Un w-e 二 petit Cycle Japon 日本国 ! Episode 7 (02-03 février 2019)

Un w-e 二 petit Cycle Japon 日本国 ! Episode 7 (02-03 février 2019)

Liste de 16 films par Arch_Stanton
| 101 vues  | 3 personnes ont aimé

/block/list/vk_list_items?id=1392671&from_url=/listes-de-films/un-w-e--petit-cycle-japon--episode-7-02-03-fevrier-2019/1392671&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
8 commentaires
  • Arch_Stanton
    commentaire modéré Début février, je me suis cantonné à ces belles années 60 qu'a connu le cinéma nippon.

    J'ai entamé mon cycle avec deux œuvres du maître du fantastique, Nobuo Nakagawa 中川 信夫 :
    - "L'Enfer" (alias "Jigoku", 1960) est un film totalement fou dans lequel Nakagawa se livre à toutes les expérimentations possibles en termes esthétiques et narratifs !
    - "Le Lutin fantôme" (1962) n'a rien de surnaturel, contrairement à ce que le titre peut laisser entendre, mais c'est un polar en kimono bien sympa.

    J'ai découvert le premier film de l'histoire du Cinéma, consacré aux ninjas, cette source méconnue s'intitule "Shinobi no mono" (1962), de Satsuo Yamamoto 山本 薩夫, absolument pas kitsch comme on pourrait le craindre. En effet, c'est surtout à partir du tournant des années 70 que le film de ninjas est devenu pathétique. Dans les années 60, ces histoires appartenaient encore au meilleur du "jidai-geki" (le film de sabre en costumes). Un pan du 7e Art japonais à connaître !

    En 1963, Kōzaburō Yoshimura 吉村 公三郎 a divinement mis en scène la non moins divinement belle Ayako Wakao 若尾文子 (oui, je suis amoureux !) dans "La Poupée en bambou d'Echizen". Poignant récit du naufrage d'un couple et de la libido d'un vétéran de 39-45.

    Dans "La Barrière de chair" (1964), Seijun Suzuki 鈴木 清順, qui n'avait peur d'aucune audace montre un Japon arasé par les bombardements US et livré à tous les trafics (clopes, drogue, bouffe, prostituées ...) avec une pellicule polychrome flamboyante !
    Mini-cycle Suzuki, puisque j'ai également visionné "Le Vagabond de Tokyo" (1966), mais j'ai été moins convaincu. Lino Ventura n'aurait pas été inutile dans ce film !

    Koreyoshi Kurahara 蔵原惟繕 se montre un peu moins inspiré (ou talentueux) que Suzuki avec son "Kuroi taiyō", dans lequel le jazz (que je ne supporte pas) prend une place bien trop prépondérante. Par contre, la dernière scène, d'une violence terrible, est exceptionnelle !

    Un petit film sur les origines des yakuzas avec "Waka oyabun" (1965), de Kazuo Ikehiro 池広一夫. On a tout de même droit aux "mafieux" japonais, mais ils étaient encore en kimonos !

    Hideo Gosha 五社 英雄, m'a ravi avec son "Sang du damné" (1966), que j'ai trouvé supérieur à un film équivalent (mais nettement plus connu) "Le Vagabond de Tokyo", dont j'ai parlé un peu plus haut.

    Un autre mini-cycle avec cette fois, 3 films de Kijū Yoshida 吉田 喜重 :
    - "Le Lac des femmes" (1966), une pure merveille féministe, sombre histoire de chantage à la photo coquine. Yoshida a juste 50 d'avance sur des pratiques très actuelles ...
    - "Passion ardente" (1967), m'a carrément moins plu, car l'aspect "Nouvelle Vague (Nūberu Bāgu ヌーベルバーグ)" -dont je ne raffole pas- est beaucoup trop présent à mon goût ...
    - "Amours dans la neige" (1968) doit énormément à Mariko Okada 岡田茉莉子, mais hélas pour Yoshida, Yasuzo Masumura était déjà passé sur thème équivalent en 1961 avec "Confessions d'une épouse" ...

    Tout autre univers avec le film de SF d'Hajime Satō, "Ōgon Bat" (1966), un super-héros à tête de mort dorée et portant cape, combattant les méchants. Très kitsch et savoureux !
    Pour continuer d'explorer la filmographie bisseuse de Satō, j'ai visionné "Goke, Body Snatcher from Hell" (1968). L'histoire est celle de rescapés d'un crash aérien, aux prises avec une entité surnaturelle et menaçante ... Toujours aussi kitsch !

    Avec son "Banquet" (1967), Heinosuke Gosho 五所 平之助 jette un rai de lumière sur un épisode méconnu de l'Histoire du Japon, le Coup d'Etat du 26 février 1936. Il utilise ce cadre historique confus pour placer un sublime récit d'amour, à verser quelques larmes ...

    Je terminerai ce cycle avec une pure merveille : "La Femme des neiges" (1968) de Tokuzō Tanaka. Adaptation inspirée, superbement esthétique du mythe traditionnel du spectre Yuki-onna. Tout est beau, tout est réussi dans cette merveille ...

    Info pour @djobaka @Ochazuke @ianov @moviesgeek @cath44 @bredele @elge ...
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • djobaka
    commentaire modéré @Torrebenn Formidable résumé qui allonge ma wishlist et qui plus est qui nous cultive. merci à toi !
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • cath44
    commentaire modéré @Torrebenn merci à toi pour cette liste ; quelques uns me tentent déjà beaucoup . Beau travail!
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • Arch_Stanton
    commentaire modéré @djobaka @cath44 Merci à vous ! C'est le seul partage qui m'attire désormais sur VK, alors profitez-en ! :D
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • bredele
    commentaire modéré @Torrebenn je prends bonne note de tout, mais j'ai beaucoup de difficultés à trouver les oeuvres
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • moviesgeek
    commentaire modéré le volume de films donne le tournis, je ne pense pas avoir assez d'une vie pour tous voir !
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • Arch_Stanton
    commentaire modéré @moviesgeek Moi non plus ... :D
    23 février 2019 Voir la discussion...
  • elge
    commentaire modéré Quel passeur ce @Torrebenn !!
    26 février 2019 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -