Y Télérama aime beaucoup
Alice et le maire
(2019)
un film de
Télérama aime beaucoup Y
Satisfaction communauté 48%
Alice et le maire

Alice et le maire

(2019)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 48%
  • 21 notes
  • 11 veulent le voir

Micro-critique star (sudroxaz) :
sudroxaz
(à propos de Alice et le maire)
Sa note :
Alice et le maire “ Intellectualiser pour redistribuer le capital des Gaules. Idéologie, doux verbiage. Mourir pour des idées, c'est bien beau mais lesquelles ? ” — sudroxaz 4 juillet 2019
1 commentaire
  • sudroxaz
    (à propos de Alice et le maire)
    Sa note :
    Alice et le maire “ Intellectualiser pour redistribuer le capital des Gaules. Idéologie, doux verbiage. Mourir pour des idées, c'est bien beau mais lesquelles ? ” — sudroxaz 4 juillet 2019
    1 commentaire
    • sudroxaz
      commentaire modéré Difficile de parler de ce film... Je développerais si jamais ça en intéresse.
      4 juillet 2019 Voir la discussion...
  • PharaonDeWinter
    (à propos de Alice et le maire)
    Sa note :
    Alice et le maire “ Pensé comme un pas de deux dialectique sophistiqué, AELM s'enduit d'un vernis d'intrigues enjôleuses pour choyer son petit théâtre cynique. ” — PharaonDeWinter 11 juin 2019
    2 commentaires
    • A_Nos_Amours
      commentaire modéré Je suis en désaccord complet avec toi : le cynisme était à portée de main, si facile de s'y plonger pour nous rappeler, comme on doit tous se douter, que la politique c'est de la merde. Ça l'est. Et Pariser ne manque pas bien sûr de montrer toute les futilités de cette grande scène technocratique qui ne pense plus et ne propose rien de connecté à la vie ordinaire. Mais c'est par un pas de côté, en regardant et en suivant de près ses deux personnages intimement liés, si magnifiquement interprétés, qu'il déjoue le simplisme de la représentation du corps politique. Je vois dans ce film énormément d'humain, d'attention au regard mutuel qui n'a de cesse d'élever et Alice, et le maire. Une telle entreprise est tout sauf cynique. Et tous les à-côté, avec un joli nombre de personnages secondaires dont aucun n'est posé là au hasard mais tous ont leur intrigue propre et soignée, c'est aussi quelque chose qui enrichit un constat global sans jamais verser dans la critique facile et vide d'un système : la jeune directrice de cabinet, robotique au possible, n'est jamais oubliée, et le regard qu'on lui porte ne pousse jamais à vouloir la maudire, bien au contraire elle se révèle étonnamment touchante - elle n'a juste aucun recul sur la situation, elle baigne dedans ; le personnage de l'artiste est fabuleux, et sa fin bouleversante (et pour le coup si réaliste je trouve, malgré la grandiloquence du truc qui a pu à tord faire rire certains spectateurs dans la salle quand j'ai découvert le film! C'est tout à fait plausible). Le film n'a pas prétention à apporter de grandes réponses politiques, plutôt des réponses humaines. C'est par cela qu'il s'apparente plus au conte (et que la référence à Rohmer est de mise, qui plus est avec cette fois-ci Luchini pour supplanter Pascal Grégory tout en en faisant un personnage opposé au maire de l'époque). C'est un film vraiment lumineux, et trop ample pour un simple petit théâtre. Voilà, bisous ♥
      31 juillet 2019 Voir la discussion...
    • PharaonDeWinter
      commentaire modéré Ouch, le pavé du mois d'août ! Héhé. Tu le défends bien, trop bien pour que je puisse répondre avec mon souvenir de la projo cannoise bien émoussé. Je me rappelle quand même de deux belles scènes : devant l'Opéra de Lyon, où il organise le ballet des personnages comme si tournoyaient des fantômes autour de Demoustier, renvoyant à Nosferatu et au vampirisme du monde politique.
      L'autre c'est évidemment le plan séquence de l'écriture du discours entre Demoustier et Lucchini, très beaux, surtout parce que j'avais l'impression que pour la première fois, les acteurs avaient la place de jouer et à incarner leurs personnages dans une profondeur et une sensibilité que le reste du film, très écrit, ne leur permettait pas.
      J'avais quand même la sensation tenace d'être devant une galerie de modèles, chacun bien cloitrés dans leur rôle (le maire, la directrice de cabinet, le libraire nostalgique, l'artiste contemporaine engagée...) qui venaient s'accumuler dans le film comme pour cerner la relation centrale et camoufler un peu le film, presque par diversion.
      Je me souviens aussi d'une vacuité assez pénible des dialogues, qui semblaient faire très intelligents mais s'avérés être de beaux effets de manche.
      C'est un peu flou, mais j'avais déjà pas beaucoup aimé Le Grand Jeu à sa sortie. Et puis depuis, je suis tombé amoureux de Maud Wyler avec Perdrix, donc tout va bien !
      2 août 2019 Voir la discussion...
  • rom50
    (à propos de Alice et le maire)
    Sa note :
    Alice et le maire “ Le paradoxe en politique, c'est ce temps toujours compté alors que celui disponible est rempli d'idées frivoles, bonnes à flatter les égos ” — rom50 4 juillet 2019
    Commenter
  • A_Nos_Amours
    (à propos de Alice et le maire)
    Sa note :
    Alice et le maire “ Au cœur d'une ruche inepte, loin de toute aigreur facile, NP soigne par réconfort mutuel ce regard croisé, à demi mort, sur la vie ordinaire ” — A_Nos_Amours 31 juillet 2019
    Commenter

Casting de Alice et le maire

Infos sur Alice et le maire

Réalisé par Nicolas Pariser
Écrit par Nicolas Pariser


France - 1h43 - Comédie, Drame
Sortie le 2 octobre 2019

Synopsis

Le maire de Lyon, Paul Théraneau, va mal. Il n’a plus une seule idée. Après trente ans de vie politique, il se sent complètement vide. Pour remédier à ce problème, on décide de lui adjoindre une jeune et brillante philosophe, Alice Heimann. Un dialogue se noue, qui rapproche Alice et le maire et ébranle leurs certitudes. Peu à peu, une question se pose : la pensée et la pratique politique sont-elles compatibles ?

Films similaires à Alice et le maire

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2019 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -