Sylvie Vartan

Actrice
Née à Iskretz le 15 août 1944
Connue pour...

Biographie de Sylvie Vartan

Sylvie George Vartan naquit dans une famille vivant à Iskretz, un village situé dans la chaîne du Grand Balkan (centre de la Bulgarie). Lorsque l'armée soviétique entra en Bulgarie, quelques mois après la naissance de Sylvie, la famille perdit sa maison (réquisitionnée) et dut s'installer à Sofia. Son père, Georges (1912-1970), était le fils du directeur de la Compagnie d'électricité, filiale d'une société française, et était lui-même attaché de presse à l'ambassade de France en Bulgarie. En 1936, il avait épousé Ilona Mayer (9 décembre 1914 - 28 juin 2007), fille de Rudolf Mayer, un architecte hongrois installé à Sofia avec sa famille. Un premier enfant - Edmond dit Eddie - leur était né le 5 septembre 1937.
Le tout premier rôle de Sylvie (à l'âge de six ans) au cinéma est celui, modeste, d'une écolière dans un film tourné par un ami de la famille sur l'époque où la Bulgarie vivait sous le joug ottoman. Cette expérience lui donne le goût du monde artistique et du spectacle.
La vie en Bulgarie devenant de plus en plus difficile, la famille décide d'émigrer au début des années 1950. C'est le grand-père de Sylvie, Robert, un francophile convaincu, qui leur conseille de partir pour Paris. Le temps d'obtenir les visas nécessaires, et Sylvie arrive à Paris en décembre 1952 avec ses parents et son frère Eddie, de sept ans son aîné.
L'adaptation sera assez difficile, les enfants ne parlant pas le français, contrairement à leur père. Mais les efforts déployés par Eddie et Sylvie pour réussir à l'école seront couronnés de succès - même si, des années plus tard, Sylvie quittera le lycée (Lycée Hélène-Boucher) deux mois avant de passer son bac, pour chanter en première partie de Gilbert Bécaud en tournée.
Elle épouse à Loconville (Oise) Jean-Philippe Smet, dit Johnny Hallyday, le 12 avril 1965, dont elle a le 14 août 1966 un fils David Hallyday. Famille d'artistes puisqu'elle est, par ailleurs, la tante de l'acteur Michael Vartan.
Le 11 avril 1968 alors qu'elle circule sur une départementale des Yvelines à hauteur de Bois-d'Arcy au volant d'une OSI, elle est percutée par une fourgonnette Peugeot 404. Sylvie est blessée au menton, au cou et a un bras cassé mais sa passagère, Mercédès, marraine de David, est tuée sur le coup et le conducteur de la 404 grièvement blessé.
Le 20 février 1970, Johnny et Sylvie prennent leur DS et s'apprêtent à aller chanter à Besançon, le couple est en retard, la route verglacée... Près de Belfort, la voiture dérape et plonge dans un fossé. Johnny en sort miraculeusement indemne, mais Sylvie est gravement blessée. Défigurée, elle doit alors partir six mois aux États-Unis et s'y faire opérer par l'un des meilleurs chirurgiens esthétiques du pays. Il lui rend son visage au bout de longues et multiples interventions.
Après un mariage en dents de scie, ponctué de collaborations artistiques (d'innombrables émissions de TV communes, des duos à succès et de nombreuses tournées en commun), le couple le plus célèbre des années 1960 divorce en novembre 1980.
Sylvie Vartan s'est remariée le 2 juin 1984 à Los Angeles avec le producteur américain Tony Scotti. Le couple a adopté une petite fille en Bulgarie : Darina (née en octobre 1997).
Par son fils David, Sylvie est grand-mère de trois petits-enfants: deux filles, Ilona (née en 1995) et Emma (née en 1997) ainsi qu'un garçon, Cameron, né en 2004.
Elle a été la meilleure amie de Carlos qui fut d'abord son secrétaire puis ensuite devenu chanteur, il a appris le métier à ses côtés.
Sur la proposition de son frère Eddie, Sylvie va enregistrer au printemps 1961 un duo avec Frankie Jordan Panne d'essence, suite au désistement de dernière minute de la chanteuse Gillian Hills. Ce premier succès lui permet de poursuivre une carrière en solo avec un premier 45 t fin 1961, Quand le film est triste.
Première chanteuse rock de sa génération, Sylvie Vartan fait ses premiers pas sur la scène de l'Olympia dès ses débuts, en 1961. Deux ans plus tard, Sylvie Vartan est tête d'affiche du concert de la Nation qui défraya alors tant la chronique.
Elle partage l'affiche de l'Olympia avec Trini Lopez et Les Beatles début 1964.
Sylvie a également chanté à l'Olympia avec Johnny Hallyday en 1967. C'est à partir de 1968 qu'elle devient meneuse de revue.
Pendant sa convalescence new-yorkaise de 1970, Sylvie suit de manière intensive les cours de Jojo Smith (le professeur de danse de Barbra Streisand). Son spectacle à l'Olympia la même année marque le début de ses shows « à l'américaine » qui constituent sa marque de fabrique. Ensuite, Sylvie s'est attaquée à des salles à la mesure de ses ambitions : le Palais des Congrès en 1975 et en 1977 (avec, chaque fois, des prolongations l'année suivante) puis - onze semaines durant - en 1983.
Sylvie a également chanté au Palais des sports en 1981 et en 1991 ainsi qu'au Parc des Princes en 1993 (pour les 50 ans de Johnny Hallyday).
Les années 1990 marquent le retour à des salles intimistes : le Casino de Paris en 1995 et l'Olympia en 1996 et en 1999, avant le retour au Palais des Congrès en 2004 et en 2008.
Que ce soit dans des grandes ou des petites salles, avec ou sans danseurs, ses spectacles bénéficient toujours de mises en scène impeccables : elle a notamment été dirigée par Arthur Plasschaert en 1968, Jojo Smith en 1970, Howard Jeffrey en 1972, Claude Thompson entre 1977 et 1984, Jerry Evans en 1991, Walter Painter (en 1975 puis entre 1995 et 2004) avant son époux Tony Scotti en 2008 et 2009-2010. Sylvie Vartan est toujours détentrice française du record en nombre de spectateurs l'ayant vu se produire sur les scènes du monde entier.
Depuis ses débuts, Sylvie n'a cessé de se produire et d'enregistrer régulièrement des albums originaux concoctés par des noms illustres ; parmi eux, Paul Anka, Charles Aznavour, Pierre Delanoë, Jean Renard, Jean-Loup Dabadie, Jean-Louis Murat, Marc Lavoine, Eric Chémouny, Richard Cocciante, Luc Plamondon, Etienne Daho.... Sur scène, elle chante en live Brel, Piaf, Ferré, Trenet, Nougaro... Rien ne l'arrête dans ses choix scéniques, car elle est avant tout une interprète bien qu'elle ait souvent prouvé qu'elle était aussi une performer.
Son agent de toujours est Charley Marouani et elle est, par ailleurs, représentée chez VMA par Maxime Delauney.
Elle retrouve l'Olympia en septembre 2009 où Johnny Hallyday la rejoint sur scène pour une interprétation de l'Hymne à l'amour et Non, je ne regrette rien d'Édith Piaf. Un triomphe qui se prolonge en 2010, sur cette scène et dans plusieurs ville d'Europe, pour celle qui désormais chante des textes plus intimistes prouvant ainsi à tous son grand talent d'interprète, loin des paillettes de ses shows démesurés aux chorégraphies échevelées. À noter une interprétation très personnelle et bouleversante de Mon enfance de son amie Barbara. Une tournée internationale suivra. Son nouvel album inédit s'intitule Toutes peines confondues. Il marque son retour chez son producteur d'origine RCA, il comprend des titres écrits par elle et un titre blues concocté par Carla Bruni Je chante le blues. Cet album est aussi signé, entre autres, par Marc Lavoine, Michel Jourdan, Frédéric Botton et Nathalie Rheims, Serge Lama et Alice Dona, ...
Elle prépare actuellement un nouvel album avec les participations de Julien Doré, Benjamin Biolay, Keren Ann, Etienne Daho, David Hallyday.... Passant par le théatre du Chatelet, une nouvelle tournée mondiale est prévu pour 2010-2011.
Dès 1963, Sylvie commence à se rendre régulièrement aux États-Unis où elle enregistrera à Nashville avec les musiciens et les choeurs d'Elvis Presley. Un album en anglais enregistré à New York sort en 1965. Deux autres albums américains sortiront : I don't want the night to end en 1979 et Made in USA en 1985 sans le succès escompté
Elle a également chanté devant la reine d'Angleterre en 1965 - dans le cadre d'une Royal Command Performance - et à Las Vegas sous le parrainage de Gene Kelly en 1982 et a ainsi été la première chanteuse Française, depuis Edith Piaf, a présenter son propre spectacle. Ces concerts furent également présentés en tournée à Los Angeles en 1983 et Atlantic City en 1984).
Elle a tourné un spot pour Coca-Cola au Japon en 1985.
Sylvie Vartan a chanté en 9 langues (français, anglais, allemand, espagnol, italien, japonais, nééerlandais, bulgare et portugais-brésilien) et s'est produite dans le monde entier (à l'exception de la Chine), que ce soit sur scène ou à la télévision. Elle a participé aux émissions américaines Hullabaloo, Shindig ou The Ed Sullivan show en 1965 et a animé pendant neuf semaines un show sur la RAI, intitulé Doppia Coppia, en 1969. Elle a renouvelé l'expérience en 1975 en animant huit émissions Punto e Basta aux côtés de Gino Bramieri. Elle a sorti deux albums en italien en 1969 et en 1975, ainsi qu'un album en espagnol en 1967.
Entre 1965 et 2008, Sylvie a présenté tous ses spectacles au Japon (fait rare : deux albums Live à Tokyo y ont d'ailleurs été édités en 1971 et en 1973).
En 1988, elle est invitée à chanter lors de la Cérémonie d'ouverture des Jeux Olympiques de Séoul.
1990 a marqué son premier retour dans sa Bulgarie natale avec un concert resté unique.
2009, Sylvie voit son retour scénique en Bulgarie pour un nouveau concert exceptionnel, ainsi qu'en Turquie.
L'une de ses chansons (Irrésistiblement) est en version playstation (Japon), fait rarissime pour une chanson française.
Sylvie Vartan a été la vedette de nombreuses émissions télévisées, la plupart signées Maritie et Gilbert Carpentier (telles Jolie poupée en 1968, un Sylvie Sacha Show en 1969, les Top à Sylvie Vartan diffusés en mai 1972, décembre 1972, juin 1973) mais aussi des émissions de Jean-Christophe Averty (1965, 1971), entre autres. Certaines étaient de véritables comédies musicales chorégraphiées « à la Demy » faisant chaque fois l'objet de disques : Je chante pour Swanee en 1974, Tout au fond des tiroirs en 1975 et Dancing Star en 1977.
En 1998, Sylvie renoue avec ce type d'émissions spéciales avec Irrésistiblement... Sylvie (sur France 2) puis Qu'est-ce qui fait rêver Sylvie ? en 2000, Au rythme du coeur en 2005 et "Tout le monde l'appelle Sylvie" (diffusion prévue sur France 3 à la rentrée 2010).
C'est la télévision qui a offert à Sylvie ses plus beaux duos avec Georges Brassens, Serge Gainsbourg, Jane Birkin, Mireille Darc, Sacha Distel, Charles Aznavour, Gilbert Bécaud, Henri Salvador, Mireille Mathieu, Marie-Paule Belle, Gérard Lenorman, Philippe Lavil, Nathalie Baye, Richard Cocciante, Arielle Dombasle, Roch Voisine, Liane Foly, Carlos, Jean-Jacques Debout, Chantal Goya, Paul Anka, Johnny Mathis, Petula Clark, Michel Sardou, George Chakiris, David Hallyday, Patricia Kaas, Alain Souchon, Isabelle Boulay, Francis Cabrel, Axelle Red, Étienne Daho, Françoise Hardy, Bonnie Tyler, Catherine Ringer, Amel Bent, etc.
La télévision lui a consacré plusieurs portraits : les plus notables sont le film de François Reichenbach (Mon amie Sylvie en 1972), le documentaire Sylvie sa vie sur Canal+ en 1994, "Les lumières du Music-Hall" sur la 5 en 1998, Entre l'ombre et la lumière sur France 3 en 2005 et "Nepoznatite" (ou "Reflections") réalisé par Georgi Toshev pour la télévision bulgare (TVB) en 2009.
Une émission lui étant consacrée, intitulée Tout le monde l'appelle Sylvie, est diffusée le 21 septembre 2010 sur France 3. L'émission se déroule sur un paquebot de croisière, et y sont interprétées, entre entres, ses chansons La plus belle pour aller danser, La Maritza, Mon Père, L'amour c'est comme une cigarette, Je chante pour Swanee, Par amour par pitié, en duo avec Étienne Daho, Françoise Hardy, Chantal Lauby, Laurent Gerra, Serge Lama, Dave, Jean-Jacques Debout, son fils David Hallyday, ainsi que de nombreux artistes de la nouvelle génération : Amel Bent, Sofia Essaïdi, Chris Garneau, Camélia Jordana, Mathilde et Marie-Amélie Seigner, Micky Green... L'émission se termine sur une interprétation de Syvlie Vartan de L'Albatros de Charles Baudelaire.
Pour la télévision, Sylvie s'est aussi illustrée en tant qu'actrice dans divers extraits de pièces de théâtre - aux côtés de Paul Meurisse, Lise Delamare (de la Comédie-Française), Jean-Claude Brialy ou Pierre Palmade - et dans un téléfilm fleuve adapté de Frédéric Dard et intitulé Mausolée pour une garce (2001).
Après les films musicaux des sixties et Patate avec Pierre Dux, Danielle Darrieux et Jean Marais, elle a figuré au générique du fascinant Malpertuis de Harry Kümel (festival de Cannes 1972). Mais c'est Jean-Claude Brisseau qui, avec L'Ange noir en 1994, lui offrira un rôle-titre à sa mesure.
Elle est l'artiste féminine française qui a totalisé le plus de « unes » des magazines : environ 2 000, devant Bardot et Deneuve. Elle est l'une des trois chanteuses françaises à avoir vendu plus de 40 millions de disques. Sa popularité dans le monde égale celle d'Edith Piaf Elle est aussi la chanteuse française qui a attiré le plus grand nombre de spectateurs, depuis 1961 jusqu'en 2008, se produisant autant en France qu'aux É.-U., Japon, Amérique du Sud, Italie, Canada, Turquie, Allemagne, etc. Elle a été à la tête d'une entreprise de prêt-à-porter (« Créations Sylvie Vartan ») entre 1965 et 1970 et d'écoles de danse à Paris et Tokyo (« Sylvie Vartan Studios ») de 1981 à 1988. Les "Créations Sylvie Vartan", ce sont des collaborateurs comme Carlos, Claude Pierre-Bloch (agent de Johnny Hallyday et Michel Sardou), la styliste Emmanuelle Khanh avec Jacques Rozenker à la production, le tout managé par Roland Berda, le père de Claude Berda.
Icône des années soixantes, star des soixante-dix, elle est devenue « culte », s'élevant au fil du temps au rare statut de légende vivante aussi bien en France qu'un peu partout à travers le monde. Pour preuve, son autobiographie sortie en 2004 qui fut écoulé à plus de 250 000 exemplaires. Consécration suprême pour ses 60 ans, le musée Galliera à Paris lui a consacré une exposition de près de six mois.
Elle a été promue officier de la Légion d'honneur le 1er janvier 2009, ainsi que chevalier des arts et des lettres, officier de l'ordre du mérite et fut aussi décorée chevalier de l'ordre du Madera par le président de la République Bulgare.
Selon Jean-Marie Périer, photographe culte des années 1960-70, Sylvie Vartan et Johnny Hallyday représentent à eux deux la réussite artistique parfaite de la chanson française et le couple le plus représentatif de ces années extrêmement prolifiques musicalement dans le monde du rock international. Sylvie et Johnny ont en effet durant cette période enregistré de nombreux titres à Nashville avec les musiciens et choristes d'Elvis Presley notamment.
Une compilation de titres rocks, grands succès et titres moins connus, vient de sortir en Angleterre (label RPM - 2009) et a fait l'objet de critiques élogieuses dans de nombreux journaux anglo-saxons et sur le net: Irrésistiblement Sylvie. Ces derniers la reconnaissent comme une authentique chanteuse rock de sa génération. Parmi les musiciens avec qui elle a travaillé : Mick Jones, formateur du groupe mythique Foreigner, et Tommy Brown qui lui ont écrit toute une série de titres.

Filmographie de Sylvie Vartan

  • 1
    Tu veux ou tu veux pas
    Taux de satisfaction de la communauté
    03%
    un film de Tonie Marshall
    Lambert, sex addict repenti, tente de se racheter une conduite en devenant… conseiller conjugal. Abstinent depuis plusieurs mois, la situation se complique lorsqu’il recrute une as...
    1h27
    Ma note :
  • 2
    Des gens qui s'embrassent
    Taux de satisfaction de la communauté
    01%
    un film de Danièle Thompson
    Ça tombe mal l’enterrement de la femme de Zef pendant que Roni marie sa fille ! Cet événement inattendu aggrave les conflits entre les deux frères que tout sépare déjà : métiers, f...
    1h40
    Ma note :
  • 3
    L'Ange noir
    Taux de satisfaction de la communauté
    55%
    (1994)
    Une femme a assassiné un homme chez elle. Elle est l'épouse d'un homme important et s'arrange pour faire croire à une tentative de viol, et ainsi légitimer son crime.
    1h39
    Ma note :
  • 4
    Absences répétées
    un film de Guy Gilles
    François travaille dans une banque au milieu d'une agitation permanente qui lui paraît stérile. Il a vingt-deux ans et rien ne semble l'intéresser en ce monde. Déçu par tout ce ...
    1h25
    Ma note :
  • 5
    Malpertuis
    Taux de satisfaction de la communauté
    63%
    (1971)
    un film de Harry Kumel
    Peu après son retour à terre, Yann, un jeune marin, part à la recherche de sa soeur. Il la retrouve à Malpertuis, la sinistre et mystérieuse demeure de son oncle Cassave. Celui-ci ...
    2h05
    Ma note :
  • 6
    Patate
    (1964)
    un film de Robert Thomas
    Patate est un film franco-italien de Robert Thomas, sorti en 1964.
    1h35
    Ma note :
  • 7
    Cherchez l'idole
    un film de Michel Boisrond
    Un homme vole des diamants à l'actrice Mylène Demongeot et les cache dans le coeur d'une guitare. Peu après, il apprend que l'instrument a été vendu a plusieurs chanteurs très popu...
    1h25
    Ma note :
  • 8
    D'où viens-tu Johnny ?
    un film de Noël Howard
    Johnny est un jeune Parisien au cœur pur, passionné de rock'n'roll. Le sous-sol d'un bar lui sert de salle de répétition avec ses musiciens, en échange de menus services rendus au ...
    1h40
    Ma note :
  • 9
    Just for Fun
    (1963)
    un film de Gordon Flemyng
    1h24
    Ma note :
  • 10
    Un Clair de lune à Maubeuge
    un film de Jean Chérasse
    Un chauffeur de taxi amateur de musique et amoureux de sa promise connait le succès en écrivant la chanson "Un clair de lune a Maubeuge" suite à sa victoire aux courses.
    1h46
    Ma note :

Avis sur les films de Sylvie Vartan

Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -