la moustache roublarde, tour-à-tour moelleux et gueulard, aussi à l’aise dans les pas de Brecht que sur les routes de quelque doux nanar : il en avalait les courbes de sa charpente de paysan bourguignon, bravache, terrien, avec, pourtant, l’élégance et la stature du monstre de théâtre, amoureux des lettres et de jazz, de Pinter et Chet Baker. Les mots et la mélodie : Marielle ne faisait l’amour qu’à ceux qui se laissaient prendre à sa petite musique. Pas étonnant alors que sa voix, chaude et profonde, presque pompière, en soit le plus bel organe. Elle fermait le charme.

S’il a si souvent joué les camelots, les hâbleurs, c’est que tout chez l’acteur invitait à en admirer la ruse – qui ne dupait personne –, mais dont on repoussait l’issue pour en déguster la farce : un jeu à deux, où chacun savait mais ne montrait rien, si ce n’était le plaisir de jouer et être joué.. Cynique mais d’un cynisme droit, respectueux et contemplatif, la faute sans doute à cette enfance rurale, entre un père industriel et une mère couturière : il passait ainsi avec la même facilité du directeur de supermarché (Quelques jours avec moi, 1988) à l’austère violiste pénétré par la grâce et l'affliction (Tous les matins du monde, 1991) jusqu’au dominicain humaniste et révolté (La Controverse de Valladolid, 1992).

Insatiable comédien dont le plus grand bonheur était de servir les textes et leurs auteurs, il était le dernier des Grands Ducs (1996), avec Rochefort et Noiret. Alors c’est un peu un monde qui meurt avec lui. “Les mois d'avril sont meurtriers”, où il donnait la réplique à Jean-Pierre Bisson, était son titre de film préféré : facétieux, droit et respectueux. Jusqu’au bout. 

Pour lui rendre hommage, nous vous invitons à faire votre top 5 des films dans lesquels il vous a le plus émus, amusés, marqués. Nous en tirerons un top de la communauté pour l'éternité. 

 

60 commentaires
  • Metaju
    commentaire modéré @zephsk Sans blague ? Tu m'en vois fort surpris. (que tu n'adores pas le film, pas que tu ne les aies pas tous noté.)
    28 avril 2019 Voir la discussion...
  • Metaju
    commentaire modéré *notés
    28 avril 2019 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @Metaju Je crois que j'ai un problème avec les films en costumes, Barry Lyndon et quelques autres exceptés
    28 avril 2019 Voir la discussion...
  • bgerentes
    commentaire modéré @tylerd1477 exact, Marielle est au milieu d'un casting hallucinant dans ce qu'on fait de meilleur en Rape and Revenge
    28 avril 2019 Voir la discussion...
  • cinephile54
    commentaire modéré Marielle et ses répliques cultes ! "Les Galettes de Pont Aven" ("Je renais...Je revis...Oh nom de Dieu de bordel de merde"), "Un moment d'égarement", "Coup de Torchon" ("Oui mais, Lucien, est-ce que savoir rien foutre, ça suffit comme but dans la vie? Est-ce que ça suffit à vous excuser" à Philippe Noiret), "Dupont Lajoie", "La fleur de l'âge" et tant d'autres ! malicieux, aimant la Vie, il jouait souvent des rôles d'homme à femmes, et sa voix inoubliable ...Encore un qui disparaît, un compère de Jean Rochefort et de bien d'autres, je pense également à "Bouquet final" de 2011 ( il avait donc 79 ans avec un casting d'enfer dt Jeanne Moreau, Claude Rich, Jacques Spiesser, Nicolas Bedos, Julie Depardieu, des septuagénaires dans le vent, utilisant internet pour ne pas croupir en maison de retraite ...Un de + qui nous quitte ...
    29 avril 2019 Voir la discussion...
  • cinephile54
    commentaire modéré et Marielle est décédé le même jour que Dick Rivers qui a qd même joué ds 3/4 films ...
    29 avril 2019 Voir la discussion...
  • Soldatblague
    commentaire modéré Ce sera
    1) "Calmos", pour sa rue Gustave Flaubert
    29 avril 2019 Voir la discussion...
  • Soldatblague
    commentaire modéré 2) "Comme la Lune", pour son dégraisseur
    3) "Coup de torchon", pour sa justesse acerbe
    C'est tout pour moi, le reste m'a moins marqué
    29 avril 2019 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré @Soldatblague Tu nous ferais une belle liste avec deux outsiders ? :)
    29 avril 2019 Voir la discussion...
  • zephsk
    commentaire modéré Et voilà votre top 10 : https://www.vodkaste...del-de-merde/1395979
    2 mai 2019 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Les derniers articles
On en parle...
Listes populaires
Télérama © 2007-2019 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -