Frantz
(2016)
un film de
71% Taux de satisfaction
Frantz Bande-annonce

Frantz

(2016)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 71%
  • 242 notes
  • 3,45 moyenne

Micro-critique star (cath44) :
cath44
(à propos de Frantz)
Sa note :
Frantz “ Inlassable tumulte des guerres où mentent les fantômes de l'absence. Du secret en héritage au poids du remords,s’espère la couleur du pardon ” — cath44 11 septembre 2016
15 commentaires
  • cath44
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Inlassable tumulte des guerres où mentent les fantômes de l'absence. Du secret en héritage au poids du remords,s’espère la couleur du pardon ” — cath44 11 septembre 2016
    15 commentaires
  • CyberSpace
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ De la réconciliation tumultueuse à la romance impossible, Ozon zèbre le deuil d'une couleur si humaine. Guerre et paix. Et amour (de l'Art). ” — CyberSpace 5 septembre 2016
    14 commentaires
    • Pompon
      commentaire modéré @CyberSpace @elge C'est marqué dans le générique de fin que le film est librement adapté du film de Lubitsch, "Broken Lullaby". Je viens de lire le synopsis de ce dernier et ça m'a l'air même plus que "librement" adapté.
      13 septembre 2016 Voir la discussion...
    • elge
      commentaire modéré @Pompon Ah ok...Merci ! J'hésitais à aller voir Frantz parce que j'avais beaucoup aimé le Lubitsch... mais s'il en est éloigné, alors je vais essayer d'y aller..
      13 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Pompon
      commentaire modéré @elge Je me suis mal fait comprendre, je disais que les deux histoires m'ont l'air d'être très similaires. Je n'ai pas vu le Lubitsch mais en lisant le synopsis sur Vodkaster j'ai émis l'hypothèse que les deux films sont semblables à quelques nuances près.

      A Paris, le 11 novembre 1919, premier anniversaire de l'Armistice de la Première Guerre mondiale. Paul Renard, un vétéran de la guerre, confesse à un prêtre qu'il a tué un soldat allemand durant le conflit, alors que ce dernier écrivait une lettre à sa famille. Malgré l'absolution religieuse, Renard, toujours accablé de remords part pour l'Allemagne pour retrouver la famille de l'homme qu'il a tué et se faire pardonner. Dans une petite ville allemande, le docteur Hölderlin et sa femme vivent avec Elsa, la fiancée inconsolable de Walter, leur fils tué à la guerre. Pour les villageois, la haine pour les Français est très grande, tenant ces derniers pour responsables de la mort de leurs fils. Alors qu'elle va fleurir la tombe de feu son fiancé, Elsa remarque un étranger en train de se recueillir sur la tombe de Walter. Il s'agit bien sûr de Renard. Le même jour, ce dernier rend finalement visite aux parents du défunt. Mais le père, apprenant que Renard est Français le chasse...
      13 septembre 2016 Voir la discussion...
  • ginlange
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Au delà des vestiges de la haine, réunion des cœurs aux travers des peines. Salutaire mensonge, vérité menaçante : la couleur des sentiments ” — ginlange 22 septembre 2016
    7 commentaires
    • Yohanes
      commentaire modéré J'en suis sûr, je suis amoureux du cinéma d'Ozon, je trouverais le temps d'aller le voir. D'accord, tu me diras ce que tu en as pensé alors :) @ginlange
      22 septembre 2016 Voir la discussion...
    • palelose
      commentaire modéré Magnifique mc mon gilou(comme d'habitude) malheuresement je ne peux pas le voir pour l'instant
      22 septembre 2016 Voir la discussion...
    • ginlange
      commentaire modéré @Yohanes Pas de soucis :) @papalelose Merci à toi :D Ah oui, il ne doit pas passer par chez toi c'est sûr !
      22 septembre 2016 Voir la discussion...
  • Theus
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Dans une construction en miroirs reflétant l'envie de vivre, Ozon cultive une douce ambiguïté où derrière le mensonge se dissimule le désir ” — Theus 8 septembre 2016
    1 commentaire
  • alexandremathis
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Ça faisait longtemps que je n'étais pas tombé amoureux au cinéma, Ça faisait longtemps que je n'avais pas pleuré aussi. Frantz, si beau. ” — alexandremathis 18 septembre 2016
    13 commentaires
  • Apocalypse12
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Poétique du mensonge, ce rêve pris sur le fait, cinéma du fil des jours : de la lumière pour nos douleurs, et de la grâce pour nos amours. ” — Apocalypse12 24 septembre 2016
    5 commentaires
  • ChrisBeney
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Il n'y a pas de cinéaste plus audacieux qu'Ozon en France, personne capable comme lui de rebooter son style à chaque film ” — ChrisBeney 3 septembre 2016
    Commenter
  • kuon
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Les nations infanticides pavent l'hâve avenir de grisâtres rancœurs. Un soupir est suspendu à l'abîme, exhumant la possibilité du bonheur. ” — kuon 21 octobre 2016
    8 commentaires
    • Apocalypse12
      commentaire modéré @kuon : Article passionnant auquel je souscris du premier au dernier mot, brillamment écrit de surcroît ! Je suivrai ton activité sur ce site de plus près à présent...
      24 octobre 2016 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @kuon bravo! passionnant et fort bien écrit .
      24 octobre 2016 Voir la discussion...
    • kuon
      commentaire modéré C'est super sympa, merci à vous deux :)
      25 octobre 2016 Voir la discussion...
  • WeOwnTheNight
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ D’une belle sobriété, l'humanisme trouble cultivé par 'Frantz' appelle à la réconciliation, entre paix du cœur et tumulte des sentiments. ” — WeOwnTheNight 13 novembre 2016
    3 commentaires
  • sgabedou
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Cher François Ozon, Je n'ai hélas pas de rose séchée à vous envoyer. Je me contenterai donc de vous féliciter pour votre film, très réussi. ” — sgabedou 7 septembre 2016
    1 commentaire
    • cath44
      commentaire modéré une jolie lettre ouverte à un réalisateur.....
      11 septembre 2016 Voir la discussion...
  • Springbank
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Quand on sombre dans la grisaille du deuil, le courage, c'est d'aller chercher la couleur dans la langue de l'Étranger. Ozon irradie. ” — Springbank 22 septembre 2016
    3 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré @Springbank décidément ce film suscite de superbes mots pour le dire .... ♥
      22 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Springbank
      commentaire modéré @cath44 Merci! J'ai remarqué que tu suivais assidument les mc de ce film, ce que je comprends! C'est aussi un coup de coeur pour moi. Je vais peu au cinéma en ce moment mais Frantz et Toni Erdmann ont déjà comblé mes désirs cinéphiliques pour le reste de l'année :)
      26 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Anaphor
      commentaire modéré Belle langue ;)
      26 septembre 2016 Voir la discussion...
  • Anaphor
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Écrin noir et blanc d'une pureté formelle éblouissante, où avec finesse et humanité, Ozon convoque l'amour pour mieux fustiger la guerre. ” — Anaphor 26 septembre 2016
    3 commentaires
  • fabs8
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ L'Allemagne et la France pleurent ses fils. Drame passionnel aux relents hitchcockiens, retour à la vie résigné d'une amertume bouleversante ” — fabs8 12 septembre 2016
    2 commentaires
  • Thib27
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Vivre dans le mensonge ou savoir l'accepter : une élégance comme on n'en fait plus, une esthétique remarquable et deux interprètes parfaits. ” — Thib27 7 septembre 2016
    Commenter
  • A_Nos_Amours
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ F. est moins une étape qu'un aboutissement pour Ozon, arrivé à une forme de maturité de ses tourments récurrents, transcendés dans l'épure. ” — A_Nos_Amours 13 septembre 2016
    3 commentaires
  • Anna_K
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Ozon se joue de nous avec ses flashbacks sophistiqués, jusqu'au twist final soigneusement coloré : du romantisme tragique des jeunes filles. ” — Anna_K 30 septembre 2016
    2 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré @Anna _K joliment dit ...
      30 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @cath44 Merci ! Tu es toujours très bon public avec moi. Cela n'a rien à voir avec les sommets que tu atteins. Beaucoup de belles choses ayant été dites, j'essaie, avec ma vision de tourteau, de trouver un autre angle d'attaque.
      30 septembre 2016 Voir la discussion...
  • Hal9000
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Personnages finement dessinés, lumière sublime : tout ici respire l’intelligence. Et comme l'impression de revoir Romy Schneider. Somptueux. ” — Hal9000 19 septembre 2016
    1 commentaire
    • cath44
      commentaire modéré ah pour Romy, c'est une belle comparaison!
      19 septembre 2016 Voir la discussion...
  • Cinemaniac
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Il manque dans cette tragédie amoureuse l'étrangeté et la passion propres au cinéma d'Ozon. Aussi beau que creux. Frantzement dézevant ! ” — Cinemaniac 12 septembre 2016
    1 commentaire
    • cath44
      commentaire modéré oh quel dommage, moi qui ai été si touchée par ce film ...
      12 septembre 2016 Voir la discussion...
  • HollyM
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Résurrection hitchcockienne d’un amour perdu, Frantz nous transporte au delà de l’Histoire dans un paradis aux couleurs passé(es). Immense. ” — HollyM 21 septembre 2016
    6 commentaires
    • HollyM
      commentaire modéré @elge Je pense à Vertigo et l'obsession nécrophile du héros de faire renaître l'être perdu qui le hante. Dans Frantz, on a le point de vue d'Anna, qui projette ses souvenirs en couleur jusqu'à confondre ses sentiments pour les deux garçons (qui eux même flirtent avec une amitié ambiguë). On a donc un triangle amoureux fantasmé où le mensonge se substitue au désir.
      Sans parler de l'atmosphère générale du film, tout en élégance et sobriété, qui emprunte aussi à Hitchcock.
      23 septembre 2016 Voir la discussion...
    • elge
      commentaire modéré @HollyM ok... j'ai pensé à "Les 2 anglaises et le continent" comme triangle amoureux, avec cette idée des mensonges qui bâtissent, cette impossibilité d'aller au bout des désirs, du coup donnant l'impression qu'ils passent directement de l'enfance à la vieillesse...
      23 septembre 2016 Voir la discussion...
    • HollyM
      commentaire modéré @elge Bien vu ! C'est vrai que l'influence de Truffaut n'est jamais loin chez Ozon
      23 septembre 2016 Voir la discussion...
  • bigkevin
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Film brillant, noir clinquant. Le temps torture les êtres... ” — bigkevin 21 octobre 2016
    Commenter
  • PumpUpTheJam
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Une esthétique parfaite pour un récit superficiel. Qu'importe, l'histoire d'amour est si belle. Du Ozon studieux, frigide certes, mais joli. ” — PumpUpTheJam 26 août 2016
    Commenter
  • Kikuchiyo
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ L'artificielle réconciliation glisse ici vers une lumineuse reconstruction par l'art. Par le "remake", Ozon se condense et se transcende. ” — Kikuchiyo 11 juillet 2016
    1 commentaire
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré N.B. : le film est une adaptation libre et magnifique du BROKEN LULLABY d'Ernst Lubitsch, lui-même adapté d'une pièce de Maurice Rostand.
      11 juillet 2016 Voir la discussion...
  • spider19
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Le passé est douloureux, mais Ozon sait le calmer et nous entrainer dans une féérie où les couleurs dansent et meurent subitement. ” — spider19 25 septembre 2016
    Commenter
  • Airone
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Arcs narratifs surlignés, choix formels surannés, écriture au rabais : cette violonade poussiéreuse ne nous épargne rien. Rance. ” — Airone 29 septembre 2016
    4 commentaires
    • Airone
      commentaire modéré Héhé, désolé mais je ne pouvais qu'être radical, cette séance -qui m'a semblé durer une éternité- ne m'ayant rien procuré d'autre que des rires nerveux. C'est franchement mièvre et, par delà les clichés, formellement réactionnaire.
      29 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Airone
      commentaire modéré Je n'en attendais pourtant pas grand-chose, mais Ozon se complaît dans un académisme éculé où toutes les idées, tous les enjeux qu'il déploie se dissolvent dans un phrasé excessivement lourd et tristement creux.
      29 septembre 2016 Voir la discussion...
    • Airone
      commentaire modéré Bref, ça se veut romanesque en ne l'étant jamais tant cette emphase digne d'un bouquin de gare sape chaque scène qui pourrait plus ou moins fonctionner. Sans compter sur la faiblesse des ressorts scénaristiques que cette mise en scène sans saveur (qui évoque un très mauvais Haneke) ne parvient évidemment pas à sauver. Si je ne me censurais pas, je dirais que c'est la meilleure comédie d'Ozon.
      29 septembre 2016 Voir la discussion...
  • ColinVDS
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Ozon est de ces orfèvres qui pousse chacune des idées au bout. Frantz est d'une intelligence rare, un vrai beau mélo pudique et sincère. ” — ColinVDS 29 septembre 2016
    1 commentaire
  • coustongeoffrey
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Frantz, grand absent, imprègne chaque plan portés par des acteurs solaires illuminant un scénario gris et froid pour mieux le sublimer. ” — coustongeoffrey 24 octobre 2016
    2 commentaires
  • Thomas44
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Avec un point de vue original, Ozon ravive la flamme d'un soldat dans le coeur de ses proches. Une palette d'émotions finement maîtrisée. ” — Thomas44 18 octobre 2016
    1 commentaire
  • Thomaschry
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Sur papier glacé, Ozon filme un mélo pacifiste où chaque "fausse piste" est vraiment fausse, où chaque idée est académique et poussiéreuse. ” — Thomaschry 12 juillet 2016
    Commenter
  • Overtime
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Une esthétique et un choix de contexte classique et simple mais ici tout est dans le subtile, le pervers. ” — Overtime 7 octobre 2016
    Commenter
  • TaoChess
    (à propos de Frantz)
    Sa note :
    Frantz “ Chez Frantz, le vieux monde est déjà mort et le nouveau ne fait pas long feu. Un clair-obscur tout en nuances d'où ne surgit que le néant. ” — TaoChess 11 septembre 2016
    2 commentaires
    • Sleeper
      commentaire modéré (the) néant dément
      11 septembre 2016 Voir la discussion...
    • TaoChess
      commentaire modéré En revenant sur ce film, je réalise que je n'ai pas du tout cru à cette fin... Avec son utilisation précieuse de la couleur, Ozon injecte une telle ambiguïté que j'ai vu dans la fin l'exact opposé de ce qu'on en dit. Je m'attendais à ce qu'elle soit en couleur, et l'inconnu qu'elle rencontre m'est apparu comme une vision irréelle d'un Pierre Niney plus jeune. En clair j'ai compris que Paula Beer s'était suicidée, j'ai pas du tout cru à sa dernière réplique....
      23 septembre 2016 Voir la discussion...
Vodkaster © 2007-2016 - Tous droits réservés - 2 
Qui sommes-nous ? - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Vodkaster recrute ! - Mentions légales -