Julie Delpy

Actrice, réalisatrice, scénariste
Née à Paris, France le 21 décembre 1969

Connue pour...

Biographie

Julie Delpy est la fille d'Albert Delpy et de Marie Pillet (qui signa en 1971 le manifeste des 343 salopes), tous deux acteurs de théâtre. Elle a notamment fait ses études artistiques à la Tisch School of the Arts de l'Université de New York et également à l'Actors Studio dans les années 1980. Elle fait ses débuts au cinéma à 14 ans dans Détective de Jean-Luc Godard (1985).
Bilingue et naturalisée américaine en 2001, elle vit actuellement entre Paris et Los Angeles.

Filmographie

Micro-critiques

  • (à propos de Mauvais sang)
    Sa note :
    “ Enfant, j'avais souvent un caillou dans ma poche, c'était mon diamant. Adolescent, Carax a placé un caillou dans ma tête, c'est mon cinéma. ” — DickAutoMe 25 mai 2012
    3 commentaires
  • (à propos de Broken Flowers)
    Sa note :
    “ Tendresse et amertume se mêle à la quête désabusé d'un ancien Don Juan, cherchant dans son passé le bourgeon d'un avenir éclairé. ” — Robb 31 janvier 2014
    6 commentaires
    • commentaire modéré AHAh :/ merci de mettre en avant mes lacunes.Oh et puis tant pis, faisons mal à la langue françaises.(qui aime bien châtie bien)
      31 janvier 2014 Voir la discussion...
    • commentaire modéré Magnifique !
      15 avril 2014 Voir la discussion...
    • commentaire modéré Merci QuarterPounder :) malheureusement bourré de faute...j'aurais du me relire.
      15 avril 2014 Voir la discussion...
  • (à propos de Before Midnight)
    Sa note :
    “ Le cousin désabusé et féministe du Copie Conforme de Kiarostami, moins lyrique mais plus ancré dans le réel. ” — tomsias 30 juin 2013
    25 commentaires
    • commentaire modéré On peut devenir handicapé suite à une agression par exemple, c'est très possible hein. Je ne parlais pas que de l'handicap d'un point de vue génétique ou accidentel... Dans tous les cas cela peut-être une souffrance tout aussi forte que subir un viol (à différents degrés). Vivre avec un handicap quel qu'il soit peut-être un trauma. Après je déteste hiérarchiser les souffrances, c'est souvent relatif selon les personnes et leur sensibilité.

      "Je sais pas, une blague raciste, tu la fais à qqn qui vit le racisme dans sa vraie vie, je crois pas que ça le fasse trop rire. "

      Ça peut. D'ailleurs j'ai envie de dire que ça peut-être nécessaire à son bien être mental. Si une personne arrive en général à rire d'un trauma qu'il vit ou qu'il a vécu, c'est généralement signe de deuil accompli et de bonne santé.
      2 juillet 2013 Voir la discussion...
    • commentaire modéré La blague sur le viol m'a beaucoup fait rire, justement parce qu'elle permet d'évacuer la souffrance (réelle ou crainte) et qu'au fond elle est fausse : il n'y a pas d'âge pour se faire violer. Toute l'ironie vient de ce mensonge dissimulé.
      La même phrase prononcée par un beauf n'aurait pas le même impact sur le spectateurs, car il n'y aurait pas d'autodérision de la part du personnage.
      Cette boutade ne rend pas Delpy moins féministe à mes yeux, au contraire.
      2 juillet 2013 Voir la discussion...
    • commentaire modéré @lafcadia voilà. Je pense en effet que sa portée se situe là.
      2 juillet 2013 Voir la discussion...
  • (à propos de Mauvais sang)
    Sa note :
    “ Les visages se croisent, se ratent, se rattrapent et se lâchent. Carax arrête le temps, met l'amour face à la mort, les larmes face au sang. ” — apocalypse12 30 novembre 2013
    6 commentaires
  • (à propos de Broken Flowers)
    Sa note :
    “ Murray promène son regard tragi-comique à travers sa mémoire, qu'il adoucit en la teintant de rose piquant. Tendre, triste, subtil.  ” — CaroB 3 mai 2014
    2 commentaires
Vodkaster © 2007-2014 - Tous droits réservés - 2 
Qui sommes-nous ? - Lire mes DVD à distance - Conditions Générales d'Utilisation et de Vente - FAQ (Foire Aux Questions) - Mentions légales