Yaé, ma petite voisine
(1934)
un film de
Yaé, ma petite voisine

Yaé, ma petite voisine

(1934)
un film de
Ce qu'en pense la communauté
  • -
  • 4 notes
  • 2 veulent le voir

Micro-critique star (Limdebois) :
Limdebois
Sa note :
Yaé, ma petite voisine “ Il y a des comédies où on rit aux éclats, et il y en a d’autres qui sont des petits torrents qui rigolent tendrement des collines… ” — Limdebois 20 mars 2018
3 commentaires
  • ianov
    Sa note :
    Yaé, ma petite voisine “ Où sommeille un joyau perdu, à la lisière amoureuse, dans un champ de détails florissants, une oeuvre à exhumer de toute urgence ! ” — ianov 25 mars 2018
    8 commentaires
    • Limdebois
      commentaire modéré Je te remercie d'ailleurs Ocha. Tu l'as noté avant moi, et je l'ai vu en cours de la même année. C'est loin mais il y a sans doute un lien. (Après, on n'est pas très sérieux, je ne pense pas avoir vu d'autres Shimazu depuis.)
      25 mars 2018 Voir la discussion...
    • Ochazuke
      commentaire modéré Je t'en prie ! Je ne dois moi-même la découverte de ce dernier qu'au hasard, m'étant trompé de Shimazu (il ne m'était pas venu à l'esprit que deux réalisateurs éponymes de cette envergure puissent se côtoyer dans la même décennie...)
      25 mars 2018 Voir la discussion...
    • cinephile54
      commentaire modéré @Ochazuke @ianov bon je l'ajoute à ma wishlist en espérant pouvoir le voir ta mc m'en a donné l'envie
      26 mars 2018 Voir la discussion...
  • Torrebenn
    Sa note :
    Yaé, ma petite voisine “ Dans ce Japon suburbain que la guerre et ses nappes de flammes viendront vaporiser, s'écoule une vie sociale aux interactions permanentes. ” — Torrebenn 9 avril 2018
    5 commentaires
    • Arch_Stanton
      commentaire modéré @Limdebois Si je ne comprends pas de travers, tu n'aimes pas le Néo-Réalisme ? Remarque, je n'en suis pas un grand fan, notamment pour sa partie italienne (l'essentiel en définitive ...).
      Chez Shimazu "Hommes contre femmes" et "Les Trois prétendants" me font envie, mais c'est sûrement parce que les titres VF me font de l’œil ...
      Mieko Takamine ... Un prénom "lactique" et un nom "floral", ça fait beaucoup de douceur tout ça ! Elle joue dans "Une femme et ses masseurs" aussi, évidemment.
      10 avril 2018 Voir la discussion...
    • Limdebois
      commentaire modéré Et aucun lien de parenté avec Hideko. Si, si, j’aime bien le néo-réalisme. J’aime tout en fait, si on me propose de bons films… Mais que sont les mouvements cinématographiques face aux mouvements… du cœur ? (Hommes contre Femmes et Les Trois Prétendants, oui, c'est capital ;) )
      10 avril 2018 Voir la discussion...
    • Arch_Stanton
      commentaire modéré @Limdebois C'est tellement bien dit ... ! Moi aussi, je peux apprécier des films de la Nouvelle Vague ... s'ils me touchent !
      Pour un prochain Cycle nippon (le mois prochain, je pense) je reprendrai certains des réalisateurs de ce Cycle pour voir d'autres de leurs films (c'est mal dit !) et Shimazu en sera certainement.
      10 avril 2018 Voir la discussion...
  • Limdebois
    Sa note :
    Yaé, ma petite voisine “ Il y a des comédies où on rit aux éclats, et il y en a d’autres qui sont des petits torrents qui rigolent tendrement des collines… ” — Limdebois 20 mars 2018
    3 commentaires

Casting de Yaé, ma petite voisine

Infos sur Yaé, ma petite voisine

Réalisé par Yasujirō Shimazu
Écrit par Yasujirō Shimazu


Japon - 1h16 - Drame
Titre original : Tonari no Yae-chan
Sortie le 28 juin 1934

Synopsis

Les Arai et les Hattori sont voisins et vivent en bonne harmonie. Keitaro entraîne son frère Seiji au baseball afin de participer au tournoi de Koshien, ce qui n'est pas sans provoquer quelques bris de verre et l'intervention du vitrier. Keitaro et Yaeko, la fille des Hattori aiment à se chamailler et partagent une affection inexprimable. Leurs pères ont l'habitude de vider quelques coupes de saké le soir en dissertant sur leur travail respectif sous l’œil bienveillant de leurs femmes. Cette douceur de vivre est cependant une première fois troublée lorsque Kyoko, la sœur ainée de Yaeko, quitte son mari volage et revient s'installer chez ses parents. Yaeko n'apprécie guère de voir sa sœur faire du gringue à un Keitaro quelque peu embarrassé par la situation. Mais un jour Kyoko fugue, elle disparait sans laisser de traces et les recherches pour la retrouver restent vaines. Dans le même temps, Ikuzo Arai apprend sa mutation en Corée. Très affectés par la disparition de leur fille Kyoko, les Hattori décident de déménager mais Yaeko, à la grande joie de Keitaro et de Seiji, est confiée en pension chez les Arai, le temps de finir ses études.

Films similaires à Yaé, ma petite voisine

Listes thématiques
    Télérama © 2007-2020 - Tous droits réservés - web1 
    Conditions Générales d'Utilisation - Confidentialité et cookies - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales -