Salo ou les 120 journées de Sodome

(1975)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 75%
  • 636 notes
  • 3,66 moyenne

Micro-critique star (TaoChess) :
TaoChess
Sa note :
Salo ou les 120 journées de Sodome “ Salo, film lucide, ne recherche ni l'amour ni la haine. Il agit comme une grande claque poétique dans la face la plus salope de l'humanité. ” — TaoChess 28 octobre 2013
3 commentaires
  • ProfilSupprime
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Aucun intérêt mais fera illusion chez ceux qui croient savoir. ” — ProfilSupprime 27 novembre 2014
    89 commentaires
    • TaoChess
      commentaire modéré Oui, il y a clairement une hésitation. Il ne semble pas vraiment, à la fois, sûr de ce qu'il affirme, et sûr de ce qu'il a ressenti devant le film.
      30 novembre 2014 Voir la discussion...
    • TaoChess
      commentaire modéré Tiens, j'avais pas remarqué mais Portier de Nuit est sorti avant Salo... vous vous trompez peut-être de combat en attaquant Salo...
      30 novembre 2014 Voir la discussion...
    • zephsk
      commentaire modéré Toujours pas vu celui-là
      30 novembre 2014 Voir la discussion...
  • Apocalypse12
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Le Mal, tel une créature perverse, consume l'être, torture les corps et décime l'âme, ne laissant que l'animal soumis au Pouvoir, au Chaos.  ” — Apocalypse12 13 décembre 2013
    17 commentaires
    • MariaVargas
      commentaire modéré @Apocalypse12 Merci. Je crois qu'effectivement le choc a été très violent et qu'il m'a trop imprégnée pour laisser place à la beauté. Le pouvoir, et la dénonciation du fascisme, je l'avais vu. Mais certainement pas la beauté. Je le visionnerais probablement à nouveau, en gardant en tête ton commentaire.
      23 août 2015 Voir la discussion...
    • Apocalypse12
      commentaire modéré @MariaVargas : Je peux aisément comprendre cela, tiens-moi au courant si tu le revoies !
      23 août 2015 Voir la discussion...
    • MariaVargas
      commentaire modéré @Apocalypse12 volontiers
      23 août 2015 Voir la discussion...
  • TaoChess
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Salo, film lucide, ne recherche ni l'amour ni la haine. Il agit comme une grande claque poétique dans la face la plus salope de l'humanité. ” — TaoChess 28 octobre 2013
    3 commentaires
  • daktator
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ C'est un chef d'œuvre... et pourtant je ne le reverrai surement jamais. ” — daktator 17 septembre 2011
    5 commentaires
    • Cladthom
      commentaire modéré Moi aussi je le revois "souvent". Même si la 1ère fois a été un vrai choc physique et mental, ça reste un film passionnant qui mérite les révisions et les relectures pour prendre conscience de sa richesse. Le recul aidant.
      18 septembre 2012 Voir la discussion...
    • cribeyre
      commentaire modéré j'ai hâte
      21 mars 2013 Voir la discussion...
    • Cladthom
      commentaire modéré c'est pas du vrai caca ?????
      13 janvier 2014 Voir la discussion...
  • blacktide
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Sous l’indignation effective, Pasolini élucide le paradoxe des extrémismes, cirque de la perversité suppliciant l’impérialisme de l’image... ” — blacktide 24 août 2016
    9 commentaires
    • cath44
      commentaire modéré @blacktide je partage entièrement ton avis.... je n'ai toujours pas tenté de le revoir
      24 août 2016 Voir la discussion...
    • blacktide
      commentaire modéré @cath44 Merci, en effet oui, peut être qu'en tentant de le revoir je pourrais apercevoir la beauté derrière l'horreur mais cette première expérience m'empêche pour le moment de m'engager dans un second visionnage.
      25 août 2016 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré @blacktide @cath44 personnellement je n'ai pas tenté decle revoir car je n'ai pas envie de le revoir. Même si je n'ai pas réussi à tout voir, les images qui me restent sont marquées au fer rouge.
      25 août 2016 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Dérangeant : référence à l'oeuvre du marquis de Sade (fascisme, scatophilie, pédophilie, barbarie), l'enfer de Dante, Burlesque Mussolinien. ” — Joe_Shelby 18 avril 2015
    27 commentaires
    • Apocalypse12
      commentaire modéré @Joe_Shelby : Après l'avoir revu deux fois, je trouve une immense beauté dans Salò, que ce soit dans sa mise en scène ou dans sa construction, qui, toutes les deux, relèvent du génie le plus absolu. La symétrie de chacun des plans, mariée à l'évolution implacable de l'action, par cercles de plus en plus violents, renforce avec une puissance incroyable le sentiment d'inéluctable. Sans parler du travail du son, brillant également, qui épaissit parfaitement l'atmosphère glaciale et chaotique de l'œuvre. Ce film est parfait, que ce soit formellement ou théoriquement.
      22 août 2015 Voir la discussion...
    • Joe_Shelby
      commentaire modéré @Apocalypse12 Tu m'as convaincu pour une demi étoile de + mais je ne peux pas mettre 5, même si je reconnais tous les talents du film.
      23 août 2015 Voir la discussion...
    • Apocalypse12
      commentaire modéré @Joe_Shelby : Loin de moi l'esprit de convaincre, mais je suis tout de même heureux de constater que tu lui as attribué une demi-étoile de plus ! :)
      23 août 2015 Voir la discussion...
  • cath44
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Figuration de l’infigurable du processus de déshumanisation. Pour horrifier l’horreur, mise en scène du chaos de la chair et de l’obscène. ” — cath44 8 septembre 2014
    7 commentaires
    • Apocalypse12
      commentaire modéré Très belle MC @Cath44 ! Je comprends mieux ton ressentis maintenant. Comme je te l'ai dit sous ma MC il est évidemment tout à fait normal d'être dégouté, renversé, horrifié par ce film qui n'a d'ailleurs pas fini de te hanter. Mais, comme tu le dis toi-même, il faut vraiment le revoir avec le recul pour permettre une nouvelle analyse. D'ailleurs, je conçois qu'il est très difficile d'attribuer la note maximale à ce film dés la première vision (même si je l'ai fais), mais justement, je pense qu'avec d'autres visions, il pourrait amplement l'acquérir. @Jolafrite, @Lyson : Je vous conseille tout de même, si vous en avez le courage, de le voir peut être au moins une fois, cela me semble vraiment très important, mais bon, je vais pas vous forcer non plus ^^
      8 septembre 2014 Voir la discussion...
    • Lyson
      commentaire modéré @apocalypse12 Qui sais ? Peut-être qu'un jour... en me conditionnant, j'égalerai la performance de @cath et la tienne, le défi est lancé ! ;D
      8 septembre 2014 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @apocalypse12 Merci, pour tes conseils ...d'ailleurs , plus je lis les MC et les commentaires des uns et des autres, plus je pense que je l'analyserais avec plus de recul .
      8 septembre 2014 Voir la discussion...
  • zephsk
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ La seule véritable anarchie est celle du pouvoir ” — zephsk 4 août 2011
    1 commentaire
  • SadbutSad
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Bizutage. Level : Expert. ” — SadbutSad 13 mars 2015
    6 commentaires
  • rmouqet
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ "Je vous déconseille la mousse au chocolat du patron" ” — rmouqet 29 octobre 2013
    4 commentaires
  • ReznikAlabama
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Regarder un film comme Salo subjugue autant qu'il repousse. Un viol psychologique laissant une trace indélébile en notre conscience... ” — ReznikAlabama 30 janvier 2014
    5 commentaires
    • ReznikAlabama
      commentaire modéré Il est clair que le film est très choquant voir repoussant. mais d'un point de vue visuel, performances des acteurs... c'est un monument de cinéma et je pense qu'il doit être vu. Surtout qu'au delà de ses qualités artistiques, le film pose des questions importantes tel que le libre-arbitre ou la soumission à l'autorité et le fascisme. Mais j'avoue faut se lancer, ca fait des années que je veux le revoir mais je repousse à chaque fois.
      24 avril 2014 Voir la discussion...
    • Silice
      commentaire modéré J'essaierai un jour !
      24 avril 2014 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré Très juste ta MC...Tout à fait ce que j'ai éprouvé Je l'avais pourtant depuis longtemps ce DVD , dans son coffret avec les autres films "des scandales du cinéma" ....il était dans les priorités de ma wishlist ...Je l'ai vu hier , quelle claque...dérangeant, suscitant le malaise, et en même temps on perçoit le message sous jacent ... , . J'ai fait une MC mais j'ai tant de mal à le noter... certes il s'agit d'un chef d’œuvre mais, je n'arrive pas à mettre 5 .Je ne sais pas quand j'aurais l'envie ou le courage de le revoir, pour mieux analyser ...
      8 septembre 2014 Voir la discussion...
  • bredele
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ En fait, je ne sais que penser. La plupart des images m'ont été insupportables tout comme le pessimisme nimbant l'œuvre....et pourtant.... ” — bredele 9 avril 2015
    15 commentaires
    • Pussycat
      commentaire modéré @bredele C'est fait et merci de m'avoir quelque part encouragé à le voir. Je ne suis pas déçue et bien que choquant (j'ai vu pire tout de même au final), j'aime le regard très sombre de Pasolini sur la nature humaine : une virulente critique sur la société capitaliste qui transforme TOUT, absolument tout en marchandise dont la jeune chair fraîche !!
      à l'instant
      19 avril 2015 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré @Pussycat bravo
      19 avril 2015 Voir la discussion...
    • Pussycat
      commentaire modéré @bredele Oeuvre extrême mais nécessaire ^^
      19 avril 2015 Voir la discussion...
  • DaleCoop
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Quelle amère saveur que celle de la perfection dans la violence la plus crue... Chef d'oeuvre insoutenable, mais chef d'oeuvre quand même. ” — DaleCoop 22 décembre 2014
    Commenter
  • Theus
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Un dégoût fascinant ” — Theus 7 mai 2015
    1 commentaire
  • CyberSpace
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Le panneau de droite du "Jardin des délices" : l'"anarchie du pouvoir" qui soumet les corps, pervertit les plaisirs et absolutise l'horreur. ” — CyberSpace 23 octobre 2016
    8 commentaires
    • CyberSpace
      commentaire modéré @cath44 C'est surtout parce qu'il y a quelques jours, j'avais feuilleté un bouquin assez épais sur Jérôme Bosch, et en tombant sur une photo des trois panneaux du "Jardin des délices", l'évocation de celui de droite m'a tout de suite fait penser à ce que je vois dans "Salo" : l'Enfer où des humains sont les proies de monstres qui en font leurs objets. Alors que sur le panneau de gauche, tu as l'Eden. Le contraste entre ces deux plaisirs (hédonistes à gauche, pervertis à droite) est terrifiant et en même temps si évocateur.
      23 octobre 2016 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré Bravo !
      23 octobre 2016 Voir la discussion...
    • CyberSpace
      commentaire modéré @bredele Thx :)))
      23 octobre 2016 Voir la discussion...
  • Zering
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Bonne chance. ” — Zering 14 mai 2013
    1 commentaire
    • Lolograhame
      commentaire modéré Excellent ! J'aime ces moments où je fais défiler des dizaines de MCs, et que j'en vois une qui me plait plutôt bien et me fais rire à pleines dents et que je me dis "AH J'aime ça" ! Et qu'en fait j'ai déjà "aimé"...!
      26 novembre 2013 Voir la discussion...
  • Airone
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Au cœur de la trop Humaine Tragédie, l’image sévit par ses inexorables stigmates, dialectisant l’insoutenable de ses chants en mal d’aurore. ” — Airone 21 novembre 2015
    6 commentaires
    • Airone
      commentaire modéré Après tout comme toi, j'ai ressenti un véritable choc psychique et physique devant ce chef d'oeuvre, difficile à aborder sur le plan émotionnel, mais si puissant de par son image et sa mise en scène du pouvoir en charnier.
      21 novembre 2015 Voir la discussion...
    • bredele
      commentaire modéré La référence à Lautréamont est parfaite pour ce film
      15 décembre 2015 Voir la discussion...
    • Airone
      commentaire modéré @bredele Merci, l'insoutenabilité de certaines images me l'a continûment évoqué, ainsi que les paradoxales exhalaisons poétiques qui s'en dégagent...
      15 décembre 2015 Voir la discussion...
  • Polo42
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Totalement pervers et malsain. La définition même du mal sur Terre. Le voir une seule fois suffit pour graver en mémoire ces atroces images. ” — Polo42 28 octobre 2014
    6 commentaires
    • ReznikAlabama
      commentaire modéré Tu t'es finalement lancé ! J'ai l'impression que nos violons s'accordent par rapport à la façon dont on a perçu le film.
      31 octobre 2014 Voir la discussion...
    • Polo42
      commentaire modéré Je ne vois pas comment on peut avoir une autre approche de cette oeuvre... Sauf si on est @zephsk ;)
      31 octobre 2014 Voir la discussion...
    • ReznikAlabama
      commentaire modéré @Polomusic42 Oh pas forcément, je peux tout à fait concevoir que le côté dérangeant du film puisse rebuter le spectateur au point qu'il le déteste. Salo rentre un peu dans la catégorie de films "Tout ou rien" ^^
      31 octobre 2014 Voir la discussion...
  • Nathanlemec
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Avec cette œuvre paroxystique et absolue, Pasolini décrit une société qui ne peut aboutir qu'à une chose : la mort de l'artiste. Immense! ” — Nathanlemec 23 septembre 2013
    Commenter
  • A_Nos_Amours
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Lien absolu entre 2 arts du XXe siècle, Salo est la pierre angulaire d'un cinéma "agissant" en dehors du cadre, physiquement, politiquement. ” — A_Nos_Amours 26 décembre 2014
    6 commentaires
    • A_Nos_Amours
      commentaire modéré @cath44 Ah oui c'est complètement abject. J'ai commencé à me sentir très mal au moment de la polenta et des clous, et le malaise n'a fait que croire jusqu'à la fin. La puissance extrême de ce film vient du fait qu'on en vient à se demander si relève autant de cinéma que de politique pure. La mise en scène glacée de Pasolini est si subtile qu'elle nous fait oublier complètement l'objet filmique pour nous inviter dans cette demeure chaotique et nous mettre en face de notre capacité à supporter ce que nous mêmes, en tant qu'hommes, pourrions être capables de faire (et avons déjà fait). C'est surtout cette délectation de la violence qui traverse le film qui est effroyable je trouve, notamment lors des histoires racontées par la femme, ou encore dans le cercle du sang lorsque l'on assiste aux sévices à travers les jumelles en n'entendant que la musique d'intérieur...
      26 décembre 2014 Voir la discussion...
    • Thomaschry
      commentaire modéré De quels deux arts du XXe siècle parles-tu ? Du Cinéma et ? Je ne comprends pas non plus quand tu parles d'un cinéma qui agit en dehors du cadre. Enfin si, physiquement, oui, je le conçois aisément. Mais politiquement ? C'est dans le cadre du film que tout se joue. Il n'a pas eu d'effets "concrets" sur quelle politique que ce soit. C'est d'abord un grand film théorique, non ?

      Sinon, hard de commencer Pasolini par celui-ci. Mais je ne peux qu'approuver, moi qui le place tout doucement, mais surement, au fil des films découverts (encore Mamma Roma cette semaine), parmi les Maîtres, les Immortels.
      28 décembre 2014 Voir la discussion...
    • A_Nos_Amours
      commentaire modéré @Thomaschry Ouais j'ai pas commencé par le plus évident je pense, c'était le petit cadeau que je me suis infligé le soir de Noël ahah. J'ai évidemment trouvé ça insoutenable, et pour autant je pense qu'un film comme ça se doit finalement d'exister, justement parce qu'il agit pendant mais aussi et surtout après. Physiquement c'est évident, et quand je dis politiquement, je pense davantage en terme de conscience politique au regard de ce que cette violence signifie, mais je l'entends dans un sens absolument intime, ce film traitant avant tout des positions d'individus dans un espace clos a priori loin du monde extérieur, attribuant à chacun les attributs de dominants et de dominés. Pourtant cette violence là, consciemment ou inconsciemment, nous la mettons en perspective par rapport à l'Histoire. Et à cet égard, Salo est à penser dans son rapport au cinéma (premier art, évident là aussi), mais peut être avant tout dans son rapport à l'Histoire, en particulier à tout ce qui s'est passé pendant la Seconde Guerre mondiale (le second art du XXème siècle, c'est la violence paroxystique de ce siècle, sadique et inouïe - c'est peut être un peu polémique de qualifier la violence d'art, mais j'en viens à l'interpréter de cette manière sans adhérer à cela, mais je pense que c'est comme cela que les bourreaux peuvent le concevoir). Et de façon plus terre à terre, ce film, à mon avis, n'est pas tombé comme un cheveux sur la soupe. Pourquoi Pasolini aurait voulu faire ce film dans les années 1970 et non avant ? A mon avis, ce n'est pas anodin... L'histoire politique de l'Italie est particulièrement complexe mais il me semble que la décennie des années 1970 a été particulièrement troublée et marquée par une montée de la violence alors que le gouvernement peinait déjà à trouver son centre de gravité. Pour moi, ce film n'est pas que théorique, et il n'agit pas que dans les cadres fixés par la caméra. Ca serait déjà le restreindre dans tout ce qu'il peut recouvrir.
      28 décembre 2014 Voir la discussion...
  • DOP
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Spectacle infernal de la consommation des corps, d'une bourgeoisie qui jouit -sans entraves- possède, domine, puis souille et s'en réjouit. ” — DOP 2 juin 2015
    2 commentaires
  • Tyr4nt
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Grâce à se film j'ai commencé à m'intéresser de très près à la matière fécale. Un peu comme un physicien s'interesse à la matière noire. ” — Tyr4nt 2 mai 2013
    2 commentaires
  • WalterMitty
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Adaptant Sade, Pasolini critique la décadence des puissants et n’épargne rien au public, offrant un spectacle souvent pénible à regarder. ” — WalterMitty 24 août 2015
    12 commentaires
  • vincelluelles
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Adaptation aussi sublime que repoussante du marquis de Sade. Un chef-d'œuvre dérangeant sur l'exploration des désirs les plus noirs.  ” — vincelluelles 17 avril 2014
    Commenter
  • Avielle
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Dégoûtant, dégradant, dérangeant, ce n'est pas un chef-d'oeuvre mais de la perversité, nuance. Ceux qui "aiment" ce film savent pourquoi... ” — Avielle 6 août 2016
    11 commentaires
    • Avielle
      commentaire modéré @Apocalypse12 Je viens à l'instant de lire votre réponse. Vous aimez ce film et vous en parlez bien. Cela dit, comme je l'ai dit dans mon commentaire... je suis désolée, mais ceux qui aiment ce film, savent pourquoi... C'est tout. Je ne pense pas qu'il faille chercher des "messages" intellectuels (il y en a peut être après tout) dans cette débauche de merde, vomissures, soumission extrême et sadisme... pour voir des messages plus intellectuels, je pense qu'il y a d'autres films, beaucoup plus profonds, beaucoup mieux réalisés que... ça. Je suis désolée, je pense que tout le monde campe sur sa décision et je trouve que cette discussion est fort intéressante tout de même et permet à chacun d'exprimer son opinion avec ouverture et tolérance. Mais je pense (en mon âme est conscience), pour avoir vu le film (certains passages en accélérés tout de même) qu'il n'y a pas de "belles images" dans ce film et que la photographie, les "amateurs" n'en ont proprement rien à foutre (excusez du peu). Non, non, non, je l'ai bien dit dans mon commentaire. Donc, si vous aimez ce film, si vous le trouvez "beau" au point de dire que c'est un "chef-d'oeuvre"... je pense qu'il est temps, c'est la thérapeute en relation d'aide qui parle, il est temps peut être de vous remettre en question, un peu quand même. Voilà, je vais en rester là car parler de ce film, dire par exemple qu'il y a symétrie, équilibre et cela dans les plans que dans la narration... Je suis désolée de vous le dire, mais cela m'a choquée je suis désolée, je n'y ai pas vu d'équilibre, ni symétrie et il n'y a pas de narration... l'intellectuel pervers y voit peut être un "message", le cinéphile normal n'y voit que vide sidéral et ressent un profond dégoût. Il y a aussi ceux qui ne veulent pas admettre leurs "penchants" et y cherchent à tout prix des messages, des belles images et des idées politiques que le réalisateur à bien voulu faire passer... Je ne pense pas, enfin, j'ai bien peur de vous dire... qu'il n'y en a pas. Je me suis abonnée à votre actualité car j'aime vos MC ! Le débat est clos et j'espère que nous aurons le plaisir de discuter sur une oeuvre plus intéressante à l'avenir. ;-))
      16 août 2016 Voir la discussion...
    • Apocalypse12
      commentaire modéré @Avielle : Tout d'abord merci d'avoir pris le temps de répondre à mon commentaire, je trouve également ce débat très intéressant, sur une œuvre qui le mérite tant elle est polémique. Sachez d'abord que je comprends parfaitement votre point de vue, qu'il me semble tout à fait légitime, mais je pense que vous vous trompez lorsque vous affirmez que le "cinéphile normal n'y voit que du vide sidéral". Il est très intéressant que vous parliez de "dégoût profond", car il est tout à fait normal de le ressentir, de vivre ce choc de la première vision, cette aversion. Mais je pense qu'il faut entreprendre une véritable démarche cinéphile, et tenter de voir plus loin, de creuser derrière l'horreur pour déceler cette Beauté, difficilement visible à la première vision je le conçois. Comme le disait @Taochess, je pense que l'œuvre ne cherche pas à être aimée, plutôt à bousculer, révolter. L'indifférence devant ce film n'est pas concevable. Je pense également que l'aversion que vous ressentez est liée aux faits et gestes présentés, et non à l'œuvre en elle-même. Il faut bien comprendre que Pasolini ne se complait pas dans la violence, dans la perversité ; au contraire, il l'étudie, la décortique, pour nous présenter la démonstration de l'horreur, de ce qu'est capable l'être humain. Salò ou les 120 Journées de Sodome n'est pas un vulgaire film gore, ou autres snuff movies, mais me semble plutôt à comparer à une étude scientifique, extrêmement théorique, du Mal. Et je pense foncièrement qu'il est possible d'atteindre une pareille conclusion sans être un intellectuel pervers, simplement un cinéphile passionné.

      D'ailleurs, je vous enjoins véritablement à regarder l'Évangile selon Saint Matthieu, du même cinéaste. Peut être que cette œuvre vous amènera à reconsidérer quelque peu Salò ou les 120 Journées de Sodome. Du moins, vous comprendrez que Pasolini est très loin de l'être pervers, et ce qui se rapproche peut être le plus de l'Amour au cinéma.

      Au plaisir de vous lire !
      16 août 2016 Voir la discussion...
    • Avielle
      commentaire modéré @Apocalypse12 Cher Apo, je rends les armes ! Vous m'avez convaincue. Il est un fait que dans la réalité, je ne pense pas que Pasolini soit un pervers évidemment et qu'il a fait ce film plus pour choquer les fidèles concitoyens et voir, au fond, jusqu'où on pouvait aller dans la vision d'une certaines décadence (le mot est faible mais je n'ai que celui là en magasin pour le moment). Maintenant, oui, je pense sans l'ombre d'un doute que ceux qui ne sont pas de vrais cinéphiles (et ils sont nombreux) mais au contraire de véritables pervers au sens propre, se "repaissent" de ce film et en font "leur" film. Pasolini, en voulant démontrer une certaine "philosophie" ou dieu sait quoi à ses fidèles, ne pouvait pas savoir (ou peut être ne le voulait pas) que son film soit vu comme une parfaite réalisation pour contenter le cerveau malade de quelques scatophiles et pédophiles bas de gamme. Je pense aussi qu'il voulait faire de son film une oeuvre inoubliable, tabou, qu'il voulait bousculer les "biens pensants" et les âmes chastes... c'est fait. De plus, le film fait débat et peut être que ce que voulait le réalisateur est accompli au delà de ses espérances... Mais bon, comme mon "voisin", cette raclure, lui n'y voit aucune "philosophie", aucune "politique"... je pense qu'il regarde ce film (et pas que celui là...) en boucle pour contenter sa vision perverse et malade... Et c'est cela que je déplore le plus, c'est que Pasolini, en faisant ce film ne pouvait se douter qu'il allait, encore et encore, remplir les yeux, alimenter les souvenirs de pervers malades. Je pense, sans rire, qu'il faudrait pour certains films une clause en interdisant le visionnage aux pervers et malades de tous poils, que ces films ne sont en aucun cas là pour "entretenir" leurs perversités. Mais de toute façon, je ne pense pas que ce soit un film qui laisse indifférent, loin de là et c'est peut être ça que le réalisateur voulait prouver... comme Sade qui dans ces "écrits" veut à toute force se prouver et prouver au lecteur que ses délires pédophiles et scatophiles sont tout à fait normaux. Oui, j'ai lu les 120 journées de Sodome de Sade, en son temps et j'y ai vu plutôt, au delà de l'écriture, une suite de perversités sans nom, de tortures et de scènes épouvantables et gratuites... Je n'y ai pas vu la moindre philosophie, le moindre "message" et la moindre allusion politique... pourtant, je me doute que "l'oeuvre" en est truffée... sans doute, en cherchant bien. Je me suis dis en parcourant ces pages dégoûtantes et suintantes que certains y trouveraient des "messages" et de la philosophie... peut être... Il est certain que je ne relirai et ne verrai aucune de ces "oeuvres". Une fois m'a suffit et pour moi, c'était une fois de trop. Il y a tellement de beaux livres et de beaux films et je pense vraiment que la vie est trop courte pour s'arrêter sur certains qui n'en valent pas la peine, vraiment. Passez une belle et douce journée ! ;-))
      17 août 2016 Voir la discussion...
  • Humanset
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Intéressant parce qu'il est dégueulasse ! Dégueulasse parce qu'il est intéressant. Un film majeur, et indispensable. Un moteur de réflexion. ” — Humanset 20 avril 2013
    5 commentaires
    • Humanset
      commentaire modéré Ah ? Je trouve qu'il permet une bonne réflexion sur le rôle d'une image et ses limites, surtout dans la réception.
      13 janvier 2014 Voir la discussion...
    • Humanset
      commentaire modéré Et bien, pour faire simple. Je trouve intéressant le fait que les images insoutenables résident plus dans les parties scatos que dans la torture même (par exemple). Évidemment, ce n'est pas parce qu'elles sont juste scatos qu'elles ont cette puissance, mais parce qu'elles s'inscrivent dans un processus fasciste et déterminé, dénonçant entre les lignes d'autres régimes totalitaires plus pernicieux. Et donc, ce type d'image agit d'une manière forte et virulente sur le spectateur, qui se perd dans l'horreur qu'il subit.
      13 janvier 2014 Voir la discussion...
    • Humanset
      commentaire modéré Cinéphile, donc profondément pervers ! Mais seulement dans une salle sombre avec un écran blanc.
      14 janvier 2014 Voir la discussion...
  • TheFabest
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ D'un soupir inachevé, diffus, désaxé, Pasolini déroge et déborde. Salo est une bouffée d'air nauséabond qui exalte. Sadique et Dantesque. ” — TheFabest 25 février 2015
    3 commentaires
    • Apocalypse12
      commentaire modéré Excellente MC !
      10 mars 2015 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré je l'avais déjà appréciée. Ce fut une épreuve pour moi ce film, mais ta MC décrit bien le paradoxe, l'ambivalence des sentiments que l'on peut éprouver.
      18 mars 2015 Voir la discussion...
    • TheFabest
      commentaire modéré Merci à vous !
      18 mars 2015 Voir la discussion...
  • huitetdemi
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Mise en obscène du pouvoir. ” — huitetdemi 21 septembre 2012
    Commenter
  • Pussycat
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Pasolini manipule nos sens, verrouille notre imaginaire et dépeint la brutale réalité de la nature humaine. Masterpiece anti-fasciste !! ” — Pussycat 19 avril 2015
    4 commentaires
  • Scronchh
    Sa note :
    Salo ou les 120 journées de Sodome “ Au risque d'être fiché par la DCRI comme dangereux psychopathe dégénéré sexuel, je clame haut et fort que ce film est génial. ” — Scronchh 24 mai 2015
    Commenter

Casting de Salo ou les 120 journées de Sodome

Infos sur Salo ou les 120 journées de Sodome

Réalisé par Pier Paolo Pasolini
Écrit par Pupi Avati, Roland Barthes, Maurice Blanchot, Sergio Citti, Pierre Klossowski et Pier Paolo Pasolini


France, Italie - 1h55 - Drame, Film fantastique, Film d'horreur, Polar
Titre original : Salò o le 120 giornate di Sodoma
Sortie le 22 novembre 1975

Synopsis

Durant la République fasciste de Salo, quatre seigneurs élaborent un règlement pervers auquel ils vont se conformer. Ils sélectionnent huit représentants des deux sexes qui deviendront les victimes de leurs pratiques les plus dégradantes. Tous s'enferment alors dans une villa près de Marzabotto afin d'y passer 120 journées en respectant les règles de leur code terrifiant.

Films similaires à Salo ou les 120 journées de Sodome

Listes thématiques
    Vodkaster © 2007-2016 - Tous droits réservés - 2 
    Qui sommes-nous ? - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Vodkaster recrute ! - Mentions légales -