Au revoir là-haut
(2017)
un film de
Satisfaction communauté 82%
Au revoir là-haut Bande-annonce

Au revoir là-haut

(2017)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 82%
  • 445 notes
  • 121 veulent le voir

Micro-critique star (blacktide) :
blacktide
(à propos de Au revoir là-haut)
Sa note :
Au revoir là-haut “ Au romanesque requiem du cadre, d'une larme s'envole le masque mélodieux de l'horreur: éclater les mots pour libérer la tragédie de l'Image. ” — blacktide 25 octobre 2017
10 commentaires
  • blacktide
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Au romanesque requiem du cadre, d'une larme s'envole le masque mélodieux de l'horreur: éclater les mots pour libérer la tragédie de l'Image. ” — blacktide 25 octobre 2017
    10 commentaires
    • blacktide
      commentaire modéré @unerghju Non, c'est une tournure stylistique pour appuyer sur la beauté de l'image, là où chaque plan serait en quelque sorte porteur d'une symphonie... Une formule plus métaphorique qu'à prendre au premier degré ;-)
      27 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Dr_Schizzo
      commentaire modéré Mais comment fait-on pour écrire après toi, cher blacktide ? :) Je plaisante bien sûr. Ta micro-critique est un joyau à la hauteur du film. Bravo.
      17 novembre 2017 Voir la discussion...
    • blacktide
      commentaire modéré @Dr_Schizzo Haha, merci beaucoup, quand je fais une MC, j'essaye de capter la substance du film dans cette poésie des mots. Content que tu ais apprécié donc ;-)
      17 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Aucuns mots face aux maux de ce microcosme satirique et touchant sur la quête identitaire. Seul le regard exprime sa détresse. Bouleversant. ” — Joe_Shelby 21 septembre 2017
    14 commentaires
    • Ariane92
      commentaire modéré @Joe_Shelby oui je te confirme il n'existe pas normalement ^^ C'est pas une question d'intelligence, c'est juste que Maillard a pas l'étoffe d'un tueur, il le dit d'ailleurs (je n'aurais pas pu le tuer). Et ya meme pas de non assistance, car Maillard essaye bien de le sortir d'affaire. Je trouve juste que la mort de Pradelle tire un peu trop sur le burlesque : l'enterrer dans un trou avec le masque de cheval, exactement le sort qui aurait pu être réservé à Maillard. Un peu too much peut etre, ça m'a pas ultra convaincue mais enfin... Pradelle aurait pu se faire arrêter comme dans le bouquin ça n'aurait pas impacté le film.
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Ariane92 Je pense que Dupontel a simplement voulu faire un effet miroir entre Maillard et Pradelle dans cette finalité.
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
    • OlivarDeLaCave
      commentaire modéré @Joe_Shelby Personnellement je trouve que le film est meilleur que le livre. Surtout sur la fin qui est différente. Elle est moins cruelle dans le film que dans le livre. Le sort de Pradelle est très intéressant.
      31 octobre 2017 Voir la discussion...
  • Gotrek
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Embaumé de papier ses traits nous reviennent, il n'avait jamais paru plus vivant. Libre, certains disent l'avoir vu voler. ” — Gotrek 28 octobre 2017
    13 commentaires
  • cath44
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Des tranchées de la gloire au registre des morts, pleure le regard d’une jeunesse sacrifiée. Des fusains pour la patrie non reconnaissante. ” — cath44 6 novembre 2017
    3 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré Ce n'est qu'à partir du XIXe siècle que les fosses communes firent place aux sépultures individuelles. Avec la guerre de 1914-1918, les pratiques d'inhumation seront plus soucieuses de l'individualité du soldat, qui porte désormais une plaque d'identité permettant de l'identifier.Une loi de décembre 1915 institua la mention « mort pour la France » et décréta que la sépulture devint individuelle et permanente et son entretien fut confié à l'État à perpétuité. À l'issue de la guerre, les différents pays alliés procédèrent au regroupement des sépultures dispersées, à la recherche des corps sur les champs de bataille, à l'aménagement des cimetières de guerre et, pour certains, à la restitution des corps aux familles.Le film comme le roman aborde de pratiques soit fictives comme cette arnaque aux monuments ou s’inspire de faits réels comme ce scandale survenu en 1920 où des milliers d’exhumations illégales de soldats morts au combat ont eu lieu , des pratiques peu scrupuleuses, les familles veulent un corps, on leur en fournit un...
      J’ai adoré le roman foisonnant, d’une écriture subtile sur la comédie humaine et ses héros sacrifiés.Et en ce qui concerne le film , mes attentes n’ont pas été déçues par cette adaptation et ses personnages qui tentent de survivre malgré tout, dans cette arnaque à la commémoration par une patrie bien peu reconnaissante ; un film plein d’émotions, éclatant de tableaux autant burlesques que baroques et poétiques. Lumineux, fantasmagorique, lyrique , le film nous emmène sur les sentiers de la gloire et les horreurs de la guerre , avec une sublime scène finale. Les masques sont fascinants et le regard de Nahuel Perez Biscayart imprègne tout le film d’une tonalité aussi vibrante qu’émouvante ardente.
      7 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Hobbit77
      commentaire modéré @cath44 Magnifique MC ! Bravo, tout simplement ! ;-)
      9 novembre 2017 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @Hobbit77 je te remercie beaucoup. C'est un film superbe.
      9 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Ariane92
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Derrière les masques poétiques d'un artiste multiface, s'exprime, par l'intensité d'un regard bleu, une humanité brisée sans raison d'être. ” — Ariane92 29 octobre 2017
    12 commentaires
    • YLS
      commentaire modéré Dans les films français de l'année, "Grave", "Au revoir là-haut" et " Ce qui nous lie" sont dans le haut du panier ! En dessous, mais pas inintéressant, je pense aussi à "L'atelier", "Petit paysan", "Le sens de la fête", "Une vie violente". Et puisque tu remonterais à "The Artist", je complète la liste avec quelques titres plus anciens : "Frantz", "Les ogres", "Réparer les vivants", "Divines", "Microbe et Gasoil", "Les combattants"...
      7 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Ariane92
      commentaire modéré @YLS C'est vrai que je n'ai pas vu des masses de film français cette année, mais j'ai du voir les meilleurs. " Chez nous " était intéressant aussi. Pour le reste, je n'ai pas tout vu non plus. Frantz je n'ai pas accrochée du tout, les combattants j'ai bien aimé mais je n'en ferai pas un incontournable non plus.
      7 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Dr_Schizzo
      commentaire modéré Très belle MC @Ariane92.
      17 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Kikuchiyo
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Dans ce grand spectacle qui a du cœur, le bleu triste des uniformes ne peut rien contre celui, électrisant, du regard d'un poète meurtri. ” — Kikuchiyo 21 juillet 2017
    3 commentaires
    • spider19
      commentaire modéré où est ce que t'as pu le voir ?
      21 juillet 2017 Voir la discussion...
    • Kikuchiyo
      commentaire modéré @spider19 Dupontel montre son film petit à petit aux 4 coins de la France, privilégiant la tournée auprès du public par rapport à une première mondiale en festival - alors qu'il aurait franchement pu !!!
      21 juillet 2017 Voir la discussion...
    • Arnotte
      commentaire modéré Dupontel s'en cogne des festivals..
      22 juillet 2017 Voir la discussion...
  • ianov
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Sueur et passion mêlées, un Dupontel fondu pour le meilleur et la pire tragédie. Aux destins tranchés net d'une sacrée mascarade guerrière! ” — ianov 10 novembre 2017
    5 commentaires
    • ianov
      commentaire modéré @cath44 Le désir de Dupontel est palpable à chaque plan ; désir de le faire sien ce film. avant toutes choses. Il y a certes eu rencontre multiple, entre l’univers de Pierre Lemaître, avec cette histoire simple et bouleversante, un génial Perez Biscayart et l’on voyait aussi tout de suite à la lecture les possibilités d’adaptation cinématographique d’un tel roman. mais ce qu’il est réjouissant de voir, c’est à quel point l’acteur, le réalisateur et l’artiste renaîssent ici. Ce que l’on avait pas imaginé c’est à quel point Dupontel s’emparerait du tout, sans se dénaturer, bien au contraire, il semble que l’on retrouve un Dupontel des premiers temps, celui de ses one man’s show, une naïveté, un personnage aussi. L’hommage à Keaton est d’autant plus symptomatique, qui place l’acteur et sa problématique très clairement, sa veine sociale que l’on connaissait, sublimée ici pour et par le cinéma. ; @blacktide ; @Joe_Shelby ; @Vine ; @Nathanlemec
      12 novembre 2017 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @ianov Tu as tout à fait raison, burlesque, de par sa gestuelle, ses mimiques , sa posture, son excentricité , sa façon de manier l’humour parfois noir avec une manière poétique et drôle de transformer le monde qui l’entoure. D’ailleurs il l’a souligné lui-même, c’est en pensant à Keaton et Chaplin qu’il dirige ses acteurs (l’émotion qui passe dans le regard de Nahuel Pérez Biscayart) « J’arrive après plus de cent ans de cinéma… Je ne peux rien inventer, je ne peux que copier. Il y a délibérément Buster Keaton. Des références directes aux Lumières de la ville ou The kid, de Chaplin ».
      12 novembre 2017 Voir la discussion...
    • ianov
      commentaire modéré @cath44 Oui, et les références pleuvent dans tout le film ! Je ne connaissais pas ses dires à propos de Chaplin et Keaton, mais c'est assez clair !
      12 novembre 2017 Voir la discussion...
  • fancine
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Happé par la virtuosité évidente du film, "Au revoir la haut" est un chef d'oeuvre de mise en scène. Que c'est bon de voir ça en France. ” — fancine 29 octobre 2017
    5 commentaires
  • Findugame
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Pour citer Céline, je dirais : "Bas les coeurs". Pour citer le film, je dirais: "haut les masques". ” — Findugame 27 octobre 2017
    1 commentaire
  • spider19
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Albert se met sur son 31, nous invite chez lui et nous scrutons avec étonnement et minutie chaque recoin de sa splendide maison. ” — spider19 26 septembre 2017
    Commenter
  • taunt76
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Lorsque le masque vit sous la dérision de nos morts, c'est alors que l'égide de nos émotions s’effrite pour entendre deux mots: Au Revoir. ” — taunt76 3 décembre 2017
    14 commentaires
  • OlivarDeLaCave
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Poétique, tragique, émouvant; Au revoir Là-Haut est tout cela à la fois. L'atmosphère de l'époque est magnifiquement retranscrite. Superbe. ” — OlivarDeLaCave 29 octobre 2017
    2 commentaires
    • Bosco
      commentaire modéré Tu as vécu cette époque ?
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
    • OlivarDeLaCave
      commentaire modéré @Bosco En tant qu'étudiant en histoire je la connais un peu. Dupontel a fait un travail remarquable sur ce plan là. On sent qu'il s'est documenté avant de réaliser son film. Si le livre de Pierre Lemaître a réussi à créer un contexte solide, Dupontel y a ajouté l'ambiance... une atmosphère.
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Hors des sentiers battus‚ D nous offre une œuvre baroque originale que l’émotion envahit d’un souffle nouveau‚entre Cocteau et Eugène Sue ! ” — georges.b1 25 octobre 2017
    Commenter
  • Nathanlemec
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Jeux de dupes dans l'ascenseur pour l'échafaud. Sous le masque et la plume, démêler le plus escroc d'entre tous. Bonjour tristesse. ” — Nathanlemec 26 octobre 2017
    1 commentaire
    • Bosco
      commentaire modéré Une demi-étoile ? Une étoile ? Une et demie ? on aura compris que ce film n'aura pas illuminé ton ciel.
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
  • Vine
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Malgré un sujet assez dur, D. insuffle sa part de folie un peu extravagante et fait un film à la fois drôle, tragique, mais jamais plombant. ” — Vine 20 septembre 2017
    1 commentaire
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré Je vois que tu l'as beaucoup apprécié également. Quelle claque. Dupontel ne fait plus de niaiseries cul cul la praline et nous sort une palette de sentiments immenses sur la tolérance, le respect, l'amitié, avec toujours sa part d'humour noir mais qui pour le coup n'est plus si nihiliste et sert magnifiquement le propos. Assurément un gros coup de ♥
      21 septembre 2017 Voir la discussion...
  • WeOwnTheNight
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Du burlesque au mélo, du pamphlet au surréalisme ou les sentiers d'une mascarade militante et identitaire car seul l'Art résiste à la Mort. ” — WeOwnTheNight 2 décembre 2017
    1 commentaire
  • Arnotte
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Du cinéma comme on n'en fait plus, d'une générosité et d'une inventivité artistique de chaque instant -et qui n'empêche pas l'émotion. Beau! ” — Arnotte 4 septembre 2017
    1 commentaire
    • tylerd1477
      commentaire modéré Hate de le voir celui ci, j'avais beaucoup aimé le livre. Et j'aime beaucoup Dupontel. Curieux de voir ce que donne le mélange de ces 2 univers
      4 septembre 2017 Voir la discussion...
  • matvk14
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ AD m'emporte par la grâce de sa mise en scène,le jeu des comédiens et la richesse de l'écriture.Manque l'émotion pour faire élever tout ça. ” — matvk14 29 octobre 2017
    9 commentaires
    • matvk14
      commentaire modéré SPOIL : Le fils serait aussi homosexuel dans le livre,ce qui n'est pas évoqué par Dupontel dans le film...
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
    • DeadSpekss
      commentaire modéré @matvk14 @Ariane92 En effet c'est beaucoup plus violent dans le livre ^^
      En ce qui concerne l'orientation sexuelle, je pense que ça n'apportait rien à l'intrigue.
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
    • Ariane92
      commentaire modéré @matvk14 c'est plus ou moins suggéré, mais on s'en fiche un peu, ce n'est pas le propos principal du film
      29 octobre 2017 Voir la discussion...
  • ginlange
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Ambitieux spectacle d'une douce et lumineuse poésie à la mélodie entêtante. De retour de l'indicible, reste l'humanité, liberté de par'être. ” — ginlange 4 novembre 2017
    Commenter
  • Maputo78
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Le cinéma français n'est pas mort, il attend tout simplement que des artistes passionnés bossent avec ardeur pour le sublimer encore&encore. ” — Maputo78 17 novembre 2017
    Commenter
  • Dr_Schizzo
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Au faciès gris d'une identité troublée,assumer la force d'une figure colorée,Mémoire en modernité. Bas les masques,le cinéma français renaît ” — Dr_Schizzo 17 novembre 2017
    Commenter
  • raph31
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Ça faisait une éternité que je n’avais pas vu un film français de ce niveau. Et ça fait du bien. Haut les masques, chapeaux bas. ” — raph31 1 novembre 2017
    2 commentaires
    • RegisX
      commentaire modéré Ça faisait longtemps que tu n'avais pas vu de film français... tout court !
      2 novembre 2017 Voir la discussion...
    • raph31
      commentaire modéré Au cinéma c’est certain
      2 novembre 2017 Voir la discussion...
  • sadoldpunk
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Les travellings glissent le long de décors lustrés, les costument clinquent et brillent : pas grand-chose de plus qu'un joli livre d'images. ” — sadoldpunk 1 novembre 2017
    15 commentaires
    • sadoldpunk
      commentaire modéré Désolé pour mes multi-fautes de frappes, je suis allé un peu vite. c'est ainsi.
      il y a 10 jours Voir la discussion...
    • Cataclysme
      commentaire modéré Désolé de te le dire mais même les adaptations les plus fidèles ou les plus réussies sont le plus souvent des "bêtes illustrations d'une histoire", c'est ce qu'on appelle un scénario et un film.

      L'esthétique des masques justifie tout ce que j'ai énoncé et rajouter d'autres significations serait idiot. Déjà l'anarchisme ravageur MDR, à la fin il aurait été en prison point. La fin est plus intelligente avec le coup du cadre et la fin provoque des émotions chez certains pas chez d'autres mais ce retournement final est très intelligent et provoque l'émotion. "les happy end c'est nul" = argument poubelle et non ce n'est pas hyper conventionnel, à rappeler que c'est un film Gaumont.

      Euh en fait on ne sait pas comment ils se sont fiancés/mariés vu que la scène où il lui propose de se marier, elle refuse donc bon...Donc non, elle ne lui pardonne rien au contraire elle est totalement d'accord avec ses actions.

      Les séquences s'enchaînent de manière saccadée et monotone ????????? Comment un enchaînement peut être saccadé et monotone, tu me fais presque un oxymore là. Il y a toujours un scène qui approfondit les relations et les renforce. Dire qu'il n'y a pas d'émotions, c'est être de mauvaise foi.
      il y a 10 jours Voir la discussion...
    • sadoldpunk
      commentaire modéré @Cataclysme Bon, je ne crois pas qu'on pourra se mettre d'accord car nos visions respectives de ce film diffèrent manifestement trop. Mais je vais malgré tout essayer de te répondre point par point. Concernant les adaptations en général, je ne suis pas sûr de comprendre ce que tu veux dire, mais je suis certain qu'une adaptation réussie n'est pas, ne peut pas être une bête illustration du livre - on peut trouver chez Ophuls, chez Kubrick ou chez d'autres cinéastes des exemples d'adaptations littéraires qui s'écartent volontairement du livre adapter, afin d'en proposer, justement, une autre "lecture". Ce n'est pas le cas pour Dupontel, qui se contente dans son scénario de découper le livre en séquences "filmables". ce n'est pas très intéressant. Concernant l'esthétiques des masques, on pourrait dire qu'elle a une valeur EN SOI, mais je crois que 'est trop facile de dire ça: et c'est justement une facilité d'utiliser des masques en pariant sur leur pouvoir symbolique intrinsèque: cf ce que disait @lakinopitheque plus haut. Sur l'anarchisme et le happy end: je ne suis pas contre les fins heureuses en soi, mais je suis rebuté lorsqu'elles sont assimilables à une recette: ici, comme tu le dis très clairement toi-même, la recette Gaumont. Eh bien non merci, ce n'est pas mon genre de soupe. Après, que certains spectateurs soient "touchés" et "émus" par cet enchaînement d'invraisemblances (j'insiste, celle que j'appelle par commodité la fiancée de Dupontel, jouée par mélanie Thierry, lui pardonne bel et bien à la fin puisqu'elle se montre tout d'abord horrifiée par son acte: il y a donc bel et bien un revirement de ce personnage, revirement que le film ne prend jamais la peine de développer, sans doute parce que ce personnage n'e'st pas assez important? c'est typique de l'ensemble du film à traiter ses persos par-dessus la jambe), pourquoi pas. Quant à l'enchaînement des séquences, je fais peut-être un oxymore, et alors? C'est une figure de style aussi valable qu'une autre. En l'occurence elle visait à dire que le montage du film - que je trouve très mauvais, tu t'en doutes - aplanit le rythme général en réduisant toutes les scènes à une durée presque équivalente (d'où la monotonie), mais qu'en même temps la durée très brève de chaque scène crée cette impression de saccade, comme si, à peine posé l'enjeu d'une scène, on passait à la suivante. Il ya peut-être de l'amotion dans tout ce fatras, mais Dupontel se garde bien de la mettre en valeur, préférant de loin la maquiller comme si elle n'était pas assez belle au naturel.
      il y a 7 jours Voir la discussion...
  • Theus
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Une ambition sincère, pour une histoire qui broie le coeur et fait entendre la douleur de l’époque en mêlant un bouleversant rapport au père ” — Theus 13 novembre 2017
    Commenter
  • SerHub
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Paralysé dans de sempiternelles tranchés de mépris, l'explosion ravive la douleur et déchaîne les émotions dans de cacochymes grognements. ” — SerHub il y a 6 jours
    Commenter
  • DonFlo
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Dans la richesse des années folles, la misère de la guerre cherche sa place. Tout là-haut, le paon s'envole et moi, je frissonne. Sublime. ” — DonFlo 25 octobre 2017
    Commenter
  • fabs8
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Belle patine d'époque pour cette excellente épopée, féroce et grinçante, populaire et engagée, avec un Lafitte irrésistible d'abjection. ” — fabs8 28 octobre 2017
    Commenter
  • Boschomy
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Dupontel dynamite l’œuvre de Lemaitre avec un aplomb salvateur : créatif et grandiloquent, un film tel qu’on en fait peu dans l’Hexagone. ” — Boschomy 30 août 2017
    1 commentaire
    • Calino92
      commentaire modéré Encore heureux qu'on en fait peu comme ceux là
      16 septembre 2017 Voir la discussion...
  • Sanium
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Franchouillarde mignardise qui, malgré son audace salutaire, se gargarise de violons poussiéreux à la douce odeur de naphtaline. Propret. ” — Sanium 5 novembre 2017
    5 commentaires
    • Sanium
      commentaire modéré @Zeyken Tu me conseilles quoi comme film pouvant totalement me plaire alors ? hehe. Et ça va, c'est un bon business ton affaire.
      6 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Zeyken
      commentaire modéré @Sanium J'allais te dire de ne pas voir Mise à Mort du Cerf Sacré, parce que tu n'allais pas aimer (j'y ai vu un rapprochement dans la démarche avec Mother, que tu as détesté), mais je vois que tu l'as vu (et pas aimé) ^^. Sinon en sortie récente pour le moment je vois pas trop, et t'as vu pas mal de trucs déjà. Il y a bien Kingsman 2, tu as aimé le 1, mais je ne sais pas si ça va passer avec le 2 =/. Complexe, complexe. Je fais un peu trop le professionnel là, je vais arrêter un peu ahah :D
      6 novembre 2017 Voir la discussion...
    • Sanium
      commentaire modéré @Zeyken Ouais j'ai pas accroché Mise à Mort du Cerf Sacré :/ J'avais adoré The Lobster pourtant. Grosse déception. Je le regarderai sûrement un de ces quatre Kingsman 2, même si j'en attends pas grand chose. Ça doit bien se regarder !
      11 novembre 2017 Voir la discussion...
  • Lie_Ju
    (à propos de Au revoir là-haut)
    Sa note :
    Au revoir là-haut “ Du bleu des uniformes au bleu du cœur, le masque comme reflet de la douleur et des émotions, cris de vie pour enfin espérer exister ! ” — Lie_Ju 12 novembre 2017
    2 commentaires

Casting de Au revoir là-haut

Infos sur Au revoir là-haut

Réalisé par Albert Dupontel
Écrit par Albert Dupontel


France - 1h57
Sortie le 25 octobre 2017

Synopsis

Adaptation du Prix Goncourt 2013, dans lequel deux anciens poilus de la Première Guerre mondiale, face à l'incapacité de la société de leur faire une place, montent une escroquerie basée sur un patriotisme très en vogue à cette époque.

Films similaires à Au revoir là-haut

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -