Auguste Lumière

Réalisateur, acteur
Né à Besançon - France le 19 octobre 1862, mort le 10 avril 1954
Connu pour...

Biographie de Auguste Lumière

Les frères Lumière sont les fils de l'industriel, peintre et photographe Antoine Lumière, né le 13 mars 1840 à Ormoy (Haute-Saône), et de Jeanne Joséphine Costille, née le 29 septembre 1841 à Paris. Antoine et Jeanne se sont mariés le 24 octobre 1861 à la mairie du 5e arrondissement de Paris et en l'église Saint-Étienne-du-Mont. Installés à Besançon (maison natale des frères Lumière) leurs deux enfants naissent dans cette ville : Auguste le 19 octobre 1862 au 1 place Saint-Quentin et Louis le 5 octobre 1864 au 143 grande rue. Leurs autres enfants naîtront à Lyon. Les frères Lumière ont déposé plus de 170 brevets, essentiellement dans le domaine de la photographie. Ils lancent la commercialisation des plaques photographiques instantanées en 1881. La vente de ces plaques dites Plaques Étiquettes-Bleues a fait leur fortune. Mais contrairement à ce qui est affirmé en France, les frères Lumière n'ont ni tourné le premier film de l'histoire du cinéma, ni même inventé le cinéma. Ce sont les Américains, Thomas Edison, l'inventeur du phonographe, et son assistant William Kennedy Laurie Dickson qui tournent, à l'aide de leur caméra, le Kinétographe, dès 1891 et avant 1895 quelque soixante-dix des premiers films du cinéma. Les frères Lumière leur emboîtent le pas ; le 26 décembre 1894, on peut lire dans le journal Le Lyon républicain, que les frères Lumière « travaillent actuellement à la construction d’un nouveau kinétographe, non moins remarquable que celui d’Edison et dont les Lyonnais auront sous peu, croyons-nous, la primeur ». Les frères Lumière prennent à partir de 1895 une part prépondérante dans le lancement du spectacle de cinéma, prémisses d'une industrie florissante, en présentant à leur tour des films pris avec un appareil qu'ils ont mis au point sous l'appellation de Cinématographe. En 1907, ils sont à l'origine de l'obtention de la couleur sur plaque photographique, dite « autochrome », que Louis Lumière, qui paradoxalement n'aime pas le cinéma considère comme étant sa plus prestigieuse invention, celle à laquelle il a consacré plus de dix années de sa vie. Le premier film tourné par Louis Lumière est Sortie d'usine, plus connu aujourd'hui sous le nom de La Sortie des Usines Lumière. Il a été tourné le 19 mars 1895, à Lyon rue Saint-Victor. Cette rue a été renommée et porte aujourd'hui le nom de rue du Premier-Film, qu'il serait bon, pour respecter la vérité historique, de rebaptiser "rue du Premier-Film Lumière" ou du "Premier-Film du Cinématographe". C'est dans cette rue que se tient l'Institut Lumière. La première représentation privée du Cinématographe Lumière a lieu à Paris le 22 mars 1895 dans les locaux de la Société d'encouragement pour l'industrie nationale. Dans la foulée, Louis Lumière tourne durant l'été 1895 le célèbre Jardinier qui devient plus tard L'Arroseur arrosé. C'est le film le plus célèbre des frères Lumière et la première des fictions photographiques animées (les premières fictions du cinéma étant les Pantomimes lumineuses non photographiques d'Émile Reynaud). Six mois après la présentation de décembre 1895, la première projection de films en Amérique avec le Cinématographe Lumière est organisée par Louis Minier et Louis Pupier à Montréal (voir cinéma québécois). L'apport de Louis Lumière à ce que le critique littéraire Ricciotto Canudo nomme en 1920 le "7ème art", est primordial. Son expérience de photographe lui permet dans l'esthétique de ses films d'aller plus loin que l'équipe Edison-Dickson. Dans ses "vues photographiques animées" (ainsi qu'il dénomme ses bobineaux), qui relèvent du même primitivisme que les premiers "films" américains, il fait preuve cependant d'une maîtrise du cadrage et de la lumière qui explique en grande partie le succès de ses réalisations. Le choix des décors naturels et une belle exposition font que la presse s'exclame : « C’est la vie même, c’est le mouvement pris sur le vif ». Louis trouve très naturelle la position de prise de vue en diagonale du champ par rapport au mouvement des personnages (à cette époque, les films Edison-Dickson ne connaissent que la disposition frontale). Mais il est vrai que ses concurrents et prédécesseurs américains découvrent aussi spontanément l'attrait des cadrages rapprochés (ce qu'on appellera le Plan rapproché et - très justement - le Plan américain), Louis Lumière s'abstenant de se rapprocher de ses sujets, retenu par une pudeur caractéristique de l'époque, une pudeur que ne ressent pas Laurie Dickson qui, lui, plus canaille dans ses choix et ses cadrages, n'hésite pas à mettre sa caméra directement sous le nez de ses personnages. Il faut dire que le tandem Edison-Dickson ne vise pas le même public que les deux frères lyonnais. Les premiers recherchent la clientèle populaire de New-York et de Brooklyn, et celle des villes de l'Amérique profonde, tandis que les frères Lumière cherchent à séduire la clientèle huppée et aisée, celle qui est capable d'acquérir pour son plaisir un exemplaire du Cinématographe Lumière pour filmer la famille, et des bobineaux Lumière déjà impressionnés, pour compléter l'éducation des enfants. Auguste et Louis Lumière, parmi les rares français honorés au Walk of fame d'Hollywood Rapidement, les frères Lumière prennent conscience de l'intérêt de filmer avec leur Cinématographe des images pittoresques de par le monde et de les montrer en projection, ou de les vendre avec l'appareil. Fins commerciaux, ils refusent de céder les brevets de leur invention à Georges Méliès qui leur en offre pourtant une petite fortune. Ils tentent même de décourager ce futur et talentueux concurrent en lui prédisant la ruine s'il se lance dans la production de films (Méliès ferme sa société Star Film en 1923, après avoir gagné énormément d'argent grâce à ses films, et sa ruine est essentiellement due à son incompréhension du devenir du cinéma, et à son obstination à considérer les films comme des sous-produits du music-hall). Les frères Lumière, eux, ont la sagesse de s'arrêter de produire des films en 1902, quand ils comprennent que le cinéma est un langage nouveau dont ils n'ont connaissance ni des règles à venir ni de l'importance qu'il va prendre dans le monde entier. Ce que n'ignore pas l'inventeur du cinéma, Thomas Edison, qui prédit que « le cinéma sera plus tard l'un des piliers de la culture humaine »

Filmographie de Auguste Lumière

Avis sur les films de Auguste Lumière

Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -