Play
(2011)
un film de
Satisfaction communauté 62%
Play

Play

(2011)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 62%
  • 85 notes
  • 34 veulent le voir

Micro-critique star (NTosic) :
NTosic
(à propos de Play)
Sa note :
Play “ Östlund filme froidement les humiliations de "têtes blondes" couvées par la bien-pensance et la peur du conflit. Allô ! Maman, BOBO. ” — NTosic 19 mai 2020
30 commentaires
  • NTosic
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Östlund filme froidement les humiliations de "têtes blondes" couvées par la bien-pensance et la peur du conflit. Allô ! Maman, BOBO. ” — NTosic 19 mai 2020
    30 commentaires
    • NTosic
      commentaire modéré @Bosco Y a un point important sur l'art contemporain au-delà du "questionnement" permanent, c'est le fric. ^^ Si cet art n'était pas intimement lié à la spéculation financière, il ne serait pas aussi exposé. Dans un sens tu l'as mentionné puisque tu as parlé plus haut de mondialisation néolibéral et que l'art contemporain en est une caricature. Parenthèse : tu as entendu cette histoire de fruit scotché au mur ? Si ce n'était qu'idéologique ça serait juste un délire d'une élite qui n'atteint pas la masse. Cette dernière jetant les bouteilles de bière qui traîne au sol à la poubelle comme il est convenu de faire.

      Le premier terme est toujours mal connoté. Le personnage du film pourrait être visé par des universitaires américains qui en ont fait leur cheval de bataille. Moi ça ne me dérange pas que quelqu'un adopte un look en fonction d'une musique même s'il ne peut pas avoir de lien avec les origines d'un mouvement. Parfois ça peut déboucher aussi sur une nouvelle contre-culture dans le pays où un mouvement/une musique est repris.
      25 mai 2020 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @NTosic Vos commentaires m'ont beaucoup intéressée, notamment cette idée de bulles ; cela étant je suis très mal à l'aise avec ta MC, dont je ne comprends pas la seconde partie : je veux bien que les têtes blondes" soit un effet rhétorique, encore qu'il manque "chères" ("nos chères têtes blondes") et ma foi, pour avoir habité en Estonie, je peux dire que l'on est plutôt subjugué en découvrant la blondeur de ces peuples du Grand Nord ; cela étant, Östlund n'a pas manqué d'introduire un Asiatique dans le trio, cela doit avoir son importance ; mais, où veux-tu en venir avec "couvées par la bienpensance" ? Je ne vois que la nôtre, à nous Occidentaux, potentiellement racistes ? Car à aucun moment dans le film, ces gamins tétanisés, ne sont protégés par un adulte (les parents ne répondent pas au téléphone, les dames du salon de thé sont dans l’expectative et comble de malheur, les contrôleurs du tramway se contentent de leur faire la morale, alors que l'on voit bien que les enfants ne sont plus que l'ombre d'eux-mêmes) et là je trouve que Östlund va un peu loin dans son tableau : "Voyez ce qu'est devenue notre belle social-démocratie protestante". Ton avis m'intéresse. Ce film, surtout les vingt premières minutes, m'a mise au martyr.
      25 mai 2020 Voir la discussion...
    • NTosic
      commentaire modéré @Anna_K C’était de la provocation pour faire réfléchir. Ma MC c’est du Ostlund haha.
      Elle reflète ce que je voyais en premier lieu (venant des représentations de ma propre bulle haha) à savoir des enfants occidentaux probablement aisés donc surprotégés, ne connaissant pas certains codes, ne soupçonnant pas la roublardise dans la rue, à qui on a inculqué la non-violence (même pour se défendre) et le tout-va-bien social (je fais bcp de néologismes quand je parle, même à l’oral… désolé). Effrayés et incapables d’avoir une réaction normale une fois au contact de gens n’étant pas de leur milieu et pourtant pas violents quand ils les abordent. Mais mieux vaut se fier aux commentaires sachant que je nuance un peu et qu’on parle d’autres choses. J’ai été influencé par le visionnage de The Square pour attribuer à ces ados des caractéristiques que je suppose être celles d’une classe. Ma MC était un peu à chaud et à tendance comique, enfin je crois.
      26 mai 2020 Voir la discussion...
  • Fildevo
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Face a son film, Ö. nous laisse seul juge, avec notre condition sociale, nos idées politiques et nos préjugés, et c’est très déstabilisant. ” — Fildevo 20 mai 2020
    21 commentaires
    • Fildevo
      commentaire modéré @NTosic @orloff mais c'était pas pour relancer le débat, hein ;-) on en avait déjà beaucoup parlé, et c'était effectivement des discussions passionnantes, on pourrait continuer pendant des heures ! c'était juste pour garder une trace de cette analyse plus facilement accessible que sur la liste du ciné-club
      27 octobre 2020 Voir la discussion...
    • orloff
      commentaire modéré @Fildevo ho hey..dis donc ! Désolé d'avoir souillé ton espace immaculé avec mon avis contraire au tien leaule dont les éventuels passants pourront à loisirs se reconnaître, dans tes propos comme dans les miens. Play t-il que j'aille voir ailleurs ;-)
      27 octobre 2020 Voir la discussion...
    • Fildevo
      commentaire modéré @orloff ahah, j'adore la discussion mais j'aime pas les avis contraires au mien (leaule) ! trêve de plaisanterie, on pourrait en parler encore pendant longtemps de ce film et de nos différents regards dessus, qui se rejoignent en grande partie et qui divergent un peu (et "divergent", ça fait beaucoup pour un seul homme, comme disait Desproges)
      27 octobre 2020 Voir la discussion...
  • lekid
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Good boys, bad boys : si c’était aussi simple… Du jeu de rôles au jeu de dupes, Östlund tisse sa toile de l’incertitude. ” — lekid 8 juin 2020
    3 commentaires
    • lekid
      commentaire modéré @cath44 Ce film multiplie les interrogations et sème dans les chaussures du spectateur des petits cailloux bien pointus. Je me suis beaucoup questionnée sur la place de l’adulte dans la vie de ces enfants. Ils semblent tous assez seuls et livrés à eux-mêmes. Peu de protection, que ce soit des parents ou des adultes présents autour d’eux, mais surtout la sanction (dans les dernières scènes). Un film dérangeant mais passionnant à analyser.
      8 juin 2020 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @lekid Ton point de vue m’intéresse. Le film m'a dérangée, mais il pose plein de questions sociétales, éducatives, psychologiques ( notamment la violence )
      8 juin 2020 Voir la discussion...
    • lekid
      commentaire modéré @cath44 Ostlund met mal à l'aise : il nous malmène, nous interpelle et nous met face aux maux de la société. Son regard sur l'humain est plutôt négative (Je ne sais pas s'il a déjà fait un film bienveillant...) et pointe là où ça fait mal. Je ne sais pas si j'aime ses films mais ils me fascinent. Dans Play, se pose aussi la question de la soumission, de la peur, du droit de dire non, de la société de consommation... C'est sans fin !
      8 juin 2020 Voir la discussion...
  • blacktide
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Avoir et possédés, dans la violence du silence, panote l'impuissance, et se détourne le regard. Quotidien à malaise, situation en questions. ” — blacktide 28 juillet 2018
    Commenter
  • Bosco
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Jeu du rackett qui n’est pas un jeu et qui l’est pourtant ! car basé sur un dispositif rhétorique et de représentations raciales manipulées. ” — Bosco 23 mai 2020
    2 commentaires
    • Anna_K
      commentaire modéré J'ai bien aimé vos commentaires avec @NTosic mais j'ai un peu de mal avec vos MCs respectives, pourrais-tu expliciter brièvement "les représentations raciales manipulées". j'ai compris que Östlund reprenait un fait divers avéré (de jeunes Somaliens rackettant de jeunes suédois pendant deux ans -excusez du peu !) L'idée de groupes ou de bulles me plait bien, cela me fait penser à mon collège REP un peu dur, mais pas trop, où l'on a des soucis non pas entre les Français "pur beurre" (désolée !) et les autres, mais entre deux autres groupes de Français, les uns originaires de Turquie,les autre s du Maghreb. Or donc qu'entends-tu par "manipulées" ?
      25 mai 2020 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @Anna_K Bonne question ;-) Ces représentations sont utilisées d'une part par le groupe de jeunes racketteurs qui dans le "jeu du petit frère", pour obtenir le résultat qu'ils recherchent et sans user de violence physique, jouent sur la peur qu'ils escomptent provoquer et provoquent bien de fait sur les groupes de petits blancs (on en voit deux dans le film). D'autre part, Östlund -et c'est le second niveau de tous ses films- joue sur la gêne que les situations filmées provoquent chez les spectateurs (gêne exemplifiée d'une part par les adultes blancs qui réagissent peu dans le tramway ou aux femmes de même couleur qui réagissent sans trop comprendre ce qui se passe lorsque des parents d'un des gamins rackettés bousculent un petit noir pour récupérer le téléphone piqué à leur fils). La bande comme Östlund donc, chacun à leur manière, déstabilisent leurs victimes ou cobayes en jouant de leurs représentations, en les manipulant.Dispositif réthorique du "jeu du petit frère" d'un côté, dispositif filmique "expériencial" de l'autre.
      25 mai 2020 Voir la discussion...
  • Anna_K
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Notre grille d'interprétation pulvérisée : ni lutte des classes, ni lutte raciale. Le moi profond de l'homme reste animal. Domine, qui peut. ” — Anna_K 27 mai 2020
    1 commentaire
    • Anna_K
      commentaire modéré Pour mon malheur, je n'avais vu que "Happy Sweden", la veille ; mais pas "The Square" dont on dit qu'il y a matière à rire ; pas lu non plus le synopsis de Vodakster, encore moins regardé le reportage sur Östlund proposé par ARTE. Les vingt premières minutes ont été très éprouvantes pour moi ; j'aurais arrêté le film si je ne l'avais pas regardé avec quelqu'un. Je gémissais à haute voix et me tordais dans tous les sens, parce que je ne comprenais pas que les enfants se laissaient faire, je trouvais que Östlund y allait vraiment fort. Alors on m’a dit que c’était une histoire vraie, cela ne m’a pas vraiment détendue, mais je me suis concentrée sur autre chose, les deux petits Suédois blonds, notamment et leur copain d’origine asiatique : certes ils ont des portables onéreux, certes ils ont des fringues de marque, mais ce n’est pas le propos ; en fait ils ont été bien coulés dans le moule et sont incapables de réagir, ils ont perdu leur énergie vitale. Östlund ne va certainement pas devenir mon réalisateur préféré, mais cette idée d’énergie vitale à préserver que je veux apercevoir en filigrane me plaît bien.
      27 mai 2020 Voir la discussion...
  • TheFabest
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Dérouté, j'ai pensé puis pansé Play des heures durant. Le procédé d'Östlund a tout de l'artifice grossier, pourtant c'est une réussite. ” — TheFabest 24 mars 2018
    4 commentaires
    • TheFabest
      commentaire modéré J'ai d'abord été assez édifié par ce qui me semblait être un procès d'une jeunesse issue de l'immigration. Un malaise progressif, à mesure que la caméra étouffante d'Ostlund suivait ces gosses. J'ai même pensé à arrêter le film, à un moment, pour être franc.
      Et puis je me suis rendu compte que je n'avais axé mon regard que sur ce petit gang, j'ai donc repensé aux trois autres enfants.
      Après visionnage, et en écrivant ceci, je revois la scène du père de l'un d'entre eux à la fin.
      Désolé de broder autant, c'est pour le contexte.

      Je me suis rendu compte que le film traitait de classes sociales se percutant de pleins fouet.
      Je me suis rappelé ces quelques secondes où une proximité semblait pouvoir naître entre ces deux mondes, puis très vite détruite par l'ampleur de la course que l'on suit.
      Le débat et les réflexions qu'ils suscitent sont intéressants,
      On est tous confronté à nos propres jugements, à notre propre classe sociale, et on a presque détesté chacun d'eux à un moment du film.
      Ostlund joue (Play) avec nous, avec nos entraves, jusqu'à ce qu'une scène (anodine ou non) nous donne envie d'arrêter de jouer avec lui.
      En ça je trouve que c'est une réussite : qu'on l'aime ou non, le film s'arrête à des moments bien différents selon les personnes qui le regardent.
      25 mai 2020 Voir la discussion...
    • TheFabest
      commentaire modéré (Je précise que devant le brouillard dans lequel m'a mit le film, j'ai lu notamment des propos du réalisateur, et les différents biais qu'il a utilisé. Mon avis final a été fortement influencé par cela. Reste qu'un film ne nous bouleverse pas par hasard)
      25 mai 2020 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @TheFabest Merci pour ces précisions. Je ne suis pas sûr que ce film traite des classes. Ce n'est pas faux mais, c'est peut-être un peu schématique et effet d'une grille d'analyse qui nous a été inculquée. Si ce film traitait de deux bandes d'adultes ou d'adolescents âgés cette explication pourrait être plus fermement avancée. Or dans le film il s'agit bien d'enfants, à peine pré-adolescents, qui reflètent certes des comportements de leur milieu d'origine mais à leur manière (en en mimant des traits plus qu’en les « reproduisant »), plus flous, moins fixés que leurs parents, pas encore pleinement socialisés, proches encore d’une certaine naturalité (ne prête-t-on pas à cet âge la qualité de spontanéité ?). Je ne crois pas non plus qu’il soit question de rapports de races (auquel cas le film serait raciste). Une des clefs du film me semble donnée par la scène où l’un des gamins blancs se réfugie dans un arbre et où l’un des blacks l’interpelle : « arrête de faire le singe ! ». Ce que cette scène ironique dit c’est que nous sommes tous des animaux ou plus exactement, nous réagissons fondamentalement comme des animaux. Sur cette « infrastructure » qui dicte les réflexes comportementaux (ceux qui animent les relations de domination entre individus et groupes et qui dictent précisément les stratégies comportementales) se grefferont par la suite d’autres considérations plus « civilisées », morales, idéologiques… L’appartenance de classe ou ethnique joue, certes, mais pour Östlund n’est pas l’essentiel, n’est pas le point de départ à considérer. On peut ne pas être d’accord avec cette approche éthologico-behavioriste du Suédois, mais c’est bien la sienne et ce qu’il nous incite à prendre en considération. C’est aussi ce qui augmente notre gêne quand nous regardons ce long-métrage, tant nous sommes accoutumés devant le type de situations présenté ici à juger en termes moraux selon le schème idéologique alternatif répandu : classe ou race. Tu as parfaitement raison de souligner le caractère dérangeant des films d’Östlund, c’est là une de grandes originalités de ce metteur en scène. Avec sa méthode que je qualifie d’«expérimenciale», il nous force à considérer ce que nous ne voulons pas voir et surtout à le regarder autrement que nous sommes habitués à le voir. A la différence de la plupart des réalisations cinématographiques déversées sur nos écrans, celle-ci ne vise pas à alimenter et à muscler nos réflexes idéologiques ou moraux pavloviens en nous fournissant du prêt-à-penser, du prêt-à-compatir ou à du prêt-à-détester, mais donne, elle, vraiment à penser, c’est-à-dire à re-penser, à reconsidérer. Certains peuvent trouver cette sortie de zone de confort très gênante et ne pas supporter ce genre de films. (Dans nos sociétés qui se proclament « ouvertes », la tendance à réclamer des "safe spaces" est apparue et s’amplifie.) Ce n’est pas ton cas manifestement. Comme le dit Östlund « tout se ramène à la question courage/lâcheté ». Et le courage, chez l’homme -qui est tout de même plus qu’un singe –, c’est aussi l’intelligence et la lucidité.
      26 mai 2020 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Regard froid sur la société libérale et son sacro-saint credo «politiquement correct» qui ferme les yeux sur tout ce qui dérange sa morale ! ” — georges.b1 13 mars 2018
    Commenter
  • Zoreilfilm
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ La violence est inouïe en étant pourtant à peine visible. Östlund ne montre rien, il laisse voir. Et c'est pire que tout. ” — Zoreilfilm 12 février 2015
    Commenter
  • Hekatompylos
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Etude oppressive et représentation douloureuse mais aussi réaliste de l'intimidation, la destruction psychologique. Incroyablement efficace ” — Hekatompylos 19 mai 2020
    4 commentaires
    • Hekatompylos
      commentaire modéré Ruben Ostlund envoie des faits et images à la figure qui font mal, très mal. A nous de débrouiller avec ça.
      19 mai 2020 Voir la discussion...
    • Hekatompylos
      commentaire modéré @NTosic Merci à toi ainsi qu'aux participants du ciné club VK du lundi de m'avoir orienté vers ce film. Je l'ai vu hier soir mais quasiment une heure plus tard que vous, n'ayant pas pu me libérer plus tôt. J'ai lu votre discussion ensuite, toujours très riche.
      19 mai 2020 Voir la discussion...
    • NTosic
      commentaire modéré @Hekatompylos De rien. Le plaisir du lundi soir ! Tu es toujours bienvenue évidemment. En ce qui concerne Ostlund, il y a The Square et Snow Therapy aussi sur arte tv si jamais tu ne les as pas vus. Pas mal de situations gênantes, un peu drôles des fois mais sans la violence psychologique de Play !
      19 mai 2020 Voir la discussion...
  • Kikuchiyo
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ La mise en scène surplombante et distanciée tend à punir le spectateur sous prétexte de le laisser juge d'une histoire dure et complexe. ” — Kikuchiyo 11 mai 2014
    5 commentaires
    • PharaonDeWinter
      commentaire modéré C'est loin, je ne l'ai pas revu depuis. MAis mon souvenir se rapproche de ta critique : assez prétentieux formellement, pour forcer le spectateur à être témoin et juge à la fois d'un fait divers présenté de façon biaisée. Donc, assez détestable sur le fond.
      12 mai 2014 Voir la discussion...
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré Ouais, assez, mais réellement impressionnant sur la forme, avec "l'invention" (je n'en suis pas sûr tu me diras) d'une technique assez folle : filmer uniquement en plans très larges puis, grâce à la très haute résolution 4K de l'image, faire sa mise en scène en post-production : panoter, zoomer comme il l'entend au sein d'un tout capté à distance.
      Comme il reprend à priori ce parti-pris technique dans son nouveau film "Turist/Force majeure", présenté au Certain Regard, je dois avouer que je l'attends beaucoup. Le pitch, qui prend pour point de départ une avalanche réellement filmée par Östlund, est intrigant !
      12 mai 2014 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré Il est vrai qu'Östlund n'offre pas aux spectateurs du prêt à penser. Et c'est bien pour cela qu'il trouble.
      23 mai 2020 Voir la discussion...
  • FastEddieFelson
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Brillamment réalisé, "Play" et son humour glacé pose plus de questions qu'il ne donne de réponses mais, indéniablement, un cinéaste est né. ” — FastEddieFelson 2 avril 2015
    5 commentaires
  • orloff
    (à propos de Play)
    Play “ Sa majesté les mioches. Procédé cinécynique de mise en pâture de proies suédoises soumises & apeurées par des étrangers noirs en mâle aise ! ” — orloff 19 mai 2020
    1 commentaire
    • orloff
      commentaire modéré D'un manichéisme malaisant..! Tant d'arguments se bousculent dans ma tête pour me dire que nan, nan pas comme ça, dangereux,.., & puis.. car..bref..!!!
      19 mai 2020 Voir la discussion...
  • Gnothi_seauton
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ L'individualisme pousse à se mouvoir avec des œillères. Craignant d'être xénophobes, certains privilégiés acceptèrent l'humiliation. Tabou. ” — Gnothi_seauton 15 mai 2020
    Commenter
  • Bessou
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Sûrement un film nécessaire à l'époque (quelques années après les faits dont s'inspire le film) dans la société suédoise. Qu'en reste-t-il ? ” — Bessou 19 mai 2020
    6 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré @Bessou Oui, on peut penser que Play est susceptible d'apporter de l'eau au moulin de racistes (je crois avoir discuté ce point de vue dans l'un de des commentaires sous les MC consacrées à ce film), mais le problème me semble-t-il est de savoir si ce film-délibérement troublant- dit des vérités sur notre temps ou non. Cette discussion, me rappele celle qu'a lancée @OlivarDeLaCave au sujet de Jojo Rabbit dans https://www.vodkaste...e-propagande/1411897 ...
      7 juin 2020 Voir la discussion...
    • Bessou
      commentaire modéré ok, je viens de lire ton commentaire. Moi, j'ai apprécié Jojo Rabbit et je comprends le parallèle. La différence (et la force de Play pour certains), c'est qu'Ostlund ne choisit pas. Il nous montre sans point de vue. Est-ce du cinéma ?
      7 juin 2020 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @Bessou C'est en tout cas une forme très curieuse et parfaitement originale de cinéma (je l'ai qualifiée d'expérientiel). Un cinéma très troublant, qui déconcerte et peut donc conduire à vraiment réfléchir sur ce qui nous est montré et à ce que nous éprouvons face à certains spectacles. Ce, à la différence, à mille lieues de ce cinéma beaucoup plus habituel qui prétend donner à penser, qui ne dérange rien en fait mais nous conforte tout au contraire dans le penser correct, qui nous sert la soupe des bons sentiments souvent épicée aux détestations faciles, du moins convenables.
      7 juin 2020 Voir la discussion...
  • IMtheRookie
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Le cinéma est une question de point de vue et de manipulation. C'est aussi le sujet de Play. ” — IMtheRookie 3 août 2014
    2 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré Renversant cette découverte d'Ostlund après plus d'un siècle de cinéma :)
      25 mai 2020 Voir la discussion...
    • Bosco
      commentaire modéré @zephsk Cette remarque porterait, si tel était bien le propos d'Östlund. Tel n'est pas le cas.
      7 juin 2020 Voir la discussion...
  • Woodystwood
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Lå Guerre des boutöns ” — Woodystwood 20 mai 2020
    Commenter
  • Calino92
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Ce qui est intéressant dans 'Play' n'est pas tant ce qui se déroule sur l'écran que ce qui se passe dans l'esprit du spectateur. ” — Calino92 3 avril 2018
    1 commentaire
  • Flol
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Manipulation et pression psychologique, sous l'oeil d'une caméra froide et distante à la Von Trier/Haneke. Extrêmement prenant et malaisant. ” — Flol 19 novembre 2014
    Commenter
  • zephsk
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Östlund fait du cinéma de flic et s'amuse avec sa petite provoc de salon ; ça tombe bien c'est aussi flamboyant qu'une pub Ikea. ” — zephsk 25 mai 2020
    Commenter
  • Arnotte
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Il y a du Haneke dans ce film d’horreur contemporain qui constate la violence de l’échec social. Un bon gros malaise bien désagréable. Fort. ” — Arnotte 12 mai 2020
    Commenter
  • PharaonDeWinter
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Zooms et caméras de surveillance, choc des civilisations: P ne s'embête pas de détours et affirme ses ricanements comme ouvertement racistes ” — PharaonDeWinter 12 juillet 2017
    1 commentaire
  • tomsias
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Déployer un dispositif ambitieux pour créer du malaise et de la culpabilité chez un spectateur qui n'avait rien demandé : la touche Östlund. ” — tomsias 17 mai 2014
    Commenter
  • zglub215
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Östlund en fait trop mais il sait y faire pour mettre le doigt où ça fait mal ; et pour nous mettre les doigts dans la prise ” — zglub215 29 janvier 2015
    Commenter
  • marinecinema
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Ce genre de film avec lequel on se bat pendant toute la projection, puis des heures durant. Il manipule, énerve et ne quitte plus l'esprit. ” — marinecinema 15 février 2012
    Commenter
  • Sushi_Overdose
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ L'impuissance d'une caméra sur pied fixe, saisissant toute la violence d'une fracture sociale profonde. La musique adoucit les moeurs ? ” — Sushi_Overdose 17 juin 2019
    Commenter
  • AlmostFamous
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Play : le propos politique aurait gagné à être nuancé pour éviter toute interprétation à caractère raciste d'un film qui se veut réaliste. ” — AlmostFamous 20 mai 2011
    Commenter
  • Atlantic
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Glaçant de bout en bout, paralyse autant qu'il dérange, questionne autant qu'il indigne. ” — Atlantic 9 mai 2020
    Commenter
  • lebateausobre
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Fabrication de preuve, ferveur breivikienne... Play met son régime de délation au service de ses fantasmes orduriers. Le procureur est ravi. ” — lebateausobre 25 mai 2020
    Commenter
  • thomasliegeard
    (à propos de Play)
    Sa note :
    Play “ Le réalisateur dissèque un fait divers de racket d'enfants perdus dans un monde consumériste, peuplé de lâches se cachant derrière la morale ” — thomasliegeard 29 mai 2020
    Commenter

Casting de Play

Infos sur Play

Réalisé par Ruben Östlund
Écrit par Ruben Östlund et Erik Hemmendorff


France, Suède - 1h58 - Crime / Policier, Drame
Sortie le 15 mai 2011

Synopsis

Entre 2006 et 2008, en plein centre de la ville de Göteborg en Suède, un groupe de garçons noirs âgés de douze à quatorze ans racketta d’autres enfants à plus de soixante-dix reprises. Par le biais d'un savant jeu de rôle qui reposait sur l’usage d’une rhétorique de gang, les voleurs avaient mis au point une stratégie élaborée, connue sous le nom de « coup du petit frère ». Ils n’eurent à utiliser ni violence physique ni menaces explicites. Inspiré de cas réels, Play est une analyse fine et pleine d’humour qui contredit nos idées préconçues et déjoue délibérément notre attente d’une fin tragique.

Films similaires à Play

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -