Le prix de la vulvarité

L'affiche des Infidèles peut-elle coûter l'Oscar à Jean Dujardin ?

buzz promo | Par Julien Di Giacomo | le 2 Février 2012 à 17h17

Et boum ! La campagne d'affichage du film Les Infidèles, avec Gilles Lellouche et Jean Dujardin, vient de se prendre un gros coup de « censure » dans les roustons. Cet évènement pourrait-il coûter son Oscar potentiel au nouveau frenchouchou des médias américains ?

Ces fameuses affiches, très laides et ouvertement misogynes devraient en effet être retirées dès demain par JC Decaux suite à des plaintes reçues par l'ARPP. Ça aurait pu n'être qu'un joli coup de pub pour la distribution du film, mais il est possible que la polémique enfle outre-Atlantique au point de mettre en danger l'Oscar qui tend les bras à Jean Dujardin.

On le sait, les votants de l'Académie des Oscars sont une bande de vieux croûtons frileux, surtout dès qu'il est question de décence et de politiquement correct. Pis encore, ils ont déjà pu prouver à de nombreuses occasions que leur jugement concernant la prestation d'un acteur ou d'une actrice était hautement influencée par leur lecture de la presse people. Pour gagner un Oscar, il faut non seulement être doué dans ce qu'on fait, mais également avoir un comportement irréprochable hors-écran. Rude. Très récemment, Brett Ratner a pu constater qu'on ne plaisantait pas avec la cérémonie la plus lisse du monde? Il devait être producteur de la cérémonie et, une blague homophobe plus tard, le voilà hors-jeu. On peut même arguer que si son comparse Eddie Murphy s'est vu privé de son Oscar pour DreamGirls en 2007, c'est en partie parce que sa belle grosse bouse Norbit était sortie un mois avant la cérémonie, et que son aura néfaste a influencé les votants?

On se souvient également de cette tragique anecdote qui eut lieu en 1990 et qu'il convient de qualifier de « Point Gégé des Oscars », alors que notre grandiose Gérard Depardieu national était nommé pour l'Oscar du meilleur acteur. La récompense aurait couronné sa magnifique performance (mais ne le sont-elles pas toujours ?) dans le Cyrano de Bergerac de Jean-Paul Rappeneau. Seulement, dans les semaines qui précèdent la cérémonie, voilà que tombe un article du Time ressortant une vieille interview de Depardieu dans laquelle il parle des tournantes qui avaient lieu à Châteauroux durant son enfance. Traduits (intentionnellement ? #ThéorieDuComplot) de manière incorrecte, ses propos deviennent l'aveu d'un viol auquel il aurait lui-même participé à l'âge de 9 ans. C'est débile ? Oui. N'empêche que le scandale est resté, et que l'Oscar lui a échappé. Ironiquement, Jean Dujardin est cette année le premier français nommé pour la prestigieuse distinction depuis Depardieu, et le voilà à son tour éclaboussé par une affaire tout aussi scabreuse? et tout aussi fumeuse.

Evidemment, comme on pouvait le prévoir, la polémique atteint déjà des proportions internationales, puisque le Guardian vient de relayer la polémique autour de l'histoire des affiches, se lançant même dans une allusion glissante à l'affaire DSK? Et même si le journal est anglais, il ne mettra pas bien longtemps à arriver de l'autre côté de l'Atlantique, avivant le brasier anti-The Artist qu'avait déjà tenté de provoquer Kim Novak. Les affaires de censure des affiches atteignent ces derniers temps en France des proportions assez alarmantes, avec la censure il y a quelques années d'une affiche pourtant féministe faisant la promotion du dernier album de Damien Saez, puis cette histoire ridicule dans laquelle les posters promotionnels de Underworld 4 se voient déplacardés de la ville de Marseille parce qu'on peut y voir? une arme à feu. Dommage, car une fois de temps en temps, un brin de censure peut être une bonne opé commerciale. Mais pas cette fois-ci, car on en est à se demander si le Duj pâtira ou non de cette malheureuse mésaventure, où s'il parviendra à réagir envers et contre tout avec grâce et bon goût? Réponse d'ici la fin du mois.

Mise à jour 03/02 à 00:33 : relative mauvaise nouvelle pour l'acteur français, la presse américaine spécialisée et notamment Vanity Fair et le Hollywood Reporter évoquent l'affaire. Ces deux publications, réputées très influentes dans la course à l'Oscar restent toutefois très mesurées, en expliquant d'une part que l'affiche n'a pas été exposée aux Etats-Unis et d'autre part que les Weinstein ont de la ressource...

Sources : The Guardian, Le Figaro, Libération | Image : ©Mars Distribution

15 commentaires

Des choses à dire ? Réagissez à cet article !
Pour commenter, vous devez vous vous connecter ou vous inscrire

Que pensez-vous d'eux ?


Gérard Depardieu

Brett Ratner

Rubriques hebdomadaires

Recommandé sur Facebook