Choc émotionnel

Choc émotionnel

Liste de 50 films par Sebmagic
| 89 vues  | 3 personnes ont aimé

Voici une liste de 50 films. Elle est éminemment personnelle, je suis le seul à pouvoir la comprendre entièrement, à en saisir toute la force.

Cela fait plusieurs années que je souhaite faire cette liste, mais j'ai toujours renoncé car je n'ai jamais su comment l'expliquer.

Ces films m'ont tous, d'une manière ou d'une autre (à travers une scène, une musique, un jeu d'acteur), fait subir un immense trouble émotionnel. Il est parfois évident, parfois indescriptible. Ce sont des films qui m'ont, à un moment de ma vie, ou pour certains, pour ma vie entière, hanté et assommé. Des films qui, une fois le générique de fin terminé, m'ont laissé seul avec mes pensées, abasourdi.

Je ne sais pas comment décrire ces sentiments, rares et précieux, mais ils restent gravés à jamais.

/block/list/vk_list_items?id=1417283&from_url=/listes-de-films/choc-emotionnel/1417283&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
24 commentaires
  • Lolograhame
    commentaire modéré On a presque parlé de ton n1 sur La La Land. Il me resterait à te faire parler de The Tree of Life, Les Lumières de la ville et Shining. Et je sais déjà pour Melancholia et Mommy.
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Lolograhame
    commentaire modéré Et je sais aussi pour Whiplash. Les autres m'intéressent presque moins (j'ai une liste vaguement similaire à la tienne, mais très vaguement).
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Lolograhame
    commentaire modéré Into the wild, tu m'avais aussi expliqué, ainsi que Her. Mais je suis certaine que tu peux raconter ces chocs émotionnels de manière différente à chaque fois.
    Tu sembles avoir très envie de parler de cinéma, donc go girl.
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Sebmagic
    commentaire modéré Il faut noter que Perfect Sense fut le pire de tous. Ce film n'est pas apprécié plus que ça par ici, mais je me souviendrai toute ma vie de ce visionnage. Je l'ai regardé une fois, j'ai pleuré 3 fois tout au long du film avec une apothéose de larmes lors du passage de "surdité". Ca ne m'était jamais arrivé, d'habitude je verse quelques larmichettes tout au plus. Mais j'étais si dévasté ce soir-là que je l'ai re-regardé dans la foulée, chose que je ne fais jamais. Même sentence. Je ne l'ai pas revu depuis. J'ai peur. Etais-je instable émotionnellement ce soir-là ? Je ne sais pas ce qu'il s'est passé. Max Richter sans doute.

    The Tree of Life : c'est l'intégralité. Je réécoute une seule musique, et je voyage mentalement instantanément dans un autre monde. Rien que l'ouverture... Si j'écoute cette musique et qu'on me coupe mon délire, je le vis mal.
    https://www.youtube.com/watch?v=Z28Mi6mUyKo
    C'était le premier film de Terrence Malick que je voyais, et c'était au cinéma. Je n'avais jamais vu ça, cette caméra qui flotte et capte les moments les plus beaux possibles, c'était trop pour mes yeux. Je suis parti ailleurs, tout simplement ! Apogée avec la longue séquence sur l'Univers et les dinosaures que beaucoup décrient. J'ai halluciné : cela faisait des années que je cherchais mon iséal cinématographique visuel, et il était enfin sous mes yeux. Tout ce que j'avais secrètement rêvé de voir au cinéma. Indescriptible.

    Les lumières de la ville... C'est quelque chose de très personnel que je ne souhaite pas particulièrement partager ici. Mais ces trois dernières minutes sont une telle pépite !

    Shining : c'est le jour où j'ai compris la différence entre un acteur et un Acteur. Je suis ressorti du film en me demandant comment il était possible d'incarner un personnage de cette façon. Je ne me lasse pas de voir, revoir, rerevoir inlassablement Jack Nicholson monter les escaliers en menaçant Wendy. Quel choc. Et cette scène incroyable où il défonce la porte à coups de hache... Non, je ne parle pas spécialement du "here's Johnny", mais de cette idée magnifique qui consiste à appuyer les coups de hache avec les mouvements de caméra synchronisés. C'était comme si la caméra elle-même donnait les coups de hache. J'en frissonne encore.
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Sebmagic
    commentaire modéré Et bien oui alors, parlons, parlons. Mais où est ta liste à toi ? C'est la liste "Bon." ?
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Lolograhame
    commentaire modéré A négocier. Soit tu trouves un moyen de me raconter Les Lumières de la ville et je raconte un peu de "Bon.", soit je vais me coucher et que sera sera !
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Lolograhame
    commentaire modéré Je comprends le morse, depuis Parasite.
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Sebmagic
    commentaire modéré C'est marrant parce qu'on peut aussi comprendre les parasites, depuis Morse.
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Sebmagic
    commentaire modéré Into the Wild est resté des années mon film "préféré". Il a cessé de l'être le jour où j'ai compris que la notion de "film préféré" n'existait pas à mes yeux. Ce film est arrivé à une époque où j'avais moi-même des désirs d'escapade, il m'a pris aux plus profond de mes tripes et m'a paradoxalement freiné dans mes envies de trips. Mes projets n'ont jamais abouti. A quoi bon, quand on voit ce qu'à fait Christopher McCandless ? J'ai été fasciné (et le suis toujours) par les rencontres "détachées" de ce personnage qui semble vouloir toujours refuser le bonheur qu'on lui propose. Au fond, je n'ai jamais vraiment saisi ce qu'il fuyait tant, et ça me captive. Et ce final, où il comprend son erreur, m'a beaucoup marqué à une époque où je croyais moi aussi en les bienfaits d'une "vie de solitude".
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
  • Sebmagic
    commentaire modéré Her, c'est encore une fois la musique, et cette sensation de vivre la vie du personnage et son histoire amoureuse en même temps que lui. L'idée de ne pas avoir matérialisé le personnage virtuel en images est redoutable. Chaque spectateur y imagine finalement son idéal, et c'est d'ailleurs tout le propos du film. Et puis, c'est Joaquin Phoenix à une époque où il n'était pas encore si hype que ça. J'ai toujours eu de l'admiration pour son jeu d'acteur.
    25 octobre 2020 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -