Y Télérama aime beaucoup
Satisfaction communauté 63%
L'Opéra

L'Opéra

(2017)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 63%
  • 282 notes
  • 79 veulent le voir

Micro-critique star (zephsk) :
zephsk
(à propos de L'Opéra)
Sa note :
L'Opéra “ On pense à Wiseman et aux Enfants du Paradis : scrutateurs devant le fleuve qui s’écoule, admiratifs devant le chœur qui bat. ” — zephsk 30 mars 2017
3 commentaires
  • zephsk
    (à propos de L'Opéra)
    Sa note :
    L'Opéra “ On pense à Wiseman et aux Enfants du Paradis : scrutateurs devant le fleuve qui s’écoule, admiratifs devant le chœur qui bat. ” — zephsk 30 mars 2017
    3 commentaires
    • itachi
      commentaire modéré Quand tu dis qu'on pense à Wiseman, tu penses plutôt à Die Hard 4 ou à Underworld 2 ?
      30 mars 2017 Voir la discussion...
    • DaleCoop
      commentaire modéré C'est vrai que la question se pose.
      Serait-ce une sorte de Birdman avec John McClane ?
      30 mars 2017 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré @itachi Underworld bien sûr
      30 mars 2017 Voir la discussion...
  • Kikuchiyo
    (à propos de L'Opéra)
    Sa note :
    L'Opéra “ Les petits gestes et les grandes questions des serviteurs de l'Art, saisis avec malice et tendresse, bouleversent quant le réel s'assombrit. ” — Kikuchiyo 14 mars 2017
    2 commentaires
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré Ce bijou est notamment une merveille de montage.
      Pour en avoir une trace quelque part, je pose ici mon amour incommensurable pour un raccord en particulier dans le film, le plus beau que j'aie vu depuis longtemps, qui m'ait autant frappé par sa grandeur...
      Les images couvrent la saison 2015-2016 de l'Opéra de Paris, et cela fait bizarre de les voir déjà montées, de retracer de manière synthétique une période si fraîche dans nos esprits. Évidemment, il y a donc le 13 novembre 2015.
      Jean-Stéphane Bron montre le discours simple, digne et combatif du Directeur de l'Opéra Stéphane Lissner sur scène : tristesse, recueillement, solidarité, nécessité impérieuse de l'art. CUT. Filmée en gros plan et en mouvement, une danseuse étoile s'extirpe des ténèbres de la coulisse et s'élance sur la scène. La caméra suit son mouvement avec une fluidité parfaite. On tremble d'émotion, littéralement. Le raccord est d'une poésie absolue en réponse à l'horreur. On pense à la dernière danse d'AU-DELÀ DES MONTAGNES de Jia Zhang-ke, à celle qui fait suite au désastre, celle qui porte en elle à la fois tout le poids des douleurs vécues et, en même temps, une petite foi en un ailleurs meilleur, en un après.
      La photographie est si belle qu'on a presque l'impression que les pixels de couleur luttent contre le noir, forcent sur l'image pour exister, pour réinvestir l'écran de lumière et de gaité. On suit cette danseuse en travelling arrière comme une Marianne post-13 novembre. C'est un geste de montage et de filmage d'une ampleur folle dans ce qu'il touche en nous d'émotion, de ces moments qui signent la puissance propre du cinéma : images en mouvement, collage des images entre elles.
      14 mars 2017 Voir la discussion...
    • Trojan
      commentaire modéré @Kikuchiyo Une bien belle analyse pour un beau film. Indéniablement, ce post-13 novembre du point de vue de l'Opéra est sublime (j'aurais aimé l'hymne tout de même), malgré ce vieux qui ronflait à côté de moi (probablement un terroriste latent). Un des films de l'année.
      16 avril 2017 Voir la discussion...
  • jolafrite
    (à propos de L'Opéra)
    Sa note :
    L'Opéra “ Depuis les coulisses, Bron rend hommage à une institution déconnectée, dont le projet fou est de continuer à faire rêver coûte que coûte. ” — jolafrite 12 mars 2017
    5 commentaires
    • zephsk
      commentaire modéré @jolafrite Le prix des places : tu sais combien coûte un opéra ? Justement, c'est ça qui est passionnant : comment dans cette espèce de monde clos, apparemment fermé sur lui-même toutes les thématiques qui sourdent à l'extérieur se propagent à la manière d'ondes. "The show must go on" : oui, le vie c'est du théâtre. Film essentiel
      30 mars 2017 Voir la discussion...
    • jolafrite
      commentaire modéré @zephsk C'est aussi ce qui m'intéresse beaucoup dans le film. Je suis moins convaincu que toi par le "show must go on" et mes héros dans la vie ne sont pas vraiment des artistes mais je trouvais que le film posait un regard très bienveillant (voir carrément séduit) sur ce qui pourrait vite me paraître ridicule. Bien joué!
      30 mars 2017 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré Eh bien pour moi les seuls véritables héros, ce sont ceux qui façonnent le beau. il y en a d'autres !
      30 mars 2017 Voir la discussion...
Télérama © 2007-2021 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité - Paramétrer les cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -