Une brave fille ?

Rebelle : rencontre avec Bérénice Bejo, Mark Andrews et Katherine Sarafian

Rencontre | Par Brice Lahaye, Magali Debuis, David Honnorat | Le 1 août 2012 à 14h57

Rebelle, le nouveau Pixar, a des allures de Disney. Une histoire de princesse qui fait quand même l'effort de bouleverser les codes des contes de fées. À l'occasion d'une conférence de presse parisienne, nous avons rencontré les créateurs de Merida, ainsi que sa voix française (Bérénice Bejo)...

Le nouveau film d'animation Rebelle, de Mark Andrews, devrait marquer un tournant chez Pixar. Racheté par Disney en 2006, la société de production américaine se lance en effet dans le conte de fées avec son premier film de princesse. Pourtant, si l'essence même de ce qui a longtemps fait le succès de Disney semble planer sur le film d'animation, Pixar marque bel et bien l'histoire de son empreinte en nous proposant une princesse pas tout à fait ordinaire. Oubliez la jeune fille blonde et ingénue ; Merida c'est tout le contraire !

Une jeune d'aujourd'hui

Après s'être investis ces dernières années dans des suites de leurs plus célèbres films (Toy Story 3 et Cars 2), les studios Pixar reviennent donc à un conte plus classique, celui de Merida, jeune princesse impétueuse qui n'est pas prête à écouter ce qu'on tente de lui dicter. Et encore moins à épouser un prince qu'elle n'aurait pas choisi ! Si l'histoire se déroule au Moyen-âge, l'adolescente, sûre d'elle et sans complexe, ressemble finalement bien aux jeunes femmes d'aujourd'hui. Sa voix française, l'actrice Bérénice Béjo, qui a su montrer à plusieurs reprises durant la conférence de presse qu'elle avait elle aussi du caractère, y voit évidemment un lien avec notre société actuelle.

Le rapport n'est pas évident, mais il faut retenir que ce qui prime chez la jeune fille rebelle, c'est l'esprit d'indépendance. Un pied de nez des studios Pixar à maman Disney ?

Une anti-princesse

Rebelle serait donc le point de rupture avec les jeunes héros naïfs et sans vraie personnalité ? C'est en tout cas ce que laissent entendre son réalisateur, Mark Andrews, et sa productrice, Katherine Sarafian. Merida est une princesse, oui, mais aussi une future reine plus humaine, plus réelle, bien loin des clichés du conte de fées classique dans lequel la belle n'a qu'à attendre que son prince vienne la sauver. Un symbole pour la productrice qui considère la jeune héroïne comme une sorte d'anti-princesse.

Rebelle ou courageuse ?

Pourquoi traduire Brave (le titre original qui signifie courageuse) par Rebelle ? Car en effet, si le titre français met en avant le côté rebelle de son héroïne, le courage et la bravoure sont finalement peut-être les traits de caractère les plus forts de Merida. Ne pas avoir peur de dire ce qu'on pense, comme l'expliquait Bérénice Béjo, est évidemment important. Celui de comprendre et d'assumer les conséquences de ses choix en est un autre. Si les titres anglais et français sont différents (le réalisateur nous explique d'ailleurs très bien pourquoi), les titres Brave et Rebelle collent finalement parfaitement à l'héroïne.

Le discours très formaté des studios qui a toujours souligné que, chez Pixar, c'est l'histoire qui primait sur tout atteint un peu ses limites. Techniquement prodigieux - la simple animation des cheveux Merida témoigne des années d'avance dont dispose Pixar face à ses concurrents -, le film propose un récit relativement décevant, car trop prévisible. Les personnages secondaires qui ont toujours fait la force des précédents long-métrages du studio sont ici, pour la plupart, sans intérêt. Rebelle se bat donc davantage sur le terrain du conte pour enfant dans la plus pure tradition Disney. Un brin plus progressiste peut-être, mais pas renversant pour autant. À ce titre, Bérénice avait scellé l'affaire en mai dernier sur France Inter en évoquant son rôle de maîtresse de cérémonie pour répondre à la polémique lancée par une association féministe indignée par la représentation des femmes au festival de Cannes : « c'est comme un conte de fées, la porte s'ouvre et on a une jolie princesse qui sort ».

Image : © Walt Disney Pictures

4 commentaires

  • commentaire modéré Pour activer les sous-titres il faut cliquer sur CC dans le player youtube...
    7 juillet 2012 Voir la discussion...
  • commentaire modéré Quand ses discours ne sont pas écrit par les auteurs de Bref, on a déjà moins envie de faire taire Bérénice Béjo par tous les moyens possibles et imaginables.
    7 juillet 2012 Voir la discussion...
  • commentaire modéré sans faire l'ayatollah pro VO, je pense que le charme du film repose essentielement sur les accents ecossais et j'irai voir ce film en VF pour rien au monde
    1 août 2012 Voir la discussion...
  • commentaire modéré @FilmsdeLover en même temps le sujet du discours dont tu parles était de se taire...
    1 août 2012 Voir la discussion...

Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...

Les derniers articles

On en parle...

Listes populaires

Vodkaster © 2007-2014 - Tous droits réservés - 2 
Qui sommes-nous ? - Lire mes DVD à distance - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Offres de stage - Mentions légales