Satisfaction communauté 46%
Suspiria Bande-annonce

Suspiria

(2018)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 46%
  • 159 notes
  • 67 veulent le voir

Micro-critique star (Joe_Shelby) :
Joe_Shelby
(à propos de Suspiria)
Sa note :
Suspiria “ Entre culpabilité, "Automne Allemand" et émancipation féministe en sabat expiatoire organique, ce Suspiria glauque est un OFNI exceptionnel. ” — Joe_Shelby 20 novembre 2018
2 commentaires
  • ianov
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Sabbat Mater plutôt tordu... ” — ianov 14 novembre 2018
    13 commentaires
    • gcapron
      commentaire modéré @ianov J'y suis allé hier pour voir la version 2018. J'ai posé la question, c'est le DCP qu'il diffuse pour la version 1977 :(, mais DCP 4K :).
      16 novembre 2018 Voir la discussion...
    • cribeyre
      commentaire modéré @Torrebenn NON c'est un hommage, le réal lui-même refuse qu'on parle de remake. Si c'était un remake il y auraut des scènes de l'original ce qui n'est pas du tout le cas ici
      19 novembre 2018 Voir la discussion...
    • cribeyre
      commentaire modéré @ianov tu n'as pas vu l'original ??? Je l'avais vu il y a quelques années sur mon ordi grosse claque chef-d'oeuvre etc parce qu'un film ou la musique seule angoisse c'est très fort. Et je l'ai revu cette année au cinéma encore un très bon moment enfin un très bon film parce que sur le moment tu n'est pas très bien mais c'est pour ça qu'on va voir ce genre de film de toute façon
      19 novembre 2018 Voir la discussion...
  • Sanium
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Une MC pour toi Polo : ce Suspria est un film fléau, post-rien-du-tout, minable et visuellement dégueulasse. LA grande supercherie de 2018. ” — Sanium 3 décembre 2018
    17 commentaires
  • Yohanes
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Le corps malmené, le corps sublimé. Sous la peau déchirée, la chair, bouillonnante, étreint sa douce mélancolie. Après le mal, l'amour. ” — Yohanes 6 avril 2019
    5 commentaires
    • WeOwnTheNight
      commentaire modéré @Yohanes Je te rejoins complètement. Comme toi il m'a longtemps travaillé. Un film très peu accessible tant il est unique et franchement peu "aimable", surtout au début : je n'étais pas sûr d'aimer jusqu'aux premières scènes de danse en fait. Le film est d'une puissance remarquable quand il convoque la sensualité menaçante de la danse, son effet sur les corps et les âmes. Il en devient presque éprouvant tellement ces scènes sont viscérales et intenses. Mon film de 2018, que je défends encore mieux dans mon top 2018 et sous ma MC. Je me suis pris le BR aussi (20 euros à la Fnac, c'est donné pour du BR) et suis vraiment pressé de le voir sur petit écran, cette fois. Je pense en avoir compris la plupart des tenants et aboutissants (je suis allé cherché sur Internet des interprétations sur la fin, j'avoue je voulais vraiment avoir toutes les clés pour le noter) mais c'est surtout sur la stoyline annexe du psychiatre que je m'interroge encore (cette histoire n'est-elle pas de trop? Elle manque de liant avec le reste et a surtout pour fonction de contextualiser l'histoire géographiquement et temporellement : l'Allemagne dans une période des plus troublées de son Histoire, post-nazisme et en plein dans les évènements traumatiques de la "bande à Baader". D'où une identité culturelle notamment ainsi qu'un pouvoir à reconquérir. Par la danse... entre autres.).
      6 avril 2019 Voir la discussion...
    • WeOwnTheNight
      commentaire modéré D'ailleurs je me suis acheté la BO le lendemain de ma séance, surtout pour le morceau "Suspirium" de Yorke, même si tout le reste est très bien aussi. https://www.youtube....p;list=RDBTZl9KMjbrU
      6 avril 2019 Voir la discussion...
    • Yohanes
      commentaire modéré En accord avec tes commentaires, la storyline du psychiatre m'a un peu perturbé à ce niveau là. Je ne sais pas si elle est de trop non plus, parce qu'en même temps je la trouve intéressante. Du coup je me pose la question de si ce n'est tout simplement pas de la maladresse ? Je ne sais pas. Le côté chaotique de tout cela me plait aussi. On est d'accord qu'il mérite largement une seconde vision, et plus. @WeOwnTheNight
      7 avril 2019 Voir la discussion...
  • blacktide
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ À la force des soupirs & l'(im)pureté de ses cris, la réincarnation en efface l'émotion, du souvenir aux corps en distorsion. Body Horror ” — blacktide 17 novembre 2018
    Commenter
  • Joe_Shelby
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Entre culpabilité, "Automne Allemand" et émancipation féministe en sabat expiatoire organique, ce Suspiria glauque est un OFNI exceptionnel. ” — Joe_Shelby 20 novembre 2018
    2 commentaires
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Djobaka Comme promis je te fais part de mon retour sur ce film. Je comprends que le parallèle politique avec l'évolution de l'envoûtement ait pu te rebuter. Perso, je le vois comme une complémentarité. Ce film dénonce le caractère lâche de la gente masculine pendant la 2nd guerre mondiale. La quête du psy (interprété par Swinton d'ailleurs) est une sorte de repentance pour retrouver la jeune Patricia, condamnée pour sa radicalisation politique au sein de l'école de danse. On comprend donc bien le lourd poids de la culpabilité auquel l'école de Danse veut se défaire. C'est encore plus subtil car Swinton présentée comme dur et sévère veut préserver les filles du pensionnat de cette sinistrose extérieure renflouée par le contexte politique de la bande à Bader. Le film joue constamment sur des allégories qui se répondent. Le personnage de Sara (mia goth) est passionnant. On pense durant tout le film qu'elle sera l'élément libérateur et émancipatrice de Susie mais c'est l'inverse qui se produit. Comme les 2 autres soeurs (Marthos et Blanc) elle finira par tomber sous l'emprise de mère Suspirium. Et celle-ci n'est pas si néfaste puisqu'elle condamne au final les autres sorcières et leurs desseins de convoitise, punissant les 2 autres mères (dont mother of tear qui lui a appris à dompter son animalité en la sauvant de cette terre d'infamie et de désolation (culturel et politique sous le diktat de l'homme)) de leur lutte interne d'un pouvoir que paradoxalement elles reprochaient aux hommes, et pardonnant, libérant du fardeau des remords Sara, Patricia et même le psychiatre. C'est subtil, reflectif et surtout ce dernier acte en sabat de rituels dansants confère le paroxysme du malaise distillé intrinsèquement durant le film. Je peux néanmoins comprendre que ça puisse te paraître too much ou superflu mais pour moi c'est une finitude de cohérence sur tout ce que le film s'est evertué à mettre en place. Si bien que je le définis comme un film organique car sa narration, sa mise en scène et son dénouement sont viscéralement implacable pour moi. Certains le verront comme prétentieux ou maladroit, je le perçois comme osé, rafraîchissant et subtil (Sans oublier ses nombreuses sous lectures). Et SURTOUT à considérer hors du film d'Argento.
      20 novembre 2018 Voir la discussion...
    • djobaka
      commentaire modéré @Joe_Shelby Il y a méprise sur ce que je t'ai laissé entendre, car le parrallèle politique ne m'a ni rebuté ni dérangé. Je l'ai même apprécié. C'est seulement cette fin et ce sabat de rituels dansants comme tu l'appelles que j'ai trouvé grossier et complétement incohérent quant à la ligne directrice que menée le film jusqu'à ... ça !
      20 novembre 2018 Voir la discussion...
  • djobaka
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Ce film me confirme deux choses: Que Swinton ne rayonne jamais autant que dans la noirceur et qu'une fin non apprécié gache 2H d'adoration. ” — djobaka 16 novembre 2018
    11 commentaires
    • djobaka
      commentaire modéré @xzerep Je ne pense pas tant que ce soit l'intrigue politique qui fait que le film se perd sur la fin, seulement cette ligne directrice de subtilité et d'arcanes qu'il décide de rompre totalement pour essayer de créer un grand final. Je n'avais pas besoin de grand final explosif pour être subjugué. Il en a trop fait scénaristiquement et visuellement. Du moins pour ma part, ce n'était pas nécessaire et aura gaché mon plaisir ...
      17 novembre 2018 Voir la discussion...
    • djobaka
      commentaire modéré @xzerep Concernant la compabilité Vodkaster, elle ne prend en compte que le fait que tu as vu beaucoup de films que je n'ai pas vu et vice versa, pas que l'on a pas les mêmes goûts. De plus tu as noté plus de 3000 films et moi moins de 1000 car je ne veux pas noté les film vu trop jeune. Je veux noté les films vus trop jeune car la note est totalement altéré je pense ^^. DU coup cette différence de films notés entre en compte dans la compabilité.
      17 novembre 2018 Voir la discussion...
    • djobaka
      commentaire modéré @xzerep Puis c'est toujours bien de connaître les avis et les goûts de ceux qui n'ont pas vu les mêmes oeuvres que toi ;). Ça ouvre l'esprit et l'avis critique. En tout cas 3000 films ... As tu vraiment 110 ans haha ?
      17 novembre 2018 Voir la discussion...
  • WeOwnTheNight
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Le soupir n'est ici plus d'angoisse et de mystère, mais bien de désir et de douleur, celui de la convulsion libératrice des corps en transe. ” — WeOwnTheNight 25 novembre 2018
    Commenter
  • ReznikAlabama
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Danser tue. ” — ReznikAlabama 14 novembre 2018
    5 commentaires
    • WeOwnTheNight
      commentaire modéré @ReznikAlabama Pareil. Et pourtant au début j'ai cru que Guadagnino allait bien se vautrer dans le ridicule. Simplement le montage dynamique, le travail incroyable sur le son et l'astucieuse gestion de l'espace fonctionnent du tonnerre et se cumulent pour donner à la scène un caractère réellement fascinant. L'une des meilleures surprises de 2018 que ce "Suspiria" pour moi. Le fait qu'il soit presque complètement éloigné de l'original, ne conservant en parenté que noms de certains personnages ou fonctions éloignées de certains personnages en plus du décor joue beaucoup et on redécouvre une autre oeuvre d'un apprenti auteur. Ici l'école n'est plus un personnage à part entière qui recèle de mystères et que la mise en scène révèle : le mystère est révélé dès la première scène chez Guadagnino car l'enjeu est ailleurs. C'est la libération des âmes meurtries par la guerre qui se fait par la convulsion des corps par la souffrance et le désir. Un cinéma encore une fois organique et sensoriel et non pictural et ambigu comme Argento. Dommage qu'il soit trop long (la sous-intrigue du psychiatre aurait du être raccourcie selon moi) car le film veut brasser trop de thèmes. Plus resserré il aurait été encore plus intense et immersif. Pressé de le revoir en tout cas (même si après deux-trois recherches sur le net je pense en avoir saisi l'essentiel) pour voir comment il supporte la seconde vision. C'est tout à fait possible qu'il y gagne encore en qualité à mes yeux.
      29 novembre 2018 Voir la discussion...
    • WeOwnTheNight
      commentaire modéré Et cette BO est aussi d'ailleurs la meilleure BO de l'année.
      29 novembre 2018 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @WeOwnTheNight J'ai revu hier très tard le premier Suspiria d'Argento, et ça m'a permis de faire le parallèle avec celui-ci et franchement je considère les 2 versions comme des Masterpiece. Celui d'Argento pour son esthétique baroque, sa colorimétrie, ses cadrages, son côté giallo fantastique et Jessica Harper (quand même ♥ ) et celui Guadagnino pour son atmosphère oppressante, glauque, rongé par des sous textes historiques qui servent et appuient le propos, une revisite du mythe en plus sobre mais tout autant efficace car comme tu viens de le mentionner les enjeux sont ailleurs (la convoitise, le déni du fatalisme masculin traumatique post 2nd guerre, "l'Automne Allemand" et son climat réactionnaire et terroriste, la Maison Markos prend également vie mais pas sous une forme de personnage cette fois mais sous une sorte de cocon à la fois protecteur de l'extérieur, et destructeur jusqu'à ce paroxysme final étourdissant et virtuose (certes qqs CGI pas terribles) qui donnent une rupture de ton allégorique vengeresque comme une pénitence à accomplir, c'est kitché gore et sang, mais perso je trouve que c'est un aboutissement parfait de ce climax ambigu qui s'installait durant tout le film. Les 2 visions sont opposées mais je trouve qu'elles font sens toutes les 2.
      29 novembre 2018 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Sur des synthés de Radiohead‚ la voix de Yorke plane sur ces danses et ces messes noires qui annoncent la résurrection de nos paranoïas ! ” — georges.b1 19 novembre 2018
    2 commentaires
  • Gnothi_seauton
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ En contre-pied des actes passés, la légende se reflète à travers le miroir austère et organique d'un continent en proie à ses vieux démons. ” — Gnothi_seauton 19 novembre 2018
    Commenter
  • CinemAtrium
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ L'art est un rite sacrificiel où Guadagnino perd un peu de son âme ce qu'il gagne à être esthète. Allemagne Horror Story : The Neon Coven. ” — CinemAtrium 14 novembre 2018
    2 commentaires
    • CinemAtrium
      commentaire modéré C'est assez hébété que j'en ressors. Le tandem Johnson/Swinton fonctionne vraiment bien, surtout dans ces scènes de danse où Guadagnino sublime l'art pour en faire un sacrifice perpétuel mais se perd dans une rhétorique de l'esthétisme ronflante et pédante. C'est tout sauf subtil.
      14 novembre 2018 Voir la discussion...
    • CinemAtrium
      commentaire modéré Sinon, il y a une mise en parallèle constante de deux histoires différentes, souligné par le montage, procédé qui revient souvent et qui m'a intrigué parce que ça parle à différents niveaux : l'Histoire (le "présent" presque intemporel de la compagnie, celui du contexte historique de Baader dont on ne sait trop que faire si ce n'est cette dichotomie entre les deux Berlin, et le passé avec la 2nde Guerre Mondiale où c'est vraiment bancal même si c'aurait pu être intéressant), l'histoire (ce vieil homme à la recherche de la vérité, cette histoire de rite satanique et de sorcières qui pêche par le scénario), Blanc et Markos, la danse et l'horreur qui se déroulent en même temps, comme si elles se répondaient l'une l'autre en allant dans le sens de ce que dit Blanc : l'art ne peut plus être beau ou joyeux (coucou Adorno), il doit être au-delà. L.G. semble vouloir aller là en esthétisant à mort son propos mais ça s'emballe et ça se perd par moments, surtout dans les scènes de rêve et dans cette fin, à la fois emballante, effrayante, fascinante mais plombante et beaucoup trop longue et tombée de nulle part.
      14 novembre 2018 Voir la discussion...
  • Barney666
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Quelqu'un peu m'expliquer l'unanimité négative de la critique sur ce chef d'oeuvre ?! Un faux rémak certes mais un vrai film original. ” — Barney666 11 décembre 2018
    7 commentaires
    • Barney666
      commentaire modéré @jenanaipa olala...le scénario est plein de surprise faut pas déc
      12 décembre 2018 Voir la discussion...
    • Barney666
      commentaire modéré @WeOwnTheNight je l'aime bien ce vieux psy, le seul personnage masculin du film il me semble ? Il porte en lui la trame mélodramatique du film, qui fait que suspiria n'est ni chiant ni froid.
      12 décembre 2018 Voir la discussion...
    • jenanaipa
      commentaire modéré @Barney666 Cela n'empêche pas que je me sois profondément ennuyé devant.
      13 décembre 2018 Voir la discussion...
  • ginlange
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ En terre désolée, un bâtiment lugubre aux courbes carrées, s'y cachant une menace ancestrale, sensuelle, effroyable, fascinante, soupirante. ” — ginlange 18 novembre 2018
    3 commentaires
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @ginlange Comme toi, ce film m'a fasciné par ses nombreux thèmes brassés se répondant les uns aux autres.Dans un genre plus convenu, ce Suspiria apporte une nouvelle vision austère, malsaine pour finir par y donner sens en un chef d'oeuvre à part entière de l'oeuvre déjà parfaite d'Argento. Comme quoi, une bonne adaptation c'est possible :)
      20 novembre 2018 Voir la discussion...
    • ginlange
      commentaire modéré @Joe_Shelby Ah j'avais hâte d'avoir ton ressenti ! Un film tellement dense, complexe mais surtout fascinant qui arrive à nous faire ressentir cette même attirance, ce même effroi unique que fut la découverte du premier du nom, tout en étant totalement différent ! Comme tu dis une bonne adaptation est possible :)
      22 novembre 2018 Voir la discussion...
    • ginlange
      commentaire modéré Et c'est fou de voir à quel point le film divise... Sans doute autant que le Argento en son temps !
      22 novembre 2018 Voir la discussion...
  • Aymeric
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Toujours la même frustration avec Guadagnino, où il faut se farcir deux heures de néant total pour avoir le droit à dix minutes exaltantes. ” — Aymeric 22 novembre 2018
    2 commentaires
    • ReznikAlabama
      commentaire modéré Curieux, pas mal de gens ont justement été rebuté par la fin.
      22 novembre 2018 Voir la discussion...
    • Aymeric
      commentaire modéré @ReznikAlabama En effet ! Perso c'est ce que j'ai préféré, la rupture de ton et de forme, outrancière, que cette séquence crée avec le reste du film est assez réjouissante je trouve.
      23 novembre 2018 Voir la discussion...
  • ldalmeida
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ L'essence de l'original, une expérience nouvelle. Un remake parfois un peu lourd mais transcendant, esthétique et personnel pour Guadagnino. ” — ldalmeida 14 novembre 2018
    3 commentaires
    • cribeyre
      commentaire modéré Encore une fois ce n'est pas un remake !
      19 novembre 2018 Voir la discussion...
    • ldalmeida
      commentaire modéré @cribeyre je voulais mettre le terme entre guillemets, j'aurais mieux fait ;) j'entends par "transcendant" que Guadagnino dépasse le concept habituel du remake : il s'agit effectivement plus d'un hommage à l'impact que le film d'Argento a pu avoir sur lui que d'une volonté de le reproduire
      19 novembre 2018 Voir la discussion...
    • cribeyre
      commentaire modéré Oui voilà^^
      23 novembre 2018 Voir la discussion...
  • WillValmontcine
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Alternant le pas mal et le franchement mauvais, Guadagnino s'embourbe dans une poussive métaphore historico-ésotérique. Café des supplices. ” — WillValmontcine 15 novembre 2018
    Commenter
  • spider19
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Un remake extrêmement pauvre. Des scènes qui donnent la nausée. Il est à des années-lumière de l'original. Luca, tu es renvoyé ! ” — spider19 10 décembre 2018
    5 commentaires
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @iamjusteen Moi je te dirais non, il est totalement différent de celui d'Argento, que ce soit sur le fond comme la forme, il y a juste le pitch de la Susie Américaine qui débarque dans une école de danse, antre de sorcière qui reste pareil, le reste est radicalement différent. Moins esthétique, plus oppressant par son ambiance, atmosphère in et extra l'école de danse (une contextualisation qui donne un sens) pour un film tout aussi original et tout autant OFNI que celui d'Argento, mais dans un registre totalement différent. En gros, faut pas penser à celui d'Argento si tu vas le voir, sinon tu risques de trouver la comparaison fade. Comparaison qui pour moi n'existe pas, puisque j'ai vu 2 Suspiria différents.
      11 décembre 2018 Voir la discussion...
    • iamjusteen
      commentaire modéré J'ai pas pu aller le voir, il passait dans 2 cinéma seulement à Lyon WTF !? et ils sont un peu en dehors, la flemme du coup j'attendrais sa sortie...
      11 décembre 2018 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @spider19 des scènes exagérées je cautionnerai ce ressenti sur la scène de la femme de Jabba le Hutt sinon, même la choré dansante j'ai trouvé que ça donnait un autre cachet. J'ai apprécié justement cette autre route vers laquelle Guadagnino nous emmène dans son film. On ne pourra pas lui reprocher de faire un faux reboot ou un remake déguisé du film d'Argento.
      11 décembre 2018 Voir la discussion...
  • jenanaipa
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Nébuleux récit de 2h30, brisant parfois sa torpeur par des fulgurances. Mais où sont les sensations ? Les émotions ? Trop cérébral pour moi. ” — jenanaipa 16 novembre 2018
    Commenter
  • Boschomy
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Guadagnino fait redécouvrir l’œuvre d’Argento : un trip malsain, au minimalisme retro et aux symboles multiples, bien que parfois abscons. ” — Boschomy 26 mars 2019
    4 commentaires
    • jenanaipa
      commentaire modéré Pas envie de le revoir perso, un film très ennuyeux, et abscons comme tu le dis, mais je ne suis déjà pas du tout fan du Argento.
      27 mars 2019 Voir la discussion...
    • WeOwnTheNight
      commentaire modéré Un film unique et complexe, peut-être trop dense et proposant trop d'intrigues. Un excellent hommage à l'oeuvre du maître Argento, qui préfère se singulariser pour éviter la comparaison et ne retenir que les fonctions de certains personnages principaux ainsi que le décor de l'école. Pas de grand mystère ici non plus, ce qui intéresse le réal c'est le rapport fantasmé à la danse, à son emprise sur les corps (et les âmes), à sa valeur libératrice (pour les femmes de l'écoles, certaines en tout cas) comme aliénante (pour certaines autres). Une superbe surprise pour moi et je suis ravi de voir une si jolie note.
      1 avril 2019 Voir la discussion...
    • Boschomy
      commentaire modéré @WeOwnTheNight : Apparemment il été prévu de le faire en 2 parties, ce qui reflète assez bien la densité du projet initial. Après je pense que ça va plus loin que la danse, je me demande aussi si, finalement, ce n'est pas un film sur les femmes et la conquête du pouvoir féminin plus largement. Mais c'est aussi pour ça que je le reverrais certainement.
      3 avril 2019 Voir la discussion...
  • CourteFocale
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Ce "Suspiria" a la grandeur des projets insensés qui, attendus au tournant, prennent tout le monde à revers. De la sorcellerie ? Pas loin... ” — CourteFocale 15 novembre 2018
    Commenter
  • Zepequeno
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ La fantasmagorie plie sous la charge historique, la prévalence plastique étouffe toute émotion. Désenchanté, seule Mia Goth m'a ensorcelé. ” — Zepequeno 3 décembre 2018
    4 commentaires
    • Zepequeno
      commentaire modéré J'étais très sceptique à la sortie de la BA. Mad Movies m'avait convaincu de cette nouvelle démarche. Ce Suspiria semblait d'emblée vouloir "tuer le père" et raconter quelque chose de nouveau. Et en effet, il le fait. Mais d'une manière tellement brouillonne... Ça part dans tous les sens, trop de choses sont traitées à la fois et tout se parasite.
      6 décembre 2018 Voir la discussion...
    • Store
      commentaire modéré N'est pas Argento qui veut !
      8 décembre 2018 Voir la discussion...
    • Store
      commentaire modéré Mais bon, du coup ça m'intrigue et je suis pas totalement contre le voir.
      8 décembre 2018 Voir la discussion...
  • Flol
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Plutôt que de faire un film de genre, Guadagnino fait de l'ART ! n'est-ce pas. Sauf que c'est dénué d'enjeux, de tension. Et donc d'intérêt. ” — Flol 17 novembre 2018
    1 commentaire
    • jenanaipa
      commentaire modéré Absolument, en outre, je m'attendais à un film sensitif, ce qu'il n'est point.
      17 novembre 2018 Voir la discussion...
  • matvk14
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Relecture passionnante qui prend à contre pied l’industrie actuelle pour livrer une œuvre singulière,visuellement démente & envoûtante.Choc. ” — matvk14 8 avril 2019
    1 commentaire
  • ExtaZBunNy
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Une fin laide et détestable. Perdu ” — ExtaZBunNy 15 novembre 2018
    Commenter
  • Arnotte
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Pas compris grand-chose à ce conte horrifico-baroque, mais purement esthétiquement c'est époustouflant, sidérant puis carrément tétanisant.. ” — Arnotte 10 octobre 2018
    3 commentaires
    • cribeyre
      commentaire modéré Tu parles bien du film hommage de 2018 ?
      31 octobre 2018 Voir la discussion...
    • Arnotte
      commentaire modéré Le film de Guadagnino, oui... je ne suis pas au bon endroit?
      6 novembre 2018 Voir la discussion...
    • cribeyre
      commentaire modéré Si, je viens de ne voir et dans le 5 ou le 6 acte ça part un peu dans tous les sens mais malgré cela je suis captivé tout du long
      14 novembre 2018 Voir la discussion...
  • Hobbit77
    (à propos de Suspiria)
    Suspiria “ L'original est inégalable et insurpassable. Mais j'avoue être assez curieux de voir cette nouvelle version au casting plutôt intéressant. ” — Hobbit77 2 janvier 2018
    5 commentaires
    • Robb
      commentaire modéré C'est de très beau discours mais Argento avec Suspiria crée quelque chose de nouveau, à inspiré de nombreux métrage. Je suis quelqu'un d'optimiste et je pense qu'il sera plutôt bon ce Suspiria mais dépasser l'original c'est surréaliste.
      1 juillet 2018 Voir la discussion...
    • Robb
      commentaire modéré D'ailleurs comme le dit Argento, je ne vois pas l'interêt de refaire quelques choses qui à déjà était fait. Un film pour un réalisateur c'est de l'ordre de l'intime. Imaginez un type un jour faire un remake de la Joconde...ça n'a aucun sens.
      1 juillet 2018 Voir la discussion...
    • Hobbit77
      commentaire modéré @Robb pour le remake de la Joconde, il semble que plusieurs se soient déjà amusé à cet exercice ;) http://www.artaujour...on-des-jocondes.html Plus sérieusement, j'avoue ne pas être fermé aux remakes. Je considère un peu les films originaux comme des romans et les remakes comme leurs multiples adaptations dans lesquels les auteurs insufflent leur propre ressenti de l'oeuvre-mère. Il n'y a qu'à voir les innombrables versions des Trois Mousquetaires de Dumas ou encore des Misérables ou de Notre-Dame-De-Paris de Hugo. Dans le cas de Suspiria, le bijou multicolore d'Argento est le "roman original" et le film de Guadagnino la première adaptation de cette oeuvre (qui en amènera sans doute d'autres si l'intention est de traiter l'histoire des "Trois Mères). Une trame identique, mais une vision différente. Wait & See ;-)
      2 juillet 2018 Voir la discussion...
  • Sushi_Overdose
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Terne, démonstratif, lourd, interminable, désuet : à quoi bon triturer un film culte si c'est pour livrer un tel objet ? Soupirs, il y a… ” — Sushi_Overdose 29 novembre 2018
    2 commentaires
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Sushi_Overdose Je peux comprendre qu'on reste de marbre face à ce film, mais le comparer au matériau original d'Argento relève de l'ineptie, vu que ce n'est pas un remake mais une nouvelle approche de la thématique. Ce Suspiria possède les atouts aux antipodes de l'original, c'est ce qui en fait une oeuvre à part entière, mais le considérer comme un "trifouillement d'un film culte" c'est selon moi, partir du mauvais point de vue. C'est comme si je te disais The Thing de Carpenter est un triturement bien spécial de "La chose d'un autre monde" de Nyby. C'est certes vrai, mais il n'empêche qu'une relecture totalement différente peut amener de bonnes choses, si l'on accepte de partir du principe que le film n'a absolument rien à voir avec le matériau de base auquel il emprunte juste sa thématique centrale (école de danse et sorcières).
      29 novembre 2018 Voir la discussion...
    • Sushi_Overdose
      commentaire modéré @Joe_Shelby : ne nous méprenons pas malgré l'ambigüité de ma MC, ce n'est pas parce qu'il est un remake du film de Dario Argento que je l'ai rejeté en bloc. Et je dis bien remake car en utilisant le nom "Suspiria", le film fait appel à une communauté, aux amateurs de giallo. Car il y a le cadre mais aussi le nom des personnages, des éléments d'intrigue similaires et même une apparition de Jessica Harper. Pour moi on est bien au-delà de l'emprunt. Je n'ai pas vu "A Bigger Splash", qui semble être un remake de "La Piscine". Pourtant, pour ce projet, le titre a été changé.
      Toujours est-il que je suis d'accord avec toi pour "The Thing", et comme je le dis dans ma critique, "The Thing" a ensuite donné naissance à une préquelle infecte. On triture, on triture...
      30 novembre 2018 Voir la discussion...
  • Foxysmoky
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Hypnotisé par le film, les visuels et la beauté de Dakota Johnson m'ont mis une sacrée claque. ” — Foxysmoky 4 juin 2019
    Commenter
  • DaleCoop
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Dans le monde il y a 2 types de films : ceux qui font rêver et les autres. Étrangement, on trouve des chefs d’oeuvres dans les 2 catégories. ” — DaleCoop 17 novembre 2018
    Commenter
  • jonathanpichot
    (à propos de Suspiria)
    Sa note :
    Suspiria “ Le cœur de la vie a repris possession du monde. Sous le parquet un passé terrasse les corps d'une magnifique et joyeuse mort. ” — jonathanpichot 18 novembre 2018
    Commenter

Casting de Suspiria

Infos sur Suspiria

Réalisé par Luca Guadagnino
Écrit par David Kajganich


États-Unis, Italie - 2h32 - Horreur, Thriller
Sortie le 14 novembre 2018

Synopsis

Une jeune danseuse de ballet voyage jusqu'à une prestigieuse école en Europe avant de découvrir un mystère qui dépasse toute imagination parmi une série de meurtres atroces...

Films similaires à Suspiria

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2019 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -