Y Télérama aime beaucoup
Portrait de la jeune fille en feu
(2019)
un film de
Télérama aime beaucoup Y
Satisfaction communauté 83%
Portrait de la jeune fille en feu Bande-annonce

Portrait de la jeune fille en feu

(2019)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 83%
  • 582 notes
  • 166 veulent le voir

Micro-critique star (sudroxaz) :
sudroxaz
Sa note :
Portrait de la jeune fille en feu “ Se retourner vers l'Eurydice qui vous hèle ? Le choix de poétesses, le choix du souvenir. Concerto estival d'un amour immortalisé au fusain. ” — sudroxaz 3 juillet 2019
14 commentaires
  • sudroxaz
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Se retourner vers l'Eurydice qui vous hèle ? Le choix de poétesses, le choix du souvenir. Concerto estival d'un amour immortalisé au fusain. ” — sudroxaz 3 juillet 2019
    14 commentaires
    • sudroxaz
      commentaire modéré @lekid Cherbourg est une belle ville de cinéma, car elle avait programmé une AVP pendant la semaine du cinéma. Si j'avais été déçu par l'AVP de "Alice et le maire", ce Portrait de la jeune fille en feu m'avait réellement "bouleversé". Pendant le récit figurent deux scènes dont on peut présager l'importance : celle de la lecture du mythe d'Orphée et celle de la musique de chambre, concerto de Vivaldi joué au clavecin. Et ces deux scènes sont sublimées dans le final qui leur fait écho.
      22 septembre 2019 Voir la discussion...
    • lekid
      commentaire modéré @sudroxaz Cherbourg a beaucoup de qualités ! Quant à ce film, une pure beauté. J'ai trouvé l'interprétation remarquable et certaines scènes (autour du feu et la scène finale entre autres) sont bouleversantes.
      23 septembre 2019 Voir la discussion...
    • sudroxaz
      commentaire modéré Revu aujourd'hui, donc exactement 3 mois jour pour jour après la première fois. Ce qui me frappe, à la redécouverte, c'est comme le film prend son temps pour nous emmener dans un feu d'artifice final. Il sème des indices qui trouveront tous leurs échos dans les 15 dernières minutes. Se souvenir ferait donc du bien, se souvenir rendrait heureux et laisserait le sourire aux lèvres. Bien que les larmes de mélancolie surgissent toujours les premières, "la mélancolie, c'est le bonheur d'être triste", ce bonheur d'avoir un souvenir que rien ni personne ne pourra nous enlever. Alors, "ne regrettez pas, souvenez-vous" et ne faîtes pas le choix de l'amoureux, faîtes le choix du poète :)
      3 octobre 2019 Voir la discussion...
  • CinemAtrium
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Telle éprise qui croyait peindre. ” — CinemAtrium 24 septembre 2019
    8 commentaires
  • Fildevo
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Un tableau d’une élégance et d’une classe folles : la force des images nous brûle les yeux et la puissance de cet amour enflamme nos coeurs. ” — Fildevo 12 août 2019
    20 commentaires
    • raspoutine001
      commentaire modéré Elles furent connues de leur vivant mais ensuite on les a vite évacuées. Je m'aperçois dans les musées qu'elles sont plus nombreuses qu'on ne croit mais l'impasse est faite sur leurs œuvres car nous sommes toujours dans une société patriacarle. Voir le beau film PAULA de Christian Schwochow sur la peintre Paula Becker
      19 septembre 2019 Voir la discussion...
    • Fildevo
      commentaire modéré @raspoutine001 "Paula" est effectivement un bon condensé des différents obstacles rencontrés par les femmes pour pouvoir exercer leur art comme elles l'entendent. Par contre, le film était malheureusement très académique, contrairement à ses peintures
      20 septembre 2019 Voir la discussion...
    • Fildevo
      commentaire modéré https://twitter.com/.../1175064583096217602
      22 septembre 2019 Voir la discussion...
  • cath44
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Du regard par où la lumière s’incarne, le pinceau révèle le visage de l’amour et la brûlure du souvenir. Eurydice est sortie des ténèbres. ” — cath44 25 septembre 2019
    9 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré @LaKinopitheque Il y a longtemps que je n’ai pas relu le mythe mais Eurydice incarne la femme aimée décédée dont le héros doit faire le deuil. Elle est vouée à disparaître : perdue une première fois, mordue par un serpent, et lorsqu’i descend dans les Enfers pour aller chercher Eurydice, il obtient grâce à son chant la possibilité de retrouver son épouse mais à une condition : elle devra le suivre durant toute la remontée des Enfers tant qu’il ne jettera pas un regard en arrière pour la regarder … Orphée en est le récit du cheminement du deuil…Et comme il se retourne , il perd Eurydice pour la seconde (et dernière) fois. Il la reperd…C’est de cette façon que le mythe, se lie à la question de la perte et du deuil. En perdant une deuxième fois Eurydice, la séparation des vivants et des morts est radicale et totale.
      2 octobre 2019 Voir la discussion...
    • LaKinopitheque
      commentaire modéré Encore une fois : bien sûr ! J'ai gardé à l'esprit le mythe (j'ai toujours Cocteau en tête) et pourtant ce mot essentiel m'avait échappé. Il n'y a pas mort de personne dans le film de Sciamma, seulement d'une relation, mais cette fin n'en demeure pas moins une fin.
      2 octobre 2019 Voir la discussion...
    • bremmo76
      commentaire modéré Il faut Vraiment arrêter la masturbation intellectuelle,
      21 avril 2020 Voir la discussion...
  • LaKinopitheque
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ L'été d'une relation en un presto magnifique, aussitôt embaumé et l'art préféré au reste, le tout dans un film profondément moderne. ” — LaKinopitheque 9 septembre 2019
    11 commentaires
  • WeOwnTheNight
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Film-tableau intensément pictural qui se livre à la combustion progressive de ses plans par ces deux regards qui se cherchent, contre tous. ” — WeOwnTheNight 4 septembre 2019
    8 commentaires
    • iszbel
      commentaire modéré J’ajoute encore : une véritable œuvre d’art .. échappant à son auteure mais en disant long.
      25 septembre 2019 Voir la discussion...
    • lekid
      commentaire modéré @WeOwnTheNight C'est sûr qu'il faut plus de temps pour entrer dans un film lorsqu'on ne le prend pas dès le générique. Le début installe les personnages et garde avec elles une certaine distance. Puis on rentre dans leur histoire, leurs émotions, leur relation et la force monte. J'ai trouvé aussi une ou deux longueurs mais le film est si fort et si beau que je lui ai pardonné !
      25 septembre 2019 Voir la discussion...
    • veroniquevergnau
      commentaire modéré @iszbel Suis d'accord avec vous sur la "froideur", avec le recul d'un jour, je dirais plutôt : émotion contenue dans les scènes qui s'apparentent à des tableaux. Le formalisme, le parti-pris des plans séquences sans liant entre eux, contient, retient, circonscrit l'émotion. Et pourtant il émane plus tard quelque chose. Ces apparitions de femmes blanches comme des hologrammes mémoriels m'ont frappée. En résumé, je vois un film trop scénarisé, une émotion trop intellectualisée, une volonté de charger d'indices, d'informations les scènes. Je pense à la scène d'avortement, la jeune domestique couchée auprès d'un bébé, ensuite la représentation de cette scène... Allégorie de la représentation qu'elle soit de cinéma ou de peinture, mais un peu pesante à mon goût...
      6 octobre 2019 Voir la discussion...
  • bredele
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Trajet de l'étincelle dans un monde de femmes, du regard de la découverte à celui de la création jusqu'à la flamme du souvenir. ” — bredele 20 mai 2020
    7 commentaires
  • Gnothi_seauton
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Condamnées à être libres, ces femmes du siècle des Lumières choisissent le regret, car l'impérissable souvenir vivifie la passion altérable. ” — Gnothi_seauton 19 septembre 2019
    4 commentaires
  • lekid
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ D'une caresse du regard, le visage de l'aimée s'esquisse. Par les mots, l’échange se fait colère, douceur ou regret. Portrait d'un souvenir. ” — lekid 22 septembre 2019
    2 commentaires
  • Theus
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Céline Sciamma peint la naissance du sentiment amoureux à l'intérieur de ce corset de mort où la joie enflamme ” — Theus 17 septembre 2019
    Commenter
  • Kikuchiyo
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Regard, sensualité et création fusionnent dans ce sublime film d’amour à combustion lente et gracieuse, où les possibles sont hors du temps. ” — Kikuchiyo 1 juillet 2019
    4 commentaires
  • zephsk
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Cinéma, portrait : révérer ce qui dans la pulsion scopique et mortifère substitue à l'amour lui-même le souvenir poétique de la chose aimée. ” — zephsk 9 septembre 2019
    Commenter
  • ianov
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Nature vive et pinceau incendiaire en la maison de poupée, qu'un juste regard fauve et les sauve, qu’enfin le corps exulte sous le fusain ! ” — ianov 26 septembre 2019
    1 commentaire
    • ianov
      commentaire modéré @sudroxaz ; Tu me demandes mon avis, alors que dire sinon que Céline Sciamma signe là une pièce maîtresse..
      26 septembre 2019 Voir la discussion...
  • tylerd1477
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Dans un écrin sublime, C.S. fait monter un désir parfois spectral, trop empesé en questionnant l'art et son inspiration. ” — tylerd1477 29 mars 2020
    Commenter
  • elge
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Ressemblance. Un portrait peut ressembler à ce qu’il peint. Un film ne ressemble jamais à ce qu’il filme. La beauté change avec la lumière. ” — elge 23 septembre 2019
    1 commentaire
    • elge
      commentaire modéré Parmi les multiples thèmes que le film esquisse, féminisme, avortement, bourgeoisie (de la fin du 18ème siècle), l'amour impossible, la peinture qui capture la vérité (ou non), c'est ce dernier qui m'a le plus touché, les autres étant verrouillé dans un scénario sans danger. La ressemblance, c'est comme la vraisemblance, c'est un faux problème de cinéma. La ressemblance ce n'est pas une captation de la vérité. C'est un gel. Le cinéma capte la vérité dans la lumière qui rend Noémie et Adèle follement belles pendant ne serait-ce qu'une seconde...
      23 septembre 2019 Voir la discussion...
  • Anaphor
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Passion amoureuse entre dévotion et désespoir, Portrait de la jeune fille en feu est d'une précision, d'une grâce et d'une poésie folle. ” — Anaphor 25 mai 2019
    1 commentaire
  • MFlorian38
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Couleurs pastel, horizon de toiles romantiques. Épître gestuelle, d'où réveillent les flammes des chagrins, adulation. Souvenance orphéenne. ” — MFlorian38 24 mai 2020
    Commenter
  • Cine7Inne
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Sentir le poids du désir qui vous hèle, s'embraser d'un regard salvateur et succomber au goût passionnel de ces sens qui vous émerveillent. ” — Cine7Inne 2 avril 2020
    5 commentaires
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Cine7Inne Bah ça va mon vieux et toi ? Quand tu me demandes dernier film qui m'a mis une claque tu sous entend sur la mise en scène ? ou sur le scénario ? ou sur le film en lui-même qui m'a réellement scotché car je ne pensais pas que le film prendrait ce chemin ?
      11 mai 2020 Voir la discussion...
    • Cine7Inne
      commentaire modéré @Joe_Shelby Ca va ! De différentes façons oui ! Un film qui marque un genre, qui est la cerise sur la pièce montée d'un réal, d'un film dont tu te souviendras encore dans 10 ans !
      11 mai 2020 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Cine7Inne Si je reprends tous les films vus au cinéma l'an passé et cette demi-année, Parasite de Bong Joon-Ho ressort comme une sacrée réussite de mise en scène, scénaristiquement proche de la perfection, jouant d'énormément de codifications et sous lectures (même si mon préféré du réal (sa cerise sur le gâteau) sera toujours Memories of Murder pour moi).
      Dans les films vus récemment je dois t'avouer que j'ai adoré Réalité de Quentin Dupieux, pourtant je ne suis pas fan de son cinéma absurde d'ordinaire, mais je trouve qu'avec Réalité il a réalisé une pièce de maître comme satire à l'industrie du cinéma, de la télévision abrutissant les masses populaires, de la place progressivement perdu des choix des réalisateurs dans la conception d'un film, et une critique très acerbe de la place trop importante de nos "attentes" envers une oeuvre artisitique qui lui donne une dimension méta et triviale. Plein de mises en abyme pour un film loin d'être aussi con ou absurde qu'il le prétend (bon en gros j'ai adoré ;) )
      11 mai 2020 Voir la discussion...
  • Thomas44
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Sciamma nous confie sa merveilleuse esquisse d'une passion naturelle, humaine et séculaire mais recouverte par la couche du conformisme. ” — Thomas44 4 juillet 2019
    3 commentaires
    • chloeeee
      commentaire modéré Quelle chance de l'avoir vu en avp. Y'a t il encore des avant première à Paris ?
      5 juillet 2019 Voir la discussion...
    • Thomas44
      commentaire modéré Je ne sais pas pour Paris.. Je l'ai vu à Nantes, en ouverture du festival CinéPride. Agréablement surpris par la beauté du film :)
      10 juillet 2019 Voir la discussion...
    • LaKinopitheque
      commentaire modéré Tu as trouvé la passion décrite conformiste ?
      9 septembre 2019 Voir la discussion...
  • Giant
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ À l’abri des regards et au regard d’un abri, s’opposent l’incandescence du corps à la reconnaissance des cœurs. ” — Giant 4 février 2020
    3 commentaires
  • Sushi_Overdose
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Naissance du désir, rapports entre l'artiste et son sujet, esquisse d'une vie plus libre pour les femmes : Céline Sciamma en état de grâce. ” — Sushi_Overdose 3 juin 2019
    Commenter
  • PharaonDeWinter
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ La rigidité académique du PJFF, éreintante, contredit le vitalisme revendiqué : l'emphase mélodramatique n'est que poussiéreuse et exsangue. ” — PharaonDeWinter 18 juin 2019
    8 commentaires
  • KingPanda
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Le frisson de sa peau, la lèvre tremblante, les yeux colères devant l'abîme de sa vie mais ses mains sont les mots du poème de son destin ” — KingPanda 8 juillet 2020
    1 commentaire
    • KingPanda
      commentaire modéré En arrière plan, les superbes falaises de la Côte Sauvage de Quiberon.
      Beauté simple de la nature en colère.
      8 juillet 2020 Voir la discussion...
  • NTosic
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Le spectateur n'oubliera pas ce film car Claire Mathon lui a offert une belle photographie. ” — NTosic 24 mai 2020
    2 commentaires
    • bredele
      commentaire modéré mon seul regret le vert de la robe...
      24 mai 2020 Voir la discussion...
    • NTosic
      commentaire modéré @bredele haha... On peut dire que ça tranche avec le reste du cadre, une manière de souligner qu'on ne voit plus que cette fille, le focus amoureux au moment où elle la peint ! Mais bon.
      24 mai 2020 Voir la discussion...
  • TheJackRanger
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Sur les lèvres s'esquisse une expression timide, que le désir embrase, contre vents et marées. La pellicule, telle une toile, subjugue. ” — TheJackRanger 21 octobre 2019
    Commenter
  • fabs8
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ L'homme apparaît peu ici, pourtant l'ombre de sa suprématie noue chaque destin. La passion, hors du temps, nourrit le souvenir. Douloureux. ” — fabs8 22 septembre 2019
    Commenter
  • Jujulcactus
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Dans son tableau tout feu tout femme, d'un glorieux romantisme, les regards donnent l'état des combustions intimes. Bouleversante peinture. ” — Jujulcactus 14 août 2019
    2 commentaires
  • Sanium
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Call Me By Your Paint. ” — Sanium 25 mai 2019
    Commenter
  • rom50
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ J'entends ceux qui vocifèrent après ce film fémisien, après un léger ennui, mais ce feu me happe si longtemps qu'il achève de me consumer ” — rom50 17 octobre 2019
    Commenter
  • Arnotte
    Sa note :
    Portrait de la jeune fille en feu “ Sciamma rime plus que jamais avec Cinéma. Son plus beau film est un mélo lumineux et déchirant, fait de regard, d’art et d’amour. Somptueux. ” — Arnotte 4 juillet 2019
    Commenter

Casting de Portrait de la jeune fille en feu

Infos sur Portrait de la jeune fille en feu

Réalisé par Céline Sciamma
Écrit par Céline Sciamma


France - 1h59 - Drame
Sortie le 18 septembre 2019

Synopsis

1770. Marianne est peintre et doit réaliser le portrait de mariage d’Héloïse, une jeune femme qui vient de quitter le couvent. Héloïse résiste à son destin d’épouse en refusant de poser. Marianne va devoir la peindre en secret. Introduite auprès d’elle en tant que dame de compagnie, elle la regarde.

Films similaires à Portrait de la jeune fille en feu

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -