Pieces of a Woman
(2020)
un film de
Satisfaction communauté 55%
Pieces of a Woman

Pieces of a Woman

(2020)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • 55%
  • 131 notes
  • 18 veulent le voir

Micro-critique star (Madmartigan007) :
Madmartigan007
(à propos de Pieces of a Woman)
Sa note :
Pieces of a Woman “ Des pépins de la vie peuvent en germer un pont capable de surmonter nos eaux troubles. Seulement, il faut laisser la place au temps. ” — Madmartigan007 8 janvier 2021
Commenter
  • cath44
    (à propos de Pieces of a Woman)
    Sa note :
    Pieces of a Woman “ Face au berceau vide, la vie tombe en morceaux. Là où est la douleur, Mundruczó filme le travail du temps, du deuil et de la résilience. ” — cath44 20 janvier 2021
    2 commentaires
    • cribeyre
      commentaire modéré C'est un réalisateur très intéressant
      20 janvier 2021 Voir la discussion...
    • cath44
      commentaire modéré @cribeyre J’ai découvert le réalisateur avec White Dog et « la lune de Jupiter » , deux fables politiques et fantastiques, mêlées de poésie que j'ai bien aimées . Pieces of a Woman est très différent , le film de Mundruczó a été écrit par son épouse après qu’ils aient perdu un enfant avant terme ; elle a écrit une pièce de théâtre qui parlait de ce qu’ils avaientt vécu, et lui l’a mise en scène. Puis il en a fait un film , sur une femme qui tombe « en morceaux » après la mort de son bébé à la naissance ; c’est une partie d’elle qui est arrachée, elle ne peut tourner la page de ce deuil , il décrit l’éclatement d’un couple brutalement confronté à la perte de son nouveau-né…. La rupture brutale du lien que la jeune mère éprouve au creux de son corps vide, est comme une déchirure, voire une « amputation » Il y a comme un télescopage du temps entre naître et mourir, un « arrêt sur image » face à la vie et à son sens . Il y a une confusion totale où se mêlent mort/perte/séparation ….Avec émotion, l’on suit son long cheminement depuis ce plan séquence éprouvant jusqu’à son chemin vers l’apaisement, vers une émancipation pour exister ( vis-à-vis de sa mère, de la société, du juridique )
      20 janvier 2021 Voir la discussion...
  • Madmartigan007
    (à propos de Pieces of a Woman)
    Sa note :
    Pieces of a Woman “ Des pépins de la vie peuvent en germer un pont capable de surmonter nos eaux troubles. Seulement, il faut laisser la place au temps. ” — Madmartigan007 8 janvier 2021
    Commenter
  • Cladthom
    (à propos de Pieces of a Woman)
    Sa note :
    Pieces of a Woman “ La première partie est incroyable et à contrario de Madre le film continue à être fort par moments. Le meilleur Mundruczo ” — Cladthom 8 janvier 2021
    7 commentaires
    • MadHeath
      commentaire modéré Les films partagent quelques points commun, en dehors du thème évident du deuil et de la résilience. Parmi lesquels ce plan-séquence inaugural qui pour l'un comme l'autre propulse le film de manière incomparable.
      La différence, c'est que Pieces of a woman ne retrouve cette force qu'à la fin selon moi (le procès, et l'épilogue). Entre-temps, je l'ai trouvé un peu morne et peu captivant en son cœur. Le propos du film est limpide au bout de 40 minutes, je peine donc à comprendre les 2h07. Ajouté à cela le symbolisme trop appuyé, ça donne un film peut-être trop conscient de lui-même pour s'autoriser à de la surprise, de l'imprévu, du doute. Et ce malgré des comédiens très investis et une réalisation des plus signifiantes. Madre de son côté joue habilement entre l'attachement envers une héroïne cabossée et du trouble généré par les évènements ou comportements qui se télescopent, se répondent ou s'annulent. Dommage qu'il n'ait pas également taillé dans les 2h09 (10 minutes de moins, et c'était parfait).
      8 janvier 2021 Voir la discussion...
    • Cladthom
      commentaire modéré Oui il y a des moments un peu trop appuyés, mais l'acting et les personnages soulèvent le récit. J'aime ce côté ligne droite dans la narration à l'image du pont qui se construit, qui ne dévie jamais du poids du deuil. Madre lui justement bifurque mais m'intéresse moins. Les 2 sont des films fragiles, mais je trouve POAW plus investi dans le sens où il scrute plutôt bien les tiraillements des personnages. J'aime beaucoup le personnage de la mère qu'on pourrait facilement détester mais qui est elle aussi touchante au final.
      Après j'aime les 2 malgré tout, mais j'en attendais peut-être trop de Madre car le deuil est un de mes thèmes favoris au cinéma.
      8 janvier 2021 Voir la discussion...
    • cribeyre
      commentaire modéré la mère est archi-détestable !
      10 janvier 2021 Voir la discussion...
Télérama © 2007-2021 - Tous droits réservés - web1 
Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité - Paramétrer les cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -