U Télérama aime passionnément
Je, tu, il, elle
(1974)
un film de
Télérama aime passionnément U
Satisfaction communauté 32%
Je, tu, il, elle

Je, tu, il, elle

(1974)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 32%
  • 31 notes
  • 29 veulent le voir

Micro-critique star (M741) :
M741
(à propos de Je, tu, il, elle)
Sa note :
Je, tu, il, elle “ Au départ promesse d'une fusion partielle entre espaces clos et ouverts,avant qu'une bifurcation n'achève sa logique d'exposition intimiste ” — M741 11 juin 2014
Commenter
  • georges.b1
    (à propos de Je, tu, il, elle)
    Sa note :
    Je, tu, il, elle “ Décors nus‚ style épuré‚ lumière crue‚ journal intime puis road movie‚ A expérimente‚ invente sa méthode‚ un combat féministe‚ libertaire ! ” — georges.b1 5 juillet 2017
    Commenter
  • M741
    (à propos de Je, tu, il, elle)
    Sa note :
    Je, tu, il, elle “ Au départ promesse d'une fusion partielle entre espaces clos et ouverts,avant qu'une bifurcation n'achève sa logique d'exposition intimiste ” — M741 11 juin 2014
    Commenter
  • nibab_lacsap
    (à propos de Je, tu, il, elle)
    Sa note :
    Je, tu, il, elle “ La scène finale par son objet, sa crudité, sa longueur, ce rapport carnassier entre amoureuses renvoie à Kechiche. La séduction en moins. ” — nibab_lacsap 4 janvier 2021
    1 commentaire
    • nibab_lacsap
      commentaire modéré En effet, Akerman ne cherche pas à séduire. Son audace formelle repose sur ce refus. Ce qui explique la radicalité souvent pertinente et puissante de ses choix.
      Ce qui explique que son rapport au corps passe par le sien. Au départ disons, car avec Seyrig elle finira par passer par celui plus fantasmatique de l'actrice. Sans avoir besoin de la mettre à nue. Littéralement du moins.
      Si son personnage de "Je, tu, il, elle" ne cherche pas à séduire, il cherche tout de même à attirer l'attention. C'est même son but : retenir l'attention. Celle de l'extérieur, de quelqu'un passant devant sa porte vitrée, devant l'écran de son appartement devenu une scène, un terrain de je.
      L'appel du dehors, comme un salut.
      Elle ne cherche pas à séduire, alors elle se laisse séduire. Séduite par la séduction des autres : l'homme d'abord qui confesse ses fantasmes et dont elle satisfait le désir, puis la femme qui, dans un hochement de tête, commence par refuser de se laisser déshabiller puis accepte l'offrande de ce corps/con de l'autre.
      La lutte commence et sera finale. Elle quitte la chambre au terme du combat/des ébats.
      Pas de séduction : ni avant, ni après, ni pendant.
      4 janvier 2021 Voir la discussion...
Télérama © 2007-2021 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -