Top Michael Fassbender

Top Michael Fassbender

Liste de 6 films par DaleCoop
| 179 vues  | 3 personnes ont aimé

/block/list/vk_list_items?id=1306475&from_url=/listes-de-films/top-michael-fassbender/1306475&gtm_page_category=listes+de+films&items_offset=0&items_limit=50&items_order=priority&items_filter=&items_search=
39 commentaires
  • DaleCoop
    commentaire modéré En tapant "analyse de Cartel" je suis tombé sur cette critique qui exprime vraiment bien mon ressenti face au film. Il écrit mieux que moi ^^
    http://www.cinematra...et-la-loi-de-murphy/
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • cath44
    commentaire modéré @DaleCoop Intéressante vraiment ton analyse de Cartel,je ne l'ai pas vu sous cet angle.Je partage ton point de vue sur MCotillard ,je l'ai trouvée exceptionnelle dans The Immigrant notamment....Sinon pour les spoliers,il ne faut pas écrire spolier en majuscules....pas le temps ce matin,mais je lirais l'article ce soir.
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • musashi1970
    commentaire modéré @DaleCoop Je n'ai pas vu Cartel, mais tu as fait une très belle analyse et démonstration, Impressionnant. Bravo à toi. Rien que pour ca, je vais tenter de le voir. Thanks.
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • DaleCoop
    commentaire modéré @cath44 @musashi1970 Merci à vous deux pour vos compliments :) Heureux de voir que les gens ne sont pas tous obtus !
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    commentaire modéré @DaleCoop Wow brillante analyse, chapeau bas l'ami :) J'avais déjà capté que dans Cartel, il n' y a pas de places pour l'empathie. Chronique d'une destruction chimérique ordonnée par une manipulatrice hors norme, qu'est la femme vénale en tout point, indomptable, calculatrice, tirant les meilleurs parties de ses "jouets" Bardem, Pitt, Fassbender, Cruz, jusqu'à ce qu'une fois bien cerné telle le léopard, elle fonce sur sa proie pour enclencher la mécanique de mort. Subtile sur la manipulation, j'avoue n'avoir pas été autant happé par le procédé tant je l'ai trouvé peu approprié et peu convenu. J'apprécie surtout de voir l'ambition comme signe de destruction à l'image de l'avocat Fassbender, qui se cherchant, délaisse sa propre identité pour tenter de se fondre comme un caméléon dans un système dont il ignore les tenants mais surtout les aboutissants. Au final, oui c'est un film antipathique qui se veut tragédique, et l'analyse que tu y as posté en accompagnement est parfaite. Démonstration de pulsions illusoires (sexe, argent, névrose) pour ce Fassbender dont le désir lui fera perdre toute la lucidité qui le caractérise. Apologie donc d"un contre système Hollywood où Scott s'amuse à prendre un excellent casting pour démonter un par un, le propre du mythe des acteurs, les dénués de leur atouts et les achever (comme un chat qui joue avec la souris) et Scott magnifie son propos en Cameron Diaz, reflet de l'imperfection au delà du prisme de la carrière de l'actrice. Profonde sémantique abyssale de l'être destructeur, qui n'a de réels éclats que lorsque ses imperfections sont enfin avouées, comme le Diamant, il est taillé et travaillé à la manière des acteurs comme des marionnettes, mais c'est l'imperfection, la félure, qui le rend si unique et mystique, tout comme Diaz. Jeu de torture contre l'apparat et ses affres, Scott démonte le star système, sans en porter d'empathie pour les uniques survivants au dents longues. Chaos et résignation sont les maitres mots réactionnaires de Scott par Cartel, sur la personnalité, la popularité, l'ambition, l'envie, le corps. Maîtrise parfaite roublarde tel un léopard observant, faisant courir sa proie à droite ou à gauche, la faisant espérer sa survie, mais la fatalité est la seule issue et la mise à mort par l'exécution la seule justification. Merci, je te dis vraiment merci pour cet explication sublime, même si je ne trouve pas le propos assez accessible pour le spectateur, il est très complexe et brillante analyse.
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • Pussycat
    commentaire modéré @DaleCoop Brillante analyse ^^ où je pense que l'univers de C.McCarthy - tu as peut-être, comme moi, lu un nombre de ses livres ?? et celui de Ridley Scott ne peuvent se rejoindre. L'écrivain a le don de coucher sur papier une vision à la fois réaliste et métaphysique. Un poète moderne dépeignant une Amérique violente et révélatrice de nos propres angoisses modernes . La solitude, la désolation, le chagrin (l'immense chagrin, en rappel de ses oeuvres littéraires "Un fils de Dieu" et "La Route") le questionnement de Dieu où le combat du Bien sur le Mal reste plus que fragile. De telles interrogations n'ont jamais été présentes (ou peu) dans le cinéma de Scott. Et un brillant casting ne veut rien dire, bien au contraire, il dessert souvent les propos d'une telle ambition scénaristique ^^ Pour Marion Cotillard, je respecte ton ressenti mais elle fait partie de ces comédiennes qui ne me touche pas. Merci encore, c'est un plaisir de te lire :)
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • Joe_Shelby
    commentaire modéré @Pussycat tu trouves que Mc Carthy et Scott ne vont pas bien ensemble sur le propos du film ??
    18 juin 2015 Voir la discussion...
  • DaleCoop
    commentaire modéré Eh bien merci de votre entrain général ^^ Il semble que je vous ai ouvert les portes pour comprendre le réel rôle de Cartel... C'était pas gagné !
    Après ça parle ou pas, chacun prend le film comme il veut (et surtout comme il peut). Que ça déplaise est logique. Mais des films déplaisant ne sont pas forcément mauvais (pensez à Pasolini !! Un des plus grands !).
    19 juin 2015 Voir la discussion...
  • Pussycat
    commentaire modéré @DaleCoop C'est pas faux. Encore merci pour ton analyse fouillée :)
    19 juin 2015 Voir la discussion...
  • Pussycat
    commentaire modéré @Joe_Shelby Désolé Joe, j'avais pas vu ton com ^^ Je pense que peu de réals arriveront à magnifier (si je puis dire) l'essence même des ouvrages de ce poète. J'ai été assez déçue de La Route aussi. Ce bijou littéraire est bien au-dessus du résultat filmique. Difficile de mettre sur grand écran, l'intensité, le poids de son Verbe. Si tu peux, plonge-toi dans un de ces bouquins et tu jugeras par toi même. Te connaissant, tu ne peux qu'aimer.
    19 juin 2015 Voir la discussion...
Des choses à dire ? Réagissez en laissant un commentaire...
Autres listes de DaleCoop
Listes appréciées par DaleCoop
Listes populaires
Listes recommandées
Listes commentées récemment
Télérama © 2007-2017 - Tous droits réservés - 2 
Conditions Générales d'Utilisation - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -