Downsizing
(2017)
un film de
Satisfaction communauté 24%
Downsizing

Downsizing

(2017)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 24%
  • 166 notes
  • 65 veulent le voir

Micro-critique star (blacktide) :
blacktide
(à propos de Downsizing)
Sa note :
Downsizing “ Du voyage d'échelle à la dérive fabuliste, Payne fait de l’extraordinaire un concept ordinaire: à la tristesse du réel, l'instant artificiel ” — blacktide 10 janvier 2018
7 commentaires
  • cinephiloxav
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ SF très sombre car totalement désespérée, et fausse comédie très habile. La "réduction" est celle... de tout espoir pour le genre humain. ” — cinephiloxav 14 janvier 2018
    21 commentaires
  • cath44
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ De Lilliput où perdure la lutte des classes à l’illusion naïve d’une secte écologique, une dystopie minimaliste sur la dérive consumériste. ” — cath44 17 janvier 2018
    7 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré @cinephiloxav Merci de tes longs et très intéressants commentaires. Je sais que tu as aimé le film et vu bien d’autres choses. Il est évident que ma référence à Lilliput était une « figure de style » un peu humoristique et pas du tout une vraie mise en parallèle avec l’ouvre de Swift. Quant au film « l’homme qui rétrécit » je sais fort bien que sa thématique est différente, ne pose pas les mêmes questions. Mais cela m’est venu tout de même d’emblée à l’esprit ( la place de l’Homme dans sa condition humaine vulnérable au sein d’ un environnement devenu hostile) Payne, je suis d’accord montre l’échec d’un certain aspect de l’écologie (mais je ne mets pas les écologistes dans le gros sac fourre-tout « sectaire » loin de là, je parle du film ! ) Le point de vue que je trouvais intéressant était justement de pointer les effets et conséquences du consumérisme grandissant et dans le fond , le message est plutôt plein de générosité dans la première partie du film Mais ensuite, je en sais pas , grosses déception …Tout ce qui avait une portée humaniste semble s’estomper Ce monde nouveau, fait plutôt froid dans le dos, puisque répétant reproduisant exactement les mêmes inégalités, les mêmes injustices sociales, voire racistes, le même égocentrisme et individualisme (notamment à travers le personnage de M Damon) . Ce que je reproche au film est peut-être d’avoir quitté la dimension de « fable » sociale pour la romance, et l’histoire personnelle du héros. Mais cela dit je n’ai sans doute pas vu dans le film tous les aspects que tu cites. C’est cela la diversité des points de vue et pour cela je te remercie encore (je le répète tes commentaires m'intéressent beaucoup)
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @cath44 Et tes réponses m'intéressent également beaucoup ! J'ai peur de sur-commenter ce film, au point de lasser, mais son désaveux critique me semble si ...révélateur. Je répondais ceci à 3615_CH qui, comme toi, s'étonne de la romance finale : Il me semble que le sens de la "bluette", et du personnage incarné par Hong Chau, est de monter que, sur le chemin de la décroissance de ses espoirs ou illusions, le personnage de M. Damon se tourne finalement vers les derniers des exclus : les miniatures recluses d'un monde perdu... A mon humble avis.
      Je pense que la portée " humaniste" du film s'affirme donc en creux, en récusant toute initiative individuelle, réduite à son impuissance. S'il y a un message humaniste dans ce film, il s'adresse à un impossible décideur supra-humain, une autorité politique supra nationale inexistante aujourd'hui, et qui n'émergera probablement jamais.
      Je pense que la vertu du pessimisme de Payne est ...sa grandeur humaniste.
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @cath44 Au sujet de " le même égocentrisme et individualisme (notamment à travers le personnage de M Damon) ", je trouve le cheminement de ce personnage formidable, puisqu'il aboutit justement au choix de suivre ...la plus petite des petites, la dernière des déclassée !
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
  • ANOZER
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ C’est super d’avoir un bon concept de base. C’est juste dommage que tous les enjeux aient suivi Matt Damon dans sa machine à rétrécir... ” — ANOZER 15 janvier 2018
    16 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @cinephile54 Je note tes conseils, merci :))
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré @cinephiloxav de rien les prochains sont Une femme dans la tourmente et Le grondement de la montagne je ne connaissais pas j'ai découvert hier et j'ai kiffé comme l'on dit cinéma des années 60 j t petite lol sentiments drame latent tout est suggéré y compris l'envie omniprésente des deux acteurs excellent
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré @cinephiloxav il vient de sortir attendons un peu Xavier et heureuse de faire partie des 26 % je ne juge pas un film sur les critiques car je ne les lis jamais avant et peu importe qu'il plaise à une minorité ou qu'il ne plaise pas à Télérama avec lequel je ne suis pas tjrs en accord bon ciné et bonne continuation ce site pour moi est génial
      23 janvier 2018 Voir la discussion...
  • blacktide
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Du voyage d'échelle à la dérive fabuliste, Payne fait de l’extraordinaire un concept ordinaire: à la tristesse du réel, l'instant artificiel ” — blacktide 10 janvier 2018
    7 commentaires
    • blacktide
      commentaire modéré @georges.b1 Oui, je suis totalement d'accord sur cette simplicité et cette envie de ne pas développer le concept pour se concentrer sur une multitude de sujets "politiques"... Après, je suis assez distant vis-à-vis du cinéma de Payne donc cela doit aussi expliquer ma déception. Mais j'ai essayé de rester aussi objectif et analytique dans mon article ;-)
      10 janvier 2018 Voir la discussion...
    • georges.b1
      commentaire modéré @blacktide Je n'ai pas lu ton article que je vais lire mais ce que je peux dire quand même c'est que j'aimerais bien qu'on ait ici en France un cinéaste aussi rigoureusement politique et audacieusement poétique qu'un Alexander Payne ! C'est pas donné à tout l'monde !
      10 janvier 2018 Voir la discussion...
    • blacktide
      commentaire modéré @georges.b1 C'est sûr ! C'est pas le cinéma "politique" des "Tuche 3" qui va égalé le cinéma de Payne haha
      10 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Gnothi_seauton
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Payne ouvre la boîte de Pandore mais s'égare dans les nombreuses thématiques qui s'offrent à lui. Du pain béni pour un format série. ” — Gnothi_seauton 14 janvier 2018
    8 commentaires
    • Gnothi_seauton
      commentaire modéré @cinephiloxav en réalité je n'affectionne pas particulièrement les séries, pas plus que les films "commerciaux" par ailleurs. Entendons nous bien, même si je trouve le propos de base de "downsizing" plutôt intelligent, c'est le développement du film qui m'a laissé sur ma faim. Payne y développe une multitude de thématiques certes cohérentes avec son sujet mais assez vite expédiées pour passer aux suivantes, ect, ect... C'est pour cette raison que j'aurais préféré une ou deux thématiques vraiment développées ou à la rigueur une mini série qui reprendrait plus posément l'ensemble des thèmes du film. Le format série c'est pas nécessaire gage de médiocrité (et pourtant, je suis un défenseur acharné du long métrage). Pour finir, en ce qui me concerne, la note de 2 étoiles correspond à un avis mitigé, je ne considère pas le film comme un échec global. Certains éléments m'ont tout de même séduits. Je peux parfaitement comprendre que tu tiennes le film en plus haute estime que moi. Je respecte ton avis.
      29 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Gnothi_seauton
      commentaire modéré N'est pas nécessairement*
      29 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Gnothi_seauton Ta réponse est mesurée, et plus calme que ma réaction à ta mc, en tout cas. Je pense que les thématiques se succèdent justement dans le film pour montrer divers aspects de la société et le cheminement du personnage principal. C'est pour cette raison que le "monde" des hommes réduits est si vite abandonné, comme une impasse idiote et totalement inutile. Pareillement, celui des écolos du nord est à peine survolé, comme une autre impasse toute aussi stupide et inefficace...Je pense que si Payne n'a pas plus développé ces thèmes, c'était pour mieux en souligner la vacuité. Un approfondissement de ces "sociétés" dans une série n'aurait donc absolument aucun intérêt. Je persiste à penser que Payne a donc très bien équilibré son film, et que ses choix ne relèvent pas d'égarements mais au contraire de démonstrations très politiques, et plutôt finaudes. La boite de Pandore, ce sont les humains qui l'ont ouverte, et nul ne sait la refermer. Payne ne fait qu'en montrer quelques morceaux choisis, sans s'étaler. Inutile de s'étaler, non ? Bien que peu d'accord avec ton avis, je le respecte ;))
      30 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Vine
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Le potentiel SF du projet est vite mis de côté pour une romcom convenue un peu niaise et un propos écolo maladroitement traité. Frustrant. ” — Vine 9 janvier 2018
    3 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré T'es-tu demandé pourquoi "le potentiel SF du projet est vite mis de côté " ? Payne aurait pu nous dérouler l'histoire de petits bonhommes contre des insectes, les petits bonhommes à la plage, la contre-attaques des petits bonhommes, le retour du jedi petit bonhomme; A être trop malin, je constate que Payne perd son public. Quel dommage.
      16 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Vine
      commentaire modéré @cinephiloxav Alors non, je n'avais pas vraiment en tête un projet SF type : "Matt Damon vs les grosses bêbêtes du jardin"... Mais j'ai eu l'impression que la dimension SF ne servait au final qu'à faire passer le héros d'un monde à l'autre. On se rend rapidement compte que ce "nouveau" monde est socialement très similaire à l'ancien (les inégalités sociales existent toujours). Mais passé cette constatation, le film ne m'a plus vraiment surpris ou touché... Payne m'a certes un peu perdu car, en multipliant les directions que prend son intrigue ("drame" social, ""manifeste"" écologique, romcom), on a parfois un peu de mal à voir où il veut en venir. Alors oui, il y a bien cette idée de "l'homme mouton" qui suit aveuglément le dernier troupeau à la mode... En fait, je crois que le film me projette trop rapidement dans un monde connu/convenu, le rêve n'a jamais vraiment le temps de prendre corps.
      16 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Vine Ah, je sens que t'as envie de discuter (on est là pour ça, après tout). Ce qui suit, je l'ai écrit un peu partout dans des commentaires au sujet de ce film, mais j'vais me répéter. Primo, j'interprète le titre "downsizing" comme la réduction de tout espoir pour l'humanité. La réduction des humains n'est ici qu'un prétexte farfelu, une proposition scientifique vouée évidemment à l'échec (reproduction du modèle économique actuellement en vogue sur toute la planète dans une ville sous-cloche), et trop faiblement adoptée (3% des humains comme dit dans le film). Subséquemment, qqs dictatures utilisent le procédé à d'autres fins (étonnant, non ? ). Le personnage principal est un mouton, assez peu motivé, et sans aucune ambition, et cela est très important dans le film. Il n'est pas américain, il est TOUT humain représentatif de la classe moyenne mondiale, rapide à adopter le nouveau bidule à la mode. Payne déserte donc rapidement le pays des playmobils( à juste titre !) en nous montrant l'impasse d'un procédé scientifique dans un monde (le notre en fait) incapable de réagir collectivement face au désastre annoncé, plus prompt à réaliser de nouveaux profits (tiens donc). Exit la première partie donc. La deuxième partie nous narre la découverte par le héros des exclus du libéralisme (ça existe ? ); la troisième partie celle des écolos désespérés, s'embarquant pour un avenir clairement incertain. Ce film est une désillusion pour ceux qui pensaient retrouver "l'homme qui rétrécit" ou "les voyages de Gulliver", mais c'est surtout celle (la désillusion) de l'Homme face à ce qui vient, et que très probablement rien ne viendra endiguer. Le discours de Payne est très fort: Il ne propose aucun rêve (désolé pour toi), mais un avant-goût du cauchemar. Il nous dit que nous restons, le cul sur le sable, à regarder le coucher de soleil, alors que le tsunami approche. Changer de taille, ou s'enterrer dans le sable n'y changera rien. Reste à faire l'amour, à la plage.
      16 janvier 2018 Voir la discussion...
  • StarLord
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Giant concept pour maigre résultat. Le secret de la formule du rapetissement conserverait un ingrédient bien connu: "La moraline". ” — StarLord 14 janvier 2018
    8 commentaires
    • StarLord
      commentaire modéré Tout à fait, rien de spectaculaire. C'est juste un film politiquement maladroit. En ce qui me concerne bien sûr.
      14 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @StarLord Oui, c'est un film effectivement très politique, et j'ai le sentiment que cette portée-là passe totalement inaperçue dans les critiques que je lis ou entends...mais ça va peut-être venir.
      14 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré @cinephiloxav ç pour cela que ce film m'a plu parce que le rétrécissement de l'humain n'est qu'un prétexte pour amener le spectateur à bien autre chose !
      21 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Reboot du "Shrinking man" à la parabole inepte sur fond d'inégalités sociales, d'écologie poussive version arche de Noé faisant Payne à voir ” — Joe_Shelby 27 janvier 2018
    7 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré Un dernier ajout, car je vois que je ne t'ai pas répondu sur le point essentiel: à quoi sert le film de Payne ?
      Je pense qu'il sert à montrer :
      - que la science alliée au libéralisme ne va pas nous tirer, seule, d'affaire (cf l'échec patent des petits bonhommes égoïstes )
      - que l'écologisme du compost est une action louable, mais insuffisante
      - que l'occident ne s'en tirera pas s'il ne s'occupe pas sérieusement des laissés pour compte de la planète (cf la misère sociale dans le film)
      - et donc qu'à moins de changer radicalement de système, on est cuit.
      Ce film milite donc pour une prise de conscience individuelle forte, pour changer de système, totalement. En votant peut-être ? à chacun de voir, d'y croire ou pas.
      27 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @cinephiloxav Merci pour tes points de réponse détaillés, finalement tu vois bien que j'avais compris le sens du film et ses pseudos messages insidieux mais pour moi Payne ne s'y prend pas de la bonne manière. Ce n'est pas sous l'égide de la comédie pour mieux "s'infiltrer" comme film à propagande de responsabilité, que Payne arrivera à toucher le public qu'il vise. Certains trouveront même le procédé totalement vain. L'intention est louable mais la prise de conscience individuelle ne peut pas venir ainsi, surtout si le spectateur ne s'y trouve pas humainement impliqué, c'est à dire émotionnellement touché et sensibilisé. La tristesse de l'humanité est bien là, beaucoup se diront soit qu'il est trop tard, soit que ok faut se prendre en main, mais quelle solution proposes tu cher Payne ? Aucune. Constat donc ultra pessimiste ;) Néanmoins, ravi d'avoir pu argumenter avec toi sur ce film ;)
      28 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Joe_Shelby quelle solution proposes tu cher Payne ? la décroissance (= le downsizing, au sens économique bien sûr ) . La Fontaine, en écrivant Le loup et l'Agneau, s'y serait pris comme un manche pour expliquer la lutte des classes ? A ce sujet, La Fontaine avait piqué la fable à Phèdre ( 1er siècle). Je trouve que tu enterres un peu vite le procédé de la fable, mais bon... Va savoir, peut-être dira-t-on dans 200 ans que le film de Payne est un chef-d'œuvre... ? (tu vois, je suis optimiste :)) )
      Ravi de ce débat avec toi !
      28 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Jacky180931
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Tellement de potentiel pour un film aussi faible ” — Jacky180931 1 février 2018
    11 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Jacky180931 Ok avec toi pour mad max fury road. J'en veux pas spécialement à ce film (ils ont tous le droit d'exister) : juste un exemple de film de Science-fiction de base, très bien filmé, mais bien pauvre (je te tue à l'aller, tu me butes au retour). Avant d'arriver à l'époque Mad max, va déjà falloir qu'on sorte debout de ce qui se profile :))
      2 février 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Jacky180931 Pour finir en chanson ;)) https://www.youtube.com/watch?v=Iwb6u1Jo1Mc
      2 février 2018 Voir la discussion...
    • Jacky180931
      commentaire modéré @cinephiloxav en revanche l'année dernière tu vois la planète des singes je sors du ciné je suis légèrement déçu mais finalement 6 mois après j'ai adoré totalement donc maybe downsizing ca va être pareil.
      3 février 2018 Voir la discussion...
  • CinemAtrium
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Chéri, j’ai rétréci mon ambition au profit des belles petites idées. Intersmaller. ” — CinemAtrium 1 janvier 2018
    Commenter
  • Nathanlemec
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ La vie mode d'emploi d'un homme à la hauteur. Chérie je me sens rétrécir. ” — Nathanlemec 28 janvier 2018
    Commenter
  • belbeck
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Le scénario ne s'appuie que sur son idée de départ et ne définit aucun enjeu clairement identifiable donc fatalement n'avance pas ... ” — belbeck 15 janvier 2018
    8 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @belbeck Pour le dire autrement, ce film est noir, car il dit que l'écologie ...est une fable inefficace, et qu'une solution scientifique, aussi farfelue soit-elle, ne changerait pas grand chose (autre fable donc).
      15 janvier 2018 Voir la discussion...
    • belbeck
      commentaire modéré @cinephiloxav Accordons-nous sur un désaccord ?
      17 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @belbeck Oui, bien sûr, mais tu vas voir que le désaccord n'est qu'apparent ! Je reprends ta mc, ..."Le scénario ne s'appuie que sur son idée de départ" : c'est exactement ça, et le procédé de menant nulle part, il est abandonné en chemin comme une impasse technologique sans effet pour la planète. Ce film n'a effectivement "aucun enjeu clairement identifiable" , puisqu'il commence au moment où c'est TROP TARD pour la planète. "Fatalement, ça n'avance pas" beaucoup: oui, ok avec toi, car où aller quand l'issue fatale est annoncée ? Ta mc est donc excellente et met en valeur la noirceur radicale du film ;))
      17 janvier 2018 Voir la discussion...
  • georges.b1
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ De Disney à Capra‚ Payne sort Lilliput du conte de J. Swift et le transforme en parabole sociale du rêve américain avec candeur et ironie ! ” — georges.b1 10 janvier 2018
    Commenter
  • spider19
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Chérie, j'ai rétréci le monde entier ” — spider19 9 janvier 2018
    Commenter
  • johannielesieur
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Downsizing passe à côté du thème attendu : La condition humaine face à l'environnement. Partage écologique avec un Damon en roue libre. Bof ” — johannielesieur 21 janvier 2018
    1 commentaire
    • cinephiloxav
      commentaire modéré "Downsizing passe à côté du thème attendu : La condition humaine face à l'environnement. "
      Je ne suis pas du tout d'accord avec toi: Payne décline bien au contraire au moins 3 aspects de la future condition humaine.
      - Payne nous montre que la technologie libérale servira les plus riches, et eux seuls (les downsizés), ainsi que quelques petits buziness men cyniques.
      -Payne nous montre que les réfugiés de tout poil (économiques, politiques, climatiques) s'entasseront et crèveront dans des bidons-villes.
      -Payne nous montre que les écolos tenteront de sauver leur pomme en s'enterrant, ou toute autre impasse, quand tout aura échoué.
      Rendez-vous dans le futur, il est à nos porte, et cogne fort, tous les jours.
      En prime, un peu de musique : https://www.youtube.com/watch?v=Iwb6u1Jo1Mc
      2 février 2018 Voir la discussion...
  • Ariane92
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Sous couvert d'un concept fun, Payne décrit une humanité perdue qu'aucune science ou écologie ne sauvera. Fausse comédie. Vrai désespoir. ” — Ariane92 28 janvier 2018
    5 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Joe_Shelby @Ariane92 Nous avons déjà discuté de ce film, mais séparément. Je bondis pourtant sur l'occasion d'en remettre une couche, pas pour vous, mais dans l'espoir d'être lu par d'autres aussi. Je pense qu'il faut pousser plus loin la réflexion au sujet du film : il n'y a aucun d'espoir SI la décroissance n'est pas adoptée rapidement partout et par tous. Le film de Payne est une vraie fable, très militante, et surtout très maîtrisée. Cependant, je suis très déçu de voir comment il a été bâché (mais je ne lâche pas l'affaire : ce 26% d'avis favorable sur vk est navrant). Et puis, pourquoi vouloir confondre le film et sa bande-annonce ? @Ariane92 J'approuve ta mc, mais ta note est trop faible à mon goût. Allez, un effort ! :))
      28 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Ariane92
      commentaire modéré @cinephiloxav j'ai du mal à voir le message comme ça, le film est beaucoup trop pessimiste à mon gout. Tu dis que la décroissance pourrait sauver la planète et que c'est le message, mais pour moi, ça ne resort justement pas du tout du film. Pour moi c'est plus, c'est déjà fichu, rien à faire, alors restez avec vos proches et entraidez vous. Il aurait été intéressant de développer par exemple l'idée d'une vraie campagne politique en faveur du downsizing dans le film, en alternant justement sur l'état de la planète. Là non, comme le souligne Waltz, ce n'est pas par geste écolo que les gens le font, mais pour posséder des choses. Donc même cette technique de décroissance censée être écologique n'est en fait que de l'individualisme. Je ne dis pas qu'il faut confondre le film avec la BA, simplement que la BA donne une fausse idée du film, et que ça peut expliquer en partie que le public reçoive mal le film, on nous vend un truc un peu comique et en fait on dit que tout est fichu xd. il y a un peu erreur sur la marchandise.
      28 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Ariane92
      commentaire modéré @Joe_Shelby exactement, et je pense que traité autrement, ce film aurait pu être vraiment bon et marquer les esprits. C'est dommage, mais ça ne marchera pas. Qu'est ce que les gens vont retenir du film ? A mon avis essentiellement les scènes de comédie de la première partie, les sourires de Waltz, mais le reste j'ai bien peur que ça passe à la trappe, car mal abordé dans ce genre de film
      28 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Maputo78
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Sauver l'environnement et l'humanité : le message est certes là mais cette comédie "Downsizing" semble quand même passer à côté de son sujet ” — Maputo78 11 janvier 2018
    Commenter
  • Jujulcactus
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ De son concept trop grand, Payne passe son temps à s'expliquer et oublie de toucher à l’humain qu'il esquisse d'ordinaire si bien. Dispersé. ” — Jujulcactus 10 janvier 2018
    Commenter
  • Arnotte
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ La 2e h ne tient pas les promesses de la 1e, et Payne livre son moins bon film malgré un pitch génial. Décevant par rapport à son potentiel. ” — Arnotte il y a 5 jours
    8 commentaires
    • Arnotte
      commentaire modéré Je comprends que tu aies pu apprécier le film de ce point de vue là. Moi j'ai été frustré de de voir qu'une partie de l'iceberg.
      il y a 4 jours Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Arnotte Et je te comprends, comme tous ceux qui ont été déçu par le film (seulement 24% d'avis favorables sur vodkaster). Notre avenir proche, n'en déplaise aux spectateurs, ne sera pas sauvé par un super-héros, ni par une pirouette de science-fiction.
      il y a 4 jours Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @Arnotte Pour clore le débat en chanson :)) https://www.youtube.com/watch?v=Iwb6u1Jo1Mc Si tu ne connais, vas au bout de la vidéo, ça vaut le coup...
      il y a 4 jours Voir la discussion...
  • 3615_CH
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Le film passe à côté des sujets sociaux qu'il effleure: fable sociologique ambitieuse et innovante qui accouche d'une bluette miniature... ” — 3615_CH 21 janvier 2018
    3 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré Pourquoi le film accouche-t-il d'une bluette ? Curieux, non ? pour une fable si ambitieuse...je suggère donc que quelque chose t'a échappé ou que le réalisateur est complètement con. ;))
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • 3615_CH
      commentaire modéré @cinephiloxav Le film lance des sujets sociétaux hyper lourds, pour finir sur ce couple dysfonctionnel qui fait le bien autour de soi. Le film vrille complétement sur la fin, alors qu'il aurait pu avoir cette obscurité que tu défends.
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @3615_CH Il me semble que le sens de la "bluette", et du personnage incarné par Hong Chau, est de monter que, sur le chemin de la décroissance de ses espoirs ou illusions, le personnage de M. Damon se tourne finalement vers les derniers des exclus : les miniatures humaines recluses d'un monde perdu... à mon humble avis.
      22 janvier 2018 Voir la discussion...
  • stillMargotte
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Avec un ton à la limite du cynisme et une fin tout à fait sombre, Downsizing innove et surprend là où on attendait une simple comédie écolo. ” — stillMargotte 15 janvier 2018
    2 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré Pourquoi parler de cynisme ? 70% des insectes volant ont disparu ces dernières années; la pollution est partout, dans les sols, en mer et dans l'air; les classes moyennes des pays émergeant désirent plus que tout accéder au niveau d'équipement des pays occidentaux, et la qualité de l'air en Chine ou en inde atteint déjà des niveaux de dangerosité effarant. La population ne cesse de croitre. L'économie libérale est maîtresse partout, et aucune solution massive et instantanée n'est envisageable (le downsizing est un leurre, et Payne ne s'y attarde pas..., au grand dam des fans de spectaculaire. Fin de la croyance que le système qui détruit la planète pourrait aussi le sauver). Payne est réaliste, malheureusement : l'écologie citoyenne est louable, mais pèse le poids d'une épluchure de carotte dans le compost bobo. Le combat semble bien perdu....Pire, ce film est mal reçu, ne répondant pas aux attentes de blockbuster du public ou des critiques. Je l'ai entendu être comparé à ...Gulliver par des critiques bien connus (cf le masque & la plume), et je suis atterré par si peu de discernement (cf les critiques sur vk !!). Un rejet du film plus ou moins inconscient ? Soit, dansons sur le volcan, Il reste aussi à lire l'appel des 15000 scientifiques sur l'état de la planète .
      15 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré @cinephiloxav nouvelle je lis vos com intéressants je m'interroge sur ma possibilité de commenter très limitée à un petit nombre de caractères pourquoi , je n'ai pas ma réponse lol ce film de science-fiction que je n'ai pas l'habitude de voir m'a interpellée parce qu'il est magnifiquement joué par Damon et Hong Chau et traite de bcp de sujets pas seulement de la destruction de la planète ...
      21 janvier 2018 Voir la discussion...
  • Piwi
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Déception:Payne évite soigneusement de traiter les enjeux politico-sociaux qu’il expose,quelque soit le genre abordé (SF/romcom/drame écolo) ” — Piwi 9 janvier 2018
    3 commentaires
    • Piwi
      commentaire modéré Salut
      13 janvier 2018 Voir la discussion...
    • Piwi
      commentaire modéré L’
      13 janvier 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré "Déception:Payne évite soigneusement de traiter les enjeux politico-sociaux"
      Je ne suis pas du tout d'accord avec toi: Payne décline bien au contraire au moins 3 aspects de la future condition humaine.
      - Payne nous montre que la technologie libérale servira les plus riches, et eux seuls (les downsizés), ainsi que quelques petits buziness men cyniques.
      -Payne nous montre que les réfugiés de tout poil (économiques, politiques, climatiques) s'entasseront et crèveront dans des bidons-villes.
      -Payne nous montre que les écolos tenteront de sauver leur pomme en s'enterrant, ou toute autre impasse, quand tout aura échoué.
      Rendez-vous dans le futur, il est à nos porte, et cogne fort, tous les jours.
      En prime, un peu de musique : https://www.youtube.com/watch?v=Iwb6u1Jo1Mc
      2 février 2018 Voir la discussion...
  • ginlange
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Métamorphose d'un monde en perdition, ne sauvant que les apparences. D'un profond humanisme, oeuvre imparfaite prônant de vivre son bonheur. ” — ginlange 1 février 2018
    Commenter
  • dr-jaws
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Alors ça c'est petit ! Ça n'en valait vraiment pas la Payne, Alexander ! ” — dr-jaws 1 février 2018
    3 commentaires
    • cinephiloxav
      commentaire modéré Contrairement à toi, je pense qu'il s'agit d'un grand film sur la décroissance. Payne nous montre que face aux catastrophes écologiques probables liées aux 10 milliards d'habitants qui peupleront la planète en 2050 - et ces chiffres sont certains pour les démographes-, nous ne sortiront pas d'affaire par la technologie libérale (le fameux downsizing crétin) qui ne sauverait de toute façon que les plus fortunés. Payne nous montre aussi que l'écologie du repli sur soi à des allures de radeau de la Méduse, qui s'apparenterait à vivre comme des rats. Entre ces deux options, des milliards d'habitants, les plus pauvres, condamnés ou rejetés comme réfugiés climatiques...Payne laisse donc clairement entendre -avec beaucoup de pessimisme- que seules des mesures radicales, prises par l'ensemble des Etats, nous permettraient d'échapper à l'extinction. Actuellement, les plus grands pollueurs (ricains) consomment 20 fois plus d'énergie qu'un Africain, et l'Afrique représentera un quart des 10 milliards d'habitants envisagés en 2050. Un petit film ? ah bon...Un grosse claque, ou mieux, une bonne fessée - forcément inutile - aux consommateurs égoïstes et moutonniers que nous sommes tous.
      1 février 2018 Voir la discussion...
    • dr-jaws
      commentaire modéré Diantre ! J'étais passé à côté de ce commentaire. Ce n'est pas le message que je critique mais bien le film. La première heure est un déballage de gags et de forcing pour nous faire avaler le concept du downsizing - solution miracle sensée tout résoudre mais qui n'en souligne que l'absurdité d'un tel procédé face au danger réel qui nous guette. Sur la deuxième heure le film part dans tous les sens pour nous parler de tous les problèmes dans le monde, comme les inégalités et les castes persistantes dans cette vie miniaturisée : si changement des comportement il doit y avoir vis à vis de l'environnement il doit aussi passer par l'humain en clair. Tout ça je le vois bien et j'y adhère. Simplement entre un personnage aussi effacé que celui de Matt Damon, un trip écolo qui ne sait sur quel pied danser avec un scénario fourre tout... non ce n'est pas possible.
      8 février 2018 Voir la discussion...
    • cinephiloxav
      commentaire modéré @dr-jaws Bonjour, et merci de discuter un peu :)) Pour répondre à ta dernière phrase : je pense que le personnage de Matt Damon est très volontairement effacé, et qu'un super héros aux gros bras, ou à l'intellect supérieur n'avait pas sa place dans le film; Matt est ici un mouton, sans guère de convictions, appâté comme d'autres par le profit (héhé, être dix fois plus riche ! ), dont la conscience se révèle péniblement au contact de différents personnages (le serbe cynique, la viet efficace, etc). Le "trip" écolo est limpide: quand tout est cuit, y a plus qu'à s’enterrer (nouvelle impasse). Le scénario est loin d'être fourre-tout, il reflète très sérieusement ce qu'il se passe aujourd'hui : l'impasse de la consommation à l'occidentale étendue à toute la planète, l'impasse de la science liée au capitalisme, l'impasse des carottes bio (elles sont cuites les carottes), la pollution partout, l’afflux massif de réfugiés...Ce film est une fable, sur le cheminement d'un mec banal (toi, moi), dans l'enfer qui nous est promis d'ici 30 ans. Pour finir, un peu de musique : https://www.youtube.com/watch?v=IEexx5BR5eY Si tu ne connais pas, va au bout, la dernière image est ...atterrante !
      8 février 2018 Voir la discussion...
  • kimdracula
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Comme un grand coup d'épée dans l'eau, les idées restent à la surface sans faire de vagues. Grande matière, petite substance. ” — kimdracula 25 janvier 2018
    Commenter
  • MilleCheck
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ La bande annonce se gardait bien d'aller plus loin que le pitch, à raison puisque la comédie de quarantenaires paumés qui suit intéresse peu ” — MilleCheck 15 janvier 2018
    1 commentaire
    • cinephiloxav
      commentaire modéré La dérive des quarantenaires s'adresse aux vingtenaires. A te lire, le message n'est pas passé. Souhaitons-nous bonne chance quand même :))
      16 janvier 2018 Voir la discussion...
  • dmc
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Le paradoxe voudra que Downsizing a vu trop grand, a fait trop long et n'est pas à la hauteur de sa bande annonce. ” — dmc 20 janvier 2018
    Commenter
  • 8JAD8
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Un petit scénario pour un petit film en dépit de grands acteurs . ” — 8JAD8 31 août 2017
    Commenter
  • Sushi_Overdose
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Alexander Payne livre une satire sociale qui fuit les routes attendues. Downsizing est un film downtempo et surtout down-to-earth. ” — Sushi_Overdose 15 janvier 2018
    2 commentaires
  • Orangema
    (à propos de Downsizing)
    Sa note :
    Downsizing “ Même miniaturisé l'humain répète les mêmes schémas, il se perd dans un american dream faussement écologiste, mais éternellement hiérarchisé. ” — Orangema 11 janvier 2018
    Commenter

Casting de Downsizing

Infos sur Downsizing

Réalisé par Alexander Payne
Écrit par Alexander Payne et Jim Taylor


États-Unis - 2h20
Sortie le 10 janvier 2018

Synopsis

Pour lutter contre la surpopulation, des scientifiques mettent au point un processus permettant de réduire les humains à une taille d’environ 12 cm : le ‘downsizing’. Chacun réalise que réduire sa taille est surtout une bonne occasion d’augmenter de façon considérable son niveau de vie. Cette promesse d’un avenir meilleur décide Paul Safranek et sa femme à abandonner le stress de leur quotidien à Omaha (Nebraska), pour se lancer dans une aventure qui changera leur vie pour toujours.

Films similaires à Downsizing

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2018 - Tous droits réservés - 2 
    Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -