La Villa
(2017)
un film de
Satisfaction communauté 62%
La Villa Bande-annonce

La Villa

(2017)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 62%
  • 901 notes
  • 237 veulent le voir

Micro-critique star (mikebrando) :
mikebrando
(à propos de La Villa)
Sa note :
La Villa “ Un film dont les maladresses n'empêchent pas une profonde beauté de rayonner, comme souvent, avec la fidèle bande de Guédiguian. ” — mikebrando 6 octobre 2017
3 commentaires
  • cath44
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Rives de l’intime où entre torpeur et espoir se recompose la famille.Dans l'empreinte mélancolique du deuil, s'ouvrir à l’autre et à la vie. ” — cath44 13 décembre 2017
    10 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Merci pour cette réaction. Je crois que Guédiguian lui même est "pris au piège" que j'évoque. Mais son film est effectivement significatif !
      22 décembre 2017 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @Vilaboa je suis désolée de ne pas avoir répondu. Merci de ce commentaire très intéressant
      22 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré @cath44 C'est effectivement ce que j'ai ressenti et qui fait, à mon avis, que le film est un bon miroir de notre temps ! Merci à toi.
      22 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Anna_K
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Une caméra un peu pataude pour des destins non réalisés, des flashs de paradis perdu, et puis un écho qui vous projette dans l'avenir. Ouf ! ” — Anna_K 9 décembre 2017
    9 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré @bredele Il est vrai que Guédiguian revisite à peu près les mêmes thèmes (sauf à mon sens dans le très beau "Voyage en Arménie") mais c'est après tout le cas de beaucoup de créateurs marquants -y compris en littérature- ce qui crée un climat que l'on aime (ou pas). Vaut il mieux la sincérité, ou faut-il vouloir "créer la surprise" à tout prix ?
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @Vilaboa L'écho, c'est celui du pont qui renvoie les trois adultes déconfits à leur enfance, qui les soude à nouveau, qui fait tourner la tête au père sur son fauteuil de mourant, enfin qui déclenche la parole chez les deux petits qui nomment leur sœur. Quoi que l'on pense des ressorts du film, c'est un des plus jolis moments, un moment où il y a enfin un peu d'oxygène qui circule. Retrouver qui l'on a été pour rebondir, cela me plait bien. Pour ce qui est des deux trentenaires qui partent à Londres, il est vrai que Guédiguian est sévère avec eux, en cela fidèle au climat actuel qui stigmatise les entrepreneurs, comme si ceux-ci ne créaient pas d'emplois.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Totalement d'accord avec ta vision du pont ! Je n'avais pas vu cette scène sous cet angle et ta remarque est enrichissante, merci beaucoup ! Concernant "les deux trentenaires", comme tu les appelles, Guédiguian ne me paraît pas "sévère" envers eux mais seulement réaliste : ils sont représentatifs d'un état d'esprit répandu... La parole de la jeune fille ne voyant dans la beauté des calanques "qu'un tas d'or à exploiter" (je la cite précisément) est typique à cet égard. Quant au fait de partir à Londres, cela reflète la mentalité "mercenaire" de certains (pas tous) chefs d'entrepeises, alors que la justification finale de leur activité à mes yeux est de contribuer à la prospérité et à la puissance de leur peuple d'appartenance...
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Airone
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Tout tient ici dans la parole, dans ce monde qu'elle habite en poète. Car "on cherche tous une vision", et tant pis pour les gens fatigués. ” — Airone 7 décembre 2017
    9 commentaires
  • mikebrando
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Un film dont les maladresses n'empêchent pas une profonde beauté de rayonner, comme souvent, avec la fidèle bande de Guédiguian. ” — mikebrando 6 octobre 2017
    3 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui, mais pessimisme absolu sur un monde en voie de disparition : celui d'un peuple enraciné, communautaire et porteur de valeurs non marchandes, en cours de remplacement par les "jeunes" du film, qui ne voient dans le spectacle des calanques qu'un "tas d'or" à exploiter (comme dit la jeune fille) tandis que son compère le jeune homme veut s'installer à Londres pour "payer moins de charges sociales"... C'est tout un programme...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • mikebrando
      commentaire modéré @Vilaboa la descrıptıon d'une vıolence culturelle n'est pas nouvelle chez ce cinéaste. Par contre, l'apparition des enfants dans "la villa" est une invitation à lever la tête, à se prendre en main. Donc pas de pessimisme absolu selon moi.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Ce n'est peut-être même plus une "violence culturelle" tant une idéologie dominante est toujours perçue comme "évidente" par (presque) tous... Le Système est par ailleurs ravi que d'anciens militants politiques renoncent au projet de "changer la société" (ce qu'on appelait la "révolution") pour se consacrer à la "morale" (aide humanitaire aux migrants) comme faisaient les œuvres de charité chrétienne au XIXème siècle... En outre, ces migrants constitueront de la main d'œuvre à bon marché... Le Capital gagne sur tous les tableaux !
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
  • elge
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ L’utopie du passé se heurte au quotidien alourdi comme au conatus Spinoziste. Mais l’illusion résiste comme un soleil froid sur la mer. ” — elge 4 décembre 2017
    3 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Je crois que "l'illusion" ne résiste pas : le film, d'un pessimisme absolu, montre bien, au travers des "jeunes" (sauf le pêcheur) que l'avenir est à la marchandisation complète du monde : la jeune fille parle des calanques comme "un tas d'or" à exploiter, et son jeune ami va s'installer à Londres pour "payer moins de charges sociales". Tout est dit...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • elge
      commentaire modéré @Vilaboa mais le dernier mouvement de tête face à la mer...
      26 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Peut-être...
      27 décembre 2017 Voir la discussion...
  • A_Nos_Amours
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Tout est "tant mieux" dans cet élan de jeunesse et de générosité de Guediguian: la charge émotionnelle et l'économie narrative pour l'amener ” — A_Nos_Amours 2 décembre 2017
    3 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré "Générosité" oui, en revanche la "jeunesse" montrée par le film est plutôt sinistre et centrée sur le culte du fric (pour la jeune fille, les calanques sont "un tas d'or à exploiter" et, son nouvel ami s'apprête à filer à Londres pour "payer moins de charges sociales")...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • A_Nos_Amours
      commentaire modéré @Vilaboa Je ne parle pas des personnages - évidemment ce que tu soulignes est juste - mais bien de la jeunesse dans la réalisation, dans la façon qu'a Guédiguian de poser les bases avec si peu de mots et de plans, et de dérouler de fil de son intrigue avec une telle économie narrative. Ca faisait longtemps quand même qu'on n'avait pas vu cela chez lui, hormis dans LES NEIGES DU KILIMANDJARO. Autrement, il nous avait habitué à de la lourdeur...
      18 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré D'accord, bien compris. Merci pour cette remarque qui touche à la construction du film, qui est juste et que je n'ai pas lue ailleurs.
      18 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Nathanlemec
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Un balcon sur la mer pour contempler le temps des regrets. Ensemble c’est tout, et ainsi va la vie. ” — Nathanlemec 1 décembre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui, regrets sur un monde qui s'achève, celui d'un peuple pour lequel générosité et convivialité valaient mieux que les règles du marché auxquelles adhérent avec enthousiasme les "jeunes" du film (pêcheur excepté).
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Buster
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Très segmenté, pas toujours dans la mesure, La Villa séduit par la quiétude relative qu'elle distille, avec des acteurs au jeu inégal ” — Buster 3 octobre 2017
    7 commentaires
    • Buster
      commentaire modéré @Anna_K Je me suis posé la question... Après, c'est juste une hypothèse, je ne dis pas que c'est ce qu'a voulu dire Guédiguian pour clore son film.Ne me prête pas de mauvaise intention. ;)
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @Buster Ce ne serait pas une mauvaise intention, cela me semble juste aller un peu loin, mais bon, je ne connais pas assez le réalisateur pour trancher. Par ailleurs, je chipoterais bien un peu sur ta formule "séduit par la quiétude relative", j'irais plutôt vers "le film finit par nous attacher par un huit clos oppressant", qui s'allège vers la fin.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Buster
      commentaire modéré @Anna_K Oui, c'est peut-être un peu fantaisiste. Pour ma part, le film ne m'est pas devenu attachant au fur et à mesure. Le côté roue libre de Guédiguian, un peu ronflant même, m'a rappelé ses anciens films, que j'ai beaucoup aimés. J'aurais peut-être dû insister sur la déception occasionnée par l'aspect défraîchi, bordélique de l'ensemble, par la désillusion et l'amertume qui traverse le film. Le fait d'avoir voulu aborder de nombreux sujets pêle-mêle, fin de vie, accueil des migrants, nostalgie du temps passé, jeunes loups arrogants, relations familiales complexes, etc.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Les souvenirs d’hier répandent leur nostalgie‚ mais l'écho des enfants-réfugiés dans les calanques souffle d'un air marin rempli d'espoir... ” — georges.b1 8 décembre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré C'est vrai, le drame étant que c'est la dernière voie que peuvent emprunter les "vieux" pour sembler rester fidèles à leur idéal (il n'est plus question pour eux de changer la société) or, même là ils sont piégés, dans la mesure où le capital international rêve lui aussi de "frontières ouvertes", pour de tout autres raisons bien sûr...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Kikuchiyo
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Ce film-somme apaisé exalte la lumière du présent mais célèbre aussi la mémoire, celle de l'œuvre du cinéaste, d'une incomparable cohérence. ” — Kikuchiyo 4 décembre 2017
    3 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Est-il vraiment "apaisé" ? Guédiguian tire -tristement- un trait sur son idéal ! Dans son film, seuls les "vieux" restent attachés au "peuple" qui était le leur : traditionnel à sa manière dans sa générosité et son esprit communautaire, tandis que les "jeunes" (donc l'avenir) baignent, naturellement dans l'esprit mercantile de la société néo-libérale (à l'exception du pêcheur) : pour eux, les calanques sont "un tas d'or" à exploiter (le jeune fille) et il faut aller à Londres pour "payer moins de charges sociales" (le jeune homme). C'est tout un programme...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré @Vilaboa C'est vrai, Guédiguian questionne plus que jamais ce fossé générationnel sur le plan des idées. Mais n'oublions pas le dernier acte où la volonté de protéger, d'accueillir et de partager une douleur met tous les personnages au pied du mur et est partagée par tous. Comme si le cinéaste voulait dire qu'il faut un grand drame humain - les flux migratoires qui ne feront que s'accroître dans les 50 prochaines années - pour mettre tout homme face à des responsabilités qu'il ne peut oublier.
      18 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Sans vouloir être trop pessimiste, on pourrait aussi interpréter cela comme une autre forme de l'abandon par les "vieux" de leur idéal. Je m'explique : ils ont renoncé à leur volonté de transformer la société et se donnent désormais bonne conscience par une orientation "morale" (l'aide aux migrants) comme au XIXème siècle les tenants de la charité chrétienne qui venaient en aide aux ouvriers sans bien sûr vouloir modifier leur situation sur le fond... Cela n'a jamais gêné le Système. Et aujourd'hui moins que jamais : le Capital rêve de frontières ouvertes (voir les positions du MEDEF ou des patrons de la Silicon Valley), car les migrants sont pour lui l'assurance d'un afflux de main d'œuvre à bon marché... Même sur ce plan, nos sympathiques ex-militants se retrouvent piégés !
      18 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Gnothi_seauton
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Mélancolie d'un père, solitude d'une progéniture, les calanques figent le souvenir d'un passé révolu. Un appel trouvant écho au grand large. ” — Gnothi_seauton 24 janvier 2018
    Commenter
  • Sanium
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Dis papy, tu vas bien ? ... Oh, un train. Tiens, un joli poisson. Que faire ? Ranger la forêt. Et sinon papy, comment ç... Zzz Zzz. L'enfer. ” — Sanium 11 décembre 2017
    6 commentaires
    • Sanium
      commentaire modéré Ouais bah je suis d'accord aussi haha. Mais je me suis teeeellement ennuyé que je me venge avec cette MC toute pétée. Bem.
      11 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Le problème, c'est que les "papys" que tu trouves si ennuyeux étaient porteurs de valeurs, tandis que les "jeunes" du film (donc l'avenir) ne pensent qu'au fric et à la rentabilité : la jeune fille ne voit dans les calanques qu'un "tas d'or" à exploiter tandis que son nouveau copain va partir à Londres pour "payer moins de charges sociales"... Tout un programme...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Sanium
      commentaire modéré @Vilaboa Faut pas se méprendre, je trouve les jeunes aussi ennuyeux que les vieux dans ce film. Les thèmes abordés sont pas mauvais en soi, je trouve ça juste terriblement mal rythmé, c'est tout. Et bien souvent mal joué, au passage.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
  • spider19
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ La maison de retraite. ” — spider19 6 décembre 2017
    2 commentaires
    • LaKinopitheque
      commentaire modéré outch !
      8 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui, mais peuplée de gens porteurs de valeurs ! La jeune génération apparaît ici bien sombre (comme l'avenir qu'elle porte) : la jeune fille ne voit dans la beauté des calanques qu'un "tas d'or" à exploiter, tandis que son ami va aller à Londres pour "payer moins de charges sociales"... Beau programme ! Vive les retraités !
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • fancine
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Déchirant d'humanité ” — fancine 29 novembre 2017
    2 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré Et aussi de tristesse... Les porteurs de valeurs sont des vieux nostalgiques (sauf le pêcheur) et les jeunes ne rêvent que de fric...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré Si "l'humanité" te parle, tu seras peut-être sensible à "Le pigeon" de Mario Monicelli (1958)
      6 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Vilaboa
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ La fin d'un monde : l'idéal porté par des "vieux" nostalgiques tandis que les "jeunes" (sauf un pêcheur isolé) ne pensent qu'à l'argent... ” — Vilaboa 16 décembre 2017
    3 commentaires
    • Anna_K
      commentaire modéré On n'est pas obligé de se reconnaître dans la grille de Guédiguan.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Le problème est qu'elle me paraît au global très réaliste...
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Anna_K
      commentaire modéré @Vilaboa Je n'ai pas la nostalgie de ceux qui ont pu dire : "Il vaut mieux avoir tort avec Sartre que raison avec Aron".
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
  • MMaestracci
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Economie d'effets et finesse pour laisser affleurer une belle émotion sincère, dans un cadre idyllique et presque préservé des tourments... ” — MMaestracci 11 décembre 2017
    Commenter
  • MaLilou31
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Quel bonheur de retrouver la bande à Guédiguian, dans ce film magnifique d'humanité ” — MaLilou31 17 décembre 2017
    Commenter
  • Bakou9
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ A l'inverse de la détestable culture doudou, la tendresse de Guédiguian pour un imaginaire prolétaire disparu est sain. Après, le film, bof. ” — Bakou9 1 décembre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Tu as raison de dire qu'il a disparu. A sa suite, le culte du fric absolu comme en témoignent les "jeunes" du film (pêcheur excepté)...
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • nnb
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ La très belle lumière de la calanque sur le lumineux visage d'Ariane Ascaride : un film typique du cinéaste, nostalgique et en espérance ! ” — nnb 26 janvier 2018
    Commenter
  • Miyamoto
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Ce petit film sur la famille nous apprend une chose ; le communisme, aujourd'hui, est un projet de société à l'état végétatif. ” — Miyamoto 14 décembre 2017
    3 commentaires
    • Vilaboa
      commentaire modéré C'est vrai, et on peut ne pas le regretter. Le problème étant qu'il est remplacé par la société marchande planétaire, modèle absolu de médiocrité et d'injustices.
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Miyamoto
      commentaire modéré Cela dit, je pense que la société marchande a le génie (peut être maléfique) d'ingurgiter même les colères en sein pour les recracher et les revendre aux révoltés. Quand à la médiocrité chaque génération pense cela précédente.
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
    • Vilaboa
      commentaire modéré Exactement, mais ce n'est pas "maléfique", ce qui donnerait à ce fait une dimension surhumaine. C'est tout simplement lié à la capacité (peut-être "géniale" effectivement) du Système de tout transformer en objet (de consommation) et de savoir se nourrir de ses propres déchets ou contestations comme tu le dis... A propos de la "médiocrité" attribuée par moi à ce type de société, il est vrai que ce jugement, toujours contestable, suppose une vision de l'homme. Mais il ne faut pas simplement relier celle-ci à la nostalgie de "l'avant". On peut raisonnablement estimer que les figures (périmées ?) du chevalier, du combattant, du citoyen, du militant politique, du saint, de l'humanitaire, du pionnier défricheur ou autre (ceux qui "donnent" ou "se donnent"), semblent "supérieures" (je mets volontairement des guillemets) au consommateur exigeant poussant son caddie dans un supermarché (et ne sachant que "prendre", si possible au meilleur prix)... Mais c'est un choix esthétique donc indémontrable même s'il est fait sans regret du passé !
      17 décembre 2017 Voir la discussion...
  • JZed
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Les calanques m'ont toujours laissé un goût amer dans la bouche. ” — JZed 30 août 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui, ici c'est l'amertume de la défaite : le triomphe de la société marchande (voir, mis à part le pêcheur, l'attitude des jeunes du film)
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Thomaschry
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Le ton suranné place LV sous une chape de plomb qui, étrangement, à la faveur d'une archive et d'une fin radieuse, abrite une grande émotion ” — Thomaschry 1 décembre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré La fin n'est pas "radieuse". Les porteurs de valeurs sont tous des vieux, sauf le pêcheur. Les jeunes, enfants dociles de la société marchande, ne rêvent que de fric (voir les comportements de la jeune fille et de son nouvel ami).
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • Cath69400
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Guédiguian dans son univers favori,une calanque,scène de théâtre où se joue la fin d'une époque collective mais aussi l’espoir en l’humanité ” — Cath69400 23 décembre 2017
    Commenter
  • LeBlogDuCinema
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Guédiguian, avec ses positions fermes et sa mise en scène fine, filme le retour à la vie d’une fratrie. ” — LeBlogDuCinema 3 décembre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Oui, tandis que s'effondre autour d'elle tous ses idéaux et que les jeunes du film (donc l'avenir), sauf le pêcheur, ne rêvent que de fric (voir les déclarations de la jeune fille et de son nouvel ami)
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • ecotone
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Mélancolie en Méditerranée quand une fratrie se retrouve autour du père malade. Guédiguian raconte la vie, dure et douce à la fois. Un régal ” — ecotone 6 janvier 2018
    Commenter
  • zglub215
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Coincés entre souvenirs et déclamations les personnages manquent d'espace pour exister, et le film tarde à développer ses belles idées ” — zglub215 23 novembre 2017
    Commenter
  • mariemarie2
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Ceux qui aiment Guediguian ne seront pas déçus, rien de nouveau sous le soleil, mais un très joli film à savourer. ” — mariemarie2 30 octobre 2017
    1 commentaire
    • Vilaboa
      commentaire modéré Plus de pessimisme que jamais : son monde s'effondre, représenté par de vieux nostalgiques (le pêcheur excepté) tandis que les jeunes ne rêvent que de société marchande (voir les propos de la jeune fille et de son nouvel ami).
      16 décembre 2017 Voir la discussion...
  • JopaElleul
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Robert Guédiguian nous présente un film émouvant. Les paysages sont splendides, notamment le décors de la Calanque de Niolon. ” — JopaElleul 21 décembre 2017
    3 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré Fabriqué dans quels studios ?
      21 décembre 2017 Voir la discussion...
    • JopaElleul
      commentaire modéré Fabriqué naturellement par Dame Nature
      21 décembre 2017 Voir la discussion...
    • JopaElleul
      commentaire modéré En fait je m'aperçois qu'il s'agit de la Calanque de Méjean et non celle de Niolon.
      5 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Jud
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ Guédiguian continue, mine de rien, de faire de grands petits films. La villa, nostalgique et désabusée, disperse ses cendres dans la mer. ” — Jud 21 décembre 2017
    Commenter
  • fredp
    (à propos de La Villa)
    Sa note :
    La Villa “ ça parle sans cesse mais c'est beau comme le muet, à ciel ouvert un théâtre beau et triste, dans la lumière d'hiver un rêve amer très gai. ” — fredp 8 février 2018
    Commenter

Casting de La Villa

Infos sur La Villa

Réalisé par Robert Guédiguian
Écrit par Robert Guédiguian


France - 1h47
Sortie le 29 novembre 2017

Synopsis

Dans une calanque près de Marseille, au creux de l’hiver, Angèle, Joseph et Armand, se rassemblent autour de leur père vieillissant. C’est le moment pour eux de mesurer ce qu’ils ont conservé de l’idéal qu’il leur a transmis, du monde de fraternité qu’il avait bâti dans ce lieu magique, autour d’un restaurant ouvrier dont Armand, le fils ainé, continue de s’occuper. Lorsque de nouveaux arrivants venus de la mer vont bouleverser leurs réflexions…

Films similaires à La Villa

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -