Gina Manès

Actrice
Née à Paris le 7 avril 1893, morte le 6 septembre 1989
Connue pour...

Biographie de Gina Manès

Fille d'un marchand de meubles du faubourg Saint-Antoine, elle épouse à l'âge de 16 ans un jeune styliste travaillant pour son père mais en divorcera peu de temps après. Attirée par la comédie, elle obtient des petits rôles au théâtre du Palais Royal, aux Capucines et aux Bouffes-Parisiens. Ballerine dans les revues de Rip, elle rencontre l'acteur et réalisateur René Navarre qui la persuade que sa photogénie éclatante la destine au cinéma et la recommande auprès de Louis Feuillade.
Devenue Gina Manès, elle débute dans Les Six Petits Coeurs des Six Petites Filles en 1916. Elle se produit encore sur les planches avant d'entamer sa véritable carrière cinématographique en 1919 avec L'Homme sans visage réalisé par Louis Feuillade. Elle accède à la notoriété, en 1923, grâce à Jean Epstein qui lui confie le rôle de la fille du gargotier de L'Auberge rouge avant d'en faire l'émouvante héroïne de Coeur Fidèle.
Elle tourne ensuite sous la direction de Germaine Dulac (Âme d'Artiste), Alberto Cavalcanti (Le Train sans Yeux). Par sa beauté troublante, son regard lourd et vénéneux et sa démarche féline, elle s'impose rapidement en séductrice ou en femme fatale et conquiert les titres de « vamp aux yeux d'émeraude » ou « Athéna au regard vert ».
En 1927, Abel Gance fait d'elle Joséphine de Beauharnais dans sa fresque historique Napoléon . « Gance venait de me voir dans Coeur fidèle qu'il avait beaucoup aimé. Il m'a demandé de faire un bout d'essai aux studios de Billancourt, affublée d'une chemise de nuit et de plusieurs rubans style Directoire. J'ai dû ensuite fredonner une chanson gaie, puis une goualante avant de m'entendre dire "Vous êtes la femme du rôle, votre sensibilité est celle de la créole historique" ».
L'année suivante, Jacques Feyder l'immortalise en une admirable Thérèse Raquin, film dont il ne reste malheureusement aucune copie. Les studios étrangers la sollicitent et Gina Manès tourne en Allemagne et en Suède notamment en 1928 dans La Sainte et son Fou, de Wilhelm Dieterle, et Ivresse d'après Strindberg réalisé par Gustav Molander. Mariée au jeune premier Georges Charlia, son partenaire dans Naples au Baiser de Feu et Le Train sans Yeux, elle forme avec lui un couple très en vue. L'arrivée du parlant n'altère pas sa popularité et elle remporte un grand succès commercial, en 1931, toujours en vamp avec Une belle garce.
À l'apogée de sa gloire, Gina Manès quitte la France en compagnie de son mari, Georges Charlia, pour diriger une cantine le long d'une piste routière à cent kilomètres de Marrakech. Ce séjour prolongé au Maroc lui porte préjudice. En effet lorsqu'elle revient en France après deux ans d'absence, Gina Manès a 40 ans et son statut de vedette a vacillé.
Producteurs et cinéastes l'ont un peu oubliée et de plus jeunes actrices, telles que Viviane Romance, Mireille Balin ou Ginette Leclerc convoitent déjà l'emploi de séductrice fatale qu'elle avait créé. Les rôles qui lui sont proposés ont diminué en importance et ne correspondent plus tout à fait à sa personnalité. L'ancienne gloire du muet doit désormais se contenter de défendre des compositions stéréotypées d'ardentes amoureuses délaissées prénommées Marinka (Mayerling), Gina (Les Loups entre eux), Olga (La Maison du Maltais) ou Maria (Le Récif de Corail) pour finir dame des lavabos (Les Caves du Majestic).
Attirée depuis toujours par le cirque, elle met au point un numéro de dressage de tigres qu'elle présente au Cirque d'hiver et à Medrano. Mais en novembre 1942, un fauve la blesse grièvement, interrompant net cette nouvelle activité. Séjournant de nouveau au Maroc pour les besoins du tournage de La Danseuse de Marrakech, en 1949, elle décide de s'y fixer et ouvre un cours d'art dramatique à Rabat. Elle y interprète deux courts métrages, École Foraine (1949) et Appel 17 (1952), mais, déçue, elle regagne la France en 1954 pour renouer difficilement avec le métier.
Tombée dans l'oubli, elle ne compose plus alors que de simples silhouettes. Gina Manès se tourne vers le théâtre et intègre la troupe du Grenier de Toulouse pour y tenir des rôles correspondant à son âge. Deux personnages, heureusement plus étoffés, celui de l'accorte patronne de café du Bonheur est pour demain et celui de la mamma corse tenant tête à Pierre Brasseur dans Pas de panique, lui permettent de clore dignement sa longue carrière cinématographique. Retirée dans une maison de retraite en 1972, Gina Manès y meurt à l'âge de 96 ans.

Filmographie de Gina Manès

  • 1
    Le Bonheur est pour demain
    un film de Henri Fabiani
    Alain a 20 ans d'âge mais est resté encore un adolescent, rêvant la vie plutôt que de la façonner lui-même. Après avoir quitté sa famille sur un coup de tête, il s'engage comme ouv...
    1h33
    Ma note :
  • 2
    Premier mai
    (1958)
    un film de Luis Saslavsky
    Jean Meunier profite du premier mai, jour férié, pour sortir. Il décide de se rendre au stade voisin. En chemin, il rencontre un homme, perdu de vue depuis plusieurs années. Celui-...
    1h25
    Ma note :
  • 3
    Le Bateau à soupe
    un film de Maurice Gleize
    Un vieux loup de mer permet a une malheureuse creature de s'embarquer pour aller voir les iles: la mutinerie ne tarde pas a gronder.
    1h45
    Ma note :
  • 4
    Le Récif de corail
    un film de Maurice Gleize
    Trott, traqué par la police pour un crime, s'enfuit en intégrant l'équipage d'un bateau. Il découvre au cours du voyage une île paradisiaque. Contraint et forcé de retourner en Aus...
    1h35
    Ma note :
  • 5
    La Maison du Maltais
    Taux de satisfaction de la communauté
    47%
    un film de Pierre Chenal
    La rencontre d'un aventurier et d'une aventurière dans le sud de la Tunisie.
    1h30
    Ma note :
  • 6
    Nostalgie
    (1938)
    un film de Viktor Tourjansky
    Ma note :
  • 7
    Mollenard capitaine corsaire
    un film de Robert Siodmak
    Mollenard, capitaine au long cours, trafiquant d'armes, revient à Dunkerque après avoir perdu son navire. Celui-ci a été saboté par Bonnerot, un autre trafiquant qui a voulu se ven...
    1h46
    Ma note :
  • 8
    Naples au baiser de feu
    un film de Augusto Genina
    Le Naples des années vingt dans toute sa splendeur éclatante et dans sa tragique condition sociale. Ce film fut condamné par la censure.
    1h23
    Ma note :
  • 9
    Mayerling
    Taux de satisfaction de la communauté
    41%
    (1936)
    un film de Anatole Litvak
    En 1888, en Autriche, l'archiduc Rodolphe, fils unique de l'empereur François-Joseph, est tenu à l'écart des affaires. Il se pose en champion de l'opposition libérale et s'attire l...
    1h41
    Ma note :
  • 10
    Divine
    (1935)
    un film de Max Ophüls
    Une fille de la campagne monte à Paris et entre dans un music hall de troisième ordre où elle va perdre ses illusions.
    1h22
    Ma note :

Avis sur les films de Gina Manès

Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -