Choc des Producteurs #24 Résurrection

Choc des Producteurs #24 Résurrection

Liste de 9 films par OlivarDeLaCave
| 1636 vues  | 6 personnes ont aimé

Édition précédente https://www.vodkaste...leine-nature/1409655
***


Bienvenue à toutes et à tous pour ce nouveau « Choc des Producteurs ».


************** THÈME DE L’ÉDITION ***************

Breaking News ! Partout dans le monde les plus grands cinéastes reviennent à la vie ! De Georges Méliès à Agnès Varda en passant par David W. Griffith, Andreï Tarkovski ou encore Claude Chabrol ! Tous ces cinéastes nés et morts il y a plus ou moins longtemps découvrent le monde actuel, mais aussi le Cinéma et le monde des séries. Certains découvrent ainsi les films en support physique, les plateformes comme Netflix ou Amazon Prime, le cinéma en 3D relief, les effets spéciaux numériques ou encore la motion-capture.
Et pendant que certains comme Stanley Kubrick ou Michael Cimino reprennent leurs vies d’ermite, Walt Disney devient l’homme le plus riche du monde, Quentin Tarantino publie sur son blog une longue et passionnante interview de Sergio Leone et Alice Guy reçoit le prix Lumière pour sa « contribution exceptionnelle à l’avènement du Cinéma et la popularisation des œuvres de fiction ».
Mais tous ces réalisateurs et toutes ces réalisatrices revenu.e.s à la vie n’ont qu’une idée en tête. Refaire du cinéma ! Et ayant vent de votre excellente réputation, ce sont vers vous, producteurs et productrices de Vodkaster, que ces cinéastes légendaires revenus à la vie se tournent pour pouvoir mettre en scène leur nouveau film !

************* EMPLOI DU TEMPS *************


LUNDI 9 novembre : Annonce du thème à 18H00. Inscription avec réalisateur•rice
MARDI 10 novembre: Début possible de l'envoi des infos (titre, synopsis).
MERCREDI 11 novembre : Dernier délais des inscriptions. Choix de l’acteur/actrice 1 ou des membres de votre équipe.
JEUDI 12 novembre: Choix de l’acteur/actrice 2
VENDREDI 13 novembre : Choix de l’acteur/actrice 3
SAMEDI 14 novembre : Choix de l’acteur/actrice 4
DIMANCHE 15 novembre: Choix de la Bande Originale et éventuellement d’un cinquième acteur/actrice.
LUNDI 16 novembre : Choix d'un film référence et d'une phrase d'accroche.
MARDI 17 novembre : Dernier délais de l'envoi des titres, des synopsis, du nom des membres de votre équipe.
MERCREDI 18 novembre: Sortie des films et début des votes à 18H00 !
LUNDI 23 novembre : Annonce des résultats au box-office à 20H00 :)


****************** RÈGLES ******************


Merci de lire les règles jusqu'au bout ! :)

Une manche s’organise sur 1 semaine, avant de vous inscrire, soyez sûrs d'être disponibles au moins une fois par jour et d'avoir le temps de tout fournir ! Je vous laisserai 2 jours de retard pour donner des informations, au-delà de ce délai vous aurez un blâme; si ça se reproduit une fois de plus vous serez disqualifié.


~ INSCRIPTIONS

Le lundi, un thème est annoncé, il est alors possible de s’inscrire en tant que producteur et productrice (10 max/édition) ou en tant que spectateurs et spectatrices pour suivre de loin et être notifié des événements.

Pour être producteur, choisissez un réalisateur ou une réalisatrice décédé.e et récemment revenu à la vie en commentaire, ce sera la base de votre projet ! Pas de réservation sans réal !


~ DÉROULEMENT

Les participants choisissent 1 sujet par jour : 4 acteurs et/ou actrices (vivant•es), la musique, puis un film référence (cf. plus bas). La règle du 1er arrivé 1er servi s’applique ici. Une fois alloués, les sujets ont l’exclusivité de leur producteur pour cette édition.

La journée du producteur commence à 5h le matin et se termine à 5h dans la nuit.



~ FILM RÉFÉRENCE ET PHRASE D’ACCROCHE

Les participants devront donc choisir un film référence existant qui fait échos à leur projet.

Le producteur se devra de rédiger une phrase d’accroche présentant son projet.



~ COMMUNICATION

Les producteurs pourront choisir leur communication : vont-ils donner le titre aux médias ? Le synopsis va-t-il fuiter ? Les acteurs vont-ils trop parler ?

Ce qu'il est possible de cacher/dévoiler : le titre, le synopsis, les rôles et noms des personnages.

Si vous ne souhaitez pas cacher ces éléments, vous pouvez les mettre en commentaire quand vous le voulez.


/!\ 3 éléments sont obligatoirement à produire en plus :

- Un synopsis (de taille illimité)

- Une phrase accroche (de taille illimité)

- Un titre bien sûr :)

La description des rôles est facultative mais recommandée. (de taille illimité / rôle + le nom de l’acteur) . Si vous le souhaitez, vous pouvez mettre en avant des membres de l’équipe de tournage comme le directeur de la photographie, le scénariste etc. Mais également comment vous mettrez en scène le film : vous pourrez indiquer que le film sera tourné en HFR, en format 70mm, noir et blanc colorisé etc. Mais aussi si vous désirez utiliser des effets spéciaux pratiques, des effets spéciaux numériques réalisés par tel boîte d’effets spéciaux ou les effets désirés (comme la motion capture ou le De-aging).



***


J’émets toutefois quelques réserves et remarques.

- Le/la cinéaste choisi devra forcément être décédé.

- Les acteurs/actrices, compositeur et l’équipe technique seront quant à eux bien vivants.

- Toutefois rien ne vous empêche de faire revenir un acteur décédé en image de synthèse le temps d’un caméo ou d’un tout petit second rôle. Vous devrez choisir des compositeurs ou des artistes musicaux en vie mais rien ne l’empêche de reprendre certains thèmes crées par des compositeurs décédés. Par exemple, Alfred Hitchcock peut choisir Danny Elfman pour composer la musique de son nouveau film en utilisant dans sa bande-son des thèmes écrits par Bernard Hermann pour « La mort aux trousses ».


~ VOTES ET RÉSULTATS

/!\ Tous les producteurs devront voter.

Il y a deux types de votes : pour le box-office, et pour les récompenses spéciales.

Tout un chacun pourra émettre 5 choix pour le box-office, comme suit :

1 film favoris que vous ne manqueriez pour rien au monde > 3 points

2 films que vous iriez voir au cinéma > 2 points chacun

2 films que vous regarderiez chez vous > 1 point chacun.

Il y a également 3 récompenses spéciales. Pour celles-ci, uniquement les producteurs et les spectateurs inscrits pourront émettre leurs 3 choix :

Prix du meilleur projet : le projet qui a suscité le plus d’enthousiasme auprès des cinéphiles.

Prix de la meilleure équipe : Que ce soit par les choix de bases (cinéaste, acteur/actrice, compositeur) ou par les choix facultatif (scénariste, directeur de la photo, effets spéciaux etc.)

Prix de la bande son : Récompense les éventuels chansons, morceaux de musiques ou styles musicaux employés dans le film (par exemple mettre, dans votre film : une composition plutôt rock, avec au milieu des morceaux de musiques composés par Bernard Hermann pour illustrer un meurtre par exemple et une chanson de Elvis Presley servant de cadre à une scène comme par exemple un personnage entendant une des chansons du King alors qu’il est dans sa voiture).


************** PARTICIPATIONS **************

SPECTATEURS @Hobbit77 @Sudroxaz @Blacktide @Hekatompylos @lekid @Jylm33 @ReznikAlabama



PRODUCTEURS (9/10) @Bredele @Joe_Shelby @Cath44 @Des_Esseintes @Tarteman @Lecter @Albert_13 @Goodfeles @Theus

@Bredele
Titre: Les quatre fils du Docteur March
Phrase d'accroche: Avec Fritz Lang l'Invraisemblable Vérité sera toujours Derrière la Porte
Réalisateur: Fritz Lang
Actrice n°1: Vimala PONS sera Jeannie, à la fois bonne et aide-malade de la famille March
Acteur n°2: Thimotée Chalamet sera Starck, le fils informaticien.
Acteur n°3: Pio Marmaï interprètera Mark autre fils du Dr March, qui est stagiaire dans un cabinet d'avocat
Acteur n°4: Noah Saavedra sera Jack, le troisième fils qui sera musicien
Acteur n°5: Lucas Englander campera un footballeur universitaire.
Synopsis: Nouvelle Angleterre.
Elle et lui tiennent un journal.
Lui c'est le tueur, l'un des 4 fils du docteur March (Daniel Craig):
Mark futur avocat
Clark footballeur en devenir
Stark informaticien
Jack musicien
tous absolument charmants.
Elle c'est la bonne Jeannie que le docteur a embauché afin d'aider sa femme malade (Jeanne Balibar) à tenir la maison. Pourtant, la jeune femme sort de prison.
Jeannie tombe par hasard sur un journal intime où sont consignés des meurtres abominables. Ce journal a forcément été écrit par l'un des 4 fils.
Mais le monstre sait qu'il est lu, alors il lui écrit, la provoque et la menace.
Malgré sa peur, Jeannie souhaite confondre l'assassin et consigne par écrits ses découvertes.
Chacun lisant le journal de l'autre, commence alors un cruel jeu de cache-cache.
Voici un exemple de ce que Jeannie note dans son cahier:
Profil du tueur:
Aime les navets et les frites
lui arrive de pisser au lit
a des malaises
déteste le gin
est aimable et souriant
connait le latin ou possède un dictionnaire de citations
devine tout ce que je pense
aime jouer
couche avec la maîtresse de son père
voudrait tuer sa mère
sait tout de mon passé
adore mentir
tue à intervalles de plus en plus réguliers.
Equipe: Le film sera en noir et blanc et Christian Berger sera directeur de la photographie. il y aura également une voix off, celle de la conscience de Jeannie, voix de Jean-Jouis Trintignant.
Musique: Howard Shore

@Joe_Shelby
Titre: Naivnyy
Phrase d'accroche: Andreï Tarkovski, de retour parmi les vivants, sans vraiment en comprendre la signification de ce retour, contemple le XXIème siècle avec effarement : La vanité, l'individualisme masqué et hypocrite, le jusqu'au boutisme, pierres angulaires de l'Ex URSS qu'il avait fui, semble s'être accommodé au sein de la pseudo démocratie Européenne Occidentale.
Eprouvé, consterné par le progrès technologique, l'expansion des réseaux sociaux, leurs insignifiances et leur nocivité sur les interactions sociales il décide de confronter ces résultantes au rapport au temps et à un retour mystique dont l'humanité semble s'être détaché. Le concept de "l'Idiot" de Fiodor Dostoïevski lui semble le plus approprié pour concrétiser sa pensée, il en réalisera une adaptation personnalisée et moderne.
Réalisateur: Andreï Tarkovski
Actrice n°1: Joanna Kulig interprétera une version modernisée du personnage de Nastasia Filipovna, en sorte d'influenceuse blogueuse de l'actualité très courtisée. Elle sera le pendant inversée et un leitmotiv de fascination de notre personnage principal qui sera le seul à avoir su percer la mélancolie enfouie en elle.
Acteur n°2: Jake Gyllenhaal sera Bez Ulovki, un homme sensible, poète, perçu comme naïf et utopique par son entourage. Bez Ulovki revenu d'un long exil après avoir été au chevet de son père mourant, est devenu une sorte d'humaniste cherchant à sauver l'âme de son entourage devenue corrompue par le vice de la société matérialiste moderne prônant la vanité, l'individualisme, l'hypocrisie et la quête factice de reconnaissance.
Acteur n°3: Nikolaj Coster-Waldau (l'interprète du Régicide Jaime Lannister dans la série Games of Thrones) jouera le rôle de Parfione Semionovitch Rogojine, appelé plus communément "Rogojine", milliardaire et business man accompli et ami de Bez Ulovki, il développera au fur et à mesure de l'intrigue un sentiment paradoxale et contradictoire d'admiration et de haine envers ce dernier. Il cherche par tous les moyens à séduire Nastasia Filipovna, qu'il introduira dans le cercle fermé des mondanités de la Jet-Set et de ses réseaux d'influence. Il est cultivé, ambitieux mais aussi vil et prêt à tout pour obtenir ce qu'il désire.
Actrice n°4: Alicia Vikander interprétera le rôle d' "Aglaé Ivanovna Epantchine", fille cadette bouddhiste de la famille Epantchine, une dynastie très proche du père décédé de Bez Ulovski. Elle deviendra la fiancée de Bez Ulovski à son retour, la seule à partager son besoin d'idéaliser l'existence, par l'absence de matérialisme. Malheureusement sous l'influence de sa famille Epantchine, qui n'apprécie guère l'emprise indirecte d'Ulovski sur Aglaé, elle tournera ce dernier en ridicule de plus en plus fréquemment face à ses amis et sa famille. Elle est très influençable.
Acteur n°5: Mads Mikkelsen fera quelques apparitions dans Naivnyy comme interprète d' "Ivanovitch Totzky", un ami du patriarche de la famille Epantchine, le père d'Aglaé. Un homme très mystérieux, nihiliste, tuteur de la belle Nastasia Filipovna, qui l'a principalement élevé et en a fait sa maîtresse dès son adolescence. Il possède une emprise psychologique forte envers Nastasia.
Synopsis: Bez Ulovki, un homme sensible, poète, et humaniste rentre à Petersbourg après un long exil de plusieurs années pour être resté au chevet de son père mourant, qui avait fui le régime soviétique.
A son retour, tout lui semble différent. L'austérité est pourtant toujours bien présente et l'individualisme semble plus que jamais prôner.

Freelance, Ulovski est un jeune pigiste engagé et passionné. Il fait la connaissance un jour d' Ivanovitch Totzky, un homme très autain et nihiliste remarque la pertinence du discours de Bez Ulovski.
Mystérieusement il va lui proposer du travail comme pigiste au sein d'un journal local de Minsk. Ulovski accepte et prend progressivement son indépendance vis à vis d'Aglaé, logeant sur son lieu de travail gratuitement.

Ulovski va commencer à faire la connaissance au travers de ces sujets de rédaction d'un certain Parfione Semionovitch Rogojine. Rogojine est un business man accompli, jeune milliardaire, comme les traders qu'on entend parler de l'autre côté du Pacifique, aux Etats-Unis. Cultivé également ils sympathisent rapidement. Rogojine va lui présenter les gens qu'ils considèrent comme ses "amis", son entourage, beaucoup de personnes issus du show-business, de la Jet Set, etc.
Ulovski ne se sent pas à sa place parmi eux, les jugeant trop vils, individualistes, belliqueux. Ces derniers ne semblent omnubiler, à l'image de la famille Epantchine, qu'au qu'en dira t on, passant leur temps sur des futilités appelés réseaux sociaux, incapable de penser avec discernement.


Tous ces gens sont filmés en format 1,37:1 et Noir et Blanc. Ils semblent dénués d'âmes, de conscience, sans aucune finitude ni goût précieux de la vie. On entend Ulovski soliloquer sur ce monde qui semble avoir évolué pour finalement ne pas s'être amélioré.
Soudain, Ulovski est pris d'une très grosse crise d'épilepsie et frôle la mort. Rogojine le sauve, l'emmène se soigner à l'hôpital.

Durant sa convalescence, Ulovski change d'avis sur Roglojine. Puisqu'il lui a sauvé la vie, il n'est peut être pas autant à blâmer que cela. Les 2 hommes deviennent les meilleurs amis, même si Rogojine comprend qu'il ne peut plus présenter son nouvel ami, à son entourage.


Un jour, une magnifique jeune femme se présentant sous le nom de Nastasia Filipovna débarque au sein du studio qui lui sert de bureau de rédaction. Spontanément Nastasia donne des conseils et suggestions de sujets à Ulovski. Elle explique qu'elle est rédactrice blogueuse et influenceuse pour une chaîne Internet. Ulovski fasciné par son assurance à la limite de l'arrogance, décèle malgré tout un malaise en elle, comme si elle jouait un rôle ou qu'elle cachait quelque chose qui l'a meurtri.
Nastasia se lie vite avec Ulovski, lui montre son travail de blogueuse. Quand celle-ci lui montre fièrement son travail, Ulovski ne voit rien d'autres qu'un écran d'ordinateur éteint, la demeure de Nastasia est filmé en noir et blanc comme si aucune âme n'habitait là. Elle sourit, rigole, réagit spontanément devant un écran noir dont Ulovski ne comprend pas l'engouement de la jeune femme.

Pour lui, tout cela lui semble biaisé, faussé par des faux semblants ou des simulacres. Les followers de Nastasia semblent comme des être apathiques ne passant leur temps qu'à dégoiser sur leur entourage, sans jamais comprendre le sens essentiel de la vie.
Il apprendra plus tard de Nastasia qu'elle a été élevé et éduqué par Totzky, celui-là même qui lui a trouvé ce travail, mais qu'il en a fait sa maîtresse, qu'elle n'est que son "objet" et qu'elle se sent souillée au fond d'elle. Le temps lui a appris à cacher ses blessures internes, sa dépravation bien malgré elle, et avoir une grande influence et très adorée par sa communauté lui donne l'impression de vivre un peu réellement.

Ulovski perçoit le désespoir de Nastassia Filippovna, il éprouve une immense compassion pour elle et un désir infini de la sauver. Il la présente à son ami Rogojine, qui deviendra obséder par sa beauté superficielle. Bez Ulovski et Nastasia deviennent amants passionnés, ce qui n'est pas au goût de Rogojine qui va proposer à Nastasia de rencontrer des personnes du milieu mondain qui pourront étendre son influence de blogueuse et d'influenceuse. Progressivement Nastasia se laisse happer par cet autre monde de simulacre et perd de nouveau sa vertu. L'âme d'Ulovski entre en raisonnance avec celle de Nastasia, comme une joute verbale, chacun exposant son point de vue sur la vie et la raison d'être à l'autre. Bien en vain malheureusement pour Ulovski.

Ulovski ne peut se résoudre à la voir sombrer de nouveau, mais Rogojine comme Totzky ont trop d'influence sur elle. Il lui propose de l'épouser et de l'emmener loin de ces faux semblants mais Nastasia se considère définitivement souillée et perdue par sa liaison avec Totzky. Elle refuse d'entraîner Ulovski dans sa déchéance et, le jour du mariage, elle s'enfuit à nouveau avec Rogojine. Encore une fois l'âme de Bez Ulovski soliloque sur son sort.

Bez Ulovski atterré part à Moscou durant six mois pour une formation professionnel payé grassement par Totzky, qui ne souhaitait qu'éloigner Ulovski de Nastasia. Cependant, ces six mois sont pleins de tension. Nastasia Filipovna est plusieurs fois sur le point d'épouser Rogojine.

Durant ces 6 mois à Moscou, Bez Ulovski est accueilli par la noble famille Epantchine, des amis de longues dates de ses parents. Malheureusement la mentalité de cette famille ne lui sied guère, devenu trop matérialiste à ses yeux, trop attaché aux futilités et au qu'en dira t on.

Pourtant, son attitude détaché, un peu rêveur va séduire la cadette de la famille Epantchine, Aglaé Ivanovna.
Cette dernière sympathise vite avec lui, lui faisant visiter toute la ville de Minsk et son architecture qui a bien changé depuis la chute du régime Communiste. Ils échangent de longues discussions ensemble, théorisant sur le monde, la manière dont il semble n'avoir pas si bien évoluer. Profondément Bouddhiste sans l'avoir jamais dévoilé à ses parents, elle se plaît à être en compagnie d'Ulovski.

Les semaines passants, ils deviennent amants, ce que la famille Epantchine ne voit pas d'un trop bon oeil. A leurs yeux, Ulovski a dépravé leur jeune fille, mais cette dernière le dénigre ostensiblement face à eux. Bez Ulovksi s'étant pourtant fiancé avec Aglaé ne comprend pas ces voltes faces.
Sa formation se terminant, Ulovski décide de rentrer à Moscou et d'emmener avec lui Aglaé. Cette dernière décline l'offre, craignant de trop le jugement dogmatique de sa famille, mais lui promet de le rejoindre rapidement à Moscou dès que possible.

De retour après ces 6 mois à Moscou, Ulovski découvre une relation plus torturée encore qu'il ne le croyait entre Nastasia Filipovna et Rogojine.

Rogojine est plein de sentiments contradictoires vis-à-vis d'Ulovski qu'il hait comme un rival mais adore d'amitié cependant, à cause de l'immense sincérité de ce dernier à son égard. Toutefois, au terme d'une journée de tension extrême, Rogojine tente de tuer Ulovski mais ce dernier est paradoxalement sauvé par une crise d'épilepsie qui le fait s'écrouler juste avant le meurtre.
Nastasia tente de raisonner Rogojine sur son hyper jalousie, mais perdant son sang-froid ne supporte pas que sa promise semble défendre Ulovski. Pris de violence et de démence, il assassine Nastasia sous les yeux d'Ulovski.

Bez Ulovski, redevenu idiot du fait d'une violente crise d'épilepsie, due au traumatisme engendré par la mort de Nastasia Filippovna, est réinterné. Aglaé finit par se brouiller avec sa famille pour se perdre avec un faux noble polonais. On entend en voix off la voix d'Aglaé exprimant que la tragédie de Bez Ulovski au delà de son utopisme, ce fut surtout ce qui lui couta sa raison : sa naïveté (dit Naivnyy en Russe).
Equipe: Andreï Tarkovski décide de réaliser son film en 2 formats bien distincts : le format écran 1,37:1 comme on en voyait du temps des films muets pour dépeindre le quotidien des protagonistes de son histoire. Sombre, étroit, ce format qui plus est en noir et blanc exposera la futile existence des protagonistes entourant le personnage principal. Panavision 70 en couleur. MIKHAÏL KRICHMAN sera directeur de la photographie. Ce dernier ayant su instaurer une imagerie cliniquement froide, austère à travers ses collaborations avec LIv Ullman, Aleksey Fedorchenko ou Andrey Zvyagintsev (pour Léviathan et Faute d'Amour notamment). qui correspondraient tout à fait à l'état d'esprit de "Naivnyy" pour Tarkovski. Il décide ainsi que c'est plutôt donner "corps" à la voix, à travers son oeuvre qui définira d'une façon plus logique, l'état d'esprit des personnages de Naivnyy à travers l'évolution du temps passé. Ce procédé est le "Kinoobraz" appelé aussi l'imagerie cinématographique, où les sons, les bruits et les voix forment une cohésion dans le principe du montage, comme un état de transcendance, vers le mysticisme temporel. L'usage de la voix off sera prépondérante pour comprendre les rapports entre Bez Ubovski vis à vis de la perception des autres à son égard notamment Nastasia Filipovna, Aglaé et Rogojine. • Tarkovski décide ainsi d'appliquer à nouveau sa vision du cinéma par une approche principale de l'image cinématographique remplie du temps au moment du tournage. La mise en scène étant la spécificité principale d'une oeuvre pour pouvoir toucher le spectateur, l'allégorie du temps sur les protagonistes de son film découlent d'une volonté de les laisser "errer" à travers l'oeuvre.
Le montage n'est qu'une étape chimérique au processus de création de son oeuvre.
Musique: Andreï Tarkovski déclare que son oeuvre "Naivnyy" n'aura pas de compositeur spécifique. Si au travers de son film on entendra divers soundtracks de Jean-Sébastien Bach, de Ludwig Van Beethoven, de Giuseppe Verdi, de Richard Wagner, son ami mais néanmoins très âgé compositeur Eduard Artemiev lui composera quelques nouveaux morceaux spécifiques (il a déjà participé la BO des oeuvres Solaris, Le Miroir et Stalker pour Tarkovski) en guest.

@Cath44
Titre: The silent Patient
Phrase d'accroche: Huston qui fut le réalisateur de « Freud, passions secrètes » revient à la vie et nous propose un redoutable mélange de suspense et de psychanalyse. Tout en synthétisant l’esprit du roman d’Alex Michaelides « the silent patient », il en maintient toute la complexité et la tension. Avec une maîtrise absolue de mise en scène, ce thriller, en un sombre trompe-l’œil narratif se transforme en pure tragédie grecque.
Réalisateur: John Huston
Actrice n°1: Paula Beer sera Alicia BERENSON, 30 ans est une artiste peintre reconnue mariée à Gabriel que l’on retrouve pétrifiée, un revolver à la main, couverte de sang devant le cadavre de son mari entravé sur une chaise. Elle sera accusée du meurtre de Gabriel. Enfermée dans son mutisme , son seul moyen de communiquer sera la peinture. Son dernier tableau, un autoportrait, intitulé « Alceste » sera peut-être la clef du drame.
Acteur n°2: Michael Fassbender pour le rôle de Théo FABER, 42 ans, est psychothérapeute, marié à Kathryn, une comédienne de théâtre, dont il est éperdument amoureux. Six ans après le meurtre, il postule à un poste vacant à la clinique GROVE. Parallèlement, on découvre la vie intime compliquée de Théo qui doute de plus en plus de la fidélité de son épouse. Il fouille dans ses mails et la suit en filature. Un soir, au sortir de l’une de ses répétitions de théâtre, il la découvre au bras un homme. Les jours suivants, Theo fou de jalousie, va alors poursuivre cet homme jusqu’à sa splendide maison. Derrière une fenêtre, il voit se découper le profil d’une jeune femme. Un instant fugace leurs regards se croisent.
Acteur n°3: Joaquin Phoenix sera Gabriel BERENSON 50 ans est un célèbre photographe de mode en vue, marié à Alicia. Après la scène du crime, nous découvrirons ce personnage, à travers de longues séquences en flash-back, correspondant au récit du journal d’Alicia. C’est un très bel homme, séducteur, possessif, à la personnalité écrasante, jaloux de la notoriété d’Alicia et des relations qu’elle entretient avec son galeriste Jean-Félix MARTIN ou avec son propre frère Max. Les hommes qui gravitent autour de lui le décrivent comme cynique et despotique, alors que les femmes le trouvent très romantique et charmeur. Il formait avec Alicia un couple passionnel, apparemment soudé, mais dont les zones d’ombre se font jour au fil du récit de la jeune femme.
Actrice n°4: Rosamund Pike sera Katryn FABER. Comédienne de théâtre elle est l’épouse de Théo Faber qui la considère comme le grand amour de sa vie. Elle est très belle, blonde, un visage splendide illuminé par de grands yeux clairs. Elle est depuis quelques mois l’objet de la surveillance jalouse de Théo alors qu’elle rentre de ses répétitions théâtrales de plus en plus tard, trouvant des excuses et des alibis. Kathryn semble mentir à son mari. Quel secret dissimule-t-elle ? A-t-elle une liaison cachée ?
Acteur n°5: Willem Dafoe sera Max BERENSON Avocat, il est le frère aîné de Gabriel qui lui a légué la plus grande partie de ses biens. Il fut aussi le défenseur d’Alicia bien que persuadé de sa culpabilité. Il a toujours été secrètement épris d’elle.
Synopsis: Alicia Berenson, une très jolie femme au visage d'ange, est une jeune peintre britannique en vogue et vit dans une superbe maison contemporaine dans la banlieue huppée de Londres avec son mari Gabriel, un non moins célèbre photographe de mode. Elle a du succès dans le milieu de l’art contemporain et prépare une nouvelle exposition avec son galeriste, Jean-Félix MARTIN. Un soir d’été, le 25 août 2014, elle est retrouvée chez elle, sidérée, les vêtements recouverts de sang devant son mari assassiné, attaché sur une chaise, le visage ravagé par les balles du revolver qu’elle tient encore à la main. A ses pieds gît un tableau, sa dernière œuvre, où est représenté le visage christique de Gabriel cloué sur une croix.
Aussitôt arrêtée, Alicia ne prononce plus le moindre mot, même au tribunal. Pendant le procès et au cours des mois suivants, la presse et les tabloïds s’enflamment pour le crime. C’est un mystère qui accapare les gros titres et les spéculations sur ce couple fantasmé comme idéal, nourrissent l'imagination du public bien après l’issue du procès. S’agit-il de violences conjugales, d’un crime passionnel ? D’un passage à l’acte psychotique ?
Alicia après son procès est jugée mentalement irresponsable et envoyée dans une clinique psychiatrique, le GROVE, qui possède un service de médecine pénitentiaire sécurisé. Absolument muette, se tenant toujours à l’écart des autres patients, elle continue dans la solitude de sa chambre à écrire dans son journal, celui-là même qu’elle entamé le mois précédent le meurtre de Gabriel. En effet, Alicia, déprimée, consignait toutes ses angoisses et ses obsessions dans son journal, persuadée qu’un homme inconnu la suivait et l’épiait, posté immobile devant leur maison. Dans la clinique où elle est internée, les traumatismes de son passé vont alors faire résonance avec l’enchaînement des événements du soir du crime. Alicia a toujours été une jeune femme vulnérable et perturbée ; elle a vécu de terribles drames dans son passé (la mort tragique de sa mère dans un accident de voiture quand elle avait 5 ans et le suicide de son père inconsolable, quelques années plus tard). Ces deux drames ont inscrit en elle de profondes angoisses d’abandon. Le récit de ce journal où elle évoque sa relation avec Gabriel aura une importance capitale dans le dénouement.
C’est six ans après le drame, en 2020, que Theo Faber, un psychothérapeute féru d’art mais à la personnalité complexe, parvient avec insistance à se faire embaucher à la clinique GROVE quand une place se libère. Il parvient n’a qu’une obsession : parvenir à faire reparler Alicia toujours silencieuse et la guérir. Intrigué par le mutisme d’Alicia, fasciné par son histoire, il espère gagner sa confiance et dans des face-à-face de plus en plus éprouvants, lui extirper une parole. Il entame avec elle une longue thérapie pour démêler l’écheveau de son histoire. Il est si passionné par le mystère de sa patiente qu’il va même enfreindre certaines règles déontologiques, en allant voir des témoins, questionner des voisins ou des membres de la famille pour en connaître davantage sur la personnalité d’Alicia, ce qui risque de l’entraîner dans une spirale compliquée. Avec de la patience vont se produire des effets parfois inattendus de transfert et de contre transfert. A la clinique, malgré les réserves du directeur, il propose à Alicia plusieurs techniques thérapeutiques, notamment l’art thérapie puisque son seul moyen de communiquer demeure la peinture. Est-ce qu'Alicia pourra reconnaître un allié, un confident dans son thérapeute ? Va-t-elle arriver à se libérer de son secret ? Si son mutisme disparaît, que pourrait-elle révéler ? Après de nombreuses tentatives infructueuses de Theo, finalement Alicia se remet à peindre et après des semaines de silence, elle retrouve la parole. Ce qui se passe ensuite est tout sauf ce à quoi Théo s’attendait. Le mystère loin de se clarifier, s’épaissit, devient de plus en plus sombre, jusqu’au dénouement final, flamboyant et spectaculaire, digne des drames antiques. Son dernier tableau, un autoportrait réalisé à l’hôpital, intitulé « ALCESTE » est peut-être la clef du drame de ce terrible soir du 25 /08/2014.

Equipe: Dans le choix de son équipe: Huston marqué par le film noir et son âpreté plastique dont il en conservera des éléments, expérimentera le numérique notamment pour certaines scènes de flashs backs ou représenter le monde intérieur de l’artiste peintre avec son impact sensoriel. La modernité technique donne à l’image d’aujourd’hui tout son intérêt, la possibilité de recherches esthétisantes. Il fera appel à Jeff Cronenweth comme directeur de la photographie (reconnu pour avoir travaillé, aux côtés de David Fincher sur Gone Girl) Il va proposer des choses inédites, visuellement parlant, avec les plans très fluides, jouant avec la lumière dans des endroits assez peu éclairés pour créer de la dramaturgie… notamment dans les scènes de peinture en création.
Musique: Angelo Badalamenti

@Des_Esseintes
Titre: Il mare della fertilità
Phrase d'accroche: Pasolini, en grâce, annonce sa résurrection et signe son testament sous forme d’un film-fleuve mystique. Saint Pier.
Réalisateur: Pier Paolo Pasolini
Acteur n°1: Luca Marinelli sera Riccardo Lazzari, meilleur ami de Roméo Aldobrandi, étudiant bourgeois mort d’amour. / Andréa Marino, possible première réincarnation de Riccardo, jeune gradé antifasciste mort pour ses idées. / Luca Ponticelli, possible troisième réincarnation de Riccardo, futur juge.
Acteur n°2: Riccardo Scamarcio sera Roméo Aldobrandi, juge italien persuadé que son meilleur ami, décédé en 1922, ne cesse de se réincarner. C’est un homme simple, banal même, qui traverse le film comme sa vie : spectateur des événements.
Actrice n°3: Alice Pagani sera Sienna Orsenna, jeune bourgeoise promise de Riccardo Lazzari finalement devenue religieuse. / Alba Maremma, possible deuxième réincarnation de Riccardo, étudiante communiste morte accablée par la vie.
Acteur n°4: Ninetto Davoli sera Roméo Aldobrandi vieillissant.
Synopsis: SERA (1975) — Première partie


Désormais septuagénaire, Roméo Aldobrandi (Ninetto Davoli) erre sur la plage d’Ostie. Épuisé, il s’assoit sur un banc de roches face à la mer. Au loin, plusieurs jeunes religieuses semble s’amuser sous le regard de leur mère supérieure.

Pourtant en novembre, il se met à neiger. La mère supérieure s’approche de Roméo.


MATTINO (1920) — Première partie


Il neige. Roméo (Vittorio Soleo) et Riccardo Lazzari (Luca Marinelli), la vingtaine, sont deux jeunes gens bourgeois de retour en leur Rome natale. Riccardo, accompagné par sa mère Stefania Lazzari (Sabrina Ferilli), rencontre sa future épouse — le prix d'un mariage arrangé entre familles bourgeoises, qui a permis l'exil des deux jeunes hommes — Sienna Orsenna (Alice Pagani). Si elle est tout de suite charmée, lui se montrera très distant. Noblesse oblige, les futurs époux passent un moment seuls. Sienna lui demande : « Que ferais-tu si, maintenant et sans raison, je disparaissais ? » mais troublé, il n’arrive pas à répondre.

Les jours passent mais Riccardo est toujours mystérieusement hanté par cette question. Puérilement et sous le coup de la colère, il envoie une lettre injurieuse et vulgaire à sa promise ,pour « la gêner comme elle le gêne », qu’elle recevra dans quelque jours. Entre temps, il fait tout pour se faire apprécier.

Mais rapidement, il se rend compte que cette impression qui le hantait était en fait une certaine attirance envers Sienna, et lui demande expressément de brûler tout prochain courrier de sa part.

Riccardo vient par la suite présenter son meilleur ami Roméo à future épouse. Après avoir échangés leur premier baiser, Sienna, moqueuse, rejette Riccardo puis disparaît rapidement. Roméo suppose qu’elle a lu la lettre et s’est vengée.


MATTINO (1922) — Seconde partie


Devenu fou amoureux de Sienna, — sur le point d’épouser un prétendant — Riccardo lui envoie constamment des courriers qui restent sans réponse.

Par la suite, il apprend qu’elle est tombée enceinte hors mariage d’un homme qui ne lui était pas destiné, puis qu’elle a perdu l’enfant. Sienna va donc entrer au couvent — perdu dans les Alpes italiennes. Riccardo se met en tête de s’y rendre, à pieds et en plein hiver, accompagné de Roméo.

Difficilement arrivé sur les lieux, Riccardo se voit refuser l’entrée une multitude de fois et décide de se laisser mourir aux portes du couvent. Finalement réunis quelque brefs instants, les deux jeunes gens comprennent vite que les réponses de Sienna étaient gardées par ses parents et se promettent un amour éternel. Riccardo est chassé du couvent.

Tombé subitement malade à cause du froid, il est ramené à Rome par Roméo. Sur le trajet son état se dégrade encore. Il demande à son ami : « Que ferais-tu si, maintenant et sans raison, je disparaissais ? »

Riccardo Lazzari meurt à Rome deux jours plus tard.


MEZZODI (1937) — Première partie


Roméo (Riccardo Scamarcio) est désormais un juge mollement opposé à Mussolini — et seulement en privé. En travaillant sur une affaire bégnine, il fait la connaissance d’Andréa Marino (Luca Marinelli), un jeune gradé planifiant secrètement un attentat contre certains des plus hauts dignitaires du régime fasciste.

Les préparatifs de l’attentat s’accélèrent et les comploteurs sont de plus en plus nombreux malgré les inquiétudes d’Andréa, qui n’a confiance en personne. Parallèlement et persuadé de reconnaître en lui son défunt ami Riccardo et vite mis au courant des plans du jeune homme, il essaie tant bien que mal de le sauver d’une mort certaine.

Un des comploteurs, Carlo Maremma (Carlo Verdone) se trahi ainsi que tous ses camarades. Certains sont arrêtés, d’autres exécutés. Par un jeu de dupes et manipulations virtuose, Roméo arrive à arranger, sans se compromettre, un départ d’Andréa pour les États-Unis.

Sur la plage d’Ostie, lavé de tout soupçon et quelques jours avant son départ, Andréa se suicide rongé par le déshonneur et la mort de ses compagnons.


MEZZODI (1957) — Seconde partie


Le juge Roméo Aldobrandi mène une vie des plus banales lorsqu’il rencontre par hasard Alba Maremma (Alice Pagani), militante communiste et petite fille de Carlo Maremma qu’elle n’a pas connu puisque née quelque semaines après l’exécution de ce dernier.

Aldobrandi croit reconnaître en elle Sienna Orsenna, mais finissant par apprendre la date de naissance de la jeune fille, il reconnait en elle une deuxième réincarnation de son défunt ami.

Obsédé par Alba, il suit discrètement ses faits et gestes pour être sûr qu’il s’agit bien d’une nouvelle incarnation de Riccardo. Alors qu’elle se rend compte qu’elle est épiée par le juge, celui-ci, pris d’une folie jusqu’alors inconnue, la viole puis l’abandonne inconsciente dans les rues de Rome.

Elle tente par la suite de se suicider en mettant le feu à son appartement, mais est sauvée par Roméo — qui continuait de l’observer. Persuadé d’avoir sauvé la jeune femme et donc indirectement son ami, il apprend pourtant quelque semaines plus tard qu’Alba Maremma est décédée fauchée par une voiture.


SERA (1975) — Seconde partie


Roméo Aldobrandi (Ninetto Davoli) est à quelques semaines de la retraite. Il rencontre pour la première fois son futur remplaçant, finissant à peine ses études : Luca Ponticelli (Luca Marinelli).

Ils se lient rapidement d’amitié, Aldobrandi étant persuadé que Ponticelli est la troisième réincarnation de son ami. Tous deux célibataires et sans enfant, ils passent Noël ensemble et Roméo décide, pour la première fois, de parler de son défunt ami.

Luca Ponticelli est indifférent à cette histoire. Plus tard, il refuse finalement la succession d’Aldobrandi pour s’installer en Sicile. Peut-être n’est-il pas la réincarnation de Riccardo Lazzari ?

De retour sur la plage d’Ostie, la mère supérieure s’approche de Roméo. C’est Sienna Orsenna. Il la reconnaît, les années sont passées mais il la reconnaîtrait entre mille. Elle acquiesce, elle est bien Sienna Orsenna, mais précise que dans sa jeunesse, elle est sûre de n’avoir connu ni Riccardo Lazzari, ni Roméo Aldobrandi. D’ailleurs, elle est simplement venue voir le vieillard car il semblait perdu.

Roméo se rassoit. Face à la mer et sous la neige. Les religieuses partent et, frappé par l’écume à quelque mètres, il croit voir le corps d’Andréa Marino gisant.
Musique: Pasolini évitera au possible la musique extradiégétique — aspirant à une certaine austérité — et n'est donc accompagné par aucun compositeur. Cependant, chacune des trois grandes parties de son film sera liée à un thème :

« MATTINO (1920-1922) » : « Rosa del ciel » et « Io non dirò qual sia » extraits de L'Orfeo de Monteverdi

« MEZZODI (1937-1957) » : le « Cum Déderit » des vêpres pour la nativité de la Vierge de Vivaldi

« SERRA (1975) » : « Der Leiermann » extrait du Winterreise de Schubert

@Tarteman
Titre: Chronique américaine
Phrase d'accroche: La Prisonnière du désert orpheline de ses mythes, Ford, face à la modernité, propose la chronique des icônes oubliées.
Réalisateur: John Ford
Acteur n°1: Clint Eastwood
Acteur n°2: Mel Gibson
Actrice n°3: Q'Orianka Kilcher
Acteur n°4: Werner Herzog
Synopsis: L'Histoire a remodelé les architectures de l'Amérique, mais elle lui a laissé ses plaines. Plantés au milieu, affrontant péniblement les coups du temps et de la société marchande, les cowboys ont perdu leur rayonnement culturel passé. Au coeur de l'Amérique profonde, les villages isolés dans le désert ont vu s'évanouir leur chant mythique et les icônes de l'Ouest se sont enfuies, réfugiées dans les films en noir et blanc et les livres d'Histoire. Cette Amérique de la défaite, cette Amérique qui souille désormais ses propres champs fertiles, c'est celle de Jim, (Clint Eastwood), vieux gardien de vache et fermier du Texas, habité par un passéisme grandissant, enfermé dans son amour du vieux Sud. Traînant sa jambe boiteuse entre ses champs et la ferme voisine, celle de son ami Frank, un policier à la retraite, il se démène pour subsister, perdant peu à peu ses vaches, s'oubliant dans l'alcool et la télévision. Lors d'une promenade dans les plaines arides, Jim et Frank seront témoins d'une tentative de viol sur une jeune amérindienne(Q'Orianka Kilcher), agressée par une groupe de jeunes hommes armés. Ravivant leur courage, la scène pousse les vieux texans à intervenir, la confrontation menant à une lutte extrêmement violente au cours de laquelle Jim se verra brisé et gravement blessé. La mêlée ayant mené au "massacre" de l'un des agresseurs par Frank, les deux amis se verront inquiétés par la justice, représentée par le shérif du comté (Werner Herzog), qui tentera de faire tampon entre ces héros souillés par l'institution et les mécanismes de justice complexes, opaques et extrêmes d'une Amérique que tout semble opposer au Sud mourant..
Musique: John Williams

@Lecter
Titre: Le lacrime rosse di Cristo
Phrase d'accroche: Mario Bava retrouve ses premiers amours gothiques et plonge ses personnages entre rêve et folie, fantasme et cauchemar, dans un jeu de massacre entre les murs d'une abbaye labyrinthique et coupée du monde.
Réalisateur: Mario Bava
Actrice n°1: Lily-Rose Depp sera Susana une jeune novice solitaire et torturée
Actrice n°2: Dominique Sanda sera la Mère Clemencia, la Mère Abbesse de la communauté, a priori froide et sévère, mais qui cache en réalité un charme vénéneux et de grands secrets…
Acteur n°3: Adrien Brody jouera les personnages du Pr. Pedro Arbués et du terrible Prince Mendoza.
Acteur n°4: Damien Chapelle dans le rôle de Gabriel, jeune historien français en séjour à l’abbaye, séduisant et charmeur
Actrice n°5: Jamie Lee Curtis sera la mère Angela Maria, la maîtresse des novices, une femme rationnelle, vive et parfois arrogante, en conflit direct avec la mère abbesse
Synopsis: Université de Cordoue. Susana, jeune étudiante en médecine brillante et énergique, vit une aventure passionnelle et intense avec un de ses professeurs, le Dr. Pedro Arbués. Leur relation s’épanouit à travers des rapports de domination et soumission et des jeux sadomasochistes.
Une nuit, les deux amants en plein ébat sont interrompus par un visiteur qui sonne à la porte. Abandonnant Susana nue et attachée sur le lit, Arbués descend ouvrir, pour découvrir sur son perron une figure masquée et gantée qui lui plonge aussitôt, et à plusieurs reprises avec acharnement, un couteau dans la poitrine. Il reste suffisamment de force à Pedro pour remonter l’escalier prévenir Susana du danger, mais une fois dans la chambre, il s’effondre, ensanglanté, sur la jeune fille sans avoir eu le temps de la détacher. Le mystérieux tueur pénètre à son tour dans la chambre, et découvre avec un plaisir sadique Susana. S’amusant à faire glisser son arme glacée le long du corps nu de la jeune fille, il lui taille ensuite au couteau deux grands traits perpendiculaires, en forme de croix, sur l’abdomen, puis disparaît, laissant la jeune fille en sang, terrifiée et hurlant de douleur.

Quelques mois plus tard. Abbaye d’Ancares, sur la côte Nord de la Galice. Située sur une presqu’île rocheuse reliée au continent par un unique pont, l’abbaye, datant de l’époque médiévale, est protégée des vents violents par ses immenses murailles de pierre sombre, pesantes et massives.
La communauté de soeurs qui y réside accueille un matin une dizaine de novices, parmi lesquelles Susana. Profondément traumatisée par l’attaque dont elle a été victime, celle-ci a abandonné ses études et plongé dans une longue dépression, trouvant finalement apaisement et refuge dans la religion.
La Mère Abbesse, Clemencia, stricte et froide, accueille les jeunes novices avec sévérité avant de laisser le soin à Soeur Angela Maria, beaucoup plus volubile, chaleureuse et vive, de les guider et leur faire découvrir l’abbaye et ses règles. Sombre et glacée, l’abbaye est labyrinthique, et Susana a tôt fait de se perdre. À la recherche de son chemin, la voilà qui commence à ressentir une sorte de malaise sourd et à paniquer, avant d’entrer, affolée, dans une étrange salle dans laquelle sont entreposés de vieux instruments de torture dans laquelle elle aperçoit une ombre menaçante. Angoissée et effrayée, elle s’enfuit en courant, avant d’être rattrapée par l’ombre en question, qui s’avère être un jeune homme du nom de Gabriel, historien qui effectue des recherches sur l’histoire de l’abbaye et y séjourne pour quelques semaines.

Les deux jeunes gens se lient d’amitié, au grand dam de Mère Clemencia qui aimerait bien se débarrasser du beau jeune homme dont les charmes ne sont pas sans effet sur les nonnes. Gabriel fait découvrir à Susana la terrifiante histoire de l’abbaye, qui fut notamment le quartier général du terrible Prince Mendoza, qui, au XVème siècle, régnait sur la région avec une cruauté immense. Sadique, féroce, sataniste, il y torturait ses prisonniers et se livrait à de grandes bacchanales, avant de finir emmuré après la rebellion de ses vassaux. Le personnage, dont un tableau le représentant trône dans une des ailes de l'abbaye, impressionne énormément Susana. Mais l’abbaye regorge de nombreux autres secrets, et le lieu commence peu à peu à exercer sur Susana un trouble et une fascination qui confinent bientôt à l’emprise…
Ses nuits sont bientôt assaillies de cauchemars peuplés de blessures sanguinolentes et d’actes de tortures, dans lesquels elle attribue au terrifiant Prince Mendoza le visage de Pedro, son ancien amant; elle a l’impression constante d’être épiée, et se méfie de plus en plus de ses consoeurs, et notamment de Mère Clemencia, qui semble porter un intérêt particulier à Susana et se livre avec elle à des discussions autour de Satan. Seuls Gabriel et Soeur Angela Maria, qui l’a prise sous son aile, lui sont encore dignes de confiance et parviennent à maintenir en elle un semblant de calme et de rationalité.


Une nuit, alors que Susana prie dans une petite chapelle à l’écart des bâtiments principaux de l’abbaye, le crucifix en face d’elle se met à pleurer des larmes de sang : terrifiée, elle court se réfugier auprès de Soeur Angela Maria mais découvre le cadavre de celle-ci, éventrée, et une étrange silhouette armée d’un poignard qui la prend en chasse. Perdue dans les méandres de l’abbaye et ses couloirs labyrinthiques, affolée et percluse d’hallucinations, Susana s’apprête à passer la nuit la plus terrifiante de sa vie, entre tueur masqué, secte satanique et revenants, d’autant que dehors, la tempête gronde et le pont qui reliait l’abbaye au continent vient de s’effondrer…
Equipe: Kevin Yagher rejoint le projet en qualité de responsable des effets spéciaux et du maquillage, après avoir donné vie à la poupée Chucky et avoir signé les décapitations de Sleepy Hollow.
Musique: Marco Beltrami

@ReznikAlabama - DISQUALIFIE -
Titre: Les 900 jours, le siège de Leningrad
Phrase d'accroche:
Réalisateur: Sergio Leone
Acteur n°1: Christian Bale
Actrice n°2: Vasilisa Perelygina
Synopsis:
Musique:

@Albert_13
Titre: Loup
Phrase d'accroche: À la brune, les loups s'échappent de leurs tanières pour mieux goûter la grande sorgue.
Réalisateur: Louis Malle
Acteur n°1: Benoît Magimel sera Jérôme
Actrice n°2 Adèle Exarchopoulos interprètera Helena
Actrice n°3: Eva Green sera Eva
Acteur n°4: John Malkovich sera le Professeur et Psychanalyste Brian Arterton
Acteur n°5: Rod Paradot sera Jérôme alter ego
Synopsis: Fin novembre. Jerôme quitte son psychanalyste - Brian A. - par une poignée de main, descend des escaliers, et entame une longue marche au crépuscule. Il est environ 17h, les lycéens sortent de cours. Jerome se fraye un passage et accède à une allée d’arbres. Ses pensées se bousculent… Aurait-il dû amorcer une analyse ? - On entend en voix off des éléments de sa biographie : la quarantaine, malheureux dans son entreprise, il a quitté son boulot pour terminer ses études de psychologie, explique qu’il ne peut pas se permettre d’échouer lui qui n’avait jamais jusqu’à présent pu passer d’examens sereinement - Jerome, après avoir traversé un jardin public, parvient au quai du Maréchal Lyautey et observe avec insistance la Garonne, marche en direction de la place de la Bourse, quand il entend un cri derrière lui. Une femme vient de se faire arracher son sac à main par deux gars en scooter. Il court à la poursuite des gars qui se faufilent entre les rares passants, afin de leur barrer le passage mais ces derniers l’esquivent, et une centaine de mètres plus loin, balancent le sac dans la Garonne, filant à toute allure. Jerôme retourne sur ses pas en direction de la jeune femme qui semble figée sur place. Il s’inquiète auprès d’elle, lui propose de l’accompagner au commissariat pour porter plainte, mais tout en le remerciant du bout des lèvres, elle refuse catégoriquement sa proposition, lui assure que tout va bien, qu’elle se débrouillera toute seule. Il insiste ; elle le renvoie chier. Il la renvoie bouler à son tour et reprend sa marche en se retournant une fois ou deux, quand parvenu à hauteur du palais de la Bourse, il tombe sur un trousseau de clés et un flyer. Il pense tout de suite à la fille, retourne en arrière, mais elle a disparu.

Jerôme récupère sa caisse et rentre chez lui dans un appartement à Léognan. Sa femme Eva et leurs deux filles ont commencé à dîner. Ils échangent sur la journée. Eva lui demande comment s’est passée sa séance d’analyse. Jerôme n’a pas plus envie que cela d’en faire part. Eva demande aux filles d’aller se coucher, s’installe devant la télé, en consultant son smart phone. Jérôme consulte ses mails, bosse ses cours sur l’ordinateur. Il se sert un verre, et s’allonge aux côtés d’Eva sur le canapé. Il lui demande si elle connaît tel club en périphérie de Bordeaux - nom correspondant à celui inscrit sur le flyer. Elle lui répond qu’elle y a déjà été avant de le rencontrer, mais n’y a plus posé les pieds depuis. Elle lui demande pourquoi. Il argue une soirée à venir avec des camarades de la fac. Eva le taquine, en laissant entendre qu’il ne s’y rendra pas, et lui signale que vendredi, il lui faudra récupérer Lennie à la sortie de l’école car elle se rendra à Bayonne.

Jérôme en sortie d’amphi évoque avec une camarade, sa déconvenue au premier partiel de Master 1 de l’année. Il passe retirer des bouquins à la B.U. Après avoir fait la queue pour un sandwich, on le retrouve patientant dans une salle de cours. Le professeur qui pénètre dans la salle, n’est autre que son analyste. Le cours porte sur l’étude du Banquet de Platon. Jérôme parvient à peine à soutenir l’enseignant du regard, le nez plongé dans le bouquin. On le retrouve dans sa voiture, puis à la terrasse d’un café de centre ville. Il monte l’escalier qui le mène dans une minuscule salle d’attente où il consulte le Monde magazine. L'analyste l’invite à rentrer dans le cabinet. Il s’assied à ses côtés. Il évoque son passé de hooligan du kop de Boulogne, suivi de son engagement comme mercenaire pendant la guerre de Yougoslavie auprès des Croates… L’analyste d’obédience lacanienne se contente de ponctuer son récit.

Eva file sur l’autoroute en direction de Bayonne. Architecte d’intérieur, elle se rend sur un chantier à Anglet. On comprend, qu’il s’agit d’une femme directive. Sortant de sa BM, elle se dirige dans un restaurant avec vue sur l’océan. Assise à une table pour deux personnes, elle patiente, et finalement commande pour déjeuner seule De retour vers Bordeaux, elle contacte Gudrün - fille ainée - pour lui demander de retrouver dans son bureau, un dossier contenant un numéro de téléphone et lui annonce au passage, qu’elle risque de rentrer plus tard que convenu, ce qui compromet la sortie prévue au cinéma. On retrouve Eva sonnant à l’interphone d’une résidence, sans résultat. Alors qu’elle repart, elle tombe sur Helena - Jeune femme agressée - lui demandant pourquoi elle n’était pas à Biarritz. Des cris se font entendre dans l’ascenseur qui se retrouve soudainement bloqué... Helena et Eva grimpent par l'escalier. Entrées dans le studio d’Helena, cette dernière explique qu’elle ne veut pas poursuivre le plan élaboré par Eva, qui elle-même essaie de la rassurer. Une scène érotique s’en suit, où Eva s’avère dominatrice.

On retrouve Jerôme installé en train de travailler ses cours dans son canapé. Eva arrive pleins phares dans la cour. Elle demande où sont les filles. Jérôme annonce les avoir déposées chez ses parents. Eva est irritée, n’ayant pas été prévenue, se sert dans le frigo, et part bosser dans son bureau, décoré avec de nombreux animaux empaillés. Jerôme la rejoint, veut l’embrasser, mais elle repousse ses avances.

On retrouve Jerôme en pleine séance d’analyse. Il y fait part de son goût pour les rapports sexuels violents. Le psy reste parfaitement impassible, jusqu’à ce que Jerôme évoque un cauchemar où il instruisait un viol collectif dans un gymnase. - Un gymnase ? - Jerome se rend au Papagayo. Il s’installe à une table. Des filles font du pool dance. Il commande un verre à une serveuse et demande si à tout hasard, elle ne connaîtrait pas une jeune femme qui se serait faite agressée récemment. Elle répond par la négative. Il s’attarde, regarde les filles danser et les gars des tables voisines quelque peu excités. De retour dans sa voiture, il croit reconnaître Helena, portant une perruque, s’approche, lui demande le tarif et la fait monter. Il lui dépose le trousseau de clés entre les cuisses. Helena lui crache au visage et se barre de la voiture en courant. Jérôme sort de sa voiture, la poursuit jusqu’à l’entrée d’une maison donnant sur le trottoir. Il entend à l’étage une porte claquée et un verrou qui se ferme. Des filles sortent sur le pallier, et chassent Jérôme en le menaçant d’appeler les flics. De retour chez lui, tout le monde est couché et Jerôme se glisse dans le lit sans parvenir à trouver le sommeil.

Jérôme est devant la porte du cabinet de Brian A., mais la porte est fermée. Il patiente longuement, fait sonner le téléphone qui ne répond pas, tombe sur un autre patient qui avait lui même rendez-vous un peu plus tard et ne s’étonnant pas davantage, dit que cela est mauvais signe. Brian sort frustré, s’assoit à une terrasse et passe un coup de fil à Eva pour lui annoncer qu’il assiste à un séminaire qui le retiendra jusqu’à tard dans la nuit.

Jérôme de retour dans la rue de la maison de passe, fait le guet dans une tenue paramilitaire, quand il aperçoit Helena qui commence à aller et venir. Il s’approche en toute discrétion et parvenue à sa portée, l’immobilise net. Il l’introduit dans le coffre d’un nouveau véhicule, finit de l’immobiliser en la ligotant savamment et l’entraîne à pleine balle sur un fond sonore qui évoque des bruits de combats à l’arme lourde. L’autoroute défile, jusqu’à ce qu’il parvienne à une palombière qui ressemble à un petit camp retranché. Il retire Helena du coffre semblant encore endormie. Jerôme lui assène plusieurs gifles. Helena s’éveille peu à peu et réalise qu’elle est sur le point d’être violée. Elle ne peut hurler, alors Jérôme lui retire son bâillon et lui place le tranchant d'une arme blanche sur la gorge. Il s’apprête à la pénétrer quand l’on surprend dans l’ombre Eva filmant la scène en train de se caresser.
Scénariste: Jean-Claude Carrière
Equipe: Caroline Champetier sera directrice de la photographie
Musique: Carlo Crivelli et Ibrahim Maalouf collaboreront sur la bande musicale de "Loup"

@Goodfeles
Titre: Steve and Dean
Phrase d'accroche: La guerre des étoiles d'Hollywood
Réalisateur: Sidney Lumet
Actrice n°1: Emma Watson sera Nathalie Wood dans les années 50
Actrice n°2: Katherine Heigl sera Nathalie Wood dans les années 70
Acteur n°3: Viggo Mortensen sera Sam Peckinpah
Acteur n°4: Damian Lewis sera Steve McQueen
Acteur n°5: James Franco sera James Dean
Scénariste: Quentin Tarantino
Synopsis: Partie 1 : 1950 - L'accident.

Hollywood. James (James Franco) et Steve (Damian Lewis) se rencontrent à plusieurs reprises dans les files d'attentes de différents castings. Si les rôles de figurations commencent à venir, ces derniers n'aspirent pas à leurs ambitions, bien plus grandes. Convoqué à la dernière minute à un essai pour A l'Est d'Eden d'Elia Kazan, Steve est occupé par son métier alimentaire de Docker. Il envoie James tenter sa chance à sa place. James saisit l'opportunité et lui propose de venir ensuite passer la soirée avec lui dans un bar proche des studios.

Lors de cette soirée les deux hommes se découvrent et se dévoilent autour d'un poker, imbibé de pas mal d'alcool. Cela va très vite devenir un rituel de se retrouver dans ce bar, se plonger dans le jeu et l'alcool pour fuir leurs démons et poids familial.

Quelques soirées plus tard, une jeune femme avec un chapeau, des lunettes noires et un foulard, qui cherche donc à se faire passer incognito, entre dans le bar. Déjà éméchés, James et Steve la saluent et font sa connaissance. Ils sympathisent. C'est alors qu'intervient Sam Peckinpah (Viggo Mortensen), assis à la table à côté, verre de whiskey à la main, en train d'écrire un scénario. Il s'invite dans la conversation et reconnaît la jeune fille : Natalie Wood (Emma Watson). Une jeune actrice prometteuse qui tourne depuis l'âge de ses dix ans. La discussion s'alimente d'alcool et se débride tout comme la timidité de Natalie Wood. Cette dernière promet de parler des deux acteurs à Nicholas Ray qui est actuellement à la recherche d'un jeune acteur pour la tête d'affice de son prochain film La Fureur de Vivre.

James décroche les deux rôles et devient une véritable star en à peine une année. De son côté Steve continue son boulot de docker. Il obtient les petits rôles de figuration car son caractère coléreux et difficile l'empêche de faire confiance aux producteurs. Alors que James vient de terminer son troisième film en tête d'affiche, Géant, il invite Steve à fêter la fin du tournage chez lui. Malgré son travail fatigant, Steve accepte car James lui assure qu'il y aura Natalie Wood.

La soirée est arrosée, Natalie Wood est courtisée par les deux acteurs. De passage, Peckinpah, déjà ivre en arrivant, félicite James pour son ascension mais lui fait remarquer qu'il faut qu'il casse son image pour faire une vraie carrière d'acteur. Peckinpah ne parle pas à Natalie Wood, ce qui la pousse à se réfugier auprès de Steve, qui s'éprend d'elle.

Le lendemain, c'est le chaos. Natalie Wood part en vitesse sur son tournage, James doit aller tourner une publicité pour la prévention routière et Steve reste dans le lit. En arrivant sur le lieu de tournage, James appelle chez lui pour avoir Steve. Steve décroche encore fatigué. James lui dit de venir dans l'après midi pour lui présenter George Stevens afin d'essayer de lancer sa carrière.

Encore ivre, Steve note la mauvaise heure sur un papier et se rendort avec le foulard de Natalie Wood.

Après le tournage de la pub de prévention routière, James fait patienter George Stevens (Ron Perlman) une heure. Il essaie de joindre Steve à nouveau par téléphone mais sans succès. Vexé, James s'excuse auprès du réalisateur puis prend sa voiture pour rentrer chez lui. Ses pulsions nerveuses lui font rouler à toute vitesse. C'est alors que les freins de la voiture lâchent. Après avoir évité deux virages, il s'encastre dans un arbre. Steve arrive alors à contre sens et voit la voiture de James en feu. Il s'arrête et sort James en vitesse des flammes avant que la voiture n'explose.

Partie 2 : 1960. L'explosion

John McFarlaine (Paul Rudd) est l'agent de Steve McQueen. Bill Carter (Chris Evans) l'agent de James Dean. Ils se retrouvent tous les deux de bon matin dans le bureau de Jack Warner (Robert De Niro). Ensemble ils discutent des deux acteurs et des contrats prévus à leurs égards.
Steve McQueen fait succès dans la série TV Au Nom de la Loi que James Dean a produit pour l'avoir sauvé. Steve souhaite cette fois faire du cinéma. James souhaite faire un film avec son ami sur la course automobile. Jack Warner refuse catégoriquement de laisser de la liberté à James Dean qui est à fleur de peau et sa poule aux œufs d'or. Il refuse encore plus que ce soit avec Steve McQueen afin de garder le contrôle sur eux et la couverture médiatique. Les deux acteurs ensemble sont intenables et s’alcoolisent à outrance. Avec une clause d'exclusivité, le contrat qu'ils préparent interdit aux deux acteurs de tourner ensemble sur les prochaines années.

Dans le bureau arrivent Peter Jones (Al Pacino) et Delmer Davis (Jack Nicholson) deux grands pontes de la presse. Ils viennent voir Jack Warner pour préparer une romance entre Natalie Wood et James Dean. Avec l'essor des journaux à scandales c'est le moyen de communication efficace de faire de l'argent, de la publicité aux films et surtout de ne jamais laisser entrevoir la bisexualité de James Dean. Idem pour l'esprit volage de Steve McQueen qui vient de se marier avec la danseuse Neile Adams (Bérénice Béjo) et forme un couple glamour.

Quand les contrats arrivent, James n'a pas de mal à persuader Steve de signer. McFarlaine et Carter ne parlent pas des clauses et promettent quand même à leurs clients un film sur la course automobile si les contrats sont respectés et, bien sûr, si les succès sont là. Pour les pousser à signer, Warner propose à Steve de jouer un des sept Mercenaires du film de John Sturges, et à James pour remplacer Newman sur Exodus d' Otto Preminger. Ils signent tous les deux.

Durant les années qui suivent, ils tournent tous les deux chacun de leur côtés en compagnie de leur amie Natalie Wood, qu'ils admirent autant sur la scène que dans la vie personnelle. Steve sous la caméra de Robert Mulligan dans Une certaine rencontre. James quant à lui la retrouve encore deux fois : dans West Side Story de Robert Wise et La fièvre dans le Sang pour Elia Kazan.

Sous la main basse de Warner, les médias font une immense romance entre James Dean et Natalie Wood. L'argent pleut dans les studios, par l'explosion des magasines People et des émissions télés qui grimpent en audimat et prix des publicités. La pression de la presse, des studios puis des rôles calibrés qu'on leur attribue pousse les deux acteurs à repartir dans des soirées clandestines de débauches.

James demande en mariage Natalie Wood pour une couverture médiatique car il lui avoue son homosexualité et qui l'aime seulement comme amie. Natalie Wood refuse de vivre mariée de cette manière. Elle lui dit même que c'est un profond manque de respect de sa part et qu'il devient aussi requin que Warner.

Natalie Wood se lie d'amitié avec Robert Redford (Brad Pitt) sur un film qui fait étrangement écho à sa situation : Daisy Clover de Robert Mulligan. James se retrouve jaloux de Redford car il se sent déstabilisé quant à leur amitié. Steve, marié mais toujours amoureux de Natalie Wood, décide de lui tourner aussi le dos, dans un premier temps professionnellement puis peu à peu personnellement pour essayer de l'oublier. C'est alors que James se rapproche de Sam Peckinpah qui prépare son prochain western. Il est l'heure de casser son image.

Partie 3 : 1968 - La Horde Sauvage

Steve vient voir James qui s'est blessé légèrement avec un explosif sur le tournage de La Horde Sauvage. Steve tient deux copies d'un scénario : celui du film Le Mans qu'il passe à James et à Sam Peckinpah. Le réalisateur lui promet de faire son possible pour le réaliser contre sa participation à son projet suivant : Get Apens et surtout contre une bouteille de bon whiskey. Steve avait prévu le coup, la bouteille est dans sa voiture et lui demande en échange le scénario de Get Apens. James Dean quant à lui est emballé et va faire son possible pour défendre le projet et surtout convaincre de prendre absolument : Sam Peckinpah à la réalisation.

James se retrouve dans le bureau de Warner avec son agent Bill Carter lui demander de tourner Le Mans avec Peckinpah et McQueen après une décennie de succès. Jack Warner accepte mais reste catégorique : ce sera toujours sans Steve McQueen.

James menace d'arrêter sa carrière mais il apprend seulement maintenant qu'il a signé la close qui l'interdit dans le contrat de tourner avec son ami. James propose à Carter de le raccompagner en voiture chez lui. Il se venge en lui mettant la frousse, roulant à plus de 150 miles/H sur le périphérique.

Quand Carter revient chez Warner, blanc comme un cache d'aspirine, il lui suggère d'accepter le film et de refaire un contrat autorisant McQueen et Dean de jouer ensemble. Warner échafaude alors un plan.

Partie 4 - 1970 – Get Apens

La Horde sauvage est un succès, Peckinpah tourne ensuite Get Apens avec plus de moyens et collabore avec McQueen. Tout le long du tournage, Steve trompe dès qu'il en a l'occasion sa femme. Sam essaie de le raisonner plusieurs fois mais Steve lui répond que l'adultère lui a sauvé la vie. S'il n'avait pas été coucher avec une jeune mannequin, il aurait été à la soirée avec Sharon Tate et certainement massacré par Charles Manson.

La première du film est un succès, Steve et Sam arrosent ça et se retrouvent complètement ivres et de la cocaïne plein le nez au point de sortir sortir une arme lorsque leurs femmes respectives débarquent au milieu de la nuit dans une chambre de prostituées. Les journalistes qui ont suivies les femmes font une affaire qui fait un scandale médiatique. Si ça fait parler du film, Warner est sur le qui vive.

De son côté James se retrouve solitaire, à étudier les virages du circuit du Mans, bouteille à la main entre les prises d'un tournage d'un film de commande pas terrible selon ses dires. Lors d'une interview, encore ivre, il répond qu'il souhaite terminer de tourner dans ce « film interdit aux plus de 15 ans » dans lequel il tourne pour tourner avec Steve McQueen en tant que vrai Pilote sur les 24 heures du Mans.

Warner sort de ses gonds mais essaie de discuter avec McFarlaine et Carter. Ils estiment tous les trois que c'est le moment ou jamais de faire Le Mans, de se débarrasser de ces stars en pleine déchéances, « ces poivrots » dit même Warner, avant qu'ils ne deviennent pour eux totalement hors de contrôle. Et aussi d'en profiter pour se faire du blé dessus.

A la condition de ne rien dire aux deux stars, ni même au réalisateur Sam Peckinpah, ils vont monter de toute pièce une rivalité entre les deux acteurs sur le tournage auprès des médias. Une rivalité fictive en rapport avec le scénario du film mais qu'ils vont gonfler en réalité, pour vendre du papier.

Peckinpah et McQueen sont en garde à vue. James vient les voir, paye leurs cautions et annonce qu'ils ont le feu vert pour réaliser Le Mans

Synopsis suite et fin : Partie 5 : 1973 – En Piste.

Sur le tournage du Mans, sur le circuit de la Sarthe en France, Peckinpah prépare la séquence finale de son film qu'il souhaite tourner en tout dernier et surtout au maximum en plan séquence. Alors qu'il explique les consignes à James et Steve, Peckinpah n'est satisfait d'aucune prise avec l'actrice Charlotte Rampling (la vraie Charlotte Rampling). Peckinpah appelle Warner pour une rallonge de budget comme souvent pour une caméra en plus. Il souhaite aussi un conseil pour impliquer les deux acteurs dans le film. Les deux acteurs restent trop froids et distants l'un l'autre, comme s'ils étaient à une interview de presse. Comme pour entretenir une rivalité acting studio. Ils se lâchent que sur le circuit.

Warner refuse la rallonge mais lui dit qu'il envoie de ce pas Natalie Wood sur le tournage pour les stimuler. C'est la seule solution dit-il. A la fin de la conversation, Warner commence à prévenir les journalistes que le tournage s'annonce chaud en France et demande à Robert Redford d'accompagner Natalie Wood pour éventuellement remplacer James ou Steve dans le film Le Mans.

Peckinpah n'est pas convaincu par la stratégie de Warner. Il décide alors de téléphoner à son collègue, alcoolique lui aussi, John Huston (Ed Harris). Il lui demande ce qu'il fait de son côté pour tirer le meilleur des acteurs. Huston lui répond de les titiller là où ils sont le plus sensibles. Pour un point de vue plus sobre, il téléphone en Angleterre à Stanley Kubrick (Paul Thomas Anderson) qui lui répond la même chose en plus d'aller se faire voir.

Après avoir bu toute une bouteille de Whiskey, Peckinpah prend à part James affirmant que Steve lui avait piqué le rôle de Bullitt qui lui était normalement destiné à lui. C'est son seul regret de tournage. Peclkinpah lui dit qu''il l'avait fait par jalousie de sa relation avec Natalie Wood.
Vexé, Dean canalise sa rage intérieure pour après le tournage.

Peckinpah prend ensuite en aparté Steve et lui dit que James lui a piqué le rôle dans La Grande évasion. L'Oscar devait donc lui appartenir tout comme Natalie Wood mais que James lui disait que ce n'était qu'un minable. Que jamais il fallait qu'elle aille avec lui, qu'elle serait malheureuse et cocue comme sa femme.

C'est alors que débarque Natalie Wood (Katherine Heigl) aux bras de Robert Redford (Brad Pitt). Steve et James se retrouvent alors trahis et leurs colères s'emparent d'eux. Les nombreuses caméras des journalistes s'ajoutent en plus de celles du tournage dans les tribunes de figurants avant que la course commence. James et Steve entrent dans l'Arène.

Partie 6 : Le prix du danger.

Les deux acteurs ne se saluent pas et entrent dans leurs voiture. Peckinpah obtient la violence qu'il veut dans cette poursuite à la Ben Hur pleine de nihilisme. On suit en Split Screen d'un côté le plan séquence de Peckinpah et de l'autre les images des journalistes et de Jack Warner qui réussit son coup médiatique. La poursuite est de plus en plus dense, pleine de tension et de danger. Alors que Peckinpah est dépassé par les événements, Redford et Wood ne comprennent rien de cette folie sur la piste où le jeu devient réalité, la fiction une vérité.

Après une demie heure de course, Steve McQueen arrive à faire renverser la voiture de James Dean.

Cette dernière fait plusieurs tonneaux et une fois arrêtée sur le bas côté se met à brûler. Steve arrive au pas, extincteur dans la main, pour sembler tenter de sauver des flammes James. Mais Dean meurt en direct à la télévision, à l'écran et, pour la deuxième fois, devant les yeux de Steve.


Equipe: Robert Richardson sera à la photographie, Bob Murawski et Chris Innis seront au montage. Sidney Lumet aura recours à la technologie du rajeunissement et prend dans son équipe l'oscarisé Joss Williams pour superviser l'ensemble des effets spéciaux. James Mangold, qui a réalisé Le Mans 66, s'est proposé de venir en assistant à Sidney Lumet. Très bonne entente entre Lumet, Tarantino et Mangold qui remanient jour et nuit les idées de mise en scène.
Musique: Max Richter. Tarantino a pris le soin de choisir une sélection de Billie Holiday pour les années 50 et du Donovan pour les années 60/70.

@Theus
Titre: Les volets verts
Phrase d'accroche: Claude Sautet veut faire passer en filigrane tout ce qui renvoie à un mystère, aux émotions intimes, à des connivences perdues.
Réalisateur: Claude Sautet
Acteur n°1: Vincent Lindon sera Émile Maugin
Actrice n°2: Emmanuelle Béart
Acteur n°3: Jean Dujardin
Synopsis: Le portrait imaginé d’un acteur vieillissant, aigri et râleur, au sommet de sa gloire. Il n’a d’autre douceur, dans une vie qu’il n’aime plus, que la femme dont il attend, comme un enfant, les tendresses. Et malgré tout profondément malheureux et effrayé par sa fin qu’il croit proche.
Equipe: Agnès Godard sera directrice de la photographie.
Musique: Philippe Rombi
************** RÉSULTATS ******************

Vainqueur: "Steve and Dean" de Sidney Lumet produit par @Goodfeles
Prix du meilleur projet : "Il mare della fertilità" de Pier Paolo Pasolini produit par @Des_Esseintes
Prix de la meilleure équipe : "The Silent Voice" de John Huston produit par @Cath44 et ""Les volets verts" de Claude Sautet produit par @Theus ex aequo
Prix de la bande-son : "Loup" de Louis Malle produit par @Albert_13

/block/list/vk_list_items?id=1417825&from_url=/listes-de-films/choc-des-producteurs-24-resurrection/1417825&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
252 commentaires
  • OlivarDeLaCave
    commentaire modéré Je tiens également à vous dire que j'ai commencé une nouvelle série de listes intitulées "les archives d'Olivar" où je vous présente les films que j'avais aimé durant mon adolescence jusqu'au moment où je suis arrivé sur Vodkaster en octobre 2015 (ce qui me fait penser que ça fait déjà cinq ans que je suis sur VK... c'est fou comme le temps passe).
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • Albert_13
    commentaire modéré Félicitations à @Goodfeles pour son ambitieuse production !
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • OlivarDeLaCave
    commentaire modéré Je me permet également de faire un peu de publicité pour des amis qui sont actifs sur la plateforme Twitch. Si il y a des gens amateurs de jeux vidéo ou qui veulent passer du bon temps en rigolant je vous invite à cliquer sur les liens de leurs chaînes Twitch qui se trouvent dans la description de mon profil. Je suis régulièrement présent sur les lives des trois personnes que je cite dans ma bio dans leurs tchats et parfois même sur le vocal. Rendez vous sur leurs chaînes Twitch, suivez les et venez sur les groupes Discord plus on est de fous, plus on rit ^^
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • goodfeles
    commentaire modéré @OlivarDeLaCave Bravo pour toute l'organisation et un grand merci pour ce thème qui m'a fait plaisir autant dans l'écriture que dans la lecture de tous les projets ! Merci à tous de m'avoir suivi pour Steve and Dean, et je souhaite juste baisser le chapeau du coup à Sidney Lumet, réalisateur que j'ai choisi car souvent oublié mais qui a fait une carrière sur 5 décennies : 1957 12 hommes en colère et 7 h 58 ce samedi la en 2007. A sa disparition en 2011, jeune cinéphile que j'étais je regrettais un dernier film testament comme l'a pu faire Huston avec les Gens de Dublin. C'est un des scénario que j'aurai aimé voir !
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • goodfeles
    commentaire modéré @Albert_13 @bredele merci beaucoup, bravo à vous également ! A bientôt pour un prochain choc :)
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • cath44
    commentaire modéré Comme à chaque fois, j’ai beaucoup d’enthousiasme et de plaisir à participer aux « CHOC DES PRODUCTEURS » , à découvrir à chaque fois la créativité des synopsis , la richesse des projets et la classe des castings et des bandes originales , tout cela à chaque fois avec la passion qui anime chacun de nous pour le cinéma. Merci à toi @OlivarDeLaCave encore pour cette organisation sans faute, au sujet palpitant . Je félicite chaleureusement @Goodfeles pour sa fresque hollywoodienne. Et bien sûr tous les autres concurrents. Ce n’est pas tous les jours que nous réunissons côte à côte de tels prestigieux réalisateurs : Lumet, Lang , Tarkovski, Pasolini Ford, Bava, Huston , Sautet , Malle…
    Alors, j’espère qu’une nouvelle édition nous arrive bientôt (en 2021 ) et qu’ouvrent enfin les salles pour que vive le cinéma !
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • sudroxaz
    commentaire modéré Je constate que j'ai loupé le coche des votes pour cause d'absentéisme le plus total sur VK. Félicitations pour vos projets, pour ces casting de choix et pour cette émulation contagieuse autour de ce jeu. Vous nous rappelez comme le cinéma, ou plutôt comme ces cinéastes nous manque ! :)
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • Theus
    commentaire modéré Bravo et félicitations pour l'organisation @OlivarDeLaCave
    il y a 7 jours Voir la discussion...
  • Lecter
    commentaire modéré Bravo tout le monde :D
    il y a 6 jours Voir la discussion...
  • OlivarDeLaCave
    commentaire modéré Merci à vous tous :D
    il y a 6 jours Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -