Amira Casar

Actrice
Née à Londres le 1 mai 1971

Connue pour...

Biographie

Kurde par son père, russe par sa grand-mère, née en Angleterre, Amira Casar a passé son enfance entre la Grande-Bretagne, l'Irlande et la France. Elle est formée au théâtre par Blanche Salant et Paul Weaver et complète sa formation au Conservatoire National d'Art Dramatique, de 1991 à 1994. La carrière d'Amira Casar au cinéma traverse des univers personnels, exigeants et éclectiques ; allant des mythiques Frères Quay en Angleterre à La vérité si je mens 1 et 2 de Thomas Gilou, et des cinéastes tels que Catherine Breillat, Laëtitia Masson, les Frères Larrieu ou Tony Gatlif. Au théâtre elle a joué le rôle de l'unique femme Ans dans Les enfants de Saturne au Théâtre National de l'Odéon. Elle a interprété le personnage de Hedda Gabler d'Ibsen au Petit Théâtre de Paris et a joué à l'Almeida Theater de Londres Aunt Dan and Lemon de Wallace Shawn mis en scène par Tom Cairns.
En 1989, elle s'inscrit aux Cours Florent où elle est formée au théâtre par Blanche Salant et Paul Weaver. Elle complète sa formation de 1991 à 1994, au Conservatoire national supérieur d'art dramatique de Paris qui accepte quelques stagiaires étrangers chaque année.
La carrière d'Amira Casar au cinéma traverse des univers personnels, exigeants et éclectiques ; allant des mythiques Frères Quay en Angleterre à « La Vérité si je mens ! » 1 et 2 de Thomas Gilou, et des cinéastes tels que Catherine Breillat, Laëtitia Masson, les Frères Larrieu ou Tony Gatlif.
Récemment, le monde poétique et théâtral de l'Allemand Werner Schroeter avec « Nuit de Chien », ou encore Carlos Saura où elle interprétera plusieurs rôles de femmes populaires en espagnol. En 2009 nous l'avons vu dans « Gamines » de Eléonore Faucher. En 2011 nous la verrons dans le rôle titre de « Dora Maar : la femme qui pleure au chapeau rouge » et dans « Playoff », tourné en langue anglaise, de Eran Riklis, « La Vérité si je mens ! » 3 et « Let my people go » du jeune cinéaste Michael Buch.
Amira Casar a interprété plus de 30 films.
  • 1989 : Erreur de jeunesse (crédité comme Amira Zanganeh) de Radovan Tadic : la fille dans le métro
  • 1994 : Le Temps du bonheur de Caroline Champetier : la jeune chanteuse
  • 1995 : Départ immediat de Thomas Briat
  • 1995 : Ainsi soient-elles (1995), de Patrick Alessandrin : Alice
  • 1997 : Tiré à part de Bernard Rapp : Farida
  • 1997 : La Vérité si je mens ! de Thomas Gilou : Sandra Benzakem
  • 1998 : Marie Baie des Anges de Manuel Pradal : La jeune femme de la villa
  • 1999 : Pourquoi pas moi ? de Stéphane Giusti : Camille

  • 1999 : Le Derrière de Valérie Lemercier : Anne-Laure
  • 2000 : Le Coeur à l'ouvrage de Laurent Dussaux : Noëlle
  • 2000 : Tôt ou tard de Anne-Marie Etienne : Catherine
  • 2001 : La Vérité si je mens ! 2 de Thomas Gilou : Sandra Benzakem
  • 2001 : Quand on sera grand de Renaud Cohen : Claire
  • 2001 : Comment j'ai tué mon père de Anne Fontaine : Myriem
  • 2002 : Filles perdues, cheveux gras de Claude Duty : Marianne
  • 2003 : Un autre homme de Catherine Klein : Marie
  • 2003 : Sylvia de Christine Jeffs : Assia Wevill
  • 2003 : Les Chemins de l'Oued de Gaël Morel : Nadia
  • 2003 : Mariées mais pas trop de Catherine Corsini : Claudia
  • 2004 : Toi, vieux de Pierre Coré
  • 2004 : Anatomie de l'enfer de Catherine Breillat : la fille
  • 2004 : Rien, voilà l'ordre de Jacques Baratier : Zelda Mitchell
  • 2005 : La cloche a sonné de Bruno Herbulot : Vera
  • 2005 : Peindre ou faire l'amour de Arnaud Larrieu : Eva
  • 2006 : L'Accordeur de tremblements de terre des frères Quay
  • 2006 : Transylvania de Tony Gatlif
  • 2007 : Une vieille maîtresse de Catherine Breillat
  • 2007 : Coupable de Laetitia Masson
  • 2007 : Kandisha de Jérôme Cohen-Olivar
  • 2007 : Intrusions de Emmanuel Bourdieu
  • 2008 : Le Voyage aux Pyrénées de Arnaud et Jean-Marie Larrieu
  • 2008 : Made in Italy de Stéphane Giusti : Isabella
  • 2008 : Nuit de chien de Werner Schroeter
  • 2008 : Buñuel et la Table du Roi Salomon de Carlos Saura : Carmen/Fatima
  • 2008 : Journées froides qui menacent les plantes de Virginie Chanu
  • 2008 : Quelques nouvelles du continent de Max Jourdan : Alice
  • 2009 : Bancs publics (Versailles Rive-Droite) de Bruno Podalydès : La cliente aux douilles
  • 2009 : Gamines d'Éléonore Faucher
  • 2009 : Oscar et la dame rose d'Eric-Emmanuel Schmitt
  • 2010 : Districted Leporello de Juliao Sarmento
  • 2011 : Let my people go de Michael Buch
  • 2011 : La vérité si je mens ! 3 de Thomas Gilou
  • 2011 : Playoff (film) de Eran Riklis

1997, nommée aux Césars catégorie "Meilleur Espoir Féminin" pour le rôle de "Sandra" dans le film La Vérité si je mens!.
  • 2000 : Les Mille et une nuits de Steve Barron : rôle de Morgiane
  • 2008 : Les héritières de Harry Cleven
  • 2011 : La femme qui pleure au chapeau rouge de Jean-Daniel Verhaeghe : rôle de Dora Maar

Filmographie

Micro-critiques

  • (à propos de Michael Kohlhaas)
    Sa note :
    “ Kohlhaas, Des Pallières, même combat : en quête de justice et de justesse, les deux hommes touchent simultanément au sublime. ” — tomsias 18 juillet 2013
    5 commentaires
  • Sa note :
    “ Serge, la vérité, j'aurais même pas du le regarder ! ” — Aleks_Aspairt 5 octobre 2013
    6 commentaires
    • commentaire modéré Non j'ai aimer malgré le fait que ce soit caricatural. Roi du silence..
      7 octobre 2013 Voir la discussion...
    • commentaire modéré Si seulement tu avais passé plus de temps devant un Bescherelle, tu aurais vraiment aimé.
      7 octobre 2013 Voir la discussion...
    • commentaire modéré J'étais du même avis. Mais le bonheur de les retrouver ravive un peu le feu :)
      7 octobre 2013 Voir la discussion...
  • (à propos de Michael Kohlhaas)
    Sa note :
    “ Tout se joue sur les visages, les paysages, les corps se meuvent et le drame humain se joue en sourdine sur des gueules burinées par la vie. ” — alexandremathis 10 juin 2013
    Commenter
  • (à propos de Michael Kohlhaas)
    Sa note :
    “ Dans les meilleurs moments, Des Pallières ne raconte son histoire qu'avec de la lumière, des éléments déchaînés et un visage accidenté. ” — gustaveshaimi 26 août 2013
    2 commentaires
    • commentaire modéré C'est très beau, mais il peine à se démarquer de l'histoire individuelle qu'il narre pour aboutir à une dimension myth(olog)ique ...
      26 août 2013 Voir la discussion...
    • commentaire modéré Il y a de ça oui. Je trouve qu'on y touche dans quelques scènes où le personnage se détache de décors naturels somptueux, est mis en valeur dans ses postures fières et prend alors l'allure d'un véritable héros mythique. Mais, dans la dernière scène, c'est bien pour un individu - soudain incroyablement proche d'ailleurs - que l'on tremble, c'est sûr.
      26 août 2013 Voir la discussion...
  • (à propos de Saint Laurent)
    Sa note :
    “ Un empilement de scénettes anecdotiques, un défilé de la fine fleur du cinéma germanopratin et un scénario absent. Vain, inepte et ennuyeux. ” — Plog_LeComte 17 mai 2014
    17 commentaires
    • commentaire modéré De goût? Pourquoi t'excuses tu? Au moins tu l'argumentes! Même si je crois que sur ce film nous ne serons jamais d'accord ;)
      22 mai 2014 Voir la discussion...
    • commentaire modéré Et moi plutôt d'accord avec @DickAutoMe sans être aussi enthousiaste. Bonnello fait un cinéma flottant et mélancolique, qui cherche des ambiances plus qu'un déroulé narratif. C'est parfois saoulant voire poseur, quand ça paraît creux et s'étirer inutilement en longueur (le split-screen historique, on a compris, ou la scène de la rencontre avec Garrel, avec ses allers-retours très ostentatoires en travelling latéral), mais le tout travaille la thématique qu'on trouvait déjà dans "L'Apollonide", celle de la beauté maudite, parce qu'immédiatement en voie de dégradation dès lors qu'elle est créée.
      Si l'accent est mis sur le dessin, c'est que les créations sont presque déjà mortes, déjà dans le passé au moment où elles sont portées lors de défilés.
      Me manquent tout de même des seconds rôles plus consistants, comme toi @Plog_LeComte.
      26 mai 2014 Voir la discussion...
    • commentaire modéré Passionnant débat. Je suis plutôt de l'avis de @Plog_LeComte même si en lisant vos avis @DickAutoMe et @gustaveshaimi j'aurais vraiment voulu vivre le film un peu plus comme vous l'avez vécu. Dommage ;)
      1 juin 2014 Voir la discussion...
Vodkaster © 2007-2014 - Tous droits réservés - 2  - artist
Qui sommes-nous ? - Lire mes DVD à distance - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales