La Pendaison
(1968)
un film de
Satisfaction communauté 85%
La Pendaison

La Pendaison

(1968)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 85%
  • 40 notes
  • 33 veulent le voir

Micro-critique star (Ochazuke) :
Ochazuke
(à propos de La Pendaison)
Sa note :
La Pendaison “ Ôter la vie, oui, mais sous raison d’État ! La peine de mort condamnée : antre de bourreaux & meurtriers, coupable d’amnésie et non sens. ” — Ochazuke 31 juillet 2018
Commenter
  • Ochazuke
    (à propos de La Pendaison)
    Sa note :
    La Pendaison “ Ôter la vie, oui, mais sous raison d’État ! La peine de mort condamnée : antre de bourreaux & meurtriers, coupable d’amnésie et non sens. ” — Ochazuke 31 juillet 2018
    Commenter
  • georges.b1
    (à propos de La Pendaison)
    Sa note :
    La Pendaison “ Oshima mêle le grotesque‚ l'allégorie et la caricature pour une dénonciation de la peine de mort qu'il accule au néant et au non-sens ! ” — georges.b1 7 juillet 2019
    Commenter
  • PharaonDeWinter
    (à propos de La Pendaison)
    Sa note :
    La Pendaison “ Maître dans le travail documentaire et la mise en abyme absurde, O ébranle radicalement tabous et impérialisme japonais. Sentence sans appel ” — PharaonDeWinter 6 mars 2016
    3 commentaires
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré @thomaschry L'un des Oshima les plus énervés ! Son cinéma devrait BEAUCOUP te plaire. Qu'as-tu vu à ce stade ?
      Mes préférés en dehors de celui-ci : NUITS ET BROUILLARD AU JAPON, LES PLAISIRS DE LA CHAIR, LA CÉREÉMONIE, L'EMPIRE DES SENS et surtout LE PETIT GARÇON, parce qu'en plus d'être enragé, il est émouvant.
      6 mars 2016 Voir la discussion...
    • PharaonDeWinter
      commentaire modéré Je commence une "série" là. J'avais déjà vu LE PETIT GARCON l'an passé à l'Institut Lumière - film magnifique, sans compromis, aiguisé et comme tu le dis, absolument déchirant. J'ai vu L'Empire des Sens à la Fémis, l'autre jour. Et donc La Pendaison hier soir.

      Effectivement, trois films vus, et trois immenses films.Si je veux faire mon difficile, La Pendaison m'a parfois un peu perdu dans ses retournements et ses interpénétrations réel-fiction-imaginaire. Mais à chaque fois, quel regard acéré d'Oshima sur son pays. Franchement, je ne crois pas connaitre une oeuvre si politique et subversive dans le cinéma, du moins, si frontale. Et il est d'un maîtrise impressionnante dans tous les genres.

      Il m'en reste énormément à découvrir encore, mais je sais déjà qu'il est un des plus grands réalisateurs, l'équivalent de Pasolini. Les deux œuvres se rapprochent par beaucoup d'aspects.
      6 mars 2016 Voir la discussion...
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré @Thomaschry Tu oublies un peu vite Fassbinder, que je préfère encore à Oshima et Pasolini que tu cites à raison. Comme eux, il a su à la fois poser un regard impitoyable sur son pays et l'élargir à des thématiques plus universelles et de grands récits. Fassbinder-Oshima-Pasolini : voilà une jolie triade tiens !
      6 mars 2016 Voir la discussion...
Télérama © 2007-2021 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -