U Télérama aime passionnément
Maine Océan
(1986)
un film de
Télérama aime passionnément U
Satisfaction communauté 88%
Maine Océan

Maine Océan

(1986)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 88%
  • 87 notes
  • 51 veulent le voir

Micro-critique star (zephsk) :
zephsk
(à propos de Maine Océan)
Sa note :
Maine Océan “ Être le roi de la Samba d'une nuit puis courir seul dans le désert. La vie quoi. ” — zephsk 29 mars 2013
3 commentaires
  • zephsk
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Être le roi de la Samba d'une nuit puis courir seul dans le désert. La vie quoi. ” — zephsk 29 mars 2013
    3 commentaires
    • JoChapeau
      commentaire modéré je découvre ta mc après avoir écrit la mienne, elles se ressemblent beaucoup
      27 décembre 2013 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré La mienne est quand même bien mieux
      30 avril 2019 Voir la discussion...
    • JoChapeau
      commentaire modéré La tienne contient une forme de désespoir. La mienne est plutôt légère. Ça se discute.
      30 avril 2019 Voir la discussion...
  • sudroxaz
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ L'inénarrable Rozier court encore à contre-courant. Tatiesque comédie du langage loin du train-train quotidien, Cariocas vendéens. Tequila ! ” — sudroxaz 28 juillet 2020
    1 commentaire
    • sudroxaz
      commentaire modéré Comme la douce sensation de se retrouver devant un Tati qui avait d’ailleurs lui-même signé, comme Tardieu, ses propres comédies du langage. Notamment dans son magnus opus, Playtime où les personnages finissent par triompher du film jusqu’à en faire un véritable ofni, ce qui avait contribué à l’incompréhension du public à l’époque. Mais Playtime est depuis devenu, aux yeux des cinéphiles confirmés, le chef-d’œuvre que l’on connaît. Dans Maine Océan, la scène dantesque du restaurant de Playtime serait donc cette mémorable et surréaliste scène de samba dans une salle municipale, où Bernard Ménez devient (une fois de plus chez Rozier) totalement fou. Il décroche, lâche prise, fait le zouave et oublie le train-train de sa vie de contrôleur de la SNCF. Plus tard, on le retrouvera à courir sur une plage vendéenne dans le sens contraire du courant de l’océan, tel un Monsieur Hulot qui dénotait lui-même toujours de son environnement, en coupant à travers champs plutôt que d’emprunter les autoroutes et autres chemins de traverses (Trafic).

      Carnavalesque, « folklo », cacophonique, totalement barré, Maine Océan l’est assurément. Rozier mène ainsi sa propre comédie du langage, et s’amuse avec joie et tendresse des déficits de la communication provoquant moults quiproquos et maladresses. Ces drôles de déficits sont principalement dus aux différences entre les langues du monde entier (ici portugais, anglais, français), et même à l’intérieur même des pays (le patois des marins vendéens est succulent, incompréhensible, et ô combien attachant), mais également dus à l’hermétisme de certains langages (btw, il faut à tout prix voir ou revoir le sketch des Inconnus sur le sujet : https://www.youtube.com/watch?v=XbIaW_ZdJ0g).

      Rozier, c’est ce cinéma de liberté(s) et de lâcher-prise, méditerranéen ou de l’océan, où les personnages courent sur des plages, et font les 400 coups. C’est ce plan d’une Carioca qui regarde le large, surplombée par un phare vendéen de l’Ile d’Yeu, qui est pour elle tel un Christ rédempteur à la cime du Corcovado. Ce sont ces drôles de zouaves qui s’enguirlandent (au sens premier du terme) et font tinter des verres avec des couverts de table, dans un joyeux bazar en dansant la samba. Ce sont ces personnages naïfs (Bernard Ménez en tête) à qui l’on peut tout faire miroiter, même des choses aussi surréalistes qu’une carrière à la Maurice Chevalier en s’improvisant impresario du dimanche.

      La scène de danse est le climax de Maine Océan. Dans Du côté d’Orouët, c’était sur Let the Sunshine In que les personnages s’animaient. « On danse beaucoup chez Rozier. Dans Adieu Philippine, c’est le mambo (Liliane seule, les yeux plantés dans la caméra), le cha cha cha, le tango. Par la danse, c’est le sentiment qui s’exprime, sans avoir recours aux mots. C’est aussi, et surtout, une façon première et primaire de s’évader des conventions, de la société, du monde. » (http://lefrance.ntic.fr/fiches/AdieuPhilippine.pdf)

      Tequila ! (https://www.youtube.com/watch?v=3H6amDbAwlY)
      28 juillet 2020 Voir la discussion...
  • jimbo62
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Film d'une construction narrative très libre et inventive à la fois drôle et questionnant le problème de la communication.Les acteurs au top ” — jimbo62 14 juin 2019
    Commenter
  • georges.b1
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Ce Maine-Océan c’est un voyage autour du monde où les nationalités se croisent‚ se séparent‚ se retrouvent‚ une émotion à fleur de peau ! ” — georges.b1 7 septembre 2017
    Commenter
  • JoChapeau
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Le contrôleur SNCF devient roi de la samba et court sur les plages de Loire-Atlantique. C'est ça Rozier. ” — JoChapeau 27 décembre 2013
    Commenter
  • ElmerHunter
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Rozier ou l'art de fugue, 1 brésilienne, 1 avocate, 1 marin, 2 contrôleurs, de la samba, et hop liberté, égalité et fraternité ont un sens  ” — ElmerHunter 28 mai 2011
    1 commentaire
    • ilmra
      commentaire modéré Exactement la même réaction. je n'ai lu ta MC qu'après avoir pensé et écrit la mienne.
      16 octobre 2015 Voir la discussion...
  • psobkow
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Devant la mer, livrée à volonté en bobines jusquʼau fond des campagnes ou des villes poussiéreuses, les bouches nʼont plus quʼà se clore. ” — psobkow 3 mars 2015
    Commenter
  • M741
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Un "La Mort aux trousses" sans inquiétante omniscience - ballet d'hommes qui voguent de lieux en lieux, dans une erratique quête identitaire ” — M741 4 août 2014
    Commenter
  • rere15
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ C'est très bien, l'Atlantique, mais j'ai un faible nostalgique pour la méditerranée d'une Philippine à qui je ne peux dire Adieu. ” — rere15 4 août 2019
    Commenter
  • zackmo
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Quoi? On nous fait le casting en y remisant Yves Alfonso (Hénaurme) au second plan! ” — zackmo 8 septembre 2013
    Commenter
  • ilmra
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Une salle qui rit +++, Afonso, Menez, Rego géniaux, les personnages et moyens de transport se relaient comme dans une fugue de Bach. Régal. ” — ilmra 16 octobre 2015
    Commenter
  • Bakou9
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Liberté toujours mais moins de fluidité que dans les autres Rozier. Après la course vers l'ailleurs est toujours aussi tentante à suivre. ” — Bakou9 5 janvier 2015
    Commenter
  • Barbey
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Vivre sa vie. ” — Barbey 28 février 2015
    Commenter
  • ellecroart
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ L'ai vu à sa sortie. Inoubliable. ” — ellecroart 4 avril 2020
    Commenter
  • PharaonDeWinter
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ L'équipée haute en couleurs et les embardées impayables de MO dessinent un film brinquebalant, ahuri mais joyeux, perdu dans les traductions ” — PharaonDeWinter 1 août 2019
    Commenter
  • wham1978
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Liberté. C'est le premier mot qui me vient. On ne sait pas où l'on va, mais on y va, heureux devant tant de malice, de plaisir, de vie... ” — wham1978 8 janvier 2014
    Commenter
  • lesinrocks
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ L’art du cinéma de Rozier : la scène s’étire jusqu’à ce que l’émotion arrive, brutale, joyeuse et suffocante. ” — lesinrocks 5 mars 2014
    Commenter
  • AntiLethargique
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Là, saisi, le spectateur aimerait vivre dans, et non à travers le film. Maine Océan, film ovni, est de cette trempe. ” — AntiLethargique 1 décembre 2013
    Commenter
  • Delatourte
    (à propos de Maine Océan)
    Sa note :
    Maine Océan “ Au hasard des rencontres, la folie douce s'installe. ” — Delatourte 5 mai 2020
    Commenter

Casting de Maine Océan

Infos sur Maine Océan

Réalisé par Jacques Rozier

France - 2h10 - Comédie
Sortie le 16 avril 1986

Synopsis

A bord du train corail "Maine Océan", se croisent une charmante danseuse brésilienne non francophone, une avocate cafouilleuse et sympathique parlant trois mots de brésilien et deux contrôleurs SNCF très à cheval sur le compostage des billets mais pas vraiment à même de s'exprimer en anglais... Au terme laborieux du contrôle des billets, le contact s'établit entre les protagonistes. Tentés par l'idée de mettre entre parenthèses leur vie de grisaille pour quelques jours, les deux fonctionnaires rejoignent les belles qui ont embarqué pour l'île d'Yeu à la suite d'un marin-pêcheur ombrageux que l'avocate est venue défendre (fort mal) à l'occasion d'un procès pour coups et blessures. Une fois sur l'île, les désirs et les rêves trop longtemps refoulés du contrôleur interprété par Bernard Menez se réveillent, s'emballent même, aidés par les vapeurs d'alcool et, surtout, par les promesses fallacieuses qu'un producteur d'artistes de variétés fantasque lui fait miroiter... Le retour sur terre sera brutal puis laborieux, littéralement.


Films similaires à Maine Océan

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -