Frédéric Dard

Scénariste
Né le 29 juin 1921, mort le 6 juin 2000
Connu pour...

Biographie de Frédéric Dard

Le père de Frédéric Dard, Francisque, d'abord ouvrier de la société de Dietrich, lance une entreprise de chauffage central à Bourgoin-Jallieu. Sa mère, Joséphine-Anna Cadet, est fille d'agriculteurs. Ses parents, très occupés par l'affaire familiale, le font élever par sa grand-mère. Il en gardera un souvenir ému et le goût pour la lecture.
Le krach de 1929 précipite le déclin de l'entreprise familiale, qui est mise en faillite. Tous leurs biens sont saisis, sous les yeux du jeune Frédéric. La famille émigre alors à Lyon, dans un petit appartement du boulevard des Brotteaux. Frédéric suit sans grand intérêt des études commerciales à l'école La Martinière. Il est présenté en 1938 à Marcel E. Grancher, le fondateur des Éditions Lugdunum et du journal Le Mois à Lyon, par son oncle, ouvrier-mécanicien dans un garage automobile que Grancher fréquente. Engagé comme stagiaire, il assume peu après un rôle de secrétaire de rédaction (fonction qu'il assumera officiellement à la fin de l'été 1940) puis de courtier en publicité. Ses premiers articles, certainement encouragés par ses ainés comme le docteur Edmond Locard ou le romancier Max-André Dazergues sont publiés anonymement dans le journal dès 1939. Enfin journaliste, le métier qui l'attire depuis longtemps, il passe à l'écriture à proprement parler et publie fin octobre 1940 son premier livre La Peuchère (une "nouvelle paysanne", ainsi que la qualifiera son éditeur Marcel Grancher), son premier vrai roman, Monsieur Joos, récompensé par le premier Prix Lugdunum décerné sur manuscrit lui apportant enfin en mars 1941 la notoriété.
Frédéric Dard se marie en novembre 1942 avec Odette Damaisin, dont il aura deux enfants, Patrice (né en 1944) et Élizabeth (née en 1948). Il s'installe avec sa femme à Lyon, dans le quartier de la la Croix-Rousse, rue Calas.
Frédéric Dard écrit des livres pour enfants et des romans populaires pour nourrir sa petite famille, rencontre des écrivains repliés à Lyon. Sa notoriété commence à dépasser les limites de la capitale rhodanienne. Très influencé par le roman noir américain (Faulkner, Steinbeck et surtout Peter Cheyney), il se lie avec Georges Simenon, qui lui rédige une préface pour son livre Au massacre mondain. Sous la houlette de Clément Jacquier, il écrit des romans avec ses premiers pseudonymes pittoresques : Maxell Beeting, Verne Goody, Wel Norton, Cornel Milk, etc.
Sur un coup de tête (il a pris ombrage d'un livre de Marcel E. Grancher, qui le cite dans ses souvenirs), il part en 1949 s'installer aux Mureaux avec sa famille, dans un pavillon de banlieue. Après quelques années de vache maigre, il connaît ses premiers succès d'écriture, au théâtre (notamment La Neige était sale, adaptation du roman de Simenon, est montée par Raymond Rouleau au Théâtre de l'OEuvre en décembre 1950). C'est en 1949 que paraît Réglez-lui son compte !, roman policier signé San Antonio, et qui est un échec commercial. Il rejoint alors les éditions du Fleuve noir, où il va côtoyer Jean Bruce et Michel Audiard, et y publie deux romans : Dernière Mission, et le second San-Antonio, Laissez tomber la fille.
En 1954, Frédéric Dard et Robert Hossein montent au Grand-Guignol Les Salauds vont en enfer, première pièce d'une longue collaboration théâtrale.
La notoriété naissante du Commissaire San-Antonio engendre le succès, qui, dès lors, ne le quittera plus. Dard écrit vite et beaucoup, au rythme de quatre à cinq ouvrages par an : romans policiers, romans d'espionnage ou d'épouvante, scénarios, adaptation de roman pour le cinéma, etc. L'aisance financière se double de démêlés orageux avec le fisc français.
Cependant, sa vie de couple avec Odette Damaisin n'est pas heureuse. Dans les mois précédant leur séparation, il tente de se pendre. Il se remarie le 14 juin 1968 avec Françoise de Caro, la fille d'Armand de Caro, le fondateur des éditions Fleuve noir.
En 1968, il prend la route de la Suisse avec sa nouvelle femme. Le couple se fait construire le « chalet San Antonio » à Gstaad.
Ils auront une fille, Joséphine, née en 1970 qui est aujourd'hui l'épouse de Guy Carlier. Quelques semaines après sa naissance, le couple Dard adopte un jeune Tunisien, prénommé Abdel. En mars 1983, Joséphine est enlevée quelques heures de leur domicile de Vandoeuvres par un caméraman de télévision. Elle sera libérée contre le versement d'une rançon de 8 millions de francs suisses. Le ravisseur sera arrêté et la rançon récupérée, mais l'épisode a longtemps traumatisé Frédéric Dard.
Il noue des liens très forts avec le R. P. Bruckberger (à qui il dédiera La Sexualité...) et avec Albert Cohen. Il se passionne pour la peinture, notamment les oeuvres de Domenico Gnoli, peintre hyperréaliste, ou celles de René Magritte, peintre surréaliste. Il rend hommage à l'oeuvre du poète belge Louis Scutenaire.
Avec le temps, il commence à prendre du recul, il accorde de longues interviews à la presse. En 1975, il fait paraître Je le jure, signé San-Antonio, un livre d'entretiens où il évoque son enfance, ses débuts, sa famille, ses idées.
Frédéric Dard meurt le 6 juin 2000, à son domicile de Bonnefontaine, en Suisse. Il est inhumé suivant ses volontés au cimetière de Saint-Chef en Dauphiné. Village où il a vécu, enfant, en 1930, dans une maison appartenant à la famille de sa mère. L'ancienne école de Saint-Chef qu'il a fréquentée, porte une plaque commémorative rappelant ce fait.
Depuis la mort de son père, son fils Patrice poursuit l'écriture des San-Antonio.

Filmographie de Frédéric Dard

  • 1
    Le Mari de Léon
    un film de Jean-Pierre Mocky
    La chronique tragi-comique d'une amitié passionnelle entre Boris Lassef, bril lant mais aussi insupportable et tyran nique acteur et metteur en scène, et Léon Yvrard, son confident...
    1h34
    Ma note :
  • 2
    Le Caviar rouge
    un film de Robert Hossein
    Alex est un agent secret qui vieillit dans le danger comme d'autres dans la routine. Ce soir la, il se rend a un mysterieux rendez-vous dans une vaste demeure deserte de la banlieu...
    1h30
    Ma note :
  • 3
    Y a-t-il un Français dans la salle ?
    Taux de satisfaction de la communauté
    14%
    un film de Jean-Pierre Mocky
    Un ancien ministre, chef de parti politique, tombe amoureux d'une jeune fille. La situation tourne au drame, défigurant cette dernière et provoquant la chute de la carrière du poli...
    1h46
    Ma note :
  • 4
    Emmenez-moi au Ritz
    un film de Pierre Grimblat
    Ma note :
  • 5
    Béru et ces dames
    un film de Guy Lefranc
    L'inspecteur Bérurier, accompagné du commissaire San-Antonio, est de retour dans son village d'origine, Saint-Locdu-Le-Vieux, afin de célébrer les funérailles de son vieil oncle Pr...
    1h30
    Ma note :
  • 6
    Sale temps pour les mouches
    un film de Guy Lefranc
    Des savants atomistes de renom sont enlevés sur le sol français. Le commissaire San-Antonio et son fidèle adjoint Bérurier s'infiltrent dans un gang soupçonné de tremper dans l'aff...
    1h29
    Ma note :
  • 7
    L'Accident
    (1962)
    un film de Edmond T. Gréville
    Françoise, nommée institutrice dans une petite île au large de la Bretagne, y est accueillie par la femme du directeur de l'école. Ce dernier tombe rapidement amoureux de la jeune ...
    1h31
    Ma note :
  • 8
    Le Crime ne paie pas
    Taux de satisfaction de la communauté
    42%
    un film de Gérard Oury
    Film en quatre sketches, inspirés des bandes dessinées de "France Soir". 1er sketch : Une comtesse apprend que son amant la trompe. Dans sa rage, elle le fait tuer. Sa rivale déci...
    2h33
    Ma note :
  • 9
    Le Monte-Charge
    un film de Marcel Bluwal
    Bien qu'interdit de séjour pour un crime passionnel, Robert revient à Paris. Marthe l'entraîne dans son appartement. Elle se dérobe. Il l'emmène chez lui, sans plus de succès. Il l...
    1h25
    Ma note :
  • 10
    Les Menteurs
    (1961)
    un film de Edmond T. Gréville
    Revenu riche d'Afrique, Paul s'installe dans un pavillon isolé des environs de Paris. Par le biais d'une petite annonce, il fait la rencontre d'une certaine Norma avec qui il se ma...
    1h30
    Ma note :

Avis sur les films de Frédéric Dard

Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -